Réserve naturelle nationale de la vallée de Chaudefour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Réserve naturelle nationale de la vallée de Chaudefour
Vallée de Chaudefour - 2.jpg
Vallée de Chaudefour
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
820,501 ha[1]
Administration
Type
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Création
Administration
Localisation sur la carte du Puy-de-Dôme
voir sur la carte du Puy-de-Dôme
Green pog.svg
Localisation sur la carte d’Auvergne
voir sur la carte d’Auvergne
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

La réserve naturelle nationale de la vallée de Chaudefour (RNN105) est une réserve naturelle nationale (RNN) située en Auvergne dans le Puy-de-Dôme. Elle fut créée en 1991 dans le Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne et couvre une superficie de 820 hectares.

Localisation[modifier | modifier le code]

Périmètre de la réserve naturelle.

Le territoire de la réserve naturelle est dans le département du Puy-de-Dôme, sur la commune de Chambon-sur-Lac, dans le massif du Monts Dore et voisin de la Réserve naturelle nationale de Chastreix-Sancy.

Histoire du site et de la réserve[modifier | modifier le code]

La vallée de Chaudefour résulte de la destruction partielle du massif volcanique du Sancy dont une éruption violente a entraîné l'effondrement latéral il y a 600 000 ans. Dans l'amphithéâtre ainsi créé, s'est installé un lac et se sont édifiés une trentaine d'appareils volcaniques (Dent de la Rancune) qui constituent l'ossature des crêtes actuelles[2]. La forme en auge résulte de l'érosion glaciaire postérieure puis l'érosion fluvio-torrentielle a dégagé les aiguilles de lave et les dykes. On compte 700 mètres de dénivelé entre la Maison de la Réserve naturelle et le sommet du puy Ferrand[3].

Écologie (Biodiversité, intérêt écopaysager…)[modifier | modifier le code]

Les parties hautes du site correspondent à des pentes raides et des ravines abruptes. Le bas de la vallée est occupé par des prairies pâturées et de fauche, les versants par différents types de hêtraies. On trouve également des pelouses, des landes, des tourbières de pente. Les fossés sont des zones à mégaphorbiaies. Les eaux issues de la vallée rejoignent le Lac Chambon par une série de sources dont certaines sont chaudes et minérales[4].

Pavot jaune
Pavot Jaune

Flore[modifier | modifier le code]

La flore compte plus de 1 600 espèces dont 4 protégées au niveau national (Saule des Lapons, Drosera à feuilles rondes), d'autres au niveau régional : Pavot jaune, Érigeron des Alpes. Elle est caractérisée par un nombre important d'espèces alpines dont certaines sont rares dans le Massif central (Soldanella alpina). On y compte également quelques espèces endémiques comme la Jasione crépue d'Auvergne qui ne pousse que dans le massif du Sancy au-dessus de 1 500 m sur roches trachytiques ou encore la Saxifrage de Lamotte[4].

Apollon
Apollon

Faune[modifier | modifier le code]

La faune est typique des milieux de montagne. Les inventaires réalisés depuis la création ont permis de recenser plus de 1200 espèces animales (408 papillons, 181 araignées) en 2016[5], mais ce chiffre est amené à augmenter car ce travail d'inventaire n'est pas terminé. Pour les mammifères, on compte le Chevreuil, l'Hermine, le Lièvre et l'Écureuil à côté du Mouflon, du Chamois et de la Marmotte qui ont été introduits. L'avifaune compte des oiseaux rares en Auvergne : Faucon pèlerin, Hirondelle de rochers, Monticole merle-de-roche, Merle à plastron, Tichodrome échelette et Grand Corbeau. Les amphibiens et reptiles sont représentés par la Grenouille rousse et le Lézard vivipare[6].

Parmi les nombreux insectes présents, une sous-espèce du papillon Apollon est endémique.

Champignons, lichens et autres organismes remarquables[modifier | modifier le code]

361 espèces de champignons ont été recensées[7].

Intérêt touristique et pédagogique[modifier | modifier le code]

Administration, plan de gestion, règlement[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle est gérée par le Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne et l'Office national des forêts Montagnes d'Auvergne.

L’accès à la réserve naturelle est autorisé dans le respect de la réglementation. Sont interdits la cueillette de fleurs, l'accès des chiens même tenus en laisse, le camping et les feux, les dépôts d'ordures, l'introduction ou la destruction de végétaux et d'animaux, le dérangement des animaux, la circulation des véhicules motorisés, le survol à une altitude inférieure à 300 mètres, l'utilisation d'instruments sonores, le vélo tout-terrain.

La pêche, la chasse et l'escalade sont réglementées. Les activités agro-sylvo-pastorales traditionnelles sont maintenues dans la réserve naturelle.

Escalade[modifier | modifier le code]

La vallée de Chaudefour permet la pratique de l'escalade sur 3 sites : la dent de la Rancune, la Crête de Coq et l'aiguille du Moine. La dent de la Rancune offre 40 voies d'escalade cotées jusqu'à 7c+. Le sommet voisin, la Crête de Coq, qui n'est séparé de la Rancune que par un profond talweg, permet de grimper 26 voies dans des niveaux inférieurs (4 à 5) mais sur une hauteur plus grande, de l'ordre de 130 mètres[8]. Quant à l'aiguille du Moine, qui n'est pas un site conventionné par la FFME, nichée au fond du cirque glaciaire et dans une pente accusée, elle est assez difficile d'accès et offre trois voies[9].

Outils et statut juridique[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle a été créée par un décret du [10].

Galerie de photo[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Muséum national d'Histoire naturelle, « Vallée de Chaudefour (FR3600105) », sur Inventaire national du Patrimoine naturel, 2003+ (consulté le 2 mars 2014)
  2. Max Jonin, Mémoire de la Terre : Patrimoine géologique français, Delachaux et Niestlé, , 191 p. (ISBN 2-603-01383-1)
  3. Carte IGN 2432 ET
  4. a et b « Vallée de Chaudefour », sur Réserves naturelles de France
  5. Plaquette d'information 2016 Réserve naturelle vallée de Chaudefour.
  6. « Réserve Naturelle de la Vallée de Chaudefour », sur www.parc-volcans-auvergne.com (consulté le 27 septembre 2011)
  7. Née du feu et de la glace, Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne, 20 p.
  8. Denis Collangettes, G. Monneron et M. Chalier, Escalade dans le Puy-de-Dôme Tome III : Le Massif du Sancy, Fédération française de la montagne et de l'escalade
  9. « Aiguille du moine », sur www.camptocamp.org (consulté le 27 septembre 2011)
  10. « Décret n°91-460 du 14 mai 1991 portant création de la réserve naturelle de la vallée de Chaudefour (Puy-de-Dôme) », sur Legifrance