Réservoir McTavish

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Réservoir McTavish
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Fondation
Style
Propriétaire
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le réservoir McTavish tel qu'il était en 1873, à découvert. La coupole du bâtiment de l'Université McGill (maintenant appelé le Pavillon des Arts) visible à gauche.
Réservoir McTavish en reconstruction en 1947.

Le réservoir McTavish, du nom de Simon McTavish, est un réservoir souterrain et un parc situé dans le campus de l'Université McGill sur le versant sud du Mont Royal à Montréal, Québec, Canada. Il contient 37 000 000 gallons d'eau et est alimenté par des pompes situées dans un bâtiment château de style néo-Renaissance au sud-est du parc. Le site du réservoir est également connu sous le nom Parc Rutherford et est l'emplacement de la station d'observation météorologique automatisée McTavish (ACTS, 71612).

Historique[modifier | modifier le code]

La ville de Montréal décide de construire le réservoir après le grand incendie de 1852 qui détruit près de la moitié des maisons dans la ville. L'incendie avait éclaté alors que le réservoir précédent, alors situé carré Saint-Louis, était fermé pour travaux[1].

Dessiné par l'ingénieur canadien Thomas Keefer (en), le réservoir actuel est construit entre 1852 et 1856 et utilise la roche naturelle du site pour retenir l'eau, avec un peu de maçonnerie sur le côté sud du réservoir. Le réservoir McTavish a été augmenté en taille deux fois après sa construction initiale et fut recouvert en 1957. Le nouvel espace, le parc Rutherford, est maintenant utilisé pour les loisirs  : la falaise créée pour la construction du réservoir est utilisée comme un lieu d'escalade sur glace au centre-ville[2],[3].

En 2008, des travaux de modernisation de la station de pompage coûtent neuf millions de dollars afin de prévenir la contamination de l'eau. En 2009, la ville de Montréal identifie le parc Rutherford au-dessus du réservoir comme un site exposé aux menaces terroristes et tente de restreindre l'accès au public, étant donné le danger potentiel de menace terroriste[4].

Accidents[modifier | modifier le code]

  • Lors de sa construction en 1852, le dynamitage du roc propulse de gros rochers sur le toit de l'édifice McGill College, maintenant le pavillon des arts McCall MacBain, obligeant le personnel et les étudiants à chercher refuge.
  • Le , un des tuyaux du réservoir éclate et inonde le campus de l'Université McGill[5].
  • Le , de graves inondations causés par l'eau provenant du réservoir McTavish affectent plusieurs bâtiments sur le campus du centre-ville de l'Université McGill[6].
  • Le , le réservoir McTavish ainsi que 6 autres réservoirs sont affectés par une levée de sédiments du réservoir Atwater, touchant 1,8 million de montréalais, 21 villes et arrondissements[7]. L'avis d'ébullition de 48 heures qui s'ensuit est le plus important avis du genre de l'histoire de Montréal[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Plateau historique : Carré Saint-Louis », Société de Développement de l’avenue du Mont-Royal (consulté le )
  2. (en) Christopher DeWolf, « The McTavish Reservoir exposed », Spacing Media Inc. (consulté le )
  3. « Trop d'eau, et pourtant pas assez », Ville de Montréal (consulté le )
  4. (en) Michelle Lalonde, City to close second downtown park: Rutherford Park is part of security plan, Montreal Gazette, 2 mai 2009.
  5. (en) Erin Hudson, McTavish Reservoir floods lower campus, McLennan Library, Wilson Hall, and Service Point flooded, The McGill Daily, 9 septembre 2009.
  6. (en) McGill University, « Severe flooding on downtown campus »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 28 janvier 2013.
  7. La Presse, Carte des zones touchées par un avis d'ébullition de l'eau, 22 mai 2013
  8. (en) Marian Scott, Boil-water advisory: No need to panic, professor says, The Gazette, 22 mai 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]