Réservoir Gouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Réservoir Gouin
Réservoir Gouin vu de l'espace.
Réservoir Gouin vu de l'espace.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Mauricie
MRC La Tuque
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 01″ nord, 74° 54′ 23″ ouest[1]
Type Artificiel
Superficie
 · Maximale
 · Minimale
1 789 km2
1 789 km2 [2]
1 380 km2 [2]
Longueur 100 km
Largeur 48 km
Altitude 405,08 m[2]
Profondeur
 · Moyenne
 
5 m
Volume 8,5 km3[2]
Débit moyen 163,4 m3/s
Hydrographie
Émissaire(s) Rivière Saint-Maurice
Îles
Île(s) principale(s) île de l'Oasis

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Réservoir Gouin

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Réservoir Gouin

Géolocalisation sur la carte : agglomération de La Tuque

(Voir situation sur carte : agglomération de La Tuque)
Réservoir Gouin

Le réservoir Gouin est un réservoir situé dans l'Agglomération de La Tuque, en Mauricie, dans la partie centrale du Québec, au Canada. Son rivage compte une longueur de plus de 5 600 kilomètres (excluant les îles) et sa superficie est de 1 789 km2. Ce réservoir est considéré être la source de la rivière Saint-Maurice parce qu'il est situé à la limite nord-ouest du bassin versant de cette dernière.

Activités récréotouristiques[modifier | modifier le code]

Comportant 275 km de voies navigables, ce réservoir est une destination populaire de pêche avec de nombreux fournisseurs commerciaux et de loges privées le long de ses rivages. On trouve également un bon nombre de pourvoiries offrant des activités récréotouristiques telles que chasse, pêche, excursions en véhicules tout-terrain (ex.: motoneige, VTT), expéditions nautiques, chasse photographique, incluant l'hébergement en chalet, en péniche ou en auberge. Plusieurs de ces pourvoyeurs offrent aussi des services de fournitures et d'entretien d'équipements reliés aux activités récréotouristiques. Généralement, chaque pourvoyeur est équipé d'une marina offrant divers services à la navigation de plaisance.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le réservoir est baptisé du nom de Lomer Gouin, qui était premier ministre du Québec quand, en 1918, la Shawinigan Water and Power Company l'embaucha pour aider au développement hydroélectrique. Le barrage Gouin, principal ouvrage de retenue des eaux du réservoir, n'a pas été conçu pour produire de l'électricité, mais il possède une petite centrale qui sert à faire fonctionner les vannes de l'évacuateur de crues afin de régulariser le débit de la rivière Saint-Maurice et ainsi optimiser la production d'électricité des centrales situées en aval.

À l'origine, la Commission des eaux courantes du Québec voulait faciliter le flottage du bois qui était acheminé via la rivière Saint-Maurice, aux papetières de La Tuque jusqu'à Trois-Rivières. Le premier ouvrage a été construit sur le rapide de La Loutre, en 1916-1917. La Shawinigan Water and Power Company décida de rehausser le niveau du réservoir en 1948 et il fut également décidé de détourner le cours supérieur de la rivière Mégiscane et de la rivière Suzie, lesquels s'écoulaient naturellement vers la baie James via la rivière Mégiscane, la rivière Bell et la rivière Nottaway; et de les faire se déverser vers le fleuve Saint-Laurent par la Saint-Maurice. Une série de digues et de canaux ont été nécessaires afin de permettre de dériver les eaux de ces rivières et, encore aujourd'hui; ces ouvrages sont méconnus du grand public.

Village d'Obedjiwan

Sur la rive nord du Réservoir Gouin est située la communauté autochtone d'Obedjiwan, s'écrivant Opiticiwan en langue atikamekw. Ce village est la seule communauté érigée aux abords de cette vaste étendue d'eau artificielle. Lors de la construction du barrage La Loutre (construit à 3,6 km en ligne directe à l'Est, soit en amont du barrage Gouin que l'on connaît aujourd'hui), les amérindiens vivaient près du lac Obedjiwan qui fut inondé avec la mise en eau du réservoir. À ce moment, les résidents se sont déplacés et ont reconstruit leur village sur le site de l'actuel village.

Village d'Oskélanéo

Le village d'Oskélanéo est relié au réservoir Gouin via le lac Oskélanéo et la rivière Oskélanéo. Cette rivière se déverse sur la rive Sud du lac Bureau (réservoir Gouin). Le village d'Oskélanéo s'est constitué à la suite de l'arrivée en 1910 du chemin de fer transcontinental; la gare fut désignée «Oskélanéo River». Grâce au chemin de fer, le village devint un dépôt d'approvisionnement et un point d'accès à la rivière Rupert, au lac Mistassini et à d'autres régions du nord du Québec. Il devint aussi un point de départ pour les expéditions de chasse et pêche dans la région, ainsi que pour les chantiers forestiers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Versant hydrographique de la rivière Saint-Maurice.

Ce grand réservoir s'étend dans les cantons de (en ordre, en rangée du Nord au Sud):

  • Mathieu, Verreau;
  • Lacasse, Toussaint, McSweeney, Magnan, Lindsay;
  • Hanotaux, Crémazie, Lemay, Marmette, Brochu, Déziel;
  • Poisson, Évanturel, Myrand, Chapman, Nevers, Aubin, Levasseur;
  • Achintre, Sulte, Huguenin, Delage, Leblanc et Bureau.

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Bien qu'aucune route pavée ne mène au réservoir Gouin, il est néanmoins accessible par plusieurs chemins forestiers, des sentiers de motoneige (ou VTT) et par avion. Le versant hydrographique du réservoir Gouin est accessibles par:

Accès par voie navigable à partir du chemin de fer[modifier | modifier le code]

Les amateurs de plein air peuvent atteindre le réservoir Gouin par voies navigables en canots, à partir de la ligne de chemin de fer du Canadien National qui relie La Tuque à Senneterre (ville), passant au Sud du réservoir (arrêts ferroviaires en ordre d'Ouest en Est):

Partie Ouest du réservoir

Partie Centre du réservoir

Par ailleurs, à environ 40 km au sud du réservoir, existent le village de Parent (Québec) et le village de Clova (Québec), tous deux maintenant fusionnés avec la ville de La Tuque. Ces villages sont accessibles par une route forestière et par le train avec Via Rail Canada.

Une base d'hydravion est située au haut du barrage Gouin.

Principaux tributaires[modifier | modifier le code]

Les principaux cours d'eau se déversant dans le réservoir Gouin sont (dans le sens horaire en partant du barrage Gouin, soit de l'embouchure):

Rive Sud[modifier | modifier le code]

Rive Ouest[modifier | modifier le code]

Rive Nord[modifier | modifier le code]

Rive Est[modifier | modifier le code]

Principales baies[modifier | modifier le code]

Ce grand réservoir comporte de nombreuses baies et îles complexifiant la navigation. Avant l'existence des systèmes de géolocalisation qui se sont développés dans les années 2000, beaucoup de navigateurs se sont égarés sur ce plan d'eau, fautes de repères. (Sens horaire, à partir de l'embouchure)

Rive Sud[modifier | modifier le code]

Rive Ouest[modifier | modifier le code]

Rive Nord[modifier | modifier le code]

Rive Est[modifier | modifier le code]

Baies des îles du milieu du réservoir[modifier | modifier le code]

Principales îles[modifier | modifier le code]

(Sens horaire, à partir de l'embouchure du réservoir)

Partie Sud[modifier | modifier le code]

Partie Nord[modifier | modifier le code]

Partie Est[modifier | modifier le code]

Principaux lacs[modifier | modifier le code]

Les principaux lacs inclus dans le réservoir ou connexes sont: Bureau, Magnan, McSweeney et du Mâle. (Sens horaire, à partir de l'embouchure)

Partie Sud[modifier | modifier le code]

Partie Ouest[modifier | modifier le code]

Partie Nord[modifier | modifier le code]

Partie Est[modifier | modifier le code]

Principales passes[modifier | modifier le code]

Les nombreuses passes entre les îles ou presqu'îles facilitent la navigation sur le réservoir. (Sens horaire, à partir de l'embouchure)

Gestion de l'eau[modifier | modifier le code]

Le réservoir Gouin sert essentiellement à régulariser les eaux du bassin qu’il dessert afin d’alimenter les centrales hydroélectriques aménagées en aval sur le Saint-Maurice et de minimiser les crues[5]. Le réservoir offre une capacité de rétention 8 500 000 000 m3 d'eau. La niveau de l'eau varie entre l'altitude 393,08 m et 405,08 m, ce qui fait varié la superficie du réservoir de 1 380 km2 au niveau minimal à 1 789 km2 au niveau maximal[2]. Le marnage habituel du réservoir est de 3 m2[6]. Le débit annuel moyen du Saint-Maurice au barrage Gouin est de 163,4 m3/s avec un débit minimal de 79 m3/s et un débit maximal de 256 m3/s[7].

Faune[modifier | modifier le code]

Poissons[modifier | modifier le code]

Les espèces de poissons actuelles habitant le réservoir Gouin sont notamment le doré jaune, le grand brochet, la perchaude et le grand corégone. Il arrive que des pêcheurs capturent du touladi et de l'omble de fontaine mais ces espèces sont plus marginales, car cette vaste étendue d'eau est le repère idéal du brochet qui est très friand des petits poissons.

Avifaune[modifier | modifier le code]

La sauvagine présente dans la région comprend le canard noir, canard colvert, sarcelle à ailes vertes, fuligule à collier, grand harle, harle couronné, garrot à œil d'or, petit Garrot, plongeon huard et bernache du Canada. On y rencontre aussi le pygargue à tête blanche.[réf. souhaitée]

Mammifères[modifier | modifier le code]

Les principaux mammifères en Haute-Mauricie sont: orignal, cerf de Virginie, ours, lièvre, renard roux, rat musqué, moufette et raton laveur.

Les pêcheurs sont tenus de se conformer à la règlementation notamment quand au nombre de prise. Selon les périodes, la pratique de la chasse est aussi règlementée par territoire, par type de gibier et type d'armes.

Aire faunique communautaire (AFC) du Réservoir Gouin[modifier | modifier le code]

L'Aire faunique communautaire du réservoir Gouin œuvre afin de préserver la diversité de la faune, l'amélioration de la qualité de la pêche ainsi que de la protection de celle-ci. Dans son rôle de surveillance du territoire, cet organisme à but non lucratif collabore avec le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) pour maintenir une bonne gestion de la ressource piscicole[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Association des pourvoiries de la Mauricie
  • [2004b] Hydro-Québec Production, Aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs - Rivière Saint-Maurice : Étude d’impact sur l’environnement, vol. 2. Milieux physique et biologique, Montréal, Hydro-Québec, (lire en ligne)
  • Bassin Versant Saint-Maurice, Plan directeur de l’eau du bassin versant de la rivière Saint-Maurice, Trois-Rivières, , 276 p. (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]