Réserve de biosphère des oasis du Sud marocain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oasis du sud marocain *
Image illustrative de l’article Réserve de biosphère des oasis du Sud marocain
Oasis du Sud marocain
Zone géographique États arabes **
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Provinces Ouarzazate, Errachidia et Zagora
Coordonnées 30° 48′ 31″ nord, 5° 39′ 31″ ouest
Création
Superficie 80 431,46 km2

Géolocalisation sur la carte : Maroc

(Voir situation sur carte : Maroc)
localisation
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La réserve de biosphère des Oasis du Sud Marocain (RBSOM), située au carrefour de trois provinces du sud-est du Maroc (Ouarzazate, Errachidia et Zagora) a été reconnue par l’UNESCO le 10 novembre 2000[1]. Elle s'étend sur 80 431,46 km2 (soit environ 11 % du territoire national)[2] et comprend 1,2 million d’habitants.

Localisation[modifier | modifier le code]

La RBOSM inclut les bassins versants du Drâa, du Ziz et du Guir, les principales oasis du versant Sud du Haut Atlas Central et Oriental, tout le versant Sud du Haut Atlas Central et Oriental et les bassins de Ouarzazate, Tinerhir et Errachidia, fossés qui suivent la grand faille tectonique au Sud du Haut Atlas.

Zonation[modifier | modifier le code]

La zone A centrale est constituée d’un groupe de 7 Sites d’Intérêt Biologique et Écologique (SIBE) et de 2 parcs nationaux identifiés par l’étude du Plan Directeur des Aires Protégées du Maroc réalisé en 2000 par le Ministère de l'Agriculture, du Développement Rural et des Pêches Maritimes (MADRPM), totalisant une superficie d’environ 5 160 km2, soit 5,2 % de la superficie totale de la RBOSM. Leur fonction essentielle consiste à préserver la diversité biologique de l’écosystème et sauvegarder les ressources naturelles de la zone notamment la ressource eau.

Les zones B tampon de l’habitat « palmeraie » correspondent aux palmeraies traditionnelles qui couvrent une superficie voisine de 1 291 km2, soit 1,3 % de la superficie totale de la RBOSM. Leur principal rôle consiste à entretenir les ressources hydriques, foncières et phoenicicoles en plus de la sauvegarde des valeurs culturelles et économiques dans un équilibre écologique.

Les zones C de transition correspondent aux terrains d’extension agricoles. La superficie totale de cette aire est d’environ 240 km2, soit 0,02 % de la superficie totale de la RBOSM. Bien que leurs superficies soient limitées, elles sont appelées à jouer un rôle capital dans le développement durable de la zone compte tenu des potentialités qu’elles recèlent et de leur substituabilité à l’exploitation des ressources naturelles dégradées des zones centrales qu’elles permettent.

Objectifs[modifier | modifier le code]

La finalité de la création de la RBOSM est de proposer un levier de développement durable des provinces oasiennes du Maroc. Quatre objectifs en découlent :

  1. Entreprendre des mesures de conservation du patrimoine oasien ;
  2. Développement d’actions de valorisation du patrimoine culturel local ;
  3. Diffusion des valeurs de l’identité culturelle de la RBOSM ;
  4. Diffusion des valeurs culturelles et des savoir-faire locaux.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la RBOSM, se trouvant au Sud du Maroc, est aride, avec une haute variabilité interannuelle des précipitations.

Population[modifier | modifier le code]

L’urbanisation prend dans la RBOSM une dimension phénoménale avec un taux moyen de croissance annuelle de 5,75 % en 44 ans (contre 3,06 % au niveau national). Cette croissance urbaine s’est effectuée bien sûr au détriment du monde rural qui montre une croissance insignifiante de 0,10 % en 44 ans (contre 10,12 % au niveau national). Cependant, la population rurale reste importante en terme démographique.

Dans une région à prédominance rurale et à faible rentabilité agricole, parallèlement aux décalages importants entre la croissance urbaine et l’insuffisance des équipements de base proposés, l’urbanisation a des répercussions sur la dégradation du cadre de vie et sur la maîtrise des coûts des infrastructures. À l’échelle de la ville, les problèmes se posent en termes de rurbanisation, d’assainissement, de desserte en eau potable, en électricité, de collecte des déchets, de transport et de manque d’espaces verts.

Végétation[modifier | modifier le code]

La RBOSM s'étend à la fois sur une large proportion du versant Sud du Haut Atlas et sur la zone subdésertique. Cette situation lui confère des particularités bioclimatiques se traduisant par une diversité floristique remarquable caractérisée par une dominance d’espèces endémiques et une large pénétration d’éléments tropicaux.

La végétation est adaptée aux conditions climatiques qui déterminent sa répartition. Ainsi, on peut distinguer deux grands secteurs : le secteur de la montagne et celui de la zone subdésertique.

La RBOSM est aussi caractérisée par l’abondance de plantes aromatiques et médicinales (PAM) qui poussent à l’état spontané. Ce potentiel de la zone est encore peu connu et très peu exploité. Certaines parmi elles sont exploitées traditionnellement en vue de produire des huiles essentielles telles que le romarin et l’armoise, d’autres sont utilisées à des fins médicinales.

Faune[modifier | modifier le code]

Malgré un climat aride, la RBOSM montre une richesse faunique exceptionnelle, liée essentiellement à la grande diversité des habitats naturels : systèmes aquatiques variés (lacs naturels permanents et temporaires, cours d'eau frais de montagne et rivières chaudes de basse plaine), vastes regs caillouteux, étendues steppiques (ligneuses et à graminées), ergs, écosystèmes arborés présahariens (acacias) et méditerranéens (chênaies, pinèdes), innombrables escarpements et éboulements rocheux.

Si pour les vertébrés, il est possible d’exprimer une certaine satisfaction eu égard aux données disponibles, bien qu'encore lacunaires, les groupes d'invertébrés restent très ignorés, aussi bien au niveau des milieux aquatiques que terrestres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Plan cadre de gestion de la Réserve de Biosphère des Oasis du Sud Marocain (RBOSM), Volume I-Rapport Principal, 2008

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Biosphere Reserve Information - Oasis du sud marocain », sur UNESCO (consulté le 30 janvier 2015)
  2. « Réserve de Biosphère des Oasis du Sud Marocain (RBOSM) | Protected Planet », sur www.protectedplanet.net (consulté le 6 février 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]