Guerre civile syrienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre de Syrie et Révolution syrienne.
Guerre civile syrienne
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la guerre civile syrienne, situation actuelle[1].
Informations générales
Date Depuis le
(7 ans, 8 mois et 27 jours)
Lieu Syrie
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne

Drapeau de la Russie Russie

Drapeau de l'Iran Iran

InfoboxHez.PNG Hezbollah
Liwa Fatemiyoun infobox flag.png Division des Fatimides
Harakat Hezbollah al-Nujaba
Brigade Abou al-Fadl al-Abbas
Organisation Badr
Brigades de la paix
Asaïb Ahl al-Haq
Saraya al-Khorasani
Kataeb Hezbollah
Brigades de l'imam Ali
Saraya Ashura
Liwa Zulfikar
Junud al-Mahdi
Fawj al-Imam al-Hujja

PFLP-GC Flag.svg FPLP-CG
Fatah Flag.svg Fatah al-Intifada
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre

Flag of Ahrar ash-Sham.svg Ahrar al-Cham
Logo of Jaysh al-Islam.jpg Jaych al-Islam
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Flag of Jabhat Fatah al-Sham.svg Front Fatah al-Cham
Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham
Flag of Syria 2011, observed.svg Jabhat Tahrir Souriya
borde Suqour al-Cham
Front de l'authenticité et du développement
Al-Liwaa.svg Union islamique Ajnad al-Cham
IslamicFrontFlag.PNG Ansar al-Cham
Alwiya al-Furqan
Al-Liwaa.svg Harakat Nour al-Din al-Zenki
Al-Liwaa.svg Kataeb Thuwar al-Cham
Flag of Ajnad al-Sham.png Ajnad al-Cham
Flag of Jund al-Aqsa.svg Jound al-Aqsa
Flag of the Turkistan Islamic Party in Syria.svg Parti islamique du Turkestan
Jaych al-Ahrar.png Jaych al-Ahrar
Infobox Ajnad al-Kavkaz flag.png Ajnad al-Kavkaz
Flag of Jihad.svg Jound al-Cham
Emblem of the Ansar al-Deen Front.svg Front Ansar Dine
Flag of Jaysh al-Muhajireen wal-Ansar.png Jaych al-Mouhajirine wal-Ansar
Flag of Harakat Sham al-Islam.svg Harakat Cham al-Islam
Flag of Jihad.svg Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya
Flag of the Green Battalion.svg Bataillon Vert
Flag of katibat al tawhid wal jihad.png Katiba al-Tawhid wal-Jihad
Logo of Jaysh al-Sunna.png Jaych al-Sunna
Liwa al-Haq
Aknaf Beit al-Maqdess
Harakat al-Muthanna
Liwa Ansar al-Khalifah


Drapeau de la Turquie Turquie
Flag of Rojava.svg PYD

Flag of Kurdistan Workers' Party.svg PKK

Flag of Syrian Democratic Forces.svg Forces démocratiques syriennes
Flag of al-Sanadid Forces.svg Armée Al-Sanadid
Flag of Jaysh al-Thuwar.svg Jaych al-Thuwar
Jabhat al-Akrad
Conseil militaire syriaque.jpg MFS
Infobox Manbij Military Council flag.png Conseil militaire de Manbij
Conseil militaire de Deir ez-Zor
Flag of Syria 2011, observed.svg Forces d'élite syriennes
Flag of Syria 2011, observed.svg Brigade des révolutionnaires de Raqqa
Flag of Syria 2011, observed.svg Liwa al-Tahrir
International Freedom Battalion original banner.svg Bataillon international de libération

Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition

Flag of Kurdistan.svg Kurdistan irakien


Drapeau d’Israël Israël
Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Drapeau de la Syrie Bachar el-Assad

Drapeau de la Syrie Wael al-Halki
Drapeau de la Syrie Imad Khamis
Drapeau de la Syrie Daoud Rajha
Drapeau de la Syrie Fahd al-Freij
Drapeau de la Syrie Ali Abdallah Ayyoub
Drapeau de la Syrie Mohammed Dib Zaitoun
Drapeau de la Syrie Rafiq Shahadah
Drapeau de la Syrie Ali Mamlouk
Drapeau de la Syrie Jamil Hassan
Drapeau de la Syrie Mohammed Shoaib Ali Souleimane
Drapeau de la Syrie Maher el-Assad
Drapeau de la Syrie Issam Zahreddine
Drapeau de la Syrie Souheil al-Hassan
Drapeau de l'Iran Qasem Soleimani
Drapeau de l'Iran Hossein Hamadani
Drapeau de l'Iran Hassan Chateri
InfoboxHez.PNG Ali Hussein Nassif
InfoboxHez.PNG Moustapha Badreddine
Drapeau de la Russie Aleksandr Dvornikov
Drapeau de la Russie Alexander Zhuravlyov
Drapeau de la Russie Valeri Assapov

PFLP-GC Flag.svg Ahmed Jibril
Flag of Syria 2011, observed.svg Riad al-Asaad

Flag of Syria 2011, observed.svg Selim Idriss
Flag of Syria 2011, observed.svg Abdelilah al-Bachir
Flag of Syria 2011, observed.svg Abdul Jabbar al-Oqaidi
Flag of Syria 2011, observed.svg Mustafa Al-Sheikh
Flag of Syria 2011, observed.svg Abd al-Qader Salah
Flag of Syria 2011, observed.svg Jamal Maarouf
Flag of Syria 2011, observed.svg Yasser Abdel Rahim
Flag of Syria 2011, observed.svg Bachar al-Zoubi
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Hassan Aboud
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Abou Jaber
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Abou Yahia al-Hamawi
Logo of Jaysh al-Islam.jpg Zahran Allouche
Logo of Jaysh al-Islam.jpg Abou Himam al-Boueidani
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Abou Mohammed al-Joulani
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Abou Omar Saraqeb
IslamicFrontFlag.PNG Ahmed Issa


Drapeau de la Turquie Zekai Aksakalli
Flag of Rojava.svg Salih Muslim
Flag of Rojava.svg Ismail Hama
Flag of Rojava.svg Feysel Yusuf
Flag of Rojava.svg Abdul Hakim Bashar
People's Protection Units Flag.svg Sipan Hemo

YPJ Flag.svg Nassrin Abdalla

Drapeau des États-Unis Stephen J. Townsend
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Bakr al-Baghdadi

Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Haji Bakr
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Ali al-Anbari
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Omar al-Chichani
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Gulmurod Khalimov
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Mohammed al-Adnani

Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Abou Djandal al-Kouweïti
Forces en présence
Drapeau de la Syrie
100 000 à 400 000 hommes[2],[3],[4],[5],[6]

InfoboxNDF.png
100 000 hommes[7]

Flag of the Ba'ath Party.svg
10 000 hommes[8]

Flag of the Syrian Social Nationalist Party.svg
5 000 hommes[8]

Milices chiites étrangères :
20 000 à 100 000 hommes[9],[10],[11]

InfoboxHez.PNG
5 000 à 10 000 hommes[12],

Drapeau de l'Iran
5 000 à 10 000 hommes[11],[13]

Drapeau de la Russie
4 000 hommes[14]
150 000 hommes au total[15]

Flag of Syria 2011, observed.svg
40 000 à 50 000 hommes[16]

Flag of Ahrar ash-Sham.svg
15 000 à 20 000 hommes[17],[18]

Logo of Jaysh al-Islam.jpg
15 000 à 20 000 hommes[19]

Flag of Jabhat al-Nusra.jpg
10 000 à 20 000 hommes[7],[20]

Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg
30 000 hommes[21]
People's Protection Units Flag.svg YPJ Flag.svg
35 000 à 50 000 hommes[22],[23]
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg
20 000 à 125 000 hommes[24],[25],[26],[27],[28]
Pertes
Drapeau de la Syrie
114 909 morts au moins
(dont 64 868 militaires
et 50 041 miliciens)
(selon l'OSDH)[29]

InfoboxHez.PNG
1 665 morts au moins
(selon l'OSDH)[29]

Milices chiites étrangères :
8 004 morts au moins
(selon l'OSDH)[29]

Drapeau de l'Iran
1 000 morts au moins[35]

Drapeau de la Russie
92 morts au moins[36]
Flag of Syria 2011, observed.svg Logo of the Islamic Front (Syria).svg Flag of Rojava.svg
62 226 morts au moins
(selon l'OSDH)[29]

Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg
64 432 morts au moins
(selon l'OSDH)[29]

Drapeau de la Turquie
125 morts au moins[37],[38],[39]
Flag of Rojava.svg
2 209 morts
(2013-2016, selon les YPG)[40],[41],[42],[43]

Drapeau des États-Unis
2 morts[44],[45]

Drapeau de la France
1 mort[46]

Drapeau du Royaume-Uni
1 mort[45]

Drapeau de la Jordanie
1 mort[47]

Flag of Kurdistan.svg
1 mort[48]
Flag of the Islamic State of Iraq and the Levant2.svg
20 000 morts au moins
(selon l'OSDH)[49],[50],[51]
Civils :
110 687 morts au moins[29]
(dont 20 616 enfants et 12 964 femmes)[29]
(selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, au 13 septembre 2018)

212 786 morts au moins[30]
(dont 26 446 enfants et 24 746 femmes)[30]
(selon le Réseau syrien des droits de l'homme, au 1er septembre 2017)

112 156 morts au moins[31]
(selon le Centre de documentation des violations en Syrie, au 8 mai 2017)
Total :
364 792 à 522 000 morts[29]
2 000 000 blessés[29]
(selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, au 13 septembre 2018)

~ 250 000 morts[32],[33]
(selon l'ONU, le 17 août 2015)

470 000 morts[34]
(selon le Syrian Centre for Policy Research, au 11 février 2016)

Guerre civile syrienne

Batailles

1re Deraa · 2e Deraa · Homs · Banias · Telkalakh · 1re Rastane · Talbiseh · 1re Jisr al-Choghour · 1re Jabal al-Zawiya · 1er Hama · Lattaquié · 2e Rastane · 1er Zabadani · Douma · 3e Rastane · 2e Zabadani · 1er Qousseir · 3e Deraa · 1re Azaz · 1re Idleb · Taftanaz · 4e Rastane · Nobl et Zahraa · Tremseh · Damas · Ghouta orientale · Alep · Al-Tel · Menagh · 1er Régiment 46 · 1re Maarat al-Nouman · Cheikh Souleimane · 2e Taftanaz · 2e Hama · 1re Al-Chaddadeh · 1re Yaaroubiyé · 1re Raqqa · 2e Qousseir · Ras al-Aïn · Daraya · 1re Maaloula · 2e Azaz · Mahin et Sadad · 2e Yaaroubiyé · 1re Tall Hamis · 2e Raqqa · 1re Jarablous · Al-Manajir · Otaybah · Yabroud · Markada · Kessab · Rankous · 1re Boukamal · Tall al-Jabiyah · 1re Deir ez-Zor · 1re Kobané · Ras al-Maara · 2e Deir ez-Zor · Al-Chaer · Division-17 · 1re Tabqa · Djezaa · 2e Kobané · Mabrukah · 3e Yaaroubiyé · 2e Jabal al-Zawiya · Wadi al-Deïf · 2e Tall Hamis · Tall Tamer · 2e Régiment 46 · Bosra · Cheikh Hilal · 2e Idleb · Foua et Kafraya · Bousra al-Harir · Qalamoun · 2e Jisr al-Choghour · 1re Palmyre · Al-Amr · 1re Tall Abyad · Sourane · 1re Hassaké · Brigade 52 · Aïn Issa · 2e Hassaké · 3e Zabadani · Sarrine · Sahl al-Ghab · Malkiyé · Al-Qaryatayn · 1re Marea · 1re Abou Douhour · 3e Hama · Al-Hol · Tichrine · Cheikh Meskin · 1re Tall Rifaat · 2e Al-Chaddadeh · Khanasser · 2e Tall Abyad · 2e Palmyre · Al-Raï · 2e Maarat al-Nouman · 1re Tasil · Qamichli · 2e Tall Rifaat · Khan Touman · 3e Raqqa · 2e Marea · 1re Manbij · 2e Tabqa · 2e Boukamal · 3e Hassaké · Opération Bouclier de l'Euphrate · 2e Jarablous · 4e Hama · 4e Raqqa · 3e Palmyre · Al-Bab · Wadi Barada · 4e Palmyre · 1re Poche d'Idleb · 2e Tasil · 5e Hama · al-Hamad · 3e Tabqa · Badiya (en cours) · al-Tanaf · Aqareb et Maboujé · 5e Raqqa · 2e Poche d'Idleb · Al-Soukhna · Ouqayribat · 3e Deir ez-Zor (en cours) · 2e Abou Douhour · Beït Djine · Mayadine · 3e Boukamal · Afrine · Khoucham · 3e Poche d'Idleb · 4e Boukamal · 4e Deraa · Soueïda · Al-Safa



Massacres de la guerre civile syrienne

Houla · Al-Koubeir · Daraya · al-Bayda et Baniyas · Barouda · Ghraneidj et d'al-Keshkeyyi · Kobané · Khan Cheikhoun · Al-Qaryatayn



Attaques chimiques de la guerre civile syrienne

Ghouta · Ouqayribat · Khan Cheikhoun · Douma



Attentats de la guerre civile syrienne

1er Damas · 2e Damas · 3e Damas · Jaramana · 4e Damas · 5e Damas · 1er Homs · 2e Homs · Hassaké · Tall Tamer · 1er Sayyida Zeinab · 3e Homs · 2e Sayyida Zeinab · Tartous et Jablé · Qamichli · Azaz · Soussiane · 4e Homs · 6e Damas · 7e Damas · Rachidine · Al-Tojjar



Débordements du conflit

Incidents frontaliers Syrie-Turquie · Conflit au Liban · Crise russo-turque de 2015



Interventions internationales

Intervention de l'Iran · Confrontations israélo-syriennes · Coalition arabo-occidentale · Opérations aériennes de la coalition · Intervention de la Russie · Opération Inherent Resolve · Opération Chammal · Opération Impact · Bombardement de la base aérienne d'Al-Chaayrate

Coordonnées 35° nord, 38° est

La guerre civile syrienne — ou révolution syrienne — est un conflit armé en cours depuis 2011 en Syrie. Elle débute dans le contexte du Printemps arabe par des manifestations majoritairement pacifiques en faveur de la démocratie contre le régime baasiste dirigé par le président Bachar el-Assad. Réprimé brutalement par le régime, le mouvement de contestation se transforme peu à peu en une rébellion armée.

De nombreux belligérants participent au conflit qui connait plusieurs phases. La majeure partie des premiers groupes insurgés se structurent autour de l'Armée syrienne libre (ASL), qui est fondée en juillet 2011. L'opposition politique en exil forme quant à elle le Conseil national syrien (CNS) en septembre 2011 puis la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution (CNFOR) en novembre 2012. En 2012 et 2013, les rebelles s'emparent de la majeure partie du nord et de l'est de la Syrie, mais le régime de Bachar el-Assad résiste dans le sud et l'ouest du pays. L'opposition obtient également des financements et des armes de la part de la Turquie, de l'Arabie saoudite, du Qatar, de la Jordanie, des États-Unis ou de la France. Mais l'ASL est progressivement supplantée dans plusieurs régions par des groupes islamistes sunnites ou salafistes, comme Ahrar al-Cham ou Jaych al-Islam, ou encore par des groupes salafistes djihadistes, comme le Front al-Nosra, reconnu en 2013 comme la branche syrienne d'al-Qaïda. Le régime syrien est quant à lui soutenu indéfectiblement par l'Iran, qui lui fournit des financements pour contourner les sanctions internationales et qui dépêche dès le début du conflit des officiers du Corps des Gardiens de la révolution islamique et des dizaines de milices islamistes chiites venues du Liban, d'Irak ou d'Afghanistan, comme le Hezbollah, l'Organisation Badr ou la Division des Fatimides. En 2012 un autre acteur, le Parti de l'union démocratique (PYD), aile syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), prend avec sa branche armée, les Unités de protection du peuple (YPG), le contrôle des régions kurdes, au nord de la Syrie.

Le rapport des forces en présence est bouleversé par l'apparition en Syrie de l'organisation salafiste djihadiste État islamique en Irak et au Levant (EIIL) — rebaptisé ensuite État islamique (EI) — qui en 2014 entre en conflit contre tous les autres belligérants, s'empare de près de la moitié de la Syrie, ainsi que d'un tiers de l'Irak, et proclame la restauration du califat. En septembre 2014, menée par les États-Unis, une coalition internationale formée contre l'État islamique commence à mener des bombardements en Syrie et décide d'appuyer les YPG. Forts du soutien américain, les Kurdes reportent une première victoire à Kobané en janvier 2015, forment en octobre 2015 une alliance avec des groupes arabes qui prend le nom de Forces démocratiques syriennes (FDS), et lancent une campagne contre les djihadistes qui aboutit en octobre 2017 à la chute de Raqqa, la « capitale » syrienne de l'EI. La Turquie intervient également militairement en Syrie : d'abord contre l'État islamique en 2016 et 2017, avant d'attaquer les FDS en 2018 en raison de leurs liens avec le PKK.

De son côté, la Russie entre dans le conflit syrien en septembre 2015 en intervenant militairement pour soutenir le régime syrien. Cette intervention redonne l'avantage au camp loyaliste : l'armée syrienne et ses alliés remportent des victoires décisives à Alep en décembre 2016, à Homs en mai 2017, à Deir ez-Zor en novembre 2017, dans la Ghouta en mai 2018 et à Deraa en juillet 2018.

En se prolongeant dans le temps, le conflit syrien est devenu à la fois une guerre civile, une guerre confessionnelle et une guerre par procuration. Depuis mars 2011, le conflit a fait autour de 500 000 morts d'après les estimations de diverses ONG. Des attaques à l'arme chimique et de nombreux massacres, crimes de guerre et crimes contre l'humanité ont été commis, principalement par le régime syrien et par l'État islamique. Le camp loyaliste syrien est responsable de la grande majorité des victimes civiles de la guerre par ses bombardements aériens massifs et par la répression exercée contre l'opposition, qualifiée de politique d'« extermination » par l'ONU : entre 70 000 et 200 000 personnes ont disparu dans les prisons du régime, au moins 17 000 d'entre elles y ont été torturées à mort et plus de 5 000 à 13 000 autres ont été exécutées par pendaison, principalement dans la prison de Saidnaya.

La moitié de la population syrienne a été déplacée pendant le conflit, et cinq à six millions de Syriens ont fui le pays, soit le quart de la population.

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Gouvernement el-Assad[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Parti Baas syrien, Hafez el-Assad et Bachar el-Assad.
Le président syrien Bachar el-Assad.

En 1946, la Syrie devient une république indépendante, mais la phase démocratique prend fin en mars 1949 avec un coup d'État soutenu par la CIA et suivi de deux autres la même année[52],[53]. Ces événements portent au pouvoir le général Chichakli, qui établit un régime parlementaire avant d'imposer son pouvoir personnel par un nouveau coup d'état en novembre 1951[54].

En février 1954, à l'issue d'un soulèvement populaire, le pouvoir est rendu aux civils. De 1958 à 1961, lors du rapprochement avec l'Égypte et de l’avènement de la République arabe unie, le régime parlementaire syrien est brièvement remplacé par un régime présidentiel extrêmement centralisé[55].

Après la rupture avec l'Égypte en 1961, la branche syrienne du Parti Baas (laïque nationaliste et socialiste) accède au pouvoir, en mars 1963, à la suite d'un coup d'état. En février 1966, un putsch renverse Michel Aflak et Salah Eddine Bitar, les dirigeants historiques du Parti[56] et le général Hafez el-Assad, alors ministre de la Défense, s'empare du pouvoir en novembre 1970 au terme d'une « révolution correctrice » qui le porte au poste de Premier ministre. En mars 1971, Assad se proclame Président (il le restera jusqu'à sa mort en 2000). De 1976 à 1982, il mate une insurrection islamique. Le Parti Baas s'installe comme l'autorité politique de référence dans un système de parti unique. Les Syriens ne peuvent qu'approuver leur Président par référendum. Jusqu'à la mise en place, en 2012, d'un système contrôlé par le régime, ils ne sont pas invités à choisir entre plusieurs partis pour élire le corps législatif[57].

Succédant à son père au décès de ce dernier, Bachar el-Assad — et son épouse Asma el-Assad (une sunnite née et élevée en Grande-Bretagne) — inspirent des espoirs de réforme démocratique[58]. De juillet 2000 à août 2001, des débats sociaux et politiques animent une nouvelle phase qualifiée de « printemps de Damas »[59].

Pendant cette période, se développent en Syrie de nombreux forums politiques et des lieux de réunion privés où les citoyens débattent de questions politiques et sociales et d'où émergent des activistes comme Riad Seïf, Haitham al-Maleh, Kamal al-Labwani, Riad al-Turk et Aref Dalila[60]. Tandis que les hypothèses réformistes issues du Parlement et les promesses de changement de Bachar el-Assad restent largement lettre morte[61], le printemps de Damas prend fin en août 2001 avec l'arrestation et l'emprisonnement de dix des principaux leaders après leur appel à la désobéissance civile et à des élections démocratiques[62].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte générale de la Syrie.
Carte des Gouvernorats de la Syrie (liste des provinces), avec le plateau du Golan (en vert, au sud-ouest), et les pays frontaliers.

L’essentiel du territoire syrien est constitué par un vaste plateau calcaire surmonté de quelques reliefs anciens et traversé au nord-est par l'Euphrate. Le pays est bordé au nord par la Turquie, à l'est par l'Irak et au sud par la Jordanie, Israël et le Liban. Le pays possède une façade maritime ouvrant sur la Méditerranée. La majorité de la population syrienne réside dans les villes et les principales agglomérations sont situées sur la bande côtière (Tartus, Banias, Lattaquié, Jableh), dans l'ouest (Alep, Homs, Hama) et le sud du pays (Damas, Deraa). À cette géographie physique se superpose une géographie humaine (ruraux/urbains) et une géographie ethno-religieuse (sunnites, chiites, alaouites, druzes, chrétiens, kurdes), qui rendaient déjà difficile toute représentation exacte de la situation avant la guerre civile. Le développement du conflit a compliqué la tâche des cartographes, au point que la représentation des opérations et des zones d'influence fait désormais partie d'une véritable « guerre des cartes » participant à la propagande et à la désinformation[63].

Cette configuration a conditionné la dynamique du conflit : la contestation a débuté dans les zones urbaines où étaient concentrés des griefs d'ordre économique et ethno-religieux contre le pouvoir en place. La répression s'est abattue sur les localités considérées comme rebelles, où le conflit a fait apparaître les fractures économiques, ethniques et religieuses entre centre, banlieue, périphérie et quartiers « informels ». Le conflit s'est ainsi installé au cœur des villes, où les combattants ont fait assaut de férocité pour assiéger et réduire leurs adversaires, quartier par quartier, et où les populations civiles ont payé un très lourd tribut aux violences.

Selon le géographe Fabrice Balanche, la représentation des fronts, des armées, des territoires occupés, est plus complexe dans une guerre civile que dans une guerre conventionnelle. La superposition des territoires tenus par l’insurrection et la contre-insurrection avec celle de la répartition ethnico-confessionnelle de la population fait apparaître la dimension communautaire du conflit. « À l’échelle de l’agglomération d’Alep, superposer la carte des combats à celle des quartiers informels d’une part, peuplés essentiellement de migrants ruraux, et, de l’autre, de ceux qu’habitent les citadins d’origine met en évidence une autre dimension du conflit : l’opposition ville-campagne »[63].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Syrie.
Carte montrant la répartition ethno-religieuse de la Syrie avant la guerre civile. En cas de repli militaire, chacun de ces groupes pourrait choisir de se replier sur son foyer géographique d'origine.

Composition ethno-religieuse de la Syrie. Estimations de 2012[64].

Il n'existe pas de recensement officiel des confessions en Syrie et les estimations varient en fonction des sources. Un article français de 1955 brosse le portrait confessionnel et ethnique de la Syrie au seuil de son indépendance[65]. Un rapport d'un groupe interparlementaire du Sénat français datant de 2007[66] fait état de la répartition suivante :

Selon d'autres chiffres publiés en 2012[67] la répartition serait la suivante :

  • Arabes sunnites 72,8 %
  • Kurdes sunnites 8,3 %
  • Arabes alaouites 10,2 %
  • Arabes druzes 1,8 %
  • Arabes chiites ismaéliens 0,9 %
  • Arabes chiites duodécimains 0,4 %,
  • Tcherkesses sunnites 0,3 %
  • Turkmènes - Turcomans sunnites 0,6 %.
  • Kurdophones yézidis 0,1 %
  • Chrétiens 4,6 %.

Les chrétiens se répartiraient ainsi :

  • Arabes de religion grecque orthodoxe : 526 000
  • Arabes de religion grecque catholique: 121 000
  • Arméniens apostoliques : 121 000
  • Jacobites 89 000
  • Maronites 29 000
  • Arméniens catholiques 26 000
  • Protestants 21 000
  • Nestoriens 20 000
  • Syriaques catholiques 18 000
  • Chaldéens catholiques 14 000
  • Catholiques latins 9 000

Du point de vue religieux, la famille Assad est issue de la minorité alaouite, une branche du chiisme qui engloberait 10 % de la population syrienne[68]. Ses adeptes occupent de nombreux postes dans les services de sécurité syriens[69], ce qui génère du ressentiment chez les Sunnites[70] qui représentent plus de 60 % de la population syrienne. Maher el-Assad le frère cadet d'Assad commande la 4e Division blindée, un corps d'élite de l'armée syrienne. Jusqu'à sa disparition dans l'attentat du 18 juillet 2012, Assef Chaoukat, son beau-frère, était vice-ministre de la Défense.

Les Kurdes de Syrie ont également protesté contre les discriminations ethniques et la négation de leur identité culturelle et de leur langue[71],[72]. Les Kurdes de Syrie (8,5 à 11 %) ne constituent pas une confession en soi, mais sont majoritairement sunnites. Regroupée au nord-est du pays sur la frontière turque, ainsi que dans la province d'Alep, le Jazirah et la banlieue de Damas, cette population au fort sentiment communautaire met à profit l’affaiblissement de l'armée syrienne en juillet 2012 pour investir plusieurs villes du Nord du pays[73], soutenue par l'espoir, entretenu par le PKK, de la création d'un Kurdistan indépendant.

La part des chrétiens dans la population totale a fortement baissé au cours des dernières décennies, cette population émigrant beaucoup et ayant un taux de natalité faible. Le , les patriarches d'Antioche, chefs spirituels des chrétiens, lancent un appel à la paix et à un arrêt des sanctions internationales contre la Syrie[74]. Les chrétiens sont très inquiets des manifestations du vendredi et ont en mémoire leurs coreligionnaires irakiens qu'ils ont accueillis après les massacres, les quartiers mixtes seraient désertés de 80 % de leurs habitants chrétiens, notamment en décembre pour célébrer Noël[75].

Aspects socio-économiques[modifier | modifier le code]

Le mécontentement contre le régime est plus grand dans les zones les plus pauvres du pays, parmi les Sunnites conservateurs et dans les localités ayant un taux de pauvreté élevé, comme Deraa et Homs, ainsi que dans les zones rurales touchées par la sécheresse de 2001, et les quartiers les plus déshérités des grandes villes[76]. Les inégalités ont eu tendance à s'accroître après la mise en place, dans les dernières années du règne de Hafez el-Assad, de politiques favorisant le libre marché et avec leur développement après l'arrivée au pouvoir de son fils. Ces politiques, orientées vers le tertiaire, ont profité à une minorité de la population ayant des liens avec le gouvernement et aux membres des communautés sunnites marchandes de Damas et d'Alep. Dès 2011, la Syrie traverse une phase de dégradation du niveau de vie et de forte augmentation du prix des produits de base[77]. Le pays fait également face à un taux de chômage particulièrement élevé chez les jeunes[78].

D'après certains chercheurs et le département de la Défense des États-Unis, la sécheresse qui a frappé la Syrie entre 2006 et 2010, associée à une mauvaise gestion par les pouvoirs publics, a contribué à faire éclater la révolte[79],[80].

Droits humains[modifier | modifier le code]

La situation des droits humains en Syrie a été, de longue date, durement critiquée par les organisations internationales[81]. Le pays a été en état d'urgence de 1963 à 2011, interdisant les rassemblements de plus de cinq personnes et conférant aux forces de sécurité des pouvoirs étendus en matière d'arrestation et de détention[82].

En juillet 2010, l'organisation Human Rights Watch conclut dans un rapport qu'en dépit des promesses d'une plus grande transparence et d'une démocratisation faites par Bachar el-Assad dix ans plus tôt, pratiquement rien n'a été fait pour améliorer la situation des droits humains en Syrie, notamment en ce qui concerne la liberté d'expression, la torture et le traitement de la minorité kurde[83].

À l'exception du Parti Baas, toutes les autres formations politiques ont été interdites, faisant de la Syrie un pays à parti unique sans élections démocratiques[84].

La liberté d'expression, d'association et de réunion étaient étroitement surveillées avant le soulèvement et les autorités harcelaient les défenseurs des droits de l'homme ainsi que les personnalités critiques vis-à-vis du régime et les détenaient, souvent sans procès, dans des conditions inhumaines et en ayant recours à la torture[85].

Les femmes et les minorités ont subi des discriminations dans le secteur public. Des milliers de Kurdes syriens se sont vu refuser la nationalité en 1962, et leurs descendants continuent à être considérés comme « étrangers »[86]. Depuis 2004, des émeutes récurrentes ont exacerbé les tensions dans les zones kurdes du pays. La situation a entrainé des heurts réguliers entre les manifestants kurdes et les forces de l'ordre[87],[88].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Camp pro-gouvernemental[modifier | modifier le code]

Régime el-Assad[modifier | modifier le code]

La position du gouvernement vis-à-vis de la révolte armée est d'incriminer des « groupes armés antigouvernementaux » ou des « islamistes armés ». Après le massacre de Houla, le gouvernement accuse ainsi principalement des islamistes armés. Des « ingérences extérieures » occidentales et des infiltrations d'armes commanditées par des pays adverses, dont le Qatar et l'Arabie saoudite sunnites, sont également régulièrement évoquées. Ainsi, dans une allocution télévisée du [89], le président syrien Bachar el-Assad affirme que l'État syrien fait « face à une véritable guerre menée de l'étranger », il précise que leur but est d’« étouffer la résistance » à Israël[90].

Rappelant qu'après les attentats du 11 septembre 2001, la Syrie a été une base arrière des djihadistes étrangers comme le Français Boubaker El Hakim, le journaliste David Thomson estime fin 2016 que « le régime Assad a toujours instrumentalisé les djihadistes en sa faveur et aujourd’hui, il doit sa survie à la présence de l’État islamique. Donc en aucune manière ce régime ne peut être considéré comme la solution face au djihadisme[91]. ».

Le , après plus de trois années de guerre civile, le gouvernement de Bachar el-Assad, fort des reconquêtes militaires enregistrées au premier trimestre avec l'aide du Hezbollah, organise des élections présidentielles qualifiées de « farce » par les Syriens en exil et par les opposants de l'intérieur. Outre le président en exercice, qui se présente pour un troisième mandat (les deux premiers entérinés par des plébiscites référendaires), deux autres candidats, Maher Al-Hajar et Hassan Al-Nourri se présentent au suffrage de 5 ou 6 millions citoyens en situation de voter (sur une population de 15 millions d'électeurs, avec 3 millions de réfugiés et 6 millions de déplacés). Le scrutin serait ainsi, selon un diplomate français cité par Le Monde, « le prolongement politique de l'offensive militaire en cours, une manière de fermer la porte à tout plan de paix, une fuite en avant dans la bunkerisation du régime et la sanctuarisation de la Syrie utile. »[92]. À l'issue des élections, où aucun parti islamiste ni membre de l'opposition n'a le droit de se présenter, Bachar el-Assad est reconduit pour un troisième mandat avec 88,7 % des suffrages exprimés. La participation aurait atteint 73,4 %, selon la Cour constitutionnelle et 11,6 millions de personnes auraient participé au scrutin. Selon le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid el-Mouallem, « face au complot, le peuple a choisi de reconduire ses dirigeants pour rétablir la sécurité, lutter contre le terrorisme et reconstruire le pays ». Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne, qualifie l'élection d'« illégitime », tandis que le Secrétaire d'État américain, John Kerry, parle de « non-élection »[93].

Défections dans le camp loyaliste[modifier | modifier le code]

Début juillet 2012, le général Manaf Tlass, intime de Bachar el-Assad tombé en disgrâce et fils de l'ancien ministre de la défense de Hafez el-Assad, fait défection[94] et se présente à la troisième réunion des Amis du peuple syrien qui se tient à Paris. Le , l'ambassadeur de Syrie en Irak Naouaf Fares fait également défection[95]. 18 généraux et de nombreux officiers et soldats de l'armée syrienne ont abandonné le gouvernement et se sont réfugiés en Turquie avec leurs familles[96].

Lundi , le premier ministre d'origine sunnite Riad Hijab fait défection deux mois après sa nomination pour rejoindre l'opposition[97] au Qatar, tandis que la télévision d’État annonce son limogeage. Mi-août 2012, une dizaine de diplomates syriens à l'étranger ont officiellement rejoint la contestation[98]: Bassam Al Imadi (ancien ambassadeur en Suède), Nawwaf Al Cheykh Fares (ambassadeur en Irak), Lamia Hariri (chargée d’affaires à Chypre), Abdel-Latif Al Dabbagh (ambassadeur aux Émirats arabes unis), Mohammed Tahsin Al Faqir (attaché de sécurité près l’ambassade à Oman), Farouq Taha (ambassadeur en Biélorussie), Mohammed Housam Hafez (conseiller et consul en Arménie), Khaled Al Ayyoubi (chargé d’affaires au Royaume-Uni), Khaled Al Saleh (chargé d’affaires au Nigeria), Dani Ba’aj (deuxième secrétaire à la représentation permanente auprès de l’ONU à Genève).

L'Armée arabe syrienne[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Forces armées syriennes et Armée syrienne.
Des soldats de l'armée syrienne à Palmyre, le 5 mai 2016.
Insigne de la Garde républicaine.

Avant le soulèvement, les troupes régulières de l'armée syrienne comptaient environ 325 000 hommes, dont 220 000 dans l'armée de terre et le reste réparti entre la marine, l'armée de l'air et la défense aérienne. À ces effectifs venaient s'ajouter 280 000 à 300 000 réservistes.

Dès le mois de juin 2011, des défections sont signalées. En juillet 2012, l'Observatoire syrien des droits de l'homme estimait que des dizaines de milliers de soldats avaient déserté. Selon des experts occidentaux, ces défections, bien que dommageables pour le moral, n'avaient pas altéré la force de frappe de l'armée syrienne, la plupart des déserteurs étant issus de la communauté sunnite, dont les membres n'ont jamais occupé de poste de responsabilité dans le dispositif.

En mars 2013, selon l'International Institute for Strategic Studies de Londres, l'effectif régulier de l'armée de terre syrienne était tombé à 110 000, en raison des défections, des désertions et des victimes. Le gouvernement ne peut alors réellement compter que sur les contingents alaouites : les Forces spéciales, la Garde républicaine et deux divisions d'élite (3e et 4e divisions), soit 50 000 hommes au total[3]. De son côté, The Institute for the Study of War estime dans un rapport publié le , que les forces de l'armée syrienne sont passées de 325 000 hommes au début du conflit à 150 000 hommes au début de l'année 2015[99].

Dès 2013, l'armée syrienne est affaiblie par de très lourdes pertes. Les unités d'élite sont décimées et les troupes sunnites sont maintenues en garnison dans les casernes de peur qu'elles ne passent à la rébellion. Les officiers se muent en seigneurs de guerre vivant du racket et des trafics. Progressivement, l'armée syrienne est supplantée par des milices et des troupes étrangères alliées[100].

Les chabiha[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chabiha.

Les chabiha sont des milices pro-gouvernementales non officielles généralement issues de la communauté alaouite. Le gouvernement les a utilisées régulièrement, au début des troubles, pour disperser les manifestations et faire régner l'ordre dans les quartiers en effervescence[101],[102],[103]. Quand les manifestations ont laissé place au conflit armé, l'opposition a commencé à nommer « shabiha » tout civil pro-Assad participant à la répression du soulèvement[104]. L'opposition a accusé les shabiha d'être à l'origine de nombreux abus commis à l'encontre des manifestants et des opposants[104] ainsi que de pillages et de déprédations[105],[106].

Les chabiha auraient été créés par Bassel el-Assad dans les années 1980 pour être utilisés par le gouvernement en période de crise[107]. On les a décrits comme « des paramilitaires alaouites de mauvaise réputation, accusés d'être les hommes de main du régime d'Assad[108] », des « mercenaires loyaux envers Assad[109] » et selon l'Arab Center for Research and Policy Studies, basé au Qatar, « des gangs à demi hors-la-loi, composés d'hommes de main proches du régime[109] ». Fin 2012, les chabiha fusionnent avec plusieurs autres milices pour former la Jaych al-Shabi, qui devient ensuite les Forces de défense nationale[7].

En décembre 2012, les shabiha ont été listés comme des organisations terroristes par les États-Unis[110]

Les Forces de défense nationale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Forces de défense nationale.

Formées initialement sous le nom de « Jaych al-Shabi », à la fin de l'année 2012 par la fusion de plusieurs milices, les Forces de défense nationale (FDN) rassemblent environ 100 000 hommes[111],[112]. Elles reçoivent équipements et salaires du gouvernement[113],[114], mais elles sont formées et organisées par le Corps des Gardiens de la révolution islamique[115]. La plupart de ces miliciens sont Alaouites, mais certains sont également chrétiens ou druzes[116],[113],[115].

Les milices chiites[modifier | modifier le code]

Miliciens chiites du Fawj al-Imam al-Hujja, après le siège de Nobl et Zahraa, le 3 février 2016.

Dès l'été 2011, de nombreuses milices chiites, armées et entraînées par l'Iran, sont déployées en Syrie aux côtés des forces loyalistes. Ces combattants invoquent la protection de la mosquée de Sayyida Zeinab, près de Damas, un haut lieu de pèlerinage chiite, pour justifier leur intervention. Les milices sont présentes dès le début du conflit, mais leur nombre augmente sensiblement par la suite. En 2016 jusqu'à 50 milices chiites sont présentes en Syrie. Les groupes les plus importants sont le Hezbollah, la Brigade Abou al-Fadl al-Abbas, l'Organisation Badr, Asaïb Ahl al-Haq, le Harakat Hezbollah al-Nujaba, la Brigade des Fatimides, les Brigades de l'imam Ali et la Saraya al-Khorasani[117]. Début 2014, le nombre des combattants est estimé entre 5 000 à 10 000[118], puis entre 20 000 et 40 000 début 2016[9], entre 40 000 et 60 000 fin 2016[10], et jusqu'à un maximum de 100 000 combattants en 2018[11]. Ils sont pour la plupart Irakiens, Syriens, Iraniens, Libanais, Afghans, mais on compte aussi des Pakistanais, des Yéménites[117],[100]. Leur salaire est versé par le régime syrien[9],[118]. D'après des responsables politiques chiites et le ministre des Affaires étrangères irakien Hoshyar Zebari, les combattants en question n'ont cependant pas reçu de feu vert officiel de la part des chefs de leurs mouvements ou du gouvernement irakien, dominé par les chiites, pour aller combattre en Syrie[119],[120],[121],[122].

Le Hezbollah[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hezbollah.

En 2012, le Hezbollah, milice libanaise chiite pro-iranienne, envoie des forces en Syrie pour appuyer le régime de Damas qui lui assure un important soutien logistique dans sa lutte contre Israël[123],[124],[125]. Fin avril 2013, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, reconnaît officiellement la participation de son organisation aux combats en Syrie[126],[127]. D'après l'universitaire Thomas Pierret, « le Hezbollah cherche à protéger les points stratégiques syriens qui lui permettent d’acheminer des armes venues d’Iran »[128]. Le 25 mai 2014, Hassan Nasrallah déclare que le Hezbollah se bat en Syrie parce que Damas « a nourri et protégé la résistance libanaise ». Accusé par ses détracteurs de baisser la garde contre Israël en envoyant des combattants en Syrie, il s'est dit convaincu de la victoire finale du régime d'el-Assad et a assuré que le Hezbollah avait « toujours la capacité de dissuader Israël » et que « c’est l’une des inquiétudes de l’ennemi israélien : il regarde la Syrie et l’Iran et il voit qu’ils donnent toute l’aide qu’ils peuvent à la résistance »[129]. Avec entre 5 000 à 8 000 hommes déployés en Syrie, le Hezbollah fournit le plus gros contingent de miliciens chiites étrangers[130],[131]. Malgré les lourdes pertes subies, militairement le Hezbollah monte fortement en puissance lors de la guerre civile syrienne[132],[133].

L'opposition politique : CNS et CNFOR[modifier | modifier le code]

Logo de la CNFOR.

Le Conseil national syrien est une autorité politique de transition créée le 15 septembre 2011 et officialisée les 1er et 2 octobre 2011 à Istanbul, en Turquie, pour coordonner l'opposition au régime de Bachar el-Assad, en Syrie et dans les pays tiers[134].

Composé de 400 membres et dominé par les sunnites, le CNS rassemble plus de 30 organisations d'opposants[135] dont les Frères musulmans (qui y sont majoritaires[136],[137],[138]), des libéraux mais aussi des partis kurdes et assyriens[139],[140].

Le 11 novembre 2012, le CNS adhère à la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution dont il reste la principale composante[141].

La Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution (ou Coalition nationale syrienne), est une autorité politique de transition créée le 11 novembre 2012 à Doha, au Qatar. Siégeant au Caire[142], plus large que le CNS, bien financée et largement reconnue au niveau international[143],[144],[145],[146],[147],[148],[149] la Coalition engage « les parties signataires à œuvrer pour la chute du régime, et de tous ses symboles et piliers, et pour le démantèlement de ses organes de sécurité, en poursuivant tous ceux qui ont été impliqués dans des crimes contre les Syriens ».

Denise Natali, professeur à la National Defense University, estime que la Coalition représente mieux les intérêts de ses soutiens étrangers que ceux des Syriens de l'intérieur, et ne se distingue du CNS que par une allégeance au Qatar et aux autres États du Golfe Persique plutôt qu'à la Turquie[150].

Les rebelles : Armée syrienne libre, Ahrar al-Cham, Front al-Nosra et autres groupes[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Armée syrienne libre.

À l'automne 2011, face à la répression, des défections se produisent dans les rangs gouvernementaux et une frange de l'armée semble se constituer en opposition armée au gouvernement. Deux groupes de soldats séditieux, l'Armée syrienne libre (créée en juillet 2011 par le colonel Riyad Al Asaad) et le Mouvement des officiers libres, se forment[151]. Ils fusionnent en septembre 2011 sous l'égide du premier, alors que les attaques de déserteurs contre les forces gouvernementales se multiplient[152],[153],[154]. Le , l'ASL reconnaît l’autorité du Conseil national syrien (CNS)[155].

Fin août 2012, à l'instigation de la France et de la Turquie, plusieurs centaines d'officiers, déserteurs de l'armée syrienne, se réunissent à Istanbul, autour du général Mohamed Al Haj Ali, le plus gradé d'entre eux, et décident de placer l'ensemble des brigades rebelles sous son commandement. Le projet échoue en raison des dissensions entre bailleurs de fonds et de la montée en puissance des djihadistes étrangers dans le nord du pays. Alors que le clan el-Assad resserre les rangs, l'option d'un retournement des forces armées, déterminant dans la chute des régimes tunisien et égyptien, s'éloigne définitivement[156].

L'ASL ne forma cependant jamais une armée unie, elle devient progressivement un simple label dont se réclament certains groupes rebelles indépendants de fait[157]. En 2015, elle regroupait environ 70 factions, la plupart dans le sud de la Syrie, rassemblées au sein du Front du Sud[158]. Parmi les principales brigades affiliées à l'ASL figurent ; la Brigade Ahfad al-Rassoul, la Brigade al-Farouq, le Liwa al-Tawhid, les Brigades des martyrs de Syrie, le Mouvement Hazm, l'Armée de Yarmouk, Faylaq al-Rahman, Fastaqim Kama Umirt, Alwiyat Saif al-Cham, la 1re division côtière, la 101e division d'infanterie, Liwa Suqour al-Jabal, la 13e division, la 16e division d'infanterie, Liwa Shuhada al-Islam, Fursan al-Haq, la Brigade de la Tempête du Nord et la Division Sultan Mourad.

Dès 2012, les islamistes voient leurs effectifs fortement augmenter. Selon l'ONU, les rebelles issus des deux organisations liées à al-Qaïda (Front al-Nosra et État islamique d'Irak) représentaient, en 2012, 5 % environ des insurgés, alors qu'en septembre 2013, « les membres de ces deux groupes et les salafistes en général sont en nombre au moins 40 % des 150 000 insurgés environ qui se battent sur l'ensemble du territoire ». « 58 % exactement des 600 factions armées les plus fortes — avec plus de 50 combattants — épousent [une] vision ultrarigoriste ou obscurantiste de l'islam »[159].

Les groupes islamistes sont divisés entre ceux relativement modérés, proches pour certains des Frères musulmans, comme le Front de l'authenticité et du développement, Faylaq al-Cham, l'Union islamique Ajnad al-Cham, le Harakat Nour al-Din al-Zenki, les Kataeb Thuwar al-Cham, Al-Fauj al-Awwal et Liwa al-Fatah[158],[160], et d'autres plus extrémistes, d'idéologie salafiste djihadiste, tels que Jaych al-Mouhajirine wal-Ansar, Jound al-Aqsa, Jound al-Cham, le Parti islamique du Turkistan, le Harakat al-Muthanna, le Harakat Cham al-Islam ou Liwa Ansar al-Khalifah[161].

Plusieurs structures de coordination et chambres d'opérations sont formées au cours du conflit. En 2012, des brigades salafistes ou proche des Frères musulmans se rassemblent au sein du Front islamique de libération syrien et du Front islamique syrien[162],[163]. Plusieurs annoncent qu'elles rejettent la Coalition nationale syrienne[164]. En novembre 2013, le Front islamique devient le plus important rassemblement de groupes rebelles syriens[165],[166]. Puis depuis mars 2015, l'Armée de la conquête domine dans le nord-ouest de la Syrie[167].

Drapeau du Front al-Nosra.

Depuis 2015, Ahrar al-Cham, Jaych al-Islam et le Front al-Nosra — seuls groupes dont les effectifs dépassent les 10 000 hommes — sont les trois principales organisations militaires rebelles en Syrie[158],[161]. Le mouvement salafiste Ahrar al-Cham est le seul actif sur tous les fronts du territoire syrien[168]. Jaych al-Islam, également salafiste, est quant à lui le principal groupe rebelle dans la région de Damas[158],[7],[169]. Le Front al-Nosra est initialement une extension en Syrie de l'État islamique d'Irak. Mais en 2013, il refuse la fusion pour former l'État islamique en Irak et au Levant et est reconnu par Ayman al-Zaouahiri comme la branche syrienne d'Al-Qaïda[170]. En 2016, pour des raisons tactiques, le Front al-Nosra et al-Qaïda se séparent d'un commun accord et le premier se rebaptise Front Fatah al-Cham[171].

Au total, les forces de la rébellion syrienne sont estimées de 100 000 à 150 000 hommes en 2016[15],[172].

L'État islamique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État islamique (organisation).
Drapeau de l'État islamique.
En gris, territoires contrôlés en Syrie et en Irak par le califat de l'État islamique en juin 2015.

Né en 2006 en Irak, l'État islamique est une organisation salafiste djihadiste, dirigée par Abou Bakr al-Baghdadi, proclamé calife le . Le groupe apparaît en Syrie le sous le nom d'État islamique en Irak et au Levant et prend le nom d'État islamique lorsqu'il proclame l'instauration du califat, mais ses adversaires lui donnent le surnom de « Daech »[173].

Considéré comme moins corrompu que les autres groupes djihadistes, l'EIIL est aussi le plus extrémiste, il est craint pour sa violence, son intransigeance et son indifférence aux notions de droits humains[174]. Très impliqué sur les réseaux sociaux, il attire un grand nombre de djihadistes étrangers venus de tout le Monde musulman et même d'Occident[175].

Cependant, sa radicalité et ses ambitions lui attirent rapidement l'hostilité des autres groupes rebelles. En janvier 2014, le Front islamique, l'Armée syrienne libre et le Front al-Nosra et plusieurs autres groupes rebelles lui déclarent la guerre[176].

En 2013 et 2014, les effectifs en Syrie de État islamique sont estimés de 5 000 à 13 000 hommes[177],[178]. Ils augmentent sensiblement à la suite de la proclamation du califat. En 2015, les estimations vont de 20 000 à 80 000 combattants, tant en Syrie qu'en Irak et sans compter le ralliement de nombreux groupes djihadistes à travers tout le monde musulman[179].

Les Kurdes du PYD[modifier | modifier le code]

Drapeau des YPG, branche armée du PYD.
Combattantes des YPJ en 2016.

Historiquement discriminées par le régime et ancrées à une solide identité culturelle[71], les populations kurdes de Syrie occupent, le long de la frontière turque, trois enclaves séparées qui constituent le prolongement naturel des territoires kurdes de Turquie et d’Irak[180]. Au début du conflit kurde en Turquie, la Syrie sert déjà de base arrière au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ; de 1979 à la fin des années 1990, tout en réprimant les autres organisations kurdes, le régime laisse le PKK installer son état-major sur son territoire[181]. Cependant, en 1998, Damas se rapproche d'Ankara ; Abdullah Öcalan est expulsé et des centaines de militants sont arrêtés[181]. En 2003, une branche syrienne du PKK, le Parti de l'union démocratique (PYD), est formée[181]. En 2004, parti de Qamichli, un mouvement de protestation de Kurdes réclamant leurs droits civiques est réprimé par le régime, avec plusieurs dizaines de morts[181].

En juillet 2012, le PYD profite des désordres de la guerre civile pour prendre le contrôle du « Kurdistan syrien », appelé le Rojava[182]. Depuis le 12 novembre 2013, ce dernier dispose d'une administration autonome, qui gère les questions « politiques, militaires, économiques et de sécurité dans la région et en Syrie »[183]. Le PYD forme sa branche armée, les Unités de protection du peuple (YPG), dont les effectifs sont estimés entre 35 000 et 65 000 combattants, avec environ 40 % de femmes[184]. Jouant leur propre carte, les Kurdes du PYD concluent parfois des alliances ponctuelles et opportunistes, tantôt avec les forces loyalistes, tantôt avec les rebelles[185]. Hostiles au régime de Bachar el-Assad, ils affrontent cependant rarement les forces loyalistes avec lesquelles ils cohabitent dans certaines villes[186],[187]. Ils combattent aussi à plusieurs reprises contre des groupes de l'Armée syrienne libre soutenus par la Turquie, tout en étant les alliés d'autres factions de l'ASL, notamment celles rassemblées au sein de Jaych al-Thuwar. Les YPG livrent l'essentiel de leurs combats contre les forces djihadistes, et principalement contre l'État islamique[188],[187]. Considérés comme une organisation terroriste par la Turquie, les YPG parviennent cependant à s'allier au cours du conflit à la fois avec les États-Unis et avec la Russie[189],[190],[191].

En octobre 2015, les Kurdes des YPG forment avec d'autres factions une vaste alliance qui prend le nom de Forces démocratiques syriennes[192],[193]. Elle rassemble des groupes arabes affiliés à l'Armée syrienne libre, ainsi que la milice tribale Jaych al-Sanadid, les chrétiens syriaques du MFS, et des volontaires anarchistes et marxistes-léninistes, venus principalement de Turquie et d'Europe et réunis au sein du Bataillon international de libération[192],[193]. Cependant, les YPG et les diverses organisations affiliées au PYD demeurent la force dominante de cette coalition[192],[193].

Acteurs internationaux[modifier | modifier le code]

Rôle de l'Iran[modifier | modifier le code]

En 1979, après la Révolution iranienne, la Syrie a été le premier pays arabe à reconnaître la République islamique d'Iran. Depuis les deux pays sont étroitement alliés ; une alliance qui est également favorisée par l'appartenance de la famille el-Assad au groupe ethnique et religieux des Alaouites, apparenté aux chiites. Lors de la guerre Iran-Irak, la Syrie est aussi le seul pays arabe à soutenir Téhéran contre son rival baasiste. Au cours de cette période, la Mosquée de Sayyida Zeinab, près de Damas, devient un haut lieu de pèlerinage pour les chiites. Après la mort de Hafez el-Assad et la montée au pourvoir de Bachar el-Assad, l'influence de l'Iran s'accroît en Syrie, au point de devenir plus un parrain qu'un allié[117],[194],[195],[196],[197].

Au début de la crise, la diplomatie iranienne en Syrie apparaît ambiguë en raison des tensions entre le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et le guide suprême, Ali Khamenei, soutenu par le Corps des Gardiens de la révolution islamique[198]. Ahmadinejad applaudit la révolution tunisienne et la révolution égyptienne qui renversent des régimes alliés aux Américains et aux Israéliens ; pour la Syrie, il reprend dans un premier temps les déclarations de Bachar el-Assad qui dénonce les manifestations pacifiques comme un « complot international », mais il appelle ensuite au dialogue et désapprouve la répression militaire[198],[199]. Cependant, le dossier syrien reste aux mains du guide suprême Ali Khamenei et des Gardiens de la révolution islamique qui soutiennent le régime dés le début de la crise et mettent un coup d'arrêt à la tentative d'ouverture d'Ahmadinejad[117]. L'Iran ne tient pas à perdre un allié stratégique et la possibilité de l'arrivée en Syrie d'un pouvoir favorable à l'Arabie saoudite est pour lui une véritable hantise[117],[197].

L'Iran participe militairement au conflit syrien[200],[201],[202],[203],[204]. Des éléments du Corps des Gardiens de la révolution islamique sont déployés en Syrie dès 2011 et participent à la répression des manifestations[117]. Leur nombre est inconnu, initialement des conseillers militaires sont envoyés mais des tireurs d'élite sont également signalés en juin 2011[117]. En juin 2012, le général Esmaïl Ghani, commandant en second de la Force Al-Qods, reconnaît officiellement la présence en Syrie des forces spéciales du Corps des Gardiens de la révolution[205]. L'engagement de l'Iran augmente significativement en 2014 et 2015. En 2015, des unités entières du Corps des Gardiens de la révolution islamique sont déployées en Syrie, suivies début 2016 pour la première fois par des unités de l'armée régulière iranienne[100]. Le nombre des Gardiens de la révolution islamique déployés en Syrie est estimé entre 5 000 et 10 000[11],[13]. L'ingérence iranienne est cependant très mal vue par une partie des généraux de l'armée syrienne : en 2015, le lieutenant-général Rustum Ghazaleh, chef de la sécurité politique du régime, est tabassé à mort après avoir dénoncé l'emprise croissante de la hiérarchie militaire iranienne[117].

L'Iran parraine également de nombreuses milices chiites au Moyen-Orient, telles que le Hezbollah au Liban ou l'Organisation Badr depuis la guerre Iran-Irak[117],[197]. À partir de 2013, le nombre des milices chiites irakiennes déployées en Syrie augmente[117]. Les principales milices syriennes, les Forces de défense nationale, sont également entraînées par les Gardiens de la Révolution[117].

Par ailleurs, l'Iran fournit au gouvernement syrien une aide financière annuelle pour contourner les sanctions internationales, entre un et quinze milliards de dollars selon les estimations[117],[206].

En juillet 2015, le général iranien Qasem Soleimani effectue une visite à Moscou alors que les rebelles progressent vers la côte. D'après l'agence Reuters, ce déplacement, précédé par des contacts à haut niveau entre Russes et Iraniens, est la première étape préparant l'intervention militaire de la Russie en Syrie[207].

Rôle de la Russie[modifier | modifier le code]

L'alliance entre la Russie et la Syrie remonte au temps de la Guerre froide[208]. Leur relation débute au milieu des années 1950 et se renforce à partir de 1970[208]. En 1980, Damas et Moscou signent un traité d'amitié, à une période pourtant où Hafez el-Assad écarte l'aile gauche socialiste pure et dure du Parti Baas et réprime les communistes dissidents et les nassériens[208]. Entre 1982 et 1986, l'Union soviétique livre à la Syrie plus de mille chars, 200 avions de chasse et des centaines de pièces d'artillerie, ce qui au moment de la guerre civile, constitue encore l'arsenal de base du régime[208]. À ces éléments vétustes, s'ajoutent cependant par la suite des armes plus modernes, comme des missiles sol-sol SS-21[208]. Les relations entre Moscou et Damas se tendent toutefois quelque peu sous la présidence de Mikhaïl Gorbatchev, Hafez el-Assad se rapproche même alors des États-Unis et de l'Europe[208]. Ils renouent au début des années 2000 après l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine et le début de la guerre d'Irak[208]. Lorsque la guerre civile éclate, les deux pays sont très proches : des milliers d'officiers de l'armée syrienne ont été formés dans les académies militaires soviétiques et russes, sans compter des dizaines de milliers de mariages mixtes, en particulier parmi les Syriens de minorité grecque orthodoxe[208].

Militaires de l'armée russe à Alep, le 18 décembre 2016.

La Russie s'oppose à toute résolution ou sanction contre la Syrie[209],[210] ; entre le début du conflit et début 2018, elle place son veto au Conseil de sécurité de l'ONU à onze reprises[211],[212]. Elle appuie le régime syrien pour plusieurs raisons : pour des raisons stratégiques (elle tient à conserver son unique base navale méditerranéenne à Tartous, qui accueille en permanence des navires de la flotte militaire russe)[208],[213],[214],[215],[216] ; pour des raisons intérieures (craintes de voir le Printemps arabe faire tache d'huile en Russie[215],[216]) ; pour des raisons de principes (la Russie est traditionnellement opposée à tout droit d'ingérence, sa ligne est de s'opposer à toute intervention militaire étrangère qui viserait à renverser un régime au pouvoir, même pour des raisons humanitaires)[208],[215],[216] ; ou encore pour des raisons d'intérêts (la Russie est notamment le premier fournisseur d'armes de la Syrie, 75 % des armes syriennes viennent de Russie)[208]. Les Russes redoutent plus globalement une perte de débouchés commerciaux en Syrie, ce pays étant en 2011 leur quatrième marché le plus lucratif avec 700 millions de dollars de vente[208],[217]. En 2012, Moscou prétend néanmoins ne livrer que des armes de défense antiaérienne à la Syrie, affirmant même qu'elle ne conclurait plus de nouveaux contrats d'armement avec la Syrie avant la stabilisation de la situation[218]. La Russie compte également la plus importante minorité musulmane d'Europe et tient à contrer l'influence du djihadisme[208]. Marquée par les guerres en Tchétchénie et plusieurs attentats, elle redoute une montée islamiste liée à la formation d’un front panislamique qui s’étendrait du Caucase aux frontières orientales de la Communauté des États indépendants et de l'Asie centrale, ainsi qu'un affaiblissement de l'Iran dans l'équilibre géopolitique du Moyen-Orient[208],[217]. Elle cherche aussi à s'afficher comme un protecteur des chrétiens orthodoxes d'orient et comme un allié fiable qui ne lâche pas ses partenaires[208],[217]. De plus, elle conçoit ses opérations militaires en Syrie comme un bon entraînement pour ses troupes aérospatiales[219],[220] et un moyen de tester[221] et valoriser[222] l'armement moderne russe dans les conditions réelles de combat. Enfin, la Russie tient à redevenir une puissance mondiale, à l'égal des États-Unis[208],[223].

Fin 2011, alors qu'une demande d'intervention de la Turquie par des réfugiés syriens se fait de plus en plus pressante, la Russie prévoit en retour de déployer une importante flotte militaire dans les eaux territoriales syriennes pour empêcher une éventuelle attaque de l'OTAN[224],[225]. Le 20 mars 2012, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères annonce que la Russie est prête à soutenir une déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU appuyant la mission en Syrie de Kofi Annan sous condition que celle-ci « ne constitue pas un ultimatum »[226]. Le 5 juin 2012, son vice-ministre Guennadi Gatilov affirme n'avoir « jamais dit ou posé comme condition qu'Assad devait nécessairement rester au pouvoir à la fin du processus politique », ce qui constitue un premier signe de changement de position de la Russie, devant la répétition de massacres. Sur le plan financier, la Russie a envoyé des tonnes de billets de banque à la Syrie. L'impression de la monnaie syrienne était initialement dévolue à une banque autrichienne, mais elle fut stoppée à cause des sanctions occidentales[227]. Par ailleurs, des conseillers militaires russes sont présents en Syrie dès 2012[228].

À l'été 2015, la Russie intensifie son aide au régime syrien, notamment par la livraison de blindés et d'avions (des Su-24, Su-25, ainsi que des avions de reconnaissance[229],[230]), et renforce les garnisons russes à Lattaquié et Tartous[231],[232]. La base aérienne de Hmeimim, adjacente à l'aéroport international de Lattaquié, est agrandie et des dizaines d'avions de chasse, des chars et des missiles antiaériens SA-22 y sont déployés[208]. À partir du 30 septembre 2015, l'intervention militaire de la Russie prend la forme d'une intense campagne de bombardements en soutien aux forces de Bachar el-Assad. Les forces déployées sont relativement modestes — 4 000 à 5 000 hommes des forces armées russes, 1 000 à 4 000 mercenaires du Groupe Wagner, et 50 à 70 aéronefs — mais suffisantes pour refaire pencher la balance en faveur du régime syrien[233],[234],[235],[236]. Selon le ministère russe de la Défense, 63 000 militaires russes ont combattu en Syrie entre septembre 2015 et août 2018[237]. En 2016, le coût de son engagement en Syrie représente pour la Russie entre 3 et 4 millions de dollars par jour pour environ 11,5 millions de dollars par jour pour les États-Unis[238].

Rôle de la Turquie[modifier | modifier le code]

En 2011, la Turquie aspire à jouer un rôle de médiateur entre les différents pays du Moyen-Orient et elle entretient de très bonnes relations avec la Syrie depuis la fin des années 1990[239],[240],[241]. Lorsque la révolution syrienne débute, elle tente de convaincre Bachar el-Assad d'éviter de recourir à la force contre les manifestants et de négocier une issue pacifique, mais elle n'est pas entendue et les relations se tendent[239],[241],[242]. La crise perdure et les pertes financières sont considérables pour Ankara, qui a de très gros intérêts économiques en Syrie[239],[241]. À l'été 2011, la Turquie rompt définitivement avec le régime syrien, en croyant à tort sa chute imminente, et apporte son soutien à la rébellion[239]. Le Conseil national syrien est lancé en octobre à Istanbul et le premier camp de l'Armée syrienne libre est installé en décembre[239]. Bien que l'AKP, au pouvoir, soit proche des Frères musulmans, la Turquie soutient l'ensemble de l'opposition, à laquelle elle fournit des armes, mais elle se montre aussi assez complaisante avec les groupes djihadistes[239],[243]. Les rebelles modérés comme les djihadistes franchissent librement les frontières et leurs blessés sont soignés dans les hôpitaux turcs[244]. Jusqu'au printemps 2015, la Turquie se montre également peu hostile à l'État islamique, dont elle est le principal acheteur de pétrole et de coton par l'intermédiaire d'un réseau de trafiquants et de contrebandiers[239]. L'opposition turque accuse alors le gouvernement de soutenir les djihadistes[245],[244]. Face aux pressions, Ankara inscrit en juin 2014 l'État islamique et le Front al-Nosra dans la liste des organisations terroristes[244]. Cependant, la Turquie hésite à prendre des mesures offensives contre l'EI à cause de l'enlèvement de 80 otages turcs à Mossoul en juin 2014 et par crainte d'une attaque contre le tombeau de Suleiman Chah[244],[241].

Des soldats de l'armée turque, près de la frontière syrienne en 2017.

Le gouvernement turc considère comme menace principale la formation d'un Kurdistan syrien autonome tenu par le PYD et sa branche armée les YPG, liés au PKK[239]. Il voit d'un très mauvais œil l'alliance formée en 2014 entre les YPG et la coalition internationale menée par les États-Unis, coalition qu'elle intègre pourtant[239],[246]. En Turquie, un cessez-le-feu est conclu avec le PKK en 2013, mais le conflit kurde reprend à l'été 2015[247]. À la même période, la Turquie mène ses premiers bombardements contre l'État islamique mais elle est aussi frappée par plusieurs attentats, aussi bien de la part des djihadistes de l'EI que des rebelles kurdes.

La Turquie, qui de 2011 à 2016 accueille plus de deux millions de réfugiés syriens, réclame également à de nombreuses reprises la mise en place d'une zone tampon et d'une zone d'exclusion aérienne au nord de la Syrie, mais elle se heurte à l'opposition des Américains[239],[248].

Au terme des quatre premières années de conflit syrien, le bilan de la diplomatie turque est désastreux[239],[243],[241] : la Turquie s'est brouillée avec le monde arabe ; avec les Occidentaux, par son hostilité aux Kurdes des YPG et sa complaisance envers les djihadistes[239],[246],[243] ; avec la Russie, après l'attaque aérienne du 24 novembre 2015 ; avec l'Égypte après la chute de Mohamed Morsi en 2013[243] ; avec Israël depuis 2009[239] ; tandis que les relations avec l'Arabie saoudite sont également plutôt fraîches[239],[243]. Le Qatar, avec lequel la Turquie signe un accord de défense le 19 décembre 2014, fait exception[239]. Mais sur le plan énergétique, la Turquie dépend beaucoup de la Russie et de l'Iran et n'est pas en mesure de s'opposer à leur politique en Syrie[239]. En juillet 2016, le gouvernement échappe à une tentative de coup d'État menée par une partie de l'armée[249]. À l'été 2016, la Turquie change alors de cap[241] : elle normalise ses relations avec Israël[250], elle se réconcilie avec la Russie[251],[252],[253], elle s'engage à coopérer avec l'Iran[254] et admet pour la première fois que Bachar el-Assad est « acteur qu'il faut reconnaître en Syrie ». Le premier ministre Binali Yıldırım déclare le 20 août : « Il est possible de parler avec Assad pour évoquer la transition en Syrie... Mais pour la Turquie il n'en est pas question. »[255],[253]. Pour autant, le président Recep Tayyip Erdoğan réaffirme le 27 décembre 2017 sa totale opposition à un maintien au pouvoir de Bachar el-Assad, qu'il qualifie de « terroriste »[256].

Fin août 2016, l'armée turque lance l'Opération Bouclier de l'Euphrate et intervient directement au Nord de la Syrie pour chasser l'État islamique de sa frontière et empêcher le PYD d'établir une continuité territoriale entre les différents cantons de la région fédérale du Rojava, proclamée le [257],[258],[259],[253],[260]. De facto, la Turquie parvient également à établir une zone tampon à partir de sa frontière[260],[261],[262]. Cette opération militaire s'achève officiellement le [263]. Cependant l'armée turque reste présente en Syrie. En octobre 2017, elle entre dans le gouvernorat d'Idleb où elle installe des postes d'observation en zone rebelle afin de veiller aux accords de cessez-le-feu[264]. Puis elle tourne ses forces contre le PYD et lance une offensive à Afrine au début de l'année 2018, baptisée l'Opération Rameau d'olivier[265]. Mais malgré la volonté affichée du gouvernement turc de chasser le PYD de toute sa frontière, il ne peut étendre son offensive au-delà d'Afrine en raison de l'opposition des États-Unis[266],[262].

Rôle des États-Unis[modifier | modifier le code]

Au cours des décennies qui ont précédé la guerre civile syrienne, les relations ont été agitées entre le gouvernement de Damas et les États-Unis, les phases de tensions alternant avec les phases de détente[267]. La rupture initiale a lieu lors des années 1960 avec le rapprochement de la Syrie vers l'Union soviétique, la montée au pouvoir du parti Baas et la guerre des Six Jours[267]. Après la Résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations unies, Damas rompt ses relations diplomatiques avec Washington[267]. Elles sont rétablies en 1974, mais la guerre du Liban provoque de nouvelles tensions[267],[268], avant une nouvelle détente lors de la signature de l'accord de Taëf en 1989 et la participation de la Syrie à la guerre du Golfe au sein de la coalition en 1991[267]. Mais la situation s'aggrave à nouveau sous l'administration Bush, en 2003 Bachar el-Assad s'oppose à la guerre d'Irak et est alors le seul allié de Saddam Hussein[267],[268]. Craignant d'être la nouvelle cible des néo-conservateurs, le régime de Damas entretient la guérilla en Irak ; il favorise le passage de combattants étrangers à sa frontière qui rejoignent des groupes djihadistes et notamment Al-Qaïda en Irak, puis l'État islamique d'Irak et accorde l'asile à de nombreux baasistes irakiens[267],[269],[268]. Lorsque Barack Obama accède la Maison blanche en 2009, le dialogue reprend entre Damas et Washington[267].

Tir d'obusier M777 howitzer effectué par des soldats américains du 11e Marine Expeditionary Unit en soutien aux Forces démocratiques syriennes lors de l'offensive de Raqqa, le 25 mars 2017.

Les États-Unis se montrent passifs au début de la révolution syrienne en 2011[267]. Cinq semaines après le début des manifestations en Syrie Barack Obama appelle à la fin de la répression, puis il réclame le départ de Bachar el-Assad en août 2011[267]. Mais il tient à désengager les États-Unis d'Afghanistan et d'Irak et n'a pas l'intention de mener d'autres interventions militaires[267],[270]. En décembre 2011, l'armée américaine se retire d'Irak.

En 2012, les Américains commencent à fournir des renseignements à l'Armée syrienne libre, mais refusent de lui livrer des armes[267]. En 2013, des combattants de groupes rebelles non islamistes commencent à être entraînés en Jordanie par les Américains, les Français et les Britanniques, en avril les États-Unis s'engagent à porter à 250 millions de dollars leur assistance « non létale » à la rébellion[267]. C'est en juin 2013, après avoir acquis la certitude que le régime syrien a employé des armes chimiques, que les États-Unis décident de fournir des armes aux rebelles[267]. Le 13 juin, la présidence américaine annonce qu'elle va apporter un « soutien militaire » aux rebelles[271]. En septembre, les brigades de l'ASL dans le sud de la Syrie reçoivent leurs premiers armements, les Américains livrent des armes légères et antichar mais refusent de fournir des missiles sol-air[267]. Début 2014, des missiles antichar BGM-71 TOW commencent à être livrés aux groupes modérés ou liés à l'ASL[272].

Mais les États-Unis sont aussi grandement préoccupés par la question des armes chimiques syriennes et craignent qu'elles ne tombent entre les mains d'al-Qaïda ou du Hezbollah, aussi acceptent-ils la proposition russe de démantèlement de l'arsenal chimique syrien, alors qu'ils semblaient prêts à lancer une campagne de frappes aériennes après le massacre de la Ghouta[267]. C'est finalement contre l'État islamique, à partir du 23 septembre 2014, que les États-Unis engagent une campagne de frappes aériennes, après avoir formé une coalition internationale[267]. Celle-ci intervient surtout en soutien aux Kurdes des YPG et renverse la balance en leur faveur au nord de la Syrie[267]. En octobre 2015, les États-Unis débutent le déploiement de forces spéciales[273].

En 2015, les États-Unis débloquent 500 millions de dollars et concluent un accord avec la Turquie pour former un corps de 15 000 rebelles modérés afin de combattre l'État islamique, nombre ensuite réduit à 5 000. Le programme est un véritable fiasco, en juillet et septembre 2015 seulement 120 hommes entrent en Syrie : le premier groupe est aussitôt attaqué par le Front al-Nosra qui fait plusieurs prisonniers, le second remet une partie de ses armes aux djihadistes pour obtenir un droit de passage. Les combattants de cette « Nouvelle force syrienne » désertent ou font défection et à la mi-septembre, le général Lloyd Austin, chef de l'United States Central Command, reconnait que seulement « 4 ou 5 » rebelles formés et équipés par les forces américaines combattent l'État islamique sur le terrain[274],[275],[276],[277].

La position américaine vis-à-vis de Bachar el-Assad et les déclarations de ses responsables sont parfois confuses et contradictoires, notamment sur la question de négocier ou non avec le régime syrien[267]. Selon le journaliste américain Doyle McManus : « l'administration Obama a une politique mais pas de stratégie »[267]. Jusqu'à la fin de son mandat, Barack Obama reste en retrait sur dossier syrien et dans l'ensemble du Moyen-Orient, laissant ainsi le champ libre à l'Iran et à la Russie[270],[278],[279],[280],[281],[282].

Arrivée au pouvoir en 2017, l'administration Trump ne rompt pas dans les premiers mois avec la politique de l'administration Obama[283],[284],[282]. Elle annonce cependant que le départ de Bachar el-Assad n'est plus pour elle une priorité[285],[286], elle se montre plus proche de la Russie[287], mais affiche ouvertement son hostilité envers l'Iran[283]. Elle continue d'appuyer les Kurdes des YPG malgré les protestations de la Turquie[288],[289],[282] et ravive son alliance avec l'Arabie saoudite[290],[291],[292],[293]. Mais l'attaque chimique de Khan Cheikhoun, le 4 avril 2017, bouleverse la position américaine : pour la première fois les États-Unis ripostent contre le régime syrien en détruisant une de ses bases aériennes dans la nuit du 6 au 7 avril[294],[295]. Après cet événement, les États-Unis déclarent qu'il ne peut y avoir de solution politique avec Bachar el-Assad à la tête du régime[296],[297]. Le 8 mai 2017, après plusieurs mois de sollicitations, le gouvernement américain autorise son armée à fournir des armes aux YPG, malgré l'opposition de la Turquie[298],[299]. En revanche, en juillet 2017, il met fin au programme de la CIA d'aide aux rebelles, qui mis en place quatre ans plus tôt, fournissait à ces derniers armes et entraînement[300],[301],[302],[303]. La livraison d'armes aux Kurdes des YPG cesse également vers fin 2017 ou début 2018, afin d'apaiser la Turquie[304],[305].

Fin 2017, l'État islamique subit plusieurs défaites et perd la grande majorité de son territoire ; le secrétaire d'État Rex Tillerson annonce cependant en janvier 2018 que l'armée américaine va rester en Syrie avec l'objectif d'empêcher les djihadistes de réémerger, de contrer l'influence de l'Iran et de s'opposer au régime de Bachar el-Assad[306],[307],[308]. En janvier 2018, au moins 2 000 soldats américains sont présents en Syrie aux côtés des Forces démocratiques syriennes[309].

Rôle de l'Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2011, le pouvoir en Arabie saoudite est hostile au printemps arabe[310]. En février et mars, son armée réprime notamment le soulèvement bahreïni[310]. Consciente de sa fragilité, la monarchie saoudienne redoute d'être atteinte par le vent de révolte qui secoue le monde arabe, ce qui la pousse à soutenir la stabilité des régimes en place, et donc, dans un premier temps, à soutenir le régime de Bachar el-Assad[310],[311]. Mais elle fait volte-face à l'automne 2011 pour appuyer les rebelles syriens, en choisissant désormais de privilégier l'opportunité de renverser un allié de l'Iran, son principal rival dans la région[310],[312],[311]. Le royaume s'appuie sur les conservateurs, les officiers déserteurs, les tribus et les libéraux[313],[314], il soutient les groupes armés modérés et séculiers liés à l'Armée syrienne libre, mais s'oppose aux Frères musulmans[312],[314],[310],[315],[316],[317],[311]. Cependant, des milliers de Saoudiens partent combattre en Syrie et de nombreux groupes insurgés de toute tendances, dont des djihadistes, bénéficient de soutiens financiers venus d'acteurs privés, d'associations, de comités, de personnalités politiques ou d'hommes d'affaires, parfois liés à la famille royale, qui profitent d'un certain laisser-aller de l'État[310],[318],[319],[317]. L'Arabie saoudite finit par s'inquiéter de la montée en puissance des salafistes djihadistes, qui contestent la légitimité de la dynastie saoudienne, et redoute qu'ils ne puissent bénéficier d'une certaine attractivité aux yeux d'une partie de la population saoudienne, ce qui pourrait déstabiliser le royaume[314],[310],[316],[320]. En mars 2013 les départs de combattants pour la Syrie sont rendus illégaux par le Ministère de l'Intérieur dirigé par le prince Mohammed ben Nayef Al Saoud et le gouvernement tente de reprendre le contrôle des flux financiers à destination de la Syrie en faisant fermer certains comités non étatiques[312],[310]. En février 2014, le royaume saoudien classe le Front al-Nosra et l'État islamique comme organisations terroristes et interdit tout soutien ou financement à ces groupes[312],[319]. Le 7 mai 2014, le roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud fait également inscrire les Frères musulmans sur la liste des organisations terroristes, mais son successeur, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, se montre plus conciliant à leur égard[310],[321],[322]. À partir de 2014 ou début 2015, avec l'affaiblissement de l'Armée syrienne libre, l'Arabie saoudite commence à soutenir également des factions islamistes et salafistes non-djihadistes, comme Jaych al-Islam et Ahrar al-Cham[310],[312],[323],[317]. En 2015, l'Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar se rapprochent pour soutenir les mêmes groupes[310],[311]. En septembre 2014, Riyad rejoint la coalition internationale contre l'EI. Mais à partir de 2015, il concentre ses efforts au Yémen, où il intervient militairement contre les Houthis, alliés de l'Iran, et réduit son financement aux groupes rebelles[323],[312],[319],[324],[310],[317]. À partir de 2016, après l'intervention militaire russe, l'Arabie saoudite apparaît un peu plus en retrait en Syrie[310],[325], elle cherche notamment à nouer de bonnes relations avec la Russie afin de l'éloigner de l'Iran[310],[326]. Le 31 mars 2018, le prince héritier Mohammed ben Salmane Al Saoud reconnaît pour la première fois la défaite de la politique saoudienne en Syrie en admettant que Bachar el-Assad va rester au pouvoir[327],[311].

Rôle du Qatar[modifier | modifier le code]

Contrairement à l'Arabie saoudite, le Qatar soutient les révolutions du Printemps arabe[312]. Cependant, au début des manifestations, le Qatar est encore l'allié du régime syrien et il ne bascule en faveur de l'opposition qu'au bout de plusieurs semaines[328],[329],[330]. Comme dans d'autres pays, il appuie ouvertement les Frères musulmans[312],[315],[331]. Il finance de nombreux groupes rebelles, ainsi que la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution (CNFOR)[312]. Cependant, les Qataris sont écartés de la CNFOR en 2013, après l'élection d'Ahmad Jarba, soutenu par les Saoudiens[312],[315]. Le Qatar fait également parfois l'objet d'accusation de soutien à des groupes salafistes djihadistes, et particulièrement au Front al-Nosra, ce qu'il nie vigoureusement[312],[332],[333],[330]. Des groupes djihadistes bénéficient cependant de soutiens financiers venus d'acteurs privés[334] et en 2014, selon le Département d'État des États-Unis, la vigilance du Qatar est « inexistante »[335].

En septembre 2014, le Qatar rejoint la coalition internationale contre l'EI. Le 19 décembre 2014, il signe un accord de défense avec la Turquie[312]. En 2017, une crise diplomatique secoue les pays du Golfe après des propos conciliants attribués à l'émir du Qatar envers l'Iran, le Hamas et le Hezbollah[336],[337],[338],[339],[340],[341]. Bien que l'émir Tamim ben Hamad Al Thani ait démenti avoir formulé de telles déclarations, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l'Égypte, Bahreïn, le gouvernement yéménite d'Abdrabbo Mansour Hadi, le gouvernement libyen de Tobrouk, la Mauritanie et les Maldives annoncent le 5 juin 2017 la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, en l'accusant de soutenir pêle-mêle « les Houthis, [...] les Frères musulmans, Daech et Al-Qaïda »[337],[338],[339],[342],[343],[344],[340],[341].

Rôle des Émirats arabes unis[modifier | modifier le code]

Les Émirats arabes unis soutiennent l'opposition syrienne et cherchent à se protéger de l'Iran, cependant ils mènent également une politique très active contre les islamistes, en particulier contre les Frères musulmans, et s'opposent par conséquent au Qatar[322]. Proches alliés des États-Unis, les Émirats rejoignent la coalition en 2014 et leurs forces spéciales auraient participé à l'entraînement des combattants des Forces démocratiques syriennes[322]. Après l'Intervention militaire russe, Abou Dabi adopte une ligne moins agressive envers Damas et privilégie la mise en place d'une solution politique associant la Russie et les États-Unis[322].

Rôle de la Jordanie[modifier | modifier le code]

Peu après leurs indépendances, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la Jordanie et la Syrie entament de mauvaises relations à cause des prétentions — pas encore totalement abandonnées — du roi Abdallah à reformer un Royaume arabe de Syrie[345]. Par la suite, lors de la Guerre froide, le royaume hachémite rallie le bloc occidental, tandis que la Syrie se rapproche du bloc soviétique[345]. En 1970 et 1971, les deux pays s'affrontent lors du conflit de Septembre noir[345]. Après un bref apaisement, les relations redeviennent particulièrement exécrables avec le début de l'insurrection des Frères musulmans en Syrie, pendant laquelle Damas accuse Amman de soutenir la confrérie[345]. Entre 1981 et 1986, la Syrie mène alors, parfois par le biais de groupes armés, plusieurs attentats et tentatives d'assassinats contre des cibles jordaniennes ; jusqu'à ce que les relations entre les deux pays s'apaisent à la fin des années 1980[345]. Mais en 1990, contrairement à la Syrie, la Jordanie refuse de soutenir la guerre du Golfe contre son allié irakien, ce qui lui vaut des sanctions de la part des États-Unis et de l'Arabie saoudite[345]. Puis, après la signature du traité de paix israélo-jordanien, le , Damas rompt ses relations diplomatiques avec Amman[345]. Les tensions s'apaisent cependant progressivement pendant la fin des années 1990 et au cours des années 2000 ; en avril 2010, le roi Abdallah II déclare que la relation de son pays avec la Syrie n'a peut-être « jamais été aussi bonne »[345].

Pourtant, le , le roi Abdallah II est le premier dirigeant d'un pays arabe à appeler Bachar el-Assad à démissionner[345]. La Jordanie est également touchée par des manifestations au cours du Printemps arabe, mais dans une moindre ampleur que la Syrie[345]. Le pays doit aussi accueillir rapidement plusieurs centaines de milliers de réfugiés qui vivent dans des conditions précaires ; les répercussions économiques du conflit sont de plus en plus lourdes, or la Jordanie dépend en grande partie d'une rente humanitaire fournie essentiellement par les États-Unis et l'Arabie saoudite, lesquels font alors pression pour qu'Amman s'aligne sur leur politique[345]. La Jordanie apporte un soutien prudent à la rébellion mais cherche à éviter une confrontation directe avec la Syrie ; malgré les accusations et les menaces de la part de Damas, les deux pays ne rompent pas leurs relations diplomatiques au cours du conflit[345],[346].

En dépit de son souhait de privilégier une solution politique à une solution militaire, la Jordanie apporte son soutien à l'Armée syrienne libre (ASL) et en particulier au Front du Sud, une alliance de groupes rebelles de la région de Deraa formée en 2014[345],[347]. Fin 2012, un premier convoi d'armes destiné aux rebelles passe la frontière jordanienne[348]. Il s'agit alors d'armes lourdes des guerres de Yougoslavie transportés à Amman par des avions croates et conduites en Syrie par les Jordaniens[348]. Cette première opération est financée par l'Arabie saoudite et se fait avec l'accord des États-Unis[348]. En 2013, des convois d'armes financées par l'Arabie saoudite à destination de l'ASL continuent de franchir régulièrement la frontière sous la supervision de la CIA et du Dairat al-Mukhabarat al-Ammah (GIP)[346],[349]. Fin 2013, les États-Unis installent le Military Operations Center (MOC) à Amman, une structure dirigée par la CIA, qui avec l'aide d'experts jordaniens, saoudiens, qataris, émiratis, français et britanniques, organise la fourniture d'armes et de salaires aux groupes rebelles jugés fiables et entraîne militairement des milliers de rebelles en territoire jordanien[348],[350]. Contrairement à la Turquie, la Jordanie verrouille suffisamment sa frontière pour empêcher le passage de djihadistes étrangers vers la Syrie et veille à ce que les équipements soient remis aux groupes de l'Armée syrienne libre et non aux islamistes radicaux, contribuant ainsi à ce que l'ASL demeure la force prédominante dans le sud de la Syrie[348].

Cependant, à partir de 2014 et 2015, la Jordanie commence à privilégier la lutte contre l'État islamique : elle rejoint la coalition et bombarde les djihadistes en Syrie[345]. En avril 2015, Amman ferme sa frontière avec la Syrie peu de temps après la prise du poste-frontière de Nassib par le Front du Sud et le Front al-Nosra, exaspéré par l'incapacité des rebelles à sécuriser cette voie commerciale majeure[348]. Fin 2015, sous la pression de la Russie, la Jordanie réduit son soutien au Front du Sud ; elle se rapproche également de l'Iran et rétablit une coopération sécuritaire avec Damas[345],[346],[325]. En juillet 2017, Amman négocie avec Washington et Moscou l'instauration d'un cessez-le-feu dans le sud de la Syrie par la mise en place d'une « zone de désescalade »[351]. Mais peu après, le gouvernement américain annonce la fermeture du MOC et l'aide financière et militaire aux rebelles s'arrête définitivement en décembre 2017[348]. À l'été 2018, la Jordanie ne s'oppose pas à la reconquête du sud de la Syrie par le régime, et espère ainsi pouvoir rouvrir le poste-frontière de Nassib et rétablir la route commerciale avec Damas[351],[348]. Le 15 octobre 2018, le poste frontière de Nassib rouvre[352].

Rôle du Liban[modifier | modifier le code]

Dés leurs indépendances, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les relations entre la Syrie et le Liban s'avèrent difficiles, notamment par la volonté de certains nationalistes d'unifier les deux pays et des créer une Grande Syrie[345]. En 1975, une guerre civile éclate au Liban, opposant principalement des milices chrétiennes menées par les Phalanges libanaises à l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), soutenu par diverses milices arabes nationalistes, socialistes ou communistes[353],[354]. Au printemps 1976, l'armée syrienne intervient au Liban au sein d'une Force arabe de dissuasion mandatée par la Ligue arabe afin d'imposer un cessez-le-feu[353]. Mais cette intervention permet également à Hafez el-Assad de placer sous contrôle les organisations palestiniennes et de mettre le Liban sous tutelle[353]. Le conflit s'achève en 1989 avec l'Accord de Taëf, qui entérine notamment l'occupation du Liban par l'armée syrienne[353].

En 2004, la Résolution 1559 du Conseil de sécurité des Nations unies impose à la Syrie de retirer ses troupes du Liban, mais Bachar el-Assad refuse[353]. Cependant en 2005, l'assassinat du premier ministre libanais Rafiq Hariri provoque la Révolution du Cèdre, où des centaines de milliers de Libanais manifestent pour exiger le départ des troupes syriennes[353]. Après un accord conclu avec l'ONU le 3 avril, l'armée syrienne se retire du Liban le 26 avril[353].

Cependant, la Syrie continue d'exercer une force influence au Liban et le pays reste profondément divisé[353]. Deux coalitions politiques se font alors face : l'Alliance du 8-Mars, qui regroupe notamment le Courant patriotique libre, le Hezbollah, Amal et le PSNS, est proche de la Syrie et de l'Iran, tandis que l'Alliance du 14-Mars, qui rassemble notamment le Courant du futur, les Forces libanaises, les Phalanges libanaises et le Bloc national, est pro-occidentale[353],[355]. À plusieurs reprises des combats opposent ces milices et causent des centaines de morts et de blessés[355]. Le pays connaît cependant d'autres épisodes de violences, avec notamment un conflit au Sud entre Israël et le Hezbollah en 2006 et des affrontements au Nord entre l'armée libanaise et les salafistes djihadistes de Fatah al-Islam en 2007[356].

En mai 2011, peu après de le début de la révolution syrienne, les premiers réfugiés syriens arrivent au Liban[353]. En 2015, la pays accueille 1,2 million de Syriens, alors qu'il n'est lui-même peuplé que 4,5 millions d'habitants, dont 500 000 réfugiés palestiniens[353]. L'État libanais n'ouvre pas de camp et laisse l'ONU prendre en charge les réfugiés[353]. L'économie libanaise souffre aussi grandement du conflit : sa seule ouverture terrestre étant la Syrie, ses échanges commerciaux avec son voisin, mais aussi la Jordanie et les pays du Golfe diminuent grandement, ce qui contraint le Liban à exporter par voie maritime, ce qui est plus long et plus onéreux[353],[357].

Le début de la guerre civile syrienne ravive également les tensions communautaires au Liban[353]. L'Alliance du 8-Mars soutient le régime syrien, tandis que l'Alliance du 14-Mars observe favorablement le début de la révolution syrienne[353]. Le pays connait ponctuellement des affrontements entre milices et des attentats, notamment à Beyrouth et Tripoli, mais c'est surtout dans la région d'Aarsal, au nord-est du pays, que les plus violents affrontements ont lieu[353]. En 2013, notamment après leur défaite à la bataille de Qousseir, de nombreux rebelles trouvent refuge dans les montagnes de la région d'Aarsal, où vivent déjà des centaines de milliers de réfugiés[353]. Les djihadistes du Front al-Nosra et de l'État islamique font bientôt leur apparition et des combats éclatent en août 2014 entre ces derniers et l'armée libanaise[353]. Cependant, à l'été 2017, l'armée libanaise et le Hezbollah lancent deux offensives décisives qui viennent à bout des djihadistes et des rebelles ; ces derniers capitulent et leurs combattants sont évacués vers la Syrie[358]. À la fin de l'année 2017, des signes d'apaisement apparaissent également entre l'Alliance du 8-Mars et l'Alliance du 14-Mars[355].

Rôle d'Israël[modifier | modifier le code]

Après s'être affrontés lors de guerre des Six Jours, la guerre du Kippour et la guerre du Liban, et malgré plusieurs tentatives des Israéliens pour obtenir un accord de paix, Israël et la Syrie sont théoriquement toujours en guerre en 2011[359]. Depuis 1967, Tsahal occupe le plateau du Golan, un territoire unilatéralement annexé en 1981 au travers de la loi du plateau du Golan. Cette annexion est contestée par la Syrie et n'est pas reconnue par la communauté internationale, cependant le cessez-le-feu est respecté pendant les 40 ans qui précèdent le conflit syrien[359],[360],[361]. Lorsque la guerre civile éclate en Syrie, l'État hébreu affiche sa neutralité, estimant que la chute du régime de Bachar el-Assad n'entraînerait pas forcément la venue au pouvoir d'un régime plus favorable à son égard, tandis que l'afflux de combattants islamistes et salafistes djihadistes dans la région suscite également des inquiétudes[359],[362],[361],[363],[364]. Cependant, les Israéliens voient également dans ce conflit l'occasion d'affaiblir leur ennemi principal : l'Iran, allié du régime syrien et soutien du Hezbollah et du Hamas[359],[362]. Ponctuellement, l'aviation israélienne mène des raids et effectue des frappes aériennes en Syrie contre les Gardiens de la révolution islamique, le Hezbollah ou l'armée syrienne[359]. Cette hostilité commune avec l'Iran marque également un rapprochement diplomatique avec l'Arabie saoudite[359],[362],[365]. Les relations entre Israël et la Russie sont quant à elles complexes et les premiers s'inquiètent de l'Intervention militaire russe en Syrie qui favorise également l'Iran[359]. Mais en octobre 2015, les deux pays concluent un accord pour s'informer mutuellement de leurs opérations aériennes respectives afin d'éviter les accidents[366]. Les Israéliens cherchent à obtenir le soutien de la Russie afin d'empêcher l'Iran de s'implanter davantage en Syrie[367],[368],[364]. Entre 2013 et juillet 2018, Israël fournit des armes et des salaires à des groupes du Front du Sud et noue des liens avec des communautés du Golan afin de contrer les milices chiites pro-iraniennes et l'État islamique[348],[361],[364],[369],[370].

Près du plateau du Golan, Israël adopte en 2013 une politique baptisée « Bon voisin » : il refuse d'accueillir des réfugiés syriens sur son territoire pendant toute la durée du conflit mais fournit de l'aide humanitaire aux civils et soigne des milliers de Syriens, combattants rebelles et civils, dans ses hôpitaux en Galilée[348],[361],[363],[371],[364].

Rôle de la France[modifier | modifier le code]

Depuis l’indépendance de la Syrie en 1946, les relations de ce pays avec la France ont été modestes sur le plan économique, denses sur le plan culturel et agitées sur plan politique et diplomatique[372],[373],[374],[375]. Après la Première Guerre mondiale, la France gagne la guerre franco-syrienne, réprime la révolte druze et occupe le pays de 1920 à 1946 au cours de son Mandat sur la Syrie et le Liban[372]. Après l'indépendance, les relations diplomatiques sont rompues en 1956 au moment de la crise du canal de Suez[372]. Elles sont rétablies en 1961 et demeurent apaisées jusqu'à la guerre du Liban, où de nouvelles tensions apparaissent[372]. En 1982, François Mitterrand ne réagit pas au massacre de Hama[373]. Les relations se réchauffent à la fin des années 1990 avec l'arrivée au pouvoir de Jacques Chirac[372],[373],[376]. En 2003, la France et la Syrie s'opposent ensemble à la guerre d'Irak, mais après l'invasion américaine les objectifs des deux pays diffèrent sensiblement[372]. Leurs relations redeviennent exécrables en 2005 au moment de la Révolution du Cèdre au Liban, après l'assassinat de Rafiq Hariri, ami proche de Jacques Chirac[373],[377]. Nicolas Sarkozy fait volte-face aussitôt élu en 2007 et il rétablit le dialogue avec Damas, mais ses espérances sont également déçues[372],[373],[376].

La France se montre assez hésitante au début de la crise syrienne[372],[373]. Le , le ministère des Affaires étrangères français appelle le gouvernement syrien à « renoncer à tout usage excessif de la force », il condamne « les violences qui font des morts et des blessés » et invite le président Bachar el-Assad à engager des réformes politiques[378]. Le , le ministre Alain Juppé déclare que Bachar el-Assad « a perdu sa légitimité à la tête de la Syrie »[376]. Puis, le , le gouvernement français condamne définitivement le régime syrien et appelle à son départ[372]. Peu après, la France apporte son soutien à l'opposition[372]. Le 17 novembre 2011, elle rappelle son ambassadeur français en Syrie, Éric Chevallier, à Paris et ferme les consulats généraux d'Alep et de Lattaquié[379]. Élu en 2012, François Hollande continue de soutenir l'opposition syrienne[380]. En août 2012, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, déclare que « Bachar el-Assad ne mériterait pas d’être sur la terre » et que « le régime syrien devait être abattu et rapidement »[381].

Fin 2012, la France commence à fournir des armes et de l'équipement à des groupes de l'Armée syrienne libre, mais en quantité modeste[372],[382],[383]. Ces livraisons sont effectuées par la DGSE malgré l'embargo sur les armes imposé par l'Union européenne[383]. L'embargo est cependant levé le 27 mai 2013[384], notamment après les réclamations de la France[385].

En août 2013, après le massacre de la Ghouta, la France est prête à intervenir militairement contre le régime syrien, mais elle se retrouve isolée après la volte-face des Américains et des Britanniques, et est contrainte de renoncer[372],[386],[387],[388],[389],[390].

En août 2014, la France intègre la coalition internationale qui lance une campagne de frappes aériennes contre l'État islamique en Irak et en Syrie. Au sein de cette coalition, elle lance l'opération Chammal en Irak le , puis en Syrie à partir du [391],[392]. En 2016, des forces spéciales françaises sont engagées en Syrie aux côtés des Forces démocratiques syriennes[393],[394],[395]. La France tient alors une position « ni Assad ni Daech »[372],[396],[397]. Cependant, à partir de 2015, elle est frappée sur son sol par plusieurs attentats djihadistes, notamment les attentats du 13 novembre 2015, qui sont les plus meurtriers et les premiers directement revendiqués en Europe par l'État islamique[398]. La lutte contre cette organisation devient alors la priorité du gouvernement français[398],[396]. Arrivé au pouvoir en 2017, Emmanuel Macron conserve cette ligne[399],[400] : il réaffirme son soutien à l'opposition syrienne[401],[402] mais change de rhétorique en affirmant ouvertement ne pas vouloir faire de « la destitution de Bachar el-Assad une condition préalable à des discussions »[403],[404],[405],[399],[406],[407],[390]. Il déclare : « Daech est notre ennemi, Bachar est l'ennemi du peuple syrien », tout en estimant que son maintien au pouvoir serait une « erreur funeste »[403],[404],[405],[399],[408],[406],[407].

Le , la France prend part aux côtés des États-Unis et du Royaume-Uni aux bombardements de Barzé et de Him Shinshar, menés en représailles à l'attaque chimique de Douma[409].

Rôle de l'Égypte[modifier | modifier le code]

En février 2012, le chef de la diplomatie égyptienne Mohamed Kamel Amr se prononce pour un règlement pacifique du conflit syrien, une prise en compte des exigences du peuple et une cessation immédiate des violences dans le pays, rejetant toute ingérence extérieure[410],[411]. En septembre 2012, le président égyptien Mohamed Morsi affirme qu'« il ne faut pas perdre de temps à parler de réforme » et que le président Bachar el-Assad « ne sera pas là pour longtemps »[412], ce à quoi réagit le ministère des affaires étrangères syrien en accusant l'Égypte d'ingérence[413] ; mais le même mois, Morsi s'oppose, devant l'Assemblée générale de l'ONU, à une intervention militaire étrangère[414]. Il annonce finalement en juin 2013 avoir rompu « définitivement » les relations avec le régime en place en Syrie[415]. Cependant, Mohamed Morsi est renversé le par un coup d'État mené par l'armée qui porte le maréchal Abdel Fattah al-Sissi au pouvoir. Le coup d'État est condamné par la Turquie et le Qatar, mais est approuvé par l'Arabie saoudite[416]. Le 3 octobre 2015, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry salue la campagne de bombardements russes en Syrie qui va, d'après lui, « avoir pour effet de contenir et éradiquer le terrorisme » dans le pays. Ces propos témoignent, pour Le Monde, « du réchauffement des relations entre Le Caire et Moscou », alors que l'Égypte s'était « jusque-là efforcée de ne pas soutenir publiquement Bachar Al-Assad pour ne pas froisser l’un de ses principaux alliés, l’Arabie saoudite »[417]. Mais en novembre 2016, al-Sissi choisit de défier ses partenaires du Golfe et officialise son soutien au régime de Bachar el-Assad[418]. Des médias arabes avancent alors que des conseillers militaires égyptiens auraient été envoyés en Syrie[418].

Autres pays[modifier | modifier le code]

En Palestine, le Hamas, allié de longue date de l'Iran, du régime syrien et du Hezbollah, revoit radicalement sa position en se rangeant du côté des rebelles syriens à partir de 2012[419],[420],[421],[422],[423],[424]. Téhéran réduit alors son aide au Hamas, cependant ce dernier finit par délaisser la Syrie et renoue avec l'Iran en 2017[425].

Le roi sunnite de Bahreïn Hamed ben Issa al-Khalifa, qui vient de réprimer la contestation massive dans son propre pays, apporte son soutien au gouvernement syrien[426]. Néanmoins, le royaume a rapidement changé de position pour s'aligner sur celles des autres monarchies du Golfe[427],[428] et fait même partie des Amis de la Syrie[429], qui regroupe tous les États soutenant l'opposition syrienne. En avril 2017, Bahreïn a félicité le bombardement d'une base aérienne de l'armée syrienne par le président américain Donald Trump[430],[431].

La Chine s'aligne sur les positions russes en espérant tout simplement obtenir en retour un soutien de Moscou lorsque les intérêts chinois sont également menacés, notamment en cas de volonté d'ingérence occidentale dans ses affaires intérieures (par exemple au Tibet, ou dans le Xinjiang)[216] et par peur de la contagion de telles révoltes populaires[432].

Le président vénézuélien, Hugo Chávez, a apporté son soutien à son « ami » Bachar el-Assad, et l'a décrit comme « un humaniste »[433]. Après la mort de Chavez, le gouvernement vénézuélien fait le choix de se déclarer neutre en ce qui concerne la suite de la guerre civile syrienne, ne soutenant plus ni Bachar el-Assad, ni la rébellion et, se rangeant derrière l'ONU et la Ligue Arabe, recommande des élections démocratiques[réf. nécessaire].

D'autres pays, comme le Brésil, soutiennent une position en faveur du dialogue avec le gouvernement du président Bachar el-Assad[434]. La Bolivie soutient une solution pacifique sans intervention étrangère[435].

L'Inde et la Corée du Nord sont favorables à une résolution du conflit par un dialogue entre Syriens. Le Bangladesh s'aligne sur la position de la fédération de Russie[436].

Le Vatican a plusieurs fois appelé à l'arrêt des violences en interpellant aussi bien les parties impliquées que la communauté internationale ainsi que les leaders religieux et les croyants des différentes religions[437],[438],[439],[440],[441].

En novembre 2013, le Jerusalem Post indique que des pilotes d'hélicoptères nord-coréens opèrent en Syrie « pour le compte du régime de Bachar el-Assad », information corroborée selon le journal par l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Mais la Corée du Nord dément apporter une quelconque aide militaire au gouvernement syrien de Bachar el-Assad, avec lequel elle entretient des relations de longue date[442]. Le 24 mars 2016 à Genève, Asaad Al-Zoubi, un responsable du Haut Conseil des négociations (HCN), la principale alliance de l’opposition, accuse la Corée du Nord d'avoir déployée deux unités militaires en Syrie, appelées « Cholma-1 » et « Cholma-7 »[443],[444]. Le 2 février 2018, un rapport de l'ONU accuse la Corée du Nord d'avoir livré du matériel militaire au régime syrien[445].

Rôle de la Ligue arabe[modifier | modifier le code]

Après une période d'indécision, plusieurs capitales arabes condamnent finalement le pouvoir syrien, se joignant aux pays occidentaux pour provoquer, le 22 août 2011, une session spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU[446],[447].

Le , la Ligue arabe (sauf l'Irak et le Liban) vote la « suspension de l'adhésion de la Syrie à toutes ses réunions » à compter du 16 novembre et prône des « sanctions politiques et économiques » contre le pouvoir syrien[448]. Le 7 mai 2012, les chefs de tribus se rencontrent à une conférence au Caire pour annoncer leur soutien à l'Armée syrienne libre et aux révolutionnaires en Syrie ; à la fin de la conférence les chefs de tribus arabes en Syrie annoncent la fondation d'un conseil politique, où toutes les tribus de Syrie sont représentées. Le 15 août 2012, le sommet islamique de La Mecque (Arabie saoudite) prononce la suspension de la Syrie de l'Organisation de la coopération islamique.

Rôle de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Dès le mois de mars 2011, l'Union européenne (de concert avec le Canada, et les États-Unis) a condamné les violences[449],[450],[451].

L'Union européenne a pris des sanctions à plusieurs reprises contre la Syrie. Tout au long du mois d'août 2011, Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne, a annoncé une série de sanctions contre la Syrie. Une vingtaine de personnes faisant partie du gouvernement syrien ont été interdites de visa et ont vu leurs avoirs gelés. Cinq entreprises militaires impliquées dans les violences sont interdites de relations commerciales. Un embargo de l'UE sur les exportations de pétrole syriennes est également instauré[452],[453],[454]. Plusieurs États de l'UE rappellent leurs ambassadeurs à Damas.

Rôle des Nations unies[modifier | modifier le code]

Les 7, 20 et , le secrétaire général Ban Ki-moon appelle à mettre un terme à la répression[455],[456],[457].

Le , le Conseil de sécurité condamne la répression menée par les autorités syriennes[458], ainsi que les « violations généralisées des droits de l'homme et l'emploi de la force contre des civils » par les autorités syriennes[459].

Le 5 août 2011, des experts de l'ONU exhortent la Syrie à cesser la répression contre les civils[460].

Le 5 octobre 2011, puis le 4 février 2012, la Chine et la Russie opposent par deux fois leur veto à une résolution de l'ONU condamnant la répression en Syrie[461],[462].

En février 2012, alors que plusieurs villes sont bombardées par l'armée syrienne, Ban Ki-moon, déclare que la répression contre les opposants est « presque certainement un crime contre l'humanité »[463].

Le , Kofi Annan est nommé émissaire conjoint de l'Organisation des Nations unies et de la Ligue arabe sur la crise en Syrie[464]. Il démissionnera en juillet 2012, face à la mésentente entre les 5 membres permanents du conseil.

Le 20 mars 2012, Ban Ki-moon déclare, lors d'une conférence de presse à Bogor, que « La situation en Syrie est devenue intolérable et inacceptable ». Il ajoute que « La communauté internationale doit s'unir. Ce n'est pas parce que nous ne sommes pas capables d'avoir une résolution à l'ONU qu'il faut que la souffrance de la population syrienne continue. Il s'agit de la responsabilité morale et politique de la communauté internationale »[465].

Fin mai 2012, le massacre de Houla suscite une condamnation unanime du régime de Damas par le conseil de sécurité, cependant Russie et Chine maintiennent leur veto face aux projets de résolution du Conseil de sécurité contre le régime syrien.

Le , le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies Ban Ki-moon dénonce une « guerre par procuration entre grandes puissances[466]. »

Le 15 août 2012, une commission d'enquête des Nations unies conclut que les forces gouvernementales syriennes et les milices chabihas ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, notamment des meurtres et des actes de torture[467]; elle incrimine également les insurgés, quoiqu'à un degré moindre.

Déroulement du conflit[modifier | modifier le code]

Prélude[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Printemps arabe.

En décembre 2010, des manifestations de masse contre le gouvernement en place se déroulent en Tunisie, puis s'étendent au monde arabe jusqu'à la Syrie. En janvier 2011, Ben Ali est renversé en Tunisie, suivi en février par Hosni Moubarak en Égypte, tandis que la Libye sombre dans la guerre civile. La plupart des pays arabes traversent une phase d'agitation et certains tentent de calmer la colère populaire en acceptant des concessions et en procédant à des aménagements politiques.

Alors que le printemps arabe s'étend en 2011 à tout le monde arabe, le gouvernement syrien prend des mesures de prévention et de répression, assorties de tentatives d'apaisement. Plusieurs appels à manifester sont lancés à partir du 4 février[468], mais les services de renseignements et les moukhabarat répriment ces manifestations. La Syrie garde en mémoire l'insurrection des Frères musulmans et sa répression sans réaction internationale par Hafez el-Assad qui s'était achevée en 1982 avec le révolte de Hama (10 000 à 40 000 morts, en majorité des civils)[469],[470],[471].

Suivant l'exemple des « révolutions colorées », des appels à manifester sont lancés sur Facebook, invitant les Syriens à se mobiliser les 4 et 5 février, notamment devant le siège du parlement à Damas. L'appel n'est pas suivi, en raison notamment de l'important dispositif de sécurité, des intimidations des forces de sécurité et de l'arrestation des principaux organisateurs[472],[473]. Le 8 février 2011, le pouvoir rétablit l'accès à Facebook et YouTube pensant apaiser d'éventuelles tensions[474]. Cependant, ce geste n'est pas interprété de la même manière par tous les médias. D'après Télérama et le Huffington Post, il s'agirait d'un moyen pour mieux repérer les activistes[475],[476]. En outre, ce point de vue est partagé par Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch, qui estime que « les médias sociaux peuvent également être un outil de surveillance et de répression de l'opposition »[477]. Dans le même temps, le pouvoir multiplie également les mesures sécuritaires : renforcement des écoutes, plan de rupture des moyens de communications pour isoler des régions ou des villes du reste du pays, ordre donné aux moukhabarats de réprimer fermement toute agitation, interdiction de messagerie instantanée et de Skype, nombreuses arrestations préventives ou non, comme celles d’enfants tagueurs[478],[479].

Le 17 février 2011, le gouvernement annonce des mesures sociales prévoyant la baisse de taxes sur les produits alimentaires de première nécessité, l'augmentation des subventions pour le fioul et la création d'un fonds social qui aidera 420 000 personnes en difficultés[480],[478]. D’autres augmentations de prix et l’instauration de la TVA sont reportées ; le gouvernement annonce également le recrutement de 67 000 fonctionnaires, multiplie les rencontres avec des représentants de la société civile et des dignitaires religieux[478]. Des dizaines de fonctionnaires corrompus sont mutés ou renvoyés[478]. Le gouvernement apporte son soutien diplomatique, mais aussi matériel, et envoie des renforts en Libye soutenir le colonel Kadhafi, en manière d’avertissement sur ses intentions en cas de révolte[481]. Le 17 février 2011, les violences policières contre un commerçant entraînent le soulèvement d'un quartier de Damas[482],[483]. Le 7 mars 2011, 13 prisonniers politiques entament une grève de la faim[484].

2011 : Du printemps arabe à la guerre civile[modifier | modifier le code]

Carte montrant le statut des manifestations de la mi-avril 2011 qui ont mené à la guerre civile.
En rouge : manifestations pacifistes.
En bleu : manifestations ayant fait des victimes.
Article détaillé : Manifestations de Deraa.

En février 2011, quelques jours après la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie et celle d'Hosni Moubarak en Égypte, un groupe d'environ quinze à vingt adolescents inscrit sur les murs d'une école de Deraa le slogan « Jay alek el door ya doctor » (« Ton tour arrive, docteur»), qui vise directement le président syrien Bachar el-Assad, ancien ophtalmologue[485],[486],[487],[488],[489],[490],[491]. La plupart des enfants sont très rapidement arrêtés par les services de renseignement et torturés pendant plusieurs semaines[488],[489],[490]. Une délégation venue solliciter leur libération est insultée par Atef Najib, cousin de Bachar el-Assad et chef de la branche locale de la Sécurité politique, qui aurait déclaré : « Oubliez vos enfants et allez retrouver vos femmes. Elles vous en donneront d'autres. Et puis, si vous n'êtes pas capables de leur faire des enfants, amenez-nous vos femmes. On le fera pour vous »[488]. Ces paroles se répandent alors à Deraa comme une traînée de poudre et scandalisent les habitants[488]. Le 15 mars, un premier rassemblent a lieu devant le Palais de justice de Deraa[486],[488]. Une seconde manifestation de bien plus grande ampleur, baptisée le « vendredi de la liberté », suit le 18 mars, mais cette fois la police tire sur la foule, faisant deux morts et de nombreux blessés[488],[486],[487]. Le 20 mars, pour tenter d'apaiser la situation, le régime fait libérer la plupart des adolescents arrêtés, mais les traces de tortures sur leurs corps et leurs visages ravivent la colère des habitants de Deraa[488],[490],[487],[491],[490],[489]. Des milliers de manifestants incendient le Palais de justice et tiennent un sit-in à la mosquée al-Omari[487]. Le soir du 22 mars, la police donne l'assaut contre la mosquée, tire à balles réelles et tue entre 51 et 100 manifestants en 24 heures[487],[492],[493]. Le 24 mars, la mosquée al-Omari est sous le contrôle des forces de sécurité, mais le mouvement de contestation se poursuit[487],[494]. Au total, la répression à Deraa a fait environ 70 à 130 morts au cours du mois de mars[495].

Manifestation de l'opposition à Douma, le 8 avril 2011. Les manifestants ont d'abord utilisé les drapeaux nationaux avant de revenir à l’ancien drapeau de la Syrie.

Après avoir débuté à Deraa, l'agitation commence à gagner d'autres villes, principalement Damas, Banias et Homs[496],[492],[497],[468]. Le 15 mars, une première manifestation de quelques dizaines de personnes a brièvement lieu dans un souk de Damas[498],[488],[493]. Le lendemain, environ 150 personnes, pour la plupart des militants des droits de l'homme et des proches de prisonniers politiques, manifestent près du ministère de l'Intérieur à Damas, pour demander la libération des détenus politiques, mais les participants sont violemment dispersés par la police et 34 personnes sont arrêtées[499],[497],[500]. D'autres manifestations ont lieu le 18 mars à Damas et Banias[501],[497],[500] et le 25 mars à Damas, Douma et Hama[494],[502]. Les 26 et 27 mars, des violences secouent Lattaquié, faisant au moins 15 morts et 185 blessés[501],[495],[503],[504]. Les manifestants réclament alors fin de l'état d’urgence, la libération des prisonniers politiques, la fin de la corruption et des réformes démocratiques[496],[495]. Mais les revendications se durcissent rapidement : dés fin mars et début avril, les protestataires réclament le départ de Bachar el-Assad et s'attaquent aux symboles du pouvoir[505],[506]. Les manifestations ont un caractère tribal et confessionnel limité : ainsi, la croix et le croissant sont brandis au sein de la mosquée des Omeyyades à Damas[492].

Le 24 mars au soir, le gouvernement syrien déclare que tous protestataires arrêtés depuis le début des manifestations ont été libérés[507]. Une conseillère du président juge même les revendications des manifestants « légitimes »[507]. Le 29 mars, le premier ministre Mohammed Naji al-Otari démissionne[495]. Le même jour, une manifestation pro-régime rassemblant des dizaines de milliers de personnes est organisée par le gouvernement à Damas[508],[509]. Le 30 mars, le président Bachar el-Assad s'exprime pour la première fois depuis le début des manifestations : dans un discours au parlement, il accuse une « minorité » de tenter de semer le chaos à Deraa, évoque une « conspiration » d'Israël, des États-Unis et de l'étranger et assure que son gouvernement poursuit ses réformes pour renforcer l'unité nationale, la lutte contre la corruption et la création des emplois, mais sans annoncer de mesures précises[510],[511],[512]. Le 19 avril, le gouvernement syrien annonce la levée de l'état d'urgence, en vigueur depuis 1963, et abolit la Cour de sûreté de l'État, un tribunal d'exception[513]. Le régime effectue également quelques concessions socio-économiques[514].

Manifestation de l'opposition à Homs le .

Mais le mouvement de protestation ne faiblit pas et les manifestations se poursuivent chaque vendredi[515]. Le 1er avril, des milliers de personnes manifestent à Damas, Deraa, Douma, Homs et Lattaquié[516],[517]. Une vague d'arrestations suit le lendemain dans ces mêmes villes[517]. Le 13 avril, Alep connaît ses premières manifestations, effectuées par un groupe de 500 étudiants[518]. Le 17 avril, 10 000 personnes manifestent à Lattaquié[501]. Le 18 avril, 20 000 personnes participent à un sit-in à Homs[501]. Le 22 avril, des dizaines de milliers de personnes manifestent à Damas, Deraa, Hama, Lattaquié, Homs, Banias, Qamichli, Douma et Zabadani[519]. Début mai, des sit-in permanents commencent à s'organiser dans plusieurs villes[501].

Articles détaillés : Siège de Deraa, Siège de Homs et Siège de Banias.

Très rapidement, le régime syrien répond aux manifestants par une répression militaire féroce[520] : les forces de sécurités tirent sur la foule à balles réelles[520],[519], les personnes arrêtées par les services de renseignements sont presque systématiquement torturées[521],[522] et des campagnes de viols massifs sont commises de manière planifiée[523]. Le pouvoir s'appuie aussi sur les milices chabiha, particulièrement violentes[520],[524]. Au cours de la journée du 22 avril, plus de 80 personnes sont tuées dans l'ensemble du pays[519],[525]. Le 1er et le 2 mai, environ 1 000 personnes sont arrêtées[526]. Un mois après de début des manifestations, l'armée syrienne intervient directement dans la répression : les chars entrent dans Deraa le 25 avril, puis dans Homs le 6 mai et dans Banias le 7 mai[527],[528],[529]. L'armée reprend le contrôle de Deraa et de Banias, mais elle échoue à Homs à cause de nombreuses désertions[530].

Manifestation de l'opposition à Banias, le .

Le 27 avril, un projet de résolution condamnant la répression en Syrie, l'intervention de l'armée et les tirs à balles réelles est proposé au Conseil de sécurité des Nations unies par le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et le Portugal, mais il est bloqué par la Russie et la Chine[531]. Le même jour, plus de 230 membres du parti Baas au pouvoir démissionnent[531].

Malgré l'interdiction édictée par le ministère de l'Intérieur, des milliers de Syriens continuent de descendre dans la rue[532]. Au cours du mois de mai, des manifestations se poursuivent chaque vendredi à Homs, Hama, Deraa, Lattaquié, Jablé, Banias, Maarat al-Nouman, Kafar Noubol, Douma, Saqba (en), Deir ez-Zor, Boukamal, Kobané, Amouda, Derbassyié (en) et Qamichli[532],[533],[534].

Le 25 mai 2011, le corps mutilé de Hamza al-Khatib, un garçon âgé de 13 ans disparu depuis le 29 avril à Deraa, est rendu à sa famille par les autorités syriennes. Il porte des marques de tortures : cou et mâchoire brisés, rotules broyées, brûlures de cigarettes, blessures par balles dans les bras et parties génitales mutilées. Il avait été arrêté lors d'une manifestation contre le régime. Les images de son corps, diffusées par la famille, alimentent l'indignation contre le régime, qui nie les tortures et les circonstances du décès[535],[536],[537].

Début juin, alors que le bilan de la répression a déjà dépassé les 1 000 morts selon l'ONU[538], de violents combats éclatent à Jisr al-Choghour. Les forces de sécurité ouvrent le feu sur la foule, mais des habitants s'arment après avoir pillé un poste de police, et sont rejoints par des déserteurs[539]. Le 6 juin, 120 policiers sont tués dans des combats[540]. L'armée contre-attaque, tue au moins 130 personnes, et reprend le contrôle de Jisr al-Choghour le 13 juin[541],[542],[543]. Cependant, de nombreux soldats continuent de faire défection et pendant l'été 2011, la région montagneuse du Jabal al-Zawiya, au sud-est de la ville, passe sous le contrôle des insurgés[539]. L'armée y lance une offensive, mais les rebelles se contentent de se replier en Turquie avant de réinvestir la zone après son départ[539].

Manifestation de soutien à Bachar al-Assad, organisée par le régime syrien à Lattaquié, le 20 juin 2011

L'intensification des opérations militaires à l'été 2011 marque le début d'une vague de désertions dans les rangs de l'armée, qui va se poursuivre en s'intensifiant jusqu'en 2012[544],[545],[546]. Au moins plusieurs dizaines de milliers de soldats font défection au cours du conflit, des unités entières rejoignent la rébellion tandis que d'autres déserteurs tentent de fuir à l'étranger[544],[547]. Cependant par adhésion ou par peur, une large partie de l'armée demeure loyale au régime de Bachar el-Assad, qui peut compter sur le soutien d'unités totalement fidèles, en particulier l'armée de l'air et la 4e division blindée, en première ligne dans la répression, constituée principalement d'Alaouites et commandée par Maher el-Assad, le frère du président[545],[546]. Progressivement, toutes les tendances anti-Assad se militarisent. En mai et juin 2011, fondé par des salafistes, le groupe Ahrar al-Cham passe à la lutte armée dans les régions d'Idleb et Hama[548]. Le 29 juillet, à Rastane, au nord de Homs, des officiers déserteurs de l'armée syrienne annoncent la formation de l'Armée syrienne libre (ASL) et créent un conseil militaire[549],[545]. À Homs, le Bataillon Khalid bin al-Walid et la Brigade al-Farouq, affiliés à l'ASL, sont formés entre juin et octobre par des déserteurs [550],[551],[552]. En août, l'État islamique d'Irak envoie en Syrie un petit nombre de djihadistes originaires de la région, qui formeront quelques mois plus tard le Front al-Nosra[553]. Près de Damas, le mouvement islamiste Liwa al-Islam et des groupes de l'Armée syrienne libre se constituent à Douma et dans la Ghouta au cours de l'été[554],[502]. Dans la région d'Idleb, Suqour al-Cham est fondé en septembre, suivi par les Brigades des martyrs de Syrie en décembre[554],[555]. Cependant à l'été 2011, les groupes armés restent encore marginaux, ce n'est que fin 2011 que le passage à la lutte armée devient général[556].

Jouant sur la peur de l'islamisme sunnite, le pouvoir syrien attise les divisions communautaires, réprime férocement les sunnites mais ménage les protestataires issus des minorités — les Alaouites, les Druzes, les chrétiens et les Kurdes — afin de les couper de l'opposition[557],[558],[559],[560],[561],[562]. Le régime syrien va également chercher à « djihadiser » la rébellion syrienne en libérant des détenus islamistes enfermés dans ses prisons[563],[564],[565],[566],[567]. Dès le , 260 prisonniers en grande majorité islamistes enfermés à la prison de Saidnaya sont relâchés[568],[563],[569],[570],[494]. Puis, après une amnistie présidentielle prononcée le , ils sont suivis par plusieurs centaines d'autres au cours de l'été[563]. Parmi les détenus relâchés, plusieurs comme Zahran Allouche[571],[564], Hassan Aboud[564], Ahmed Abou Issa[564], Abou Yahia al-Hamawi[548] ou encore Abou Jaber[572], deviendront des chefs importants.

L'opposition se structure : le 2 octobre 2011, le Conseil national syrien (CNS) est fondé à Istanbul, en Turquie, avec pour objectif de coordonner les opposants et mener des opérations contre le régime de Bachar el-Assad[573]. Des groupes d'opposition démocratiques sont également formés à l'intérieur de la Syrie[574]. La Commission générale de la révolution syrienne (CGRS), fondée en août 2011, regroupe environ 150 coordinations locales, elle revendique un héritage islamique, elle est proche de l'Armée syrienne libre et est favorable à une intervention étrangère indirecte, mais entretient de mauvaises relations avec le CNS et les Frères musulmans[574]. Les Comités locaux de coordination (CLC) sont fondés en avril 2011 et regroupent environ 60 coordinations locales : ses objectifs sont les mêmes que ceux du CGRS, mais les CLC sont intégrés au CNS, ils sont également proches de l'Armée syrienne libre, résolument laïcs, et favorables à une intervention internationale limitée avec la mise place d'une zone d'exclusion aérienne et des frappes aériennes ciblées[574],[575]. Bien différent des deux autres mouvements, le Comité de coordination nationale pour le changement démocratique (CCNCD) intègre notamment le PYD et s'oppose à l'Armée syrienne libre, à la lutte armée, et à une intervention internationale, ce qui lui vaut des accusations de trahison de la part de la majeur partie de l'opposition syrienne[574]. Enfin l'organisation des Frères musulmans en Syrie commence également à mobiliser son réseau de sympathisants début 2012[574]. Ses cadres et ses militants vivent cependant en exil depuis plus de 30 ans et sa direction est installée à Istanbul[574]. Islamiste, l'organisation s'affirme cependant comme modérée, défend les principes de la démocratie et se montre en faveur d'une intervention étrangère limitée[574].

Poste de contrôle de la circulation de l'armée syrienne, banlieue de Damas, 14 janvier 2012.
Police anti-émeute à Damas, 16 janvier 2012.

Le pouvoir syrien multiplie de son côté les grandes manifestations pro-régime[576] : des marches rassemblant des dizaines de milliers de personnes ont notamment lieu à Damas les 15 et 21 juin[577],[578], à Deir ez-Zor le 1er novembre[579], à Alep le 19 octobre[580] ou encore à Damas, Alep et Lattaquié le 13 novembre[581]. Cependant, au début de l'été 2011, paralysée par les désertions, l'armée est contrainte d'abandonner plusieurs quartiers à Deraa, Rastane, Homs, Hama et Lattaquié[582]. Des manifestations anti-régime particulièrement importantes ont alors lieu en juillet à Hama, rassemblant 150 000 à 500 000 personnes chaque vendredi[583],[584],[585],[586],[587]. Le 8 juillet, les ambassadeurs des États-Unis et de la France, Robert Ford et Éric Chevallier, se rendent alors à Hama, désertée par l'armée, à la rencontre des protestataires[586],[587]. En représailles, des partisans du régime mènent plusieurs attaques à Damas contre les ambassades américaine et française[588]. Des centaines de milliers de personnes manifestent également à Homs, Deir ez-Zor, Banias, Lattaquié, Deraa, Idleb, Maarat al-Nouman, Alep, Raqqa, Douma, Hassaké, Qamichli, Amouda, Kobané, Zabadani, Boukamal et dans plusieurs villes de la banlieue de Damas[583],[584],[586],[589],[590],[591]. Les manifestations les plus importantes ont lieu à Hama, Homs et Deir ez-Zor[592],[586],[589], elles prennent également de l'ampleur à Alep et Raqqa, jusqu'alors plutôt épargnées[584],[586]. L'armée mène alors une opération à Deir ez-Zor entre le 28 juillet et le 17 août, au cours de laquelle elle tue près d'une centaine de personnes[593]. Le 31 juillet, l'armée entre également dans Hama et massacre 200 civils pendant cinq jours[594],[595],[596],[597],[598]. Le 13 août, la Marine syrienne et des chars de l'armée bombardent les quartiers sunnites de Lattaquié[599],[600],[601] et le lendemain, l'armée lance une offensive dans cette ville[602]. Le 25 septembre, le régime syrien attaque Rastane avec 250 chars et blindés[603]. La ville est reprise le 1er octobre après des combats ayant fait au moins 130 morts parmi les déserteurs de l'Armée syrienne libre et les civils[604].

Article détaillé : Massacre de Kafroueid.

À l'automne, les manifestations anti-régime se poursuivent alors que les affrontements entre l'armée et les déserteurs s'intensifient dans tout le pays[152]. L'armée poursuit ses opérations contre les rebelles dans le Jabal al-Zawiya, au sud d'Idleb. Le 20 décembre, au moins 111 civils sont massacrés par les loyalistes dans le village de Kafroueid[605],[606].

Le 2 novembre, la Syrie et la Ligue arabe signent un accord dans lequel Damas s'engage à arrêter la violence, à libérer les prisonniers et retirer l'armée des villes[607]. Mais la répression ne faiblit pas et le 8 novembre, la Ligue arabe déclare que le gouvernement syrien a « failli à ses engagements »[608]. Le 12 novembre, la Syrie est exclue de la Ligue arabe[609].

Le , le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) déclare que la Syrie est en état de « guerre civile »[610] et le 2 décembre, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies vote une résolution qui condamne les « violations répandues, systématiques et flagrantes » des droits de l'homme et des libertés fondamentales par les autorités syriennes[611]. Alors que l'année 2011 s'achève, le HCDH affirme que plus de 5 000 personnes ont été tuées depuis le début des violences en Syrie, et que plus de 14 000 autres ont été arrêtées par les forces du régime[612]. Au cours de l'année 2011, les villes Hama et Homs, ont compté les plus importantes manifestations et le plus grand nombre de morts[592],[493].

2012 : Victoires des rebelles dans le nord et l'est de la Syrie, résistance du régime à l'ouest et au sud du pays[modifier | modifier le code]

Manifestation de l'opposition à Homs, le .

Le 18 janvier, après plusieurs jours de combats, l'armée syrienne se retire de Zabadani, près de la frontière libanaise, qui devient la première ville de Syrie à tomber entièrement aux mains des rebelles[613]. Cependant, les loyalistes lancent une contre-offensive le 4 février avec au moins 15 000 soldats et 40 chars[614]. Le 11 février, Zabadani est reprise par les forces du régime[614].

Article détaillé : Siège de Homs.

L'armée syrienne poursuit également ses offensives pour tenter de reprendre le contrôle de Homs, qui commence à être appelée la « capitale de la révolution »[615]. La journée du vendredi 3 février 2012 est la plus meurtrière depuis le début de la révolte : des tirs d'artillerie font au moins 260 morts parmi la population civile[616]. Le 1er mars, après plusieurs semaines de siège et de bombardements qui ont fait des centaines de morts, l'armée syrienne s'empare du quartier Baba Amr, le principal bastion de la rébellion à Homs[617],[618],[619].

Le 24 février la première Conférence internationale des amis de la Syrie se tient en Tunisie, regroupant une soixantaine de délégations occidentales et arabes qui souhaitent voir condamner fermement le régime syrien. Elle se réunit pour la troisième fois à Paris le , avec 106 pays participants qui se heurtent toujours au refus de la Chine et la Russie d'infliger des sanctions à la Syrie. Elle se réunit pour la cinquième fois à Amman, en Jordanie, le [620], et pour la sixième fois à Doha, au Qatar, le [621], avec, chaque fois, 11 pays participants.

Articles détaillés : Bataille d'Idleb (2012) et Bataille de Taftanaz.

Le 10 mars 2012, tandis que Kofi Annan rencontre Bachar el-Assad pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu, les forces gouvernementales syriennes assiègent et bombardent la ville d'Idleb, occupée par les rebelles[622],[623]. Le Qatar juge de son côté qu'un cessez-le-feu est insuffisant et dénonce un « génocide » organisé par le gouvernement syrien[623]. Ce dernier entreprend parallèlement de rappeler ses ambassadeurs des 27 pays de l'Union européenne, anticipant leur expulsion en représailles à la répression menée par son armée[623]. Le 11 mars, Kofi Annan quitte la Syrie sans avoir trouvé de solution à la crise et sans avoir obtenu de concessions d'Assad[624]. Idleb est reconquise le 14 mars par le régime ; mal armées, les forces de l'Armée syrienne libre préfèrent battre en retraite[625]. Puis le 3 avril, la ville de Taftanaz est prise d'assaut par une cinquantaine de chars ; la rébellion y est écrasée après deux jours des combats qui font au moins 120 morts[626].

Le 12 avril 2012, un cessez-le-feu est conclu entre le gouvernement et l'opposition armée par l'intermédiaire des négociations menées par Kofi Annan[627],[628]. Violé dès le lendemain par les belligérants, le cessez-le-feu ne sera jamais respecté[629].

Au printemps et à l'été 2012, les Chabiha et l'armée syrienne commettent une vague de massacres : le 11 mars, au moins 26 enfants et 21 femmes sont tués au couteau dans les quartiers de Karm al-Zeitoun et Al-Adawiyé, à Homs[630] ; le 25 mai, 108 civils, dont 49 enfants et 34 femmes, sont massacrés à Houla[631],[632] ; le 6 juin, 78 villageois sont tués à Mazraat al-Koubeir[633] ; le 12 juillet, 150 civils sont tués selon l'OSDH par des tirs d'artillerie à Tremseh, près de Hama[634] ; et les 25 et 26 juillet, 600 à 700 personnes sont massacrées par les loyalistes à Daraya[635],[636].

Articles détaillés : Bataille de Damas et Bataille d'Alep.
Rebelles de l'Armée syrienne libre à Alep en .
Carte de la situation en Syrie en juin 2012.
En jaune : zone sous contrôle des forces loyalistes.
En brun : zones sous contrôle de l'Armée syrienne libre et des rebelles.

Le , l'Armée syrienne libre tente de remporter un coup décisif et lance une offensive sur la capitale syrienne, Damas, suivie d'une autre cinq jours plus tard à Alep, la deuxième ville du pays[637]. À Damas, le régime résiste et organise une contre-offensive qui chasse les rebelles du centre de la capitale le 4 août[638]. À Alep, les combats sont indécis et la ville se retrouve rapidement coupée en deux : les quartiers est et sud tombent aux mains des rebelles, tandis que les loyalistes tiennent ceux au nord et à l'ouest[639],[640].

Afin de renforcer ses troupes à Alep, l'armée syrienne se retire du Kurdistan syrien (Rojava). Les loyalistes maintiennent des garnison dans les villes de Qamichli et d'Hassaké, mais les miliciens kurdes du PYD, la branche syrienne du PKK, prennent sans tirer un coup de feu le contrôle d'Afrine le 11 juillet, de Kobané le 19 juillet et de plusieurs autres localités[641],[642]. La région passe alors sous le contrôle du PYD et de sa branche armée, les YPG. Ces derniers écartent les partis du Conseil national kurde (CNK) liés à Barzani et proches du Conseil national syrien, dont les dirigeants sont contraints de s'exiler au Kurdistan irakien[643].

Victimes civiles de la guerre syrienne convoyées à l'hôpital de Alep, le 5 octobre 2012

À partir de l'été 2012, les rebelles commencent à accumuler les victoires dans le nord la Syrie et le régime syrien perd progressivement le contrôle de sa frontière avec la Turquie. L'Armée syrienne libre prend Jarablous le 17 juillet[644], puis Azaz le 19 juillet, après plusieurs mois de combats[645]. Elle s'empare aussi le même jour du poste-frontière de Bab Al-Hawa, à l'ouest d'Alep[644]. Les rebelles prennent ensuite la ville de Manbij le 20 juillet[642]. Le 22, ils s'emparent du poste-frontière d'Al-Salama, près d'Azaz[646],[644]. Enfin le 30, après trois jours de combats, ils parviennent à prendre le poste d'Anadane, ce qui leur permet de disposer d'une voie de ravitaillement reliant Alep à la frontière turque[647]. Au début du mois d'août, les villes de Marea et Al-Bab sont prises à leur tour et toute la région située au nord d'Alep se retrouve alors sous le contrôle des rebelles[642]. Ces derniers poursuivent ensuite leur progression le long de la frontière turque, cette fois vers l'est dans le gouvernorat de Raqqa et le gouvernorat d'Hassaké. Le 15 septembre, ils s'emparent de la ville de Tell Abyad[648], puis de Ras al-Aïn le 8 novembre[649],[650]. Mais dans cette dernière ville, les rebelles du Front al-Nosra et de la brigade Ghouraba Al-Cham de l'Armée syrienne libre entrent en conflit le 19 novembre avec les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG). Une trêve est conclue le 25 novembre mais en décembre les combats reprennent et se poursuivent pendant trois mois, jusqu'à ce qu'une nouvelle trêve soit conclue en février 2013[651],[652],[653].

Dans le gouvernorat d'Idleb, les rebelles s'emparent du village de Khirbet al-Joz le 6 octobre[654], puis ils prennent la ville de Maarat al-Nouman le 9 octobre après de violents combats, mais les loyalistes conservent les bases militaires de Wadi al-Deïf et Hamidiyé, situées à proximité[655].

Les rebelles progressent également dans l'est du pays. Ils commencent par prendre le contrôle des postes-frontières avec l'Irak, puis ils s'emparent de Boukamal le 19 juillet[656], et de Mayadine le 22 novembre[657]. Fin novembre, le gouvernorat de Deir ez-Zor est presque entièrement aux mains des rebelles ; la ville Deir ez-Zor est toujours tenue par les loyalistes mais elle est isolée et encerclée[652].

En novembre, les rebelles continuent d'avancer dans le gouvernorat d'Alep. Le 18 novembre, après des semaines de combats intenses, ils prennent le contrôle de la base du Régiment 46, l'une des plus importantes bases militaires de l'armée syrienne dans le nord du pays[658]. Le 26 novembre, ils s'emparent du barrage de Tichrin[659]. Enfin le 9 décembre, le Front al-Nosra prend d'assaut la base du bataillon 111, dite « Cheikh Souleimane »[660].

Article détaillé : Offensive de Hama (2012).

À la mi-décembre 2012, rassemblant ses forces dans le nord-ouest de la Syrie, l'Armée syrienne libre lance une offensive dans le nord de du gouvernorat de Hama, avec l'objectif d'atteindre la ville de Hama, toujours contrôlée par les loyalistes, mais l'avancée des rebelles est modeste[661],[662].

Le , l'aviation syrienne bombarde la mosquée Abdelkader Husseini dans le camp de Yarmouk au sud de Damas : 160 réfugiés palestiniens sur les 500 présents dans la mosquée sont tués[663].

2013 : Contre-offensives des loyalistes et attaques chimiques[modifier | modifier le code]

Évolution de la situation en Syrie en 2013
Mars 2013
Mai 2013
Août 2013
Octobre 2013

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au début de l'année 2013, les rebelles poursuivent leur avancée dans le nord de la Syrie. Le 11 janvier 2013, dans le gouvernorat d'Idleb, la base aérienne de Taftanaz, la plus grande du nord du pays, est prise par le Front al-Nosra, Ahrar al-Cham et l'Armée syrienne libre après deux mois d'assaut[664],[665]. Près du Lac el-Assad, entre Alep et Raqqa, les rebelles prennent la ville de Tabqa le 11 février, puis l'aéroport d'Al-Jirah le 12[666]. Le 14 février, le Front al-Nosra s'empare de la ville d'Al-Chaddadeh, au sud d'Hassaké, après deux jours de combats et la mort d'une centaine de soldats syriens[667]. Début mars, le Front al-Nosra prend la ville de Yaaroubiyé (en), ainsi que son poste-frontière avec l'Irak[668]. Enfin le 6 mars, après trois jours de combats et plus d'une centaine de morts, la ville de Raqqa est prise par les forces d'Ahrar al-Cham, du Front de libération de Raqqa et du Front al-Nosra ; Raqqa est la première capitale d'un gouvernorat à tomber aux mains de la rébellion depuis le début du conflit[669],[670],[671].

Le 9 avril 2013, l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) apparaît en Syrie lorsque Abou Bakr al-Baghdadi annonce la fusion de son groupe, l'État islamique d'Irak, avec le Front al-Nosra, dirigé par Abou Mohammed al-Joulani. Cependant, la question divise le Front al-Nosra : certains djihadistes prêtent allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, mais Abou Mohammed al-Joulani et une partie ses troupes refusent la fusion[24],[672]. L'État islamique en Irak et au Levant commence alors à s'implanter à Raqqa peu de temps après la chute de la ville, avant de prendre progressivement l'ascendant avec des assassinats et des affrontements ponctuels contre d'autres groupes rebelles[671].

Cependant, si les rebelles continent de progresser au nord de la Syrie, les loyalistes regagnent du terrain sur les fronts de Damas et de Homs, notamment avec l'intensification à partir de février de l'intervention militaire de la milice libanaise chiite du Hezbollah[673]. À Damas, une offensive menée par l'armée à l'est de la capitale permet au régime d'encercler les rebelles dans la Ghouta orientale le 7 avril[674],[502]. Près de Homs, le Hezbollah et l'armée syrienne avancent vers la ville stratégique de Qousseir, à la frontière avec le Liban[673],[675],[676],[677],[678]. Le 18 avril, après des semaines de combat, les rebelles remportent un succès en capturant la base aérienne de Dabaa près de Qousseir[679]. Mais le 19 mai, le Hezbollah et les forces du régime syrien sont aux portes de la ville. Les combats durent environ deux semaines et les rebelles subissent de très lourdes pertes ; environ 500 morts et un millier de blessés. Le 29 mai, la base de Debaa est reprise par les loyalistes. Le 5 juin, les rebelles se retirent de Qousseir qui est entièrement reconquise par le régime syrien[680],[681],[682].

Article détaillé : Siège de Homs.

À Homs, de violents combats permettent à l'armée loyaliste de reconquérir la quasi-totalité de la ville entre juin et juillet[683]. Seule la vieille ville reste encerclée. Le gouvernement autorisera la fuite des femmes et des enfants en janvier 2014[684]. Le 23 juin, Tell Kalakh, capitale de district du gouvernorat de Homs, à 4 km de la frontière nord du Liban, ville sous contrôle rebelle depuis deux ans, change d'allégeance et passe sous le contrôle du gouvernement syrien, sans combat[685]. Le 28 juin, les forces gouvernementales lancent leur septième offensive sur les quartiers rebelles de Homs. Les 5 000 soldats syriens et miliciens du Hezbollah, appuyés par de lourds bombardements aériens, progressent rapidement dans la ville.

Article détaillé : Massacre d'al-Bayda et de Baniyas.

À l'ouest de la Syrie, dans le gouvernorat de Tartous, majoritairement alaouite et pro-gouvernemental, l'armée syrienne et les Forces de défense nationale attaquent le 2 mai les rebelles dans l'îlot sunnite d'al-Bayda. Les forces de l'opposition sont chassées de la zone mais après leur victoire, les loyalistes commettent des massacres à al-Bayda et dans le quartier de Ras al-Nabaa, à Banias. Au moins 248 à 450 civils sont tués, dont des femmes et des enfants[686],[687].

Article détaillé : Siège de l'aéroport de Menagh.

Dans la région d'Alep, les rebelles continuent d'avancer au cours de l'été. Le 22 juillet, ils s'emparent de Khan al-Assal, à l'ouest d'Alep, après plusieurs mois de combats et des centaines de morts dans les deux camps[688],[689],[690],[691]. Le 6 août, la base aérienne de Menagh tombe aux mains de rebelles, après un siège d'un an[692]. Le 26 août, les rebelles prennent Khanasser, au sud-est d'Alep, et coupent la ligne de ravitaillement des loyalistes à l'intérieur d'Alep[693].

Article détaillé : Massacres de Barouda.

Dans le gouvernorat de Lattaquié, une offensive est lancée le 4 août par l'État islamique en Irak et au Levant, le Front al-Nosra, Jaych al-Mouhajirine wal-Ansar et Ahrar al-Cham. Elle est repoussée par les loyalistes le 18 août, mais pendant les combats 67 à 190 civils alaouites sont massacrés par les djihadistes[694],[695].

Article détaillé : Massacre de la Ghouta.

À partir de fin 2012, le régime syrien commence à recourir aux armes chimiques et en particulier au gaz sarin[696],[697]. Dans les villes et les quartiers tenus par les rebelles de la Ghouta, à l'est et au sud de Damas, les attaques chimiques débutent en mars 2013, mais elles sont initialement de faible ampleur[696],[697]. Cependant, le 21 août, une offensive de l'armée syrienne s'accompagne d'une nouvelle attaque au sarin, mais elle est cette fois particulièrement meurtrière : entre plusieurs centaines et près de 2 000 personnes sont tuées selon les estimations, dont un grand nombre de femmes et d'enfants[698],[696]. Pour les pays occidentaux, la « ligne rouge » est franchie et les États-Unis, la France et le Royaume-Uni envisagent sérieusement d'intervenir militairement en Syrie en lançant une campagne de frappes aériennes contre le régime de Bachar el-Assad[699]. Mais à Londres, la Chambre des communes vote contre une intervention tandis qu'à Washington, le président Barack Obama hésite et demande l'autorisation du Congrès[700],[701]. La Russie propose alors un plan de démantèlement de l'arsenal chimique syrien, sous la supervision de l'OIAC[702]. Le régime syrien accepte et le , les États-Unis et la Russie annoncent qu'un accord a été trouvé[703]. Le démantèlent dure plus de deux ans ; l'OIAC annonce la destruction totale de l'arsenal déclaré par Damas le [704]. Le régime syrien ne cesse cependant pas son utilisation d'armes non-conventionnelles et commence dès octobre 2013 à recourir au chlore[705],[706].

Le revirement américain marque un tournant du conflit syrien[390]. Les opposants qui avaient misé sur une intervention militaire occidentale pour faire chuter le régime sont désormais discrédités. Le , des brigades du Front islamique de libération syrien et du Front islamique syrien déclarent qu'elles rejettent la Coalition nationale syrienne et affirment que cette organisation ne les représente pas[164]. Ces deux mouvements sont dissous deux mois plus tard et le 22 novembre, plusieurs groupes rebelles islamistes — dont les principaux sont Ahrar al-Cham, Jaych al-Islam et Liwa al-Tawhid — annoncent la formation d'un nouveau rassemblement ; le Front islamique, qui devient le plus important mouvement rebelle syrien[17],[707],[708]. L'Armée syrienne libre, affaiblie, perd en décembre le contrôle de son quartier-général à Bab Al-Hawa, près de la frontière turque, qui est pillé par le Front islamique[165].

Le 4 septembre 2013, située entre Homs et Damas, la petite ville chrétienne de Maaloula, position stratégique dans la région montagneuse de Qalamoun, est attaquée par un grand nombre de combattants du Front Al-Nosra et de rebelles. La ville tombe entre leurs mains le 9 septembre. Les édifices religieux sont saccagés et quelques habitants sont tués ou enlevés[709]. La ville est reprise par les loyalistes le 15 septembre[710], mais le 29 novembre les rebelles repassent à l'attaque et reprennent Maaloula le 3 décembre[711],[712]. Pendant ce temps, un peu plus au nord, dans le gouvernorat de Homs, les rebelles et les djihadistes attaquent le 21 octobre le dépôt d'armes de Mahin et la petite ville chrétienne de Sadad. Cette dernière est rapidement prise, de même qu'une partie du dépôt le 5 novembre. Mais les loyalistes contre-attaquent et reprennent Sadad le 28 octobre, avant de chasser les rebelles de Mahin le 15 novembre au prix de plusieurs centaines de morts[713],[714],[715],[716],[717]. L'armée syrienne et le Hezbollah poursuivent ensuite leur progression dans le Qalamoun, ils prennent Qara le 19 novembre, puis Deir Attiya le 28 et enfin Nabak le 10 décembre[718],[719],[720].

Article détaillé : Bataille d'Alep.

Début octobre également, l'armée syrienne lance une offensive au sud d'Alep : elle reprend Khanasser le 3 octobre, puis As-Safirah le 1er novembre, et parvient à percer les lignes rebelles et à rétablir une voie d'accès reliant Alep au gouvernorat de Hama[721],[722].

Article détaillé : Bataille d'Azaz (2013).
Des combattants kurdes des YPG en 2013.

Pendant ce temps, dans le nord-ouest de la Syrie, les incidents puis les affrontements se multiplient entre l'État islamique en Irak et au Levant et l'Armée syrienne libre. Plusieurs chefs de l'ASL sont assassinés par les djihadistes et en juillet des dizaines de rebelles sont tués dans une bataille dans le gouvernorat d'Idleb[723],[724],[725]. Le 18 septembre, des combats éclatent dans le gouvernorat d'Alep entre l'EIIL et la Brigade de la Tempête du Nord de l'Armée syrienne libre. Les djihadistes prennent l'avantage et s'emparent de la ville d'Azaz au début du mois d'octobre[726],[727],[728],[729],[730],[731]. Le 10 octobre, une autre brigade de l'ASL est attaquée à l'intérieur d'Alep et chassée de trois secteurs au terme de combats qui font une cinquantaine de morts[672].

De leur côté, les Kurdes des YPG livrent pendant l'année 2013 plusieurs combats dans le gouvernorat d'Hassaké, au nord-est de la Syrie. Le 1er mars, après des affrontements contre les troupes du régime, ils s'emparent des petites villes de Qahtaniyé (en) et de Rmeilane (en), à l'est de Qamichli[732]. Le 16 juillet, les combats reprennent à Ras al-Aïn et les Kurdes parviennent le lendemain à repousser les djihadistes du Front al-Nosra et de l'État islamique en Irak et au Levant hors de la ville[733]. En octobre, les YPG prennent le poste-frontière de Yaaroubiyé (en)[186]. En décembre, les Kurdes des YPG et les assyriens du MFS lancent une offensive sur Tall Hamis, à l'est d'Hassaké, mais cette fois les groupes rebelles et djihadistes les repoussent début janvier 2014[734],[735].

Fin 2013, les Nations unies soutiennent la mise en place d'une conférence diplomatique internationale sur le futur de la Syrie. Baptisé « conférence Genève II sur la Syrie»[736], « Conférence de paix au Moyen-Orient Genève II » ou simplement « Genève 2 », le processus a pour objectif de mettre fin au conflit en amenant les belligérants à la table des négociations[737],[738] avec pour objectif avoué de négocier la création d'un gouvernement de transition doté de tous les pouvoirs exécutifs[739].

La conférence débute le 22 janvier 2014 à Montreux et se poursuit, du 23 au 31 janvier 2014, à Genève à un moment ou le régime syrien a repris l'avantage militaire sur les rebelles. En l'absence de résultats tangibles, un second round a lieu à partir du 10 février et les travaux sont suspendus le 15 février 2014[740].

2014 : Offensives de l'État islamique et intervention de la coalition internationale[modifier | modifier le code]

Évolution de la situation en Syrie en 2014
Janvier 2014
Février 2014
Mars 2014
Avril 2014
Mai 2014
Juin 2014
Juillet 2014
Août 2014
Septembre 2014
Octobre 2014
Novembre 2014
Décembre 2014

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'année 2014 marque le début des conquêtes de l'État islamique en Syrie et sa rupture complète avec la rébellion syrienne. L'assassinat le d'un commandant d'Ahrar al-Cham par des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant déclenche deux jours plus tard un conflit général entre l'organisation djihadiste et les rebelles[741],[742]. Exaspérés par la radicalité, les assassinats et les ambitions expansionnistes de l'EIIL, les rebelles du Front islamique, du Front révolutionnaire syrien et de l'Armée des Moudjahidines passent à l'offensive le 3 janvier, suivis quelques jours plus tard même par les djihadistes du Front al-Nosra[743],[744],[745],[726]. Dans l'ouest du gouvernorat d'Alep et le gouvernorat d'Idleb, les rebelles ont l'avantage : l'EIIL est chassé d'Alep le 8 janvier, puis de Tall Rifaat le 14, avant d'abandonner Azaz, Marea et la base aérienne de Menagh le 28 février ; les djihadistes perdent également début février la plus grande partie du gouvernorat de Deir ez-Zor[746],[747],[726],[748]. En revanche, l'État islamique prend l'ascendant dans le gouvernorat de Raqqa et l'est du gouvernorat d'Alep : les rebelles sont repoussés à Tall Abyad le 12 janvier, à Raqqa le 13 et à Jarablous le 17 ; Manbij et Al-Bab passent également sous le contrôle de l'EIIL[748],[749],[726],[749],[750],[731]. Selon l'OSDH, le bilan des combats livrés du 3 au 16 janvier est d'au moins 608 rebelles tués (dont 99 prisonniers exécutés), 312 combattants de l'EIIL tués (dont 56 prisonniers exécutés) et 130 civils (dont 21 exécutés par l'EIIL)[751]. Au 28 février, le bilan passe à plus de 3 300 tués dans les deux camps[748]. Parmi les morts figure notamment Haji Bakr, un des chefs majeurs de l'EIIL, tué par les rebelles à Tall Rifaat[752],[753].

De leurs côtés, les loyalistes remportent des succès dans le sud du pays. Au début de l'année 2014, plusieurs accords de cessez-le-feu sont conclus avec des groupes rebelles dans plusieurs villes et quartiers aux alentours de Damas[754],[755]. Le , à l'est de la capitale, entre 150 et 200 hommes du Front al-Nosra et de Jaych al-Islam sont tués dans une embuscade particulièrement meurtrière tendue par les hommes du Hezbollah[756]. Puis, en mars 2014, l'armée syrienne et le Hezbollah passent à l'offensive dans les montagnes du Qalamoun, près de la frontière avec le Liban. Les loyalistes avancent rapidement et prennent Zara le 8 mars, puis Yabroud le 16 mars[757], le Krak des Chevaliers le 20 mars[758], Rankous le 9 avril[759] et la ville chrétienne de Maaloula le 14 avril[760]. Une partie des forces rebelles se replie au Liban[761].

En mars 2014, à l'extrême sud du pays, dans le gouvernorat de Deraa, 55 brigades et 30 000 combattants liés à l'Armée syrienne libre se réunissent dans une coalition appelée le Front du Sud. L'extrême sud syrien est à cette période la seule zone du pays où l'Armée syrienne libre demeure la force rebelle dominante[347],[762],[763]. Le 19 mars 2014, cette coalition remporte une première victoire en s'emparant de la prison de Daraa et en libérant des centaines de prisonniers. Puis vers la fin du mois d'août 2014, elle mène une offensive avec le Front al-Nosra dans le gouvernorat de Deraa et le gouvernorat de Kuneitra qui lui permet de conquièrir du terrain sur les forces loyalistes[764],[765]. Le 27 août, les rebelles reprennent le passage de Kuneitra[766]. Le 9 novembre, le Front du Sud s'empare de la ville de Nawa[767].

Article détaillé : Bataille de Kessab.

Au nord-ouest de la Syrie, les rebelles, issus principalement du Front al-Nosra, d'Ahrar al-Cham, d'Ansar al-Cham et du Harakat Cham al-Islam, lancent en mars une offensive contre la ville portuaire de Lattaquié[768],[769]. Pour faciliter l'entreprise, la Turquie laisse les groupes rebelles et djihadistes traverser son territoire dans la province de Hatay[770]. Le 21 mars, les assaillants prennent Kessab, une petite ville située sur la frontière dont la population est à majorité arménienne[770]. Les habitants prennent la fuite, tandis que les maisons et les églises sont pillées[771],[772]. Mais les forces du régime contre-attaquent et reprennent la ville le 15 juin[773]. Après trois mois de combats et plusieurs centaines de morts de part et d'autre, l'offensive rebelle se solde par un échec[773],[774].

Article détaillé : Siège de Homs.

Le , le siège de la Vieille ville de Homs s'achève, mettant fin à deux années de combats dans le centre historique de cette ville. Les dernières forces rebelles capitulent contre la promesse de pouvoir évacuer la ville avec armes et bagages. Le 7 mai, 2 000 à 2 500 rebelles et civils sont évacués vers le nord, dans des zones tenues par l'opposition et le 9 mai, le régime syrien peut reprendre le contrôle du Vieux Homs. Cependant, les rebelles continuent de tenir le quartier de Waer[775],[776],[777],[778],[779],[780],[781].

Fort de ses succès militaires, le régime annonce, le 21 avril, la tenue d'une élection présidentielle pour la date du 3 juin. Condamnée comme une « parodie de démocratie » par les alliés occidentaux de l'opposition syrienne, cette dernière aboutit sans surprise à la réélection de Bachar el-Assad avec plus de 88 % des voix. Jusqu'à présent, les Assad avaient été élus par référendum. La nouvelle constitution syrienne, approuvée en 2012, donne cependant la possibilité à plusieurs candidats de se présenter[782],[783],[784].

Article détaillé : Deuxième guerre civile irakienne.
Des combattants de l'État islamique lors d'un défilé à Raqqa, le 30 juin 2014.

Mais à l'été 2014, l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) monte en puissance de manière fulgurante. Le , il mène une vaste offensive en Irak qui lui permet de s'emparer en seulement quelques jours de plusieurs villes dans les territoires sunnites du nord et de l'est du pays. Le , l'organisation change de nom pour devenir officiellement l'« État islamique » (EI) ; il annonce le rétablissement du « califat » et proclame son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, calife sous le nom d'Ibrahim[785]. L'influence de l'EI va alors s'étendre à plusieurs pays du monde musulman avec le ralliement de nombreux groupes djihadistes, tandis des dizaines de milliers de volontaires commencent à affluer de tous les continents pour combattre dans les rangs du nouveau « califat »[179],[28],[786].

Au printemps et à l'été 2014, les combats entre l'État islamique en Irak et au Levant et les rebelles se poursuivent dans l'est de la Syrie. Le 31 mars, l'EIIL chasse le Front al-Nosra de la ville de Markada, dans le gouvernorat d'Hassaké, après dix jours de combats et au moins 120 morts[774],[787]. Le 10 avril, il attaque Boukamal, sur la frontière irakienne, mais est repoussé[788]. Le 30 avril, l'EIIL lance depuis Raqqa une offensive générale contre le gouvernorat de Deir ez-Zor[789],[790]. Les affrontements pour le contrôle du gouvernorat durent plus de deux mois et font des centaines de morts de chaque côté, mais l'État islamique prend l'avantage[790] : le 25 juin, la ville de Boukamal passe sous son contrôle après le ralliement du chef local d'al-Nosra[791] ; le 3 juillet, les troupes du « califat » prennent Mayadine et le champ pétrolier d'al-Amr[792],[793]. Finalement le 14 juillet, le Front al-Nosra et Ahrar al-Cham abandonnent leurs positions dans la ville de Deir ez-Zor ; certains de leurs combattants rejoignent les rangs de l'État islamique, les autres se retirent de la région[794]. Le gouvernorat de Deir ez-Zor est alors contrôlé de 95 à 98 % par l'État islamique ; seule la partie ouest de la ville de Deir ez-Zor reste tenue par les loyalistes[794]. Début août cependant, la tribu des Al-Cheitaat se révolte contre les nouveaux maîtres de la région ; les djihadistes répliquent brutalement en massacrant près d'un millier de personnes en deux semaines, dont une grande majorité de civils[795],[796],[797]. Les djihadistes poursuivent ensuite le siège de la ville de Deir ez-Zor, contrôlée pour moitié par les loyalistes : le 3 décembre, ils lancent un assaut contre l'aéroport, mais ils sont repoussés au bout de quatre jours, après avoir perdu plus d'une centaine d'hommes[798].

En juillet en août, parallèlement aux combats à Deir ez-Zor, l'État islamique inflige également d'importants revers aux forces du régime syrien dans le centre du pays. Le 17 juillet, les djihadistes commencent par prendre le champ gazier d'al-Chaer, près de Palmyre, où ils tuent près de 300 personnes, dont la plupart sont exécutées par balles[799]. Les loyalistes parviennent à reprendre al-Chaer le 26 juillet[800] ; mais le 24, l'État islamique prend d'assaut la base de la division-17 au nord de Raqqa : les loyalistes perdent 200 hommes, tués ou portés disparus, dont les corps et les têtes tranchées sont exposés dans les rues de la ville[801]. Le 8 août, l'EI prend la base de la brigade 93 à Aïn Issa, au nord de Raqqa[802]. Puis le 24 août, la base aérienne de Tabqa, à l'ouest de Raqqa, est à son tour prise d'assaut par les djihadistes au terme d'une bataille particulièrement violente : en six jours de combats, au moins 346 hommes de l'EI et 195 soldats syriens sont tués au combats, 160 à 200 soldats du régime sont également faits prisonniers et fusillés dans le désert[803],[804]. Au terme de ces combats, le régime a perdu ses derniers bastions dans la région ; le gouvernorat de Raqqa est alors entièrement sous le contrôle de l'État islamique[803].

Combattants kurdes des YPG en janvier 2015, pendant la bataille de Kobané.

Au nord de la Syrie, l'État islamique passe également à l'offensive contre les Kurdes du PYD et leur branche armée, les YPG, alliés à quelques factions de l'Armée syrienne libre. Le 2 juillet, les djihadistes commencent par attaquer la région de Kobané, près de la frontière turque ; cette première tentative est un échec, après un mois d'affrontements et au moins 170 morts, l'EI est repoussé[805]. Le 19 août, les djihadistes attaquent à nouveau les YPG, cette fois-ci à Djezaa, à l'est d'Hassaké, mais une fois encore les Kurdes parviennent à les repousser après 14 jours de combats[806],[807]. Le , l'État islamique, désormais victorieux à Deir ez-Zor et Raqqa, mobilise ses forces et lance une grande offensive contre Kobané. Cette fois, les djihadistes progressent rapidement : ils prennent près de 400 villages en deux semaines, pénètrent dans la ville le 6 octobre et s'emparent de son centre quatre jours plus tard[808],[809]. L'armée turque déploie ses chars à sa frontière mais reste l'arme au pied[810].

Cependant, les victoires de l'État islamique en Irak et en Syrie poussent la communauté internationale à intervenir militairement et une quarantaine de pays planifient la création d'une nouvelle coalition[811]. Après avoir débuté ses bombardement en Irak le 8 août, cette coalition, menée par les États-Unis, lance ses premières frappes aériennes en Syrie dans la nuit du 22 au 23 septembre[812]. Puis, dans la nuit du 23 au 24 septembre, elle bombarde pour la première fois les djihadistes dans la région de Kobané[813]. L'intervention de la coalition change le cours de la bataille : pendant cinq mois, les avions américains et alliés concentrent à Kobané 75 % de leurs frappes en Syrie[814],[815]. Le 31 octobre, un contingent de 150 peshmergas du Kurdistan irakien arrive également en renfort par la Turquie avec de l'artillerie[816]. En octobre et novembre, les Kurdes parviennent à contenir l'avancée de l'État islamique ; puis, en décembre ils commencent à regagner du terrain[817],[818]. Le 26 janvier 2015, après des mois d'intenses combats et plus de 1 600 morts dans les deux camps, les Kurdes parviennent finalement à reprendre la totalité de la ville, cependant détruite à 70 %[815],[819]. L'État islamique, qui commençait à bénéficier d'une réputation d'invincibilité, subit alors sa première grande défaite[820].

La coalition internationale poursuit sa campagne de frappes aériennes en Syrie contre l'État islamique et, dans une moindre mesure, contre le Front al-Nosra. Les premiers bombardements avaient été menés par les États-Unis, l'Arabie saoudite, la Jordanie, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Qatar[812],[821]. Cependant, à partir de la mi-août 2015, les pays du Golfe cessent ou limitent leurs opérations aériennes en Syrie pour concentrer leurs moyens au Yémen, théâtre également d'une guerre civile[822]. Le Canada engage à son tour son aviation en Syrie le 8 avril 2015[823], ainsi que l'Australie le 16 septembre 2015[824], la France le 27 septembre 2015[825], le Royaume-Uni le 3 décembre 2015[826] et le Danemark le 5 août 2016[827]. Selon l'OSDH, plus de 3 000 djihadistes de l'EI sont tués entre le 22 septembre 2014 et le 22 septembre 2015 par les frappes de la coalition[828], mais ces dernières causent également la mort de centaines de civils[829],[830].

De son côté, le Front al-Nosra, chassé de l'Est de la Syrie par l'EI, monte en puissance dans le Nord-Ouest du pays. En novembre, dans le gouvernorat d'Idleb, la guerre éclate entre les djihadistes d'al-Qaïda et les rebelles du Front révolutionnaire syrien (FRS) et du Mouvement Hazm, en raison du soutien accordé à ces derniers par les États-Unis[831]. Les combats dans le Jabal al-Zawiya, au sud d'Idleb, tournent à l'avantage du Front al-Nosra qui chasse le FRS du nord de la Syrie[832],[833],[831],[834]. Le mouvement djihadiste tourne ensuite ses forces contre le régime syrien et le 15 décembre, avec Ahrar al-Cham et Jound al-Aqsa, il prend d'assaut les bases militaires de Wadi al-Deïf et d'Hamidiyé, près de la ville de Maarat al-Nouman, au terme d'une bataille sanglante qui fait 200 à 300 morts en 24 heures[835],[836]. Le Mouvement Hazm subit ensuite à nouveau les attaques du Front al-Nosra, cette fois dans l'ouest du gouvernorat d'Alep : fin janvier 2015, il perd le contrôle de la caserne du bataillon 111, puis le 28 février la base du régiment 46 ; tout son arsenal — et notamment des BGM-71 TOW livrés par les Américains — tombe alors aux mains des djihadistes[837],[838]. Le 1er mars, le mouvement Hazm annonce sa dissolution ; les djihadistes d'al-Qaïda ont alors réussi à neutraliser les deux principaux mouvements rebelles soutenus par les Américains dans la région[839]. Après cette série de victoires, le Front al-Nosra s'affirme désormais comme la force dominante dans le gouvernorat d'Idleb[835].

2015 : Victoires de l'Armée de la conquête au nord-ouest et des Kurdes au nord-est, début de l'intervention militaire russe[modifier | modifier le code]

Évolution de la situation en Syrie en 2015
1er janvier 2015
1er février 2015
1er mars 2015
1er avril 2015
1er mai 2015
1er juin 2015
1er juillet 2015
1er août 2015
1er septembre 2015
1er octobre 2015
1er novembre 2015
1er décembre 2015

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Article détaillé : Bataille d'Alep.

Au milieu du mois de février 2015, l'armée syrienne soutenue par le Hezbollah lance une nouvelle offensive au nord d'Alep afin de poursuivre l'encerclement de la ville et de couper sa voie d'approvisionnement vers la Turquie. La tentative se solde par un échec, les loyalistes sont repoussés après des combats qui font environ 300 morts en cinq jours[840],[841],[842],[843].

Dans le gouvernorat d'Idleb, une alliance, qui prend le nom d'« Armée de la conquête », est formée le par le Front al-Nosra, Ahrar al-Cham et d'autres groupes rebelles islamistes[844]. Forte d'environ 30 000 hommes et soutenue par l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, cette coalition se lance à l'assaut de la ville d'Idleb le jour même de l'annonce de sa formation[844]. Idleb est conquise par les rebelles dès le 28 mars et devient, après Raqqa, la deuxième capitale d'un gouvernorat à échapper au contrôle du régime syrien[845]. L'Armée de la conquête poursuit ensuite sa lancée : le 23 avril elle attaque Jisr al-Choghour et s'en empare après deux jours de combats[846]. L'armée syrienne tente une contre-offensive mais les rebelles poursuivent leur progression dans l'ensemble de la région : le 27 avril, ils s'emparent du camp militaire de Maamal al-Karmid[847], suivi du camp militaire d'Al-Mastouma le 19 mai[848] et le 22 mai, ils prennent l'hôpital de Jisr al-Choghour ou subsistait une dernière poche de résistance loyaliste[849]. Ariha, la dernière ville du gouvernorat d'Idleb tenue par le régime, passe aux mains des rebelles le 28 mai[850]. L'Armée de la conquête lance ensuite une offensive le 27 juillet dans la plaine de Sahl al-Ghab, au sud de Jisr al-Choghour, aux abords du gouvernorat de Lattaquié[851] : les combats y sont plus indécis, les rebelles gagnent d'abord du terrain, mais les loyalistes parviennent ensuite à contenir leurs assauts[852]. Enfin le 9 septembre, après deux années de siège, la base aérienne d'Abou Douhour, au sud-est d'Idleb, est prise d'assaut par le Front al-Nosra ; plus d'une centaine de soldats loyalistes sont tués au combat ou exécutés après avoir été capturés[853],[854],[855]. Au terme de ces combats, le gouvernorat d'Idleb est alors contrôlé en quasi-totalité par les groupes rebelles de l'Armée de la conquête et de l'Armée syrienne libre ; les loyalistes ne tiennent alors plus dans la région que deux villages chiites duodécimains, Foua et Kafraya, isolés à l'est d'Idleb[856].

Les rebelles du Front du Sud progressent également dans le gouvernorat de Deraa. Le 25 mars, ils s'emparent de la ville de Bosra[857]. Le 1er avril, ils se rendent maîtres du poste-frontière de Nassib[858]. Ils perdent quelques villages au nord de Bousra al-Harir le 21 avril[859] ; mais le 9 juin, ils prennent d'assaut la base de la Brigade 52, une des plus grandes bases militaires du régime syrien[860].

Des combattants des YPG et de l'Armée syrienne libre à Tall Abyad c. .

De février à août 2015, dans les gouvernorats d'Hassaké et Raqqa, des combats particulièrement intenses ont lieu entre les djihadistes de l'État islamique et les Kurdes des YPG. Alors que les affrontements se poursuivent dans la région de Kobané, les Kurdes lancent une offensive le 21 février dans la région de Tall Hamis, à l'est de la ville d'Hassaké[861], à laquelle les djihadistes répondent deux jours plus tard par une autre offensive dans la région de Tall Tamer, à l'ouest d'Hassaké[862]. L'État islamique est cependant battu sur les deux fronts : soutenus par les forces aériennes de la coalition, les Kurdes et les miliciens chrétiens du Conseil militaire syriaque s'emparent de Tall Hamis le 27 février[863], avant de chasser les djihadistes de la région de Tall Tamer le 27 mai[864]. Plusieurs villages chrétiens de Tall Tamer sont cependant ravagés par les djihadistes et plus de 200 de leurs habitants sont enlevés[865]. L'État islamique repart à l'offensive le 30 mai, en attaquant cette fois directement la ville d'Hassaké, contrôlée au sud par le régime syrien et au nord par les Kurdes[866]. Les djihadistes lancent une succession d'assauts : ils entrent dans la ville le 5 juin[867], mais en sont repoussés le 7[868]. Les Kurdes et quelques groupes de l'Armée syrienne libre contre-attaquent alors dans le gouvernorat de Raqqa : le 14 juin, ils atteignent la ville de Tall Abyad, près de la frontière turque, et font leur jonction avec les forces engagées dans la région de Kobané[869] ; puis le 16 juin, Tall Abyad passe aux mains des YPG[870]. Les Kurdes commencent ensuite à se rapprocher de Raqqa en s'emparant de la base de la Brigade 93 le 22 juin, puis de la ville d'Aïn Issa le 23 juin[871]. Cependant, le 24 juin, l'État islamique lance une deuxième offensive contre Hassaké : ses forces enfoncent les défenses du régime syrien et entrent de nouveau dans la ville[872]. Puis le 25 juin, une centaine djihadistes déguisés en combattants des YPG s'infiltrent en plein cœur de la ville de Kobané et massacrent environ 250 civils, avant que les Kurdes ne contre-attaquent et ne tuent ou mettent en fuite les membres du commando[873],[874],[875]. Le 5 juillet, les djihadistes contre-attaquent à Aïn Issa : ils reprennent une partie de la ville, mais les YPG les repoussent le 10 juillet[876],[877],[878],[879]. Le 27 juillet, les Kurdes prennent Sarrine, au sud de Kobané, après trois semaines de combats[880]. Enfin à Hassaké, les YPG finissent par venir en aide aux forces loyalistes en difficulté et repoussent définitivement les djihadistes le 28 juillet ; cependant, les Kurdes gardent la mains sur les quartiers auparavant contrôlés par les loyalistes et contrôlent désormais la majeure partie de la ville[881],[882]. Au terme de ces combats, le bilan est nettement à l'avantage des Kurdes des YPG ; en particulier avec la prise de la ville stratégique de Tall Abyad, qui leur permet de relier le canton de Kobané à l'ouest au canton de Cizir à l'est et d'unifier ces deux territoires, tandis que l'État islamique perd un important point de passage des djihadistes étrangers vers la Syrie et un axe de la contrebande de pétrole vers la Turquie[870],[883],[884].

Article détaillé : Bataille de Palmyre (2015).

En difficulté contre les Kurdes en raison du soutien aérien apporté à ces derniers par la coalition, l'État islamique continue cependant de progresser sur d'autres fronts. En avril, il apparaît dans la banlieue sud de Damas en prenant aux rebelles la majeure partie du quartier de Yarmouk, ce qui lui permet d'établir une poche aux abords de la capitale[885]. Mais surtout, les djihadistes réalisent une vaste avancée dans le gouvernorat de Homs face aux troupes du régime syrien : du 13 au 21 mai, ils mènent une offensive qui leur permet de s'emparer des villes d'Al-Soukhna, de Tadmor et du site antique de Palmyre[886]. L'armée syrienne laisse au moins 300 morts, contre 180 du côté de l'EI, et plus de 700 prisonniers, dont 150 sont exécutés par les djihadistes après la prise de la ville, ainsi qu'au moins 67 civils[887],[888]. Le 30 mai, les hommes de l'État islamique détruisent la prison de Tadmor, symbole de la répression du régime des Assad[889]. Puis en août, ils commencent à s'attaquer aux édifices religieux du site antique : le temple de Baalshamin et le temple de Baal, vieux de deux millénaires, sont rasés[890].

Articles détaillés : Bataille de Sourane et Bataille de Marea (2015).

Enfin dans le nord du gouvernorat d'Alep, l'État islamique mène contre l'Armée syrienne libre plusieurs offensives entre mai et septembre près d'Azaz et Marea. Fin mai et début juin, les combats se concentrent autour du village de Sourane à une dizaine de kilomètres de la ville ; le 7 juin, la coalition menée par les États-Unis effectue pour la première fois des frappes aériennes pour appuyer au sol les rebelles, malgré la présence des djihadistes du Front al-Nosra parmi ces derniers[868],[867]. Le 8 août, l'État islamique reprend son offensive contre les rebelles au nord d'Alep, en attaquant la petite ville de Marea, où des combats acharnés ont lieu, faisant plus de 300 morts dans les deux camps en un mois[891],[892]. Les djihadistes réalisent quelques gains mais ne parviennent pas à s'emparer de Marea, ni à atteindre Azaz[893],[894].

Articles détaillés : Bataille de Deraa et Bataille d'Alep.

Face au régime, les rebelles tentent en juillet de livrer des offensives décisives pour prendre Alep et Deraa. Le 25 juin, le Front du Sud lance l'assaut sur Deraa mais il ne progresse que légèrement et le régime tient toujours la moitié de la ville[895],[896]. Puis, le 3 juillet, les coalitions Fatah Halab et Ansar al-Charia mènent une offensive sur Alep, considérée comme la plus importante depuis le début de la bataille en juillet 2012[897],[898]. Mais là aussi, malgré quelques gains des rebelles, les loyalistes tiennent le choc et repoussent la plupart des assauts[899].

Article détaillé : Bataille de Zabadani (2015).

Le 4 juillet, le Hezbollah et l'armée syrienne répondent en attaquant Zabadani, une ville isolée et encerclée, tenue principalement par Ahrar al-Cham, qui est le dernier bastion de la rébellion dans le Qalamoun, près de la frontière libanaise[900],[901]. Les rebelles résistent et un cessez-le-feu est conclu le 24 septembre, en même temps que dans les villages de Foua et Kafraya, les dernières positions loyalistes dans le gouvernorat d'Idleb, encerclées par les rebelles[902],[903]. Le blocus se poursuit également à Madaya, ville située juste au sud de Zabadani, également assiégée depuis juillet par les forces loyalistes et également concernée par le cessez-le-feu de septembre, mais à partir de décembre ses 40 000 habitants commencent à être en proie à la famine[904],[905],[906].

Le 16 août, le régime syrien mène son raid aérien le plus meurtrier depuis le début de la guerre, des bombardements à Douma, près de Damas, font au moins 117 morts et 250 blessés, en grande majorité des civils[907],[908],[909],[910].

Décollage d'un Soukhoï Su-24 russe à Lattaquié, le .

À l'été 2015, le régime syrien se retrouve en difficulté après ses défaites successives, infligées principalement par l'Armée de la conquête au nord-ouest et par l'État islamique à l'est. En mai, Téhéran envoie alors plus de 7 000 volontaires iraniens et irakiens en renforts à Damas ; le 2 juin, le président Hassan Rohani déclare que l'Iran soutiendra le régime de Bachar Al-Assad « jusqu’à la fin »[130],[911],[912]. À cette période, le régime syrien semble alors se résoudre alors à abandonner la reconquête de certaines provinces du pays et à se concentrer sur la défense des grandes villes, en particulier Damas, Hama, Homs et la région côtière de Lattaquié, zones vitales pour sa survie[913],[914]. Dans un discours prononcé le 26 juillet, Bachar el-Assad reconnaît la « fatigue » de son armée[913] et le 30 septembre, il demande officiellement l'« aide militaire » de la Russie[915]. En préparation depuis mai 2015, l'intervention en Syrie des forces armées russes débute aussitôt : au moins 5 000 soldats, 36 avions de combat et 20 hélicoptères sont déployés en quelques jours[916],[917],[918]. L'intervention militaire russe se manifeste surtout par le début d'une campagne de frappes aériennes : l'État islamique est ciblé, de même que l'Armée syrienne libre, mais l'aviation russe se focalise alors principalement sur les positions rebelles de l'Armée de la conquête, dans le gouvernorat d'Idleb[919],[920],[921],[922],[923],[924],[925],[926],[927].

Articles détaillés : Offensive de Hama (2015) et Bataille d'Alep.

Le 7 octobre, soutenues par l'aviation russe, les forces loyalistes débutent une première offensive contre les rebelles de l'Armée de la conquête et de l'Armée syrienne libre au nord du gouvernorat de Hama[928]. Elles étendent ensuite leurs attaques à l'est de Lattaquié le 10 octobre, au nord de Homs le 15, et au sud d'Alep le 16[929],[930],[931]. Le régime réalise quelques gains, mais sa progression est modeste, les brigades de l'Armée syrienne libre équipées de missiles antichar BGM-71 TOW américains détruisent une centaine de blindés du régime et les forces loyalistes souffrent d'une mauvaise organisation et d'un manque de coordination[932],[933],[934],[935]. L'offensive sur le front de Hama se solde finalement par échec : les rebelles reprennent début novembre toutes les localités conquises par les loyalistes un mois plus tôt et parviennent même à s'emparer de la petite ville de Morek[936],[937],[938]. En revanche, les loyalistes progressent du côté d'Alep : le 10 novembre ils brisent l'encerclement de l'aéroport de Kweires, assiégé depuis deux ans par l'EI, et le 12 novembre, ils prennent aux rebelles la petite ville d'al-Hader, au sud-ouest d'Alep, ainsi que de nombreux villages des environs[939],[940].

Article détaillé : Crise russo-turque de 2015.

Le 24 novembre cependant, un Soukhoï Su-24 russe est abattu par l'aviation turque près de Lattaquié, ce qui provoque une crise diplomatique entre la Russie et la Turquie[941],[942].

Article détaillé : Bataille d'Al-Qaryatayn.

De son côté, l'État islamique continue d'affronter le régime syrien dans le gouvernorat de Homs et se rapproche de la frontière avec le Liban. Le 6 août, il commence par prendre la ville d'Al-Qaryatayn, au sud-est de Homs, en une seule journée d'affrontements[943]. Puis il prend au régime la petite ville de Mahin, près de Sadad dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre[944],[945]. Mahin est reprise par les loyalistes le 23 novembre[946], puis à nouveau reconquise par l'EI le 10 décembre[947] et encore reprise par le régime le 29 décembre[948].

Articles détaillés : Bataille d'al-Hol et Offensive de Tichrin.
Combattants des YPG au nord de Racca, c. .

Pendant ce temps, dans le nord de la Syrie, les Kurdes des YPG et des YPJ, les miliciens arabes chammar de l'Armée Al-Sanadid, les chrétiens du Conseil militaire syriaque et des brigades de l'Armée syrienne libre se rassemblent le pour former les Forces démocratiques syriennes (FDS)[949]. Cette alliance, largement dominée par les Kurdes, lance une offensive contre l'État islamique le 31 octobre dans la zone de al-Hol, au sud-est d'Hassaké[949],[950]. Appuyées par l'aviation américaine, les FDS remportent une première victoire en prenant la petite ville de al-Hol le 12 novembre et plus de 1 000 kilomètres carrés le long de la frontière irakienne[951],[952]. Un mois plus tard, le 26 décembre, les FDS s'emparent du barrage de Tichrin, sur l'Euphrate[953]. Les Kurdes et leurs alliés peuvent alors franchir le fleuve à l'ouest, mais ils poursuivent également leur progression au sud, entre Aïn Issa et Raqqa, dans les premiers jours de janvier 2016[954],[955].

Le , Zahran Allouche, chef de Jaych al-Islam et chef militaire du Front islamique, est tué à Al-Marj, près de Damas dans la Ghouta orientale, par des frappes aériennes russes ou syriennes contre une réunion de chefs rebelles. Abou Himam al-Buwaydani lui succède à la tête du groupe[169],[956].

2016 : Tentatives de cessez-le-feu, intervention militaire turque et chute d'Alep[modifier | modifier le code]

Évolution de la situation en Syrie en 2016
1er janvier 2016
1er février 2016
1er mars 2016
1er avril 2016
1er mai 2016
1er juin 2016
1er juillet 2016
1er août 2016
1er septembre 2016
1er octobre 2016
1er novembre 2016
1er décembre 2016

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Article détaillé : Bataille de Deir ez-Zor.

Le , l'État islamique lance une importante offensive contre les forces loyalistes encerclées à Deir ez-Zor[957]. Selon l'OSDH, les cinq premiers jours de combats font au moins 200 morts du côté des loyalistes, dont 48 prisonniers exécutés, 110 tués au moins du côté de l'EI, dont 30 kamikazes, et 42 civils tués par les frappes aériennes[958],[959]. Les djihadistes s'emparent d'un quartier au nord-ouest de la ville[960]

Dans le nord-ouest, après plusieurs mois de résistance, les forces rebelles finissent par reculer dans le gouvernorat de Lattaquié[932]. Soutenus par les Russes, les loyalistes s'emparent des deux principaux bastions stratégiques rebelles de la région : le village de Salma le 12 janvier, puis celui de Rabia le 24 janvier, qui étaient tenus par l'opposition depuis 2012[961],[962]. Selon l'OSDH, plus de 124 rebelles et 72 loyalistes sont tués dans ces combats[963].

Article détaillé : Bataille de Cheikh Meskin.

Au sud, dans le gouvernorat de Deraa, les loyalistes avancent également en prenant au Front du Sud la ville de Cheikh Meskin le 25 janvier, après une bataille de 28 jours au cours de laquelle les rebelles laissent 210 morts dans les combats[964],[965],[966].

Articles détaillés : Siège de Nobl et Zahraa et Bataille d'Alep.
Des miliciens du Hezbollah à l'entrée des villages de Nobl et Zahraa, le 3 février 2016.

Depuis décembre, la livraison aux rebelles de missiles antichar TOW, qui avaient été décisifs en octobre et novembre, est interrompue[932],[967]. Dans le gouvernorat d'Alep, une offensive est lancée le , cette fois-ci au nord de la ville d'Alep, par 10 000 hommes de l'armée syrienne, des Forces de défense nationale, du Hezbollah libanais, de l'Organisation Badr, des Kataeb Hezbollah, du Harakat Hezbollah al-Nujaba, de la Brigade des Fatimides, de la Force Al-Qods et d'unités de l'armée iranienne, appuyés par les spetsnaz et l'aviation russe[968],[969],[970]. Le 3 février, les forces du régime brisent le siège de Nobl et Zahraa et coupent la route d'approvisionnement rebelle reliant Alep à la frontière turque[971],[972]. Selon l'OSDH, les dix premiers jours de l'offensive font plus de 500 morts, dont une centaine de civils[973]. La progression du régime provoque des tensions diplomatiques : la Russie accuse la Turquie de préparer une intervention militaire en Syrie[974],[975] ; la Turquie se déclare favorable à une intervention au sol contre l'EI et contre les YPG, mais réclame le soutien de ses alliés et la fin de leur aides aux forces kurdes[976],[977] ; l'Arabie saoudite se déclare prête à participer à une intervention au sol contre l'EI si la coalition en prend la décision[978] ; les États-Unis restent en retrait et s'accrochent à l'espoir d'une trêve en négociant avec la Russie[979],[980].

À Azaz, les rebelles se retrouvent pris en étau entre les YPG à l'ouest, les loyalistes au sud et l'État islamique à l'est. Soutenus par l'aviation russe, les YPG attaquent les rebelles et s'emparent de l'aéroport de Menagh le 10 février[981],[982],[983],[984],[985]. Ils avancent ensuite vers Azaz et Tall Rifaat[986]. Le 13, l'artillerie turque postée à la frontière intervient et bombarde les positions kurdes dans le district d'Azaz[987],[988],[989]. Malgré cela, les YPG prennent Tall Rifaat le 15 février[990].

En février, les Forces démocratiques syriennes reprennent leurs offensives contre l'État islamique dans le gouvernorat d'Hassaké : le 19 février, la ville d'Al-Chaddadeh est prise[991]. Les djihadistes répondent le 27 février en menant un raid à l'intérieur des territoires tenus par les Kurdes à Tall Abyad et plusieurs villages de ses environs ; les affrontements font plus de 200 morts[992].

Article détaillé : Bataille de Khanasser.

Le 21 février, les forces du régime progressent à l'est d'Alep et reprennent plusieurs villages à l'État islamique[993]. Cependant, les djihadistes contre-attaquent au sud-est d'Alep dans la nuit du 21 au 22 et coupent la route de ravitaillement reliant Alep au gouvernorat de Hama au niveau de la ville de Khanasser, qui est prise le 23 février par l'EI, puis reprise par le régime le 25[994],[995].

Les 11 et 12 février 2016, une nouvelle conférence se tient à Munich, à l'invitation du ministre allemand des Affaires étrangères, Frank Walter Steinmeier. Elle réunit le secrétaire d'État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, avec l'envoyé spécial de l'ONU pour le règlement du conflit en Syrie, Staffan de Mistura, des représentants du groupe international de soutien à la Syrie, et des représentants des pays impliqués[996]. Elle aboutit à un accord sur l'approvisionnement humanitaire de plusieurs zones touchées par les combats et à l'étude d'un cessez-le-feu le 1er mars 2016[997],[998].

Le , les États-Unis et la Russie présentent les modalités d'un cessez-le-feu entre les forces loyalistes et les rebelles, mais qui ne concerne pas l'État islamique, le Front al-Nosra et les groupes « considérés comme terroristes par le Conseil de sécurité de l’ONU »[999],[1 000],[1 001],[1 002],[1 003]. Le lendemain, le gouvernement de Bachar el-Assad fait savoir qu'il accepte le cessez-le-feu[1 004] ; le président syrien annonce également la tenue d'élections législatives le [1 005]. Le Haut Comité des négociations (HCN), qui regroupe une partie de l'opposition armée et politique, s'engage de son côté à une « trêve provisoire de deux semaines » pour vérifier le « sérieux de l’engagement de l’autre partie » et « sous conditions » comme la levée des sièges des villes syriennes, la libération des prisonniers, l’arrêt des bombardements des civils et la livraison d’aide humanitaire[1 005],[1 006]. Les YPG se déclarent également prêts à accepter la trêve mais la Turquie demande à ce qu'ils en soient exclus[1 007],[1 008]. Le cessez-le-feu entre en vigueur le 27 février à minuit[999]. Il est en partie respecté lors des premiers jours et les affrontements diminuent fortement en intensité[1 009],[1 010],[1 011],[1 012]. Le 13 mars, le secrétaire d'État américain John Kerry déclare que « Le niveau de la violence a été réduit de 80 % à 90 %, ce qui est très significatif »[1 013]. Toutefois selon l'OSDH, au moins 630 personnes, dont 170 civils, sont tuées entre le 27 février et le 27 mars dans les zones concernées par le cessez-le-feu[1 014]. Le 14 mars, Vladimir Poutine annonce le début du retrait d'une partie des forces russes engagées en Syrie[1 015],[1 016],[1 017],[1 018].

À partir du 4 mars, dans les gouvernorats de Alep, Idleb, Rif Dimachq, Deraa et Homs, des habitants profitent de l'accalmie pour reprendre des manifestations anti-régime, comme il n'en avait plus été vu depuis 2011[1 019],[1 011],[1 020],[1 021],[1 022]. Mais le 12 mars, des marches à Maarat al-Nouman dégénèrent en affrontements entre la 13e division de l'Armée syrienne libre et les djihadistes du Front al-Nosra et de Jound al-Aqsa. Les djihadistes prennent l'avantage et chassent l'ASL de la ville le 13 mars, cependant des manifestations s'y poursuivent, cette fois contre le Front al-Nosra[1 023].

Article détaillé : Offensive de Tasil (2016).

Dans le gouvernorat de Deraa, des affrontements opposent d'un côté la Brigade des martyrs de Yarmouk et le Harakat al-Muthanna, et de l'autre le Front du Sud, le Front al-Nosra et Ahrar al-Cham. Les premiers gagnent d'abord du terrain et prennent notamment la petite ville de Tasil et plusieurs villages fin mars, mais les rebelles contre-attaquent début avril et reprennent le terrain perdu[1 024],[1 025],[1 026].

Le , à Rmeilane, le PYD et des factions arabes et assyriennes annoncent la création d'une région fédérale dans le nord de la Syrie. Cette proclamation est aussitôt rejetée par le régime syrien, l'opposition syrienne, les États-Unis et la Turquie[1 027],[1 028],[1 029],[1 030]. La Russie, cependant, avait proposé une solution fédérale quelques jours plus tôt, le 29 février[1 031],[1 032].

Article détaillé : Bataille de Palmyre (mars 2016).
Soldats du régime syrien à Palmyre, le 28 mars 2016.

Après l'instauration de la trêve, Damas et Moscou, jusqu'alors peu actifs contre l'État islamique, cherchent à remporter une victoire politique pour se positionner comme un rempart contre l'organisation djihadiste[1 033],[1 034]. Le 7 mars, l'armée syrienne et les milices chiites, soutenues par les forces iraniennes et russes, lancent une offensive pour reprendre Palmyre[1 035],[1 036]. Les loyalistes atteignent la ville le 24 mars et la reprennent le 27, au terme de combats qui auraient fait environ 200 morts dans leurs rangs contre 400 tués du côté des djihadistes[1 037]. Puis le 3 avril, dans l'ouest du gouvernorat de Homs, après plusieurs mois d'affrontements indécis dans les environs, les loyalistes reprennent à l'EI la petite ville d'Al-Qaryatayn[1 038].

Articles détaillés : Bataille d'Alep et Bataille de Khan Touman.

Mais malgré la trêve, des combats intenses reprennent au bout de quelques semaines près d'Alep. Les djihadistes du Front al-Nosra et de Jound al-Aqsa attaquent les positions loyalistes au sud-ouest de la ville et prennent la localité d'Al-Eis le 1er avril[1 039],[1 040],[1 041],[1 042]. Les combats se poursuivent dans cette zone les jours suivants, puis ils éclatent à Hendarat au nord d'Alep et atteignent à nouveau les environs de Khanasser au sud-est[1 043],[1 044]. Selon l'OSDH, les affrontements dans le gouvernorat d'Alep font plus de 200 morts du 10 au 15 avril[1 045]. La ville d'Alep même est frappée par des bombardements massifs commis par les deux camps, qui tuent au moins 253 civils du 22 au 30 avril[1 046]. Au sud-est de la cité, le Front al-Nosra, Ahrar al-Cham et quelques autres groupes continuent leur avancée depuis Al-Eis et s'emparent de la localité de Khan Touman la nuit du 5 au 6 mai[1 047]. En mai et juin, les rebelles parviennent encore à reprendre quelques villages au sud d'Alep[1 048],[1 049].

Dans la région d'Azaz, au nord du gouvernorat d'Alep, les rebelles restent pris en étau entre les YPG à l'ouest, le régime syrien au sud et l'État islamique à l'est. Le 10 mars, les groupes de l'Armée syrienne libre lancent une offensive contre l'État islamique à l'est d'Azaz, le long de la frontière turque[1 050],[1 024],[1 051]. Soutenus par l'artillerie turque et l'aviation américaine, ils s'emparent du poste-frontière d'al-Raï le 7 avril, mais les djihadistes contre-attaquent et le reprennent le 11 avril[1 052],[1 053]. Le 27 avril, les rebelles du Front du Levant lancent un assaut pour tenter de reprendre Tall Rifaat aux Kurdes, mais ces derniers les repoussent[1 054]. Le 27 mai, l'État islamique mène une attaque foudroyante contre les rebelles près d'Azaz et Marea[1 055],[1 056]. Les djihadistes parviennent à entrer dans Marea, mais les rebelles les repoussent finalement le 8 juin[1 057].

Article détaillé : Bataille de la Ghouta orientale.

Pendant ce temps, du côté de Damas, les rebelles se déchirent dans la Ghouta orientale. Le 28 avril, des affrontements éclatent entre les deux plus puissants groupes de la région ; Jaych al-Islam et Faylaq al-Rahman[1 058]. Du 28 avril au 17 mai, ces combats font plus de 500 morts[1 059],[1 060]. L'armée syrienne et le Hezbollah en profitent et s'emparent de la ville de Daïr al-Assafir, au sud de la Ghouta, le 19 mai[1 061]. Le 25 mai, les factions rebelles de la région concluent un cessez-le-feu[1 062]

Le 13 mai, Moustapha Badreddine, commandant en chef de la branche militaire du Hezbollah, est tué près de l'aéroport de Damas, peut-être par une frappe aérienne israélienne[1 063],[1 064],[1 065],[1 066].

Civils de Manbij fuyant les combats entre les Forces démocratiques syriennes et l'État islamique, le .

Le 24 mai, les Forces démocratiques syriennes soutenues par la coalition lancent une vaste offensive contre l'État islamique au nord de Raqqa[1 067]. Les FDS engagent 10 000 à 15 000 combattants dans les opérations, mais ils n'enregistrent pas d'avancée majeure lors des premiers jours[1 068],[1 069],[1 070]. Jusqu'à ce que subitement, le 31 mai, ils étendent leur offensive à l'ouest sur la ville de Manbij, dans le gouvernorat d'Alep[1 071]. Les FDS construisent un pont amovible avec l'aide des Américains et franchissent l'Euphrate près de Sarrine, tandis qu'au sud d'autres forces avancent depuis le barrage de Tichrine[1 072]. Le 10 juin, Manbij est encerclée[1 073]. Les forces du régime syrien passent à leur tour à l'attaque le 2 juin avec pour objectif la ville de Tabqa, à l'ouest de Raqqa[1 074]. Elles parviennent à pénétrer dans le gouvernorat de Raqqa et à progresser sur plusieurs dizaines de kilomètres avant d'être finalement repoussées, puis de perdre tout le terrain conquis lors d'une contre-attaque de l'EI le 20 juin[1 075],[1 076],[1 077]. À l'intérieur de Manbij, les djihadistes résistent deux mois, mais ils laissent au moins un millier de morts dans les combats et ne peuvent empêcher les Forces démocratiques syriennes de prendre entièrement le contrôle de la ville le 12 août[1 078],[1 079].

Article détaillé : Bataille de Boukamal (2016).

Dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, la Nouvelle Armée syrienne mène le 28 juin une attaque avec le soutien des Américains pour tenter de reprendre la ville de Boukamal à l'État islamique, mais l'opération échoue[1 080].

Article détaillé : Bataille d'Alep.

À l'été 2016, les combats entre loyalistes et rebelles se concentrent à Alep. Le 25 juin, l'armée syrienne passe à l'offensive au nord-ouest de la ville et s'empare le 17 juillet de la route du Castello, la dernière voie de ravitaillement des insurgés. Les quartiers d'Alep tenus par la rébellion se retrouvent alors totalement assiégés[1 081],[1 082],[1 083]. Le 31 juillet, l'Armée de la conquête, menée par Ahrar al-Cham et le Front al-Nosra — qui s'est rebaptisé quelques jours plus tôt Front Fatah al-Cham et s'est séparé d'al-Qaïda — lance une contre-offensive au sud-ouest d'Alep[1 084],[1 085]. Contre toute attente, et au prix de plusieurs centaines d'hommes, elle parvient le 6 août à réaliser une percée dans la banlieue de Ramoussah et à faire sa jonction avec les rebelles de la coalition Fatah Halab[1 086],[1 087],[1 088],[279]. Le siège est brisé pendant quelques semaines, mais il est rétabli le 4 septembre par le régime[1 089],[1 090].

Article détaillé : Bataille de Hassaké (2016).

Le 17 août, des combats éclatent à Hassaké entre des miliciens loyalistes et les Kurdes. Le 18, pour la première fois depuis le début du conflit, le régime syrien mène des frappes aériennes contre des positions kurdes[1 091]. Mais les combats tournent à l'avantage des YPG et des Assayech. Le 23 août, un cessez-le-feu est conclu, les Forces de défense nationale et l'armée syrienne se retirent de Hassaké, seule la police gouvernementale maintient une présence symbolique dans le centre-ville. Mais de fait, après Idleb et Raqqa, le régime de Damas perd une troisième capitale de gouvernorat[1 092],[1 093],[1 094].

Article détaillé : Siège de Daraya.

Le 25 août, près de Damas, la ville de Daraya capitule. Un accord est conclu entre le conseil civil local et le régime : les rebelles du Liwa Shuhada al-Islam et de l'Union islamique Ajnad al-Cham remettent leurs armes lourdes et sont évacués vers le gouvernorat d'Idleb avec leurs familles, tandis que d'autres habitants sont conduits en zone loyaliste. Après quatre années de siège, Daraya est détruite à 90 % et vidée de toute sa population civile[1 095],[1 096],[1 097].

Après avoir pris Manbij, les Forces démocratiques syriennes menacent al-Bab à l'ouest et Jarablous au nord, villes que les Kurdes espèrent prendre à l'État islamique pour établir une continuité territoriale à leur région fédérale du Rojava. Le gouvernement d'Erdoğan décide alors de prendre les Kurdes de vitesse et le 24 août l'armée turque et des rebelles syriens franchissent la frontière et attaquent l'État islamique à Jarablous. Les djihadistes n'opposent qu'une faible résistance et se replient sur Al-Bab[1 098],[1 099],[1 100]. Afin d'éviter des combats contre les rebelles et les Turcs, et sur la pression des États-Unis, les Kurdes des YPG se retirent de Manbij le 25 août et se replient sur la rive est de l'Euphrate. Le contrôle de la ville est laissé au Conseil militaire de Manbij, rattaché aux Forces démocratiques syriennes[1 101],[1 102]. Cependant, du 27 au 30 août, les forces turques et rebelles attaquent les positions des Forces démocratiques syriennes entre Jarablous et Manbij et progressent jusqu'à la rivière Sajour[1 103]. Mais sur l'insistance des États-Unis, l'offensive sur Manbij s'arrête là et un accord de cessation des hostilité est conclu[1 104]. Les opérations se poursuivent alors contre les djihadistes entre al-Raï et Jarablous ; le 4 septembre, l'État islamique perd son dernier village à la frontière turque[1 105].

Article détaillé : Offensive de Hama (2016).

Le 29 août, les rebelles lancent une nouvelle offensive au nord de