Résolution 1737 du Conseil de sécurité des Nations unies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conseil de sécurité des Nations unies
Résolution 1737
Caractéristiques
Date 23 décembre 2006
Séance no  5 612
Code S/RES/1737 (Document)
Vote Pour : 15
Abs. : 0
Contre : 0
Sujet Programme nucléaire iranien
Résultat Adoptée

Membres permanents

Conseil de sécurité 2006
Drapeau de la République populaire de Chine Chine · Drapeau des États-Unis États-Unis · Drapeau de la France France · Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni · Drapeau de la Russie Russie

Membres non-permanents

Drapeau de l’Argentine Argentine · Drapeau de la République du Congo Congo · Drapeau du Danemark Danemark · Drapeau du Ghana Ghana · Drapeau de la Grèce Grèce · Drapeau du Japon Japon · Drapeau du Pérou Pérou · Drapeau du Qatar Qatar · Drapeau de la Slovaquie Slovaquie · Drapeau de la Tanzanie Tanzanie

La résolution 1737 du conseil de sécurité des Nations unies est une résolution adoptée unanimement le 23 décembre 2006.

Contenu de la résolution[modifier | modifier le code]

La résolution imposte des sanctions contre l'Iran pour stopper son programme d'enrichissement d'uranium. La résolution interdit la fourniture de matériels et de technologies liés au nucléaire et gèle les capitaux des individus et des sociétés liés au programme d'enrichissement.

Le 11 avril 2007, le Ministère des Affaires étrangères a réaffirmé l'actionnariat de l'Iran à Eurodif, un consortium d'enrichissement d'uranium, tout en affirmant que selon les termes de l'accord franco-iranien de 1991, l'Iran n'a aucun droit à enlever de l'uranium enrichi ni d'accès aux technologies du nucléaire, mais seulement aux gains financiers qui résultent de sa présence dans le consortium[1]. Or, ces fonds sont gelés par la France en raison de la résolution 1737[1].

Réactions[modifier | modifier le code]

  • Iran : le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré à propos de la résolution : « C'est un bout de papier froissé avec lequel ils essaient de faire peur aux Iraniens » [2] et a affirmé que l'Iran démarrait dès ce jour l'installation de 3000 nouvelles centrifugeuses.
  • États-Unis, Israël : ces deux pays ont appelé à plus de fermeté envers l'Iran [3].

Texte[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b STATEMENTS MADE BY THE FRENCH FOREIGN MINISTRY SPOKESPERSON, sur le site d'Iranwatch
  2. Le Figaro
  3. Le Figaro

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]