Réserve naturelle « Aux roches »

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Réserve naturelle « Aux roches »
Image dans Infobox.
Carte de la réserve, entre le village de Chokier et les Trixhes.
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
0,271 3 km2
Administration
Création
Visiteurs par an
Fréquenté
Administration
Flémalle
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Green pog.svg
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Green pog.svg

La réserve naturelle « Aux roches » ou Réserve naturelle de Chokier se situe à Chokier, dans la commune de Flémalle, en province de Liège, dans la région wallonne, en Belgique et est un site de grand intérêt biologique (SGIB)[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

La réserve se situe sur trois anciennes carrières à calcaire. Cet ensemble de carrières, appelé carrière de Chokier[1] ou encore Carrière Sacrée[1], est exploité depuis l'époque romaine pour son calcaire. En 1830, plusieurs fours à chaux se trouvant au-dessus du village de Chokier exploitaient la carrière. L'exploitation d'une des carrières remonte des années 60, la carrière s'arrêta dans ces années-là et fut longtemps laissée à l'abandon; nombreux villageois allèrent jetés leurs déchets dans la carrière. Cette dernière créa, par son exploitation, des falaises d'une hauteur de 30 mètres. L'un des fours à chaux se trouve à l'une des entrées de la réserve.

Réserve[modifier | modifier le code]

La réserve fut créée en 1996 à Flémalle par une convention de l'association Natagora[2]. Depuis, une équipe de bénévoles s'occupe de préserver cette réserve. En 2004, la réserve fut agréée dans le réseau Natura 2000[3]. Cette réserve est située le long de la Meuse sur une longueur d'environ un kilomètre et demi et d'une moyenne de 350 mètres de large[4], cachée entre le bassin industrielle liégeois et l'urbanisation de la commune. Cette réserve de biotope méditerranéen a su se développer malgré la pollution urbaine.

Relief[modifier | modifier le code]

Les falaises d'une hauteur de 30 mètres et la plaine sont un terrain de jeu pour le faucon pèlerin. Des plantes invasives envahissent la falaise.

Grottes[modifier | modifier le code]

Il existe trois grottes à la réserve: la «grotte aux cristaux», une autre formée par une diaclase et la «grotte de Boulboule». La «grotte aux cristaux» est majoritairement détruite.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La pelouse calcaire est un biotope représentant 0,00001% du pays[4], il atteint sa limite nord européenne. C'est une faune et flore de type méditerranéenne.

Faune[modifier | modifier le code]

Dans la réserve, on peut retrouver des oiseaux, parfois dans les alentours de la réserve, des amphibiens, des reptiles et de nombreuses espèces d'insectes[1].

Le faucon pèlerin est un visiteur régulier de la réserve

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Il y a plus de 70 espèces d'oiseaux[5] dans la réserve dont le faucon pèlerin, placé sur la liste rouge de l'UICN en tant que préoccupation mineure. Mais on peut retrouver aussi, entre autres, l'autour des Palombes, le Chevêche d'Athéna (se situant dans la forêt de la troisième carrière), le choucas des tours, le bruant jaune et la fauvette babillarde. Ce sont toutes des espèces protégées. Le faucon pèlerin s'adapte facilement grâce à la falaise où il peut nicher et à la plaine, au pied de la falaise.

Amphibiens[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs espèces d'amphibiens dont le crapaud calamite, placé sur la liste rouge de l'UICN en tant que préoccupation mineure. Mais on peut retrouver, entre autres, le triton alpestre et la grenouille rousse. Ce sont toutes des espèces protégées.

Une couleuvre coronelle lisse rampant sur le sol

Reptiles[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs espèces de reptiles dont la couleuvre coronelle lisse, placé sur une liste rouge en France en tant que préoccupation mineure; et la couleuvre à collier (Natrix natrix), placé sur la liste rouge de l'UICN en tant que préoccupation mineure. Sa présence dans la réserve est incertaine. Ce sont toutes des espèces protégées.

Némusien posé sur une feuille

Papillons diurnes et nocturnes | Zygènes[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs espèces de papillons. Dans les papillons diurnes, on peut retrouver le Némusien, placé sur liste une liste rouge sans préoccupation; et l'Argus bleu-nacré, placé sur la liste rouge de l'UICN en tant que préoccupation mineure. Dans les zygènes, on retrouve la Zygène des Thérésiens. Aucune de ses espèces est protégée.

Coléoptères et araignées[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces, difficilement observables, sont présentes sur la réserve. Aucune n'est protégée.

Moutons[modifier | modifier le code]

Deux moutons Blackface

D'aout à la fin automne, la réserve accueille un troupeau de moutons écossais Blackface[6]. Ces moutons domestiques écossais se baladent sur la plaine.

Flore[modifier | modifier le code]

La flore de type méditerranéenne atteint sa limite nord européenne et héberge de nombreuses espèces d'arbres et de plantes. Parmi les arbres, on peut trouver le Bois de Sainte-Lucie et le centhrante rouge. On retrouve dans les plantes, entre autres, le lonicera xylosteum, le monotrope sucepin et l'orobranche.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « 1129 - Aux Roches », sur biodiversite.wallonie.be (consulté le 11 août 2018)
  2. « Aux Roches », sur Natagora (consulté le 11 août 2018)
  3. « La réserve naturelle Aux Roches (Flémalle) », Cirkwi,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2018)
  4. a et b Chokier, « Chateau de Chokier - La réserve naturelle "Aux roches" », sur www.chokier.com (consulté le 11 août 2018)
  5. Wallonie Belgique Tourisme, « Réserve naturelle aux Roches », sur walloniebelgiquetourisme.be (consulté le 14 août 2018)
  6. « La Réserve naturelle « Aux Roches » », sur tourisme.flemalle.be (consulté le 11 août 2018)