Réserve d'or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Or liquide.

Une réserve d'or est une quantité d'or conservée par une banque centrale ou une institution financière, dans le but de sécuriser une transaction, un accord de crédit ou de constituer un fonds de garantie.

En 2012, les réserves d'or des banques centrales dans le monde sont estimées à 30 000 tonnes, soit environ 20 % du stock d'or de la planète[1].

Réserves d'or dans le monde[modifier | modifier le code]

Réserves mondiales en mars 2020 [2]. Certaines réserves nationales sont entièrement ou en partie détenues par d'autres pays.

Ces réserves sont supposées et pour certaines non vérifiées, la Réserve fédérale des États-Unis (FED) refusant que ses stocks soient vérifiés par des experts indépendants ou même par les pays propriétaires d'or[3].

Réserves officielles d'or supérieures à 100 tonnes (MARS 2020)
Pays/Entité/Organisation Or
(tonnes)
Drapeau de l’Union européenne Zone euro 10 776,0
Drapeau des États-Unis États-Unis 8 133,5
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 3 364,0
FMI 2 814,0
Drapeau de l'Italie Italie 2 451,8
Drapeau de la France France 2 436,0
Drapeau de la Russie Russie 2 299,0
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1 948,3
Drapeau de la Suisse Suisse 1 040,0
Drapeau du Japon Japon 765,2
Drapeau de l'Inde Inde 642,0
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 612,5
Drapeau de l’Union européenne BCE 504,8
Drapeau de la Turquie Turquie 485,0
Drapeau de Taïwan Taïwan 422,4
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan 388,0
Drapeau du Portugal Portugal 382,0
Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan 338,0
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 323,1
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 310,3
Drapeau du Liban Liban 286,8
Drapeau de l'Espagne Espagne 281,6
Drapeau de l'Autriche Autriche 280,0
Drapeau de la Pologne Pologne 228,6
Drapeau de la Belgique Belgique 227,4
Drapeau des Philippines Philippines 197,9
Drapeau de l'Algérie Algérie 173,6
Drapeau du Venezuela Venezuela 161,2
Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 154,0
Drapeau de Singapour Singapour 127,4
Drapeau de la Suède Suède 125,7
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 125,3
Drapeau du Mexique Mexique 120,0
Drapeau de la Libye Libye 116,6
Drapeau de la Grèce Grèce 113,6
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 104,4
Drapeau de la Roumanie Roumanie 103,6[4]
BRI 102,0
Monde 34 735,73

Politiques nationales concernant les réserves d'or[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

La moitié des réserves d'or de l'Allemagne est supposément détenue à l'étranger, aux États-Unis (45 %)[5], au Royaume-Uni (13 %) et en France (11 %). L'Allemagne, qui avait acheté cet or dans ces trois pays, souhaitait le conserver sur place, pour éviter les risques liés à un transfert.

En 2012, la Bundesbank a demandé à ces pays de rapatrier ses réserves d'or[6]. La France a renvoyé l'or demandé, le transfert s'étant achevé en 2017[7]. Mais la Réserve fédérale des États-Unis (FED) a refusé de renvoyer l'or allemand[8].

Les commissaires allemands venus vérifier la présence (ou absence) de cet or dans les coffres de la FED n'ont par ailleurs pas été autorisés à le faire[9]. Face à ce refus, les autorités allemandes ont retiré leur demande de rapatriement.

Des experts économiques s'interrogent sur l'utilisation de cet or par la FED et si celle-ci détient encore réellement l'or qui lui a été confié par d'autres pays[3].

En 2017, la Bundesbank déclare avoir finalisé le rappariement de 300 tonnes d’or depuis New York[10], toutefois les numéros de série sur les lingots réceptionnés ne correspondaient pas à ceux figurant sur les registres allemands.

France[modifier | modifier le code]

Vente de 20 % des réserves d'or à bas cours en 2004[modifier | modifier le code]

En 2004, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'économie du gouvernement Raffarin, décide, avec Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, de vendre « de 500 à 700 tonnes [d'or] sur les 3 000 tonnes détenues par la Banque de France »[11], réduisant ainsi le stock d'or du pays d’un cinquième (-19,5 %)[12].

Cette décision prévoit des ventes échelonnées de l'or sur une période de cinq ans (de 2004 à 2009) et laisse à Christian Noyer le choix du « rythme de mise en œuvre du programme » au regard de « [l']évolution des cours observés sur le marché de l'or »[11]. Malgré la crise financière de 2008, qui a pour effet à la fois une multiplication par 2,5 du cours de l'or sur cette période[12] et une forte baisse des taux d'intérêt des placements financiers[12], celui-ci décide de poursuivre ces ventes d'or jusqu'en 2009.

Au terme du programme, ces ventes ont permis de dégager des plus-values de cession de seulement 4,67 milliards d'euros alors que l'or aurait valu 19,4 milliards selon le cours fin 2010[12],[13]. Les réinvestissements à partir de ces cessions ayant atteint une valeur de 9,2 milliards en 2010, la différence finale sur cette opération est une perte de 10,2 milliards d'euros.

Le rapport public annuel 2012 de la Cour des comptes fait remarquer ces pertes[12], alors que plusieurs journaux ont qualifié cette vente de « liquidation »[13], de « mauvaise affaire pour les caisses de l'État »[14] ou encore de vente de « l'or français pour une poignée de cacahuètes »[15]. Lors d'une séance de l'Assemblée Nationale, le député Jean-Louis Gagnaire avait par ailleurs interrogé le gouvernement sur cette décision et les pertes qu'elle avait provoquées, sans recevoir de réponse[16].

Suisse[modifier | modifier le code]

À la suite de son adhésion au FMI en 1992, la Suisse s'est vue contrainte d'abandonner la couverture or du franc suisse (jusqu'alors de 40 %), inscrite dans l'ancienne Constitution. Dans la pratique, cela ne se fit qu'après le règlement final de l'affaire des comptes en déshérence et la création du Fonds suisse en faveur des victimes de l'Holocauste, en 1997, auquel contribua la Banque nationale suisse[17]. Si l'on tient compte de la dévaluation du dollar, ce fut au plus bas historique de ce métal. Ce changement a été inclus dans la nouvelle Constitution entrée en vigueur le , sans large débat politique. Les lois et les ordonnances qui lui sont subordonnées ont été également modifiées. S'appuyant sur cette décision, la BNS a commencé à vendre 1 300 tonnes d'or (1 560 jusqu’en septembre 2007) qui, selon elle, n’étaient plus nécessaires comme réserve monétaire.

Venezuela[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2011, le Venezuela a annoncé le rapatriement de ses réserves d'or déposées à l'étranger soit 211,35 tonnes d'or pour un montant de 11 milliards de dollars. 80 % de ces stocks se trouvent au Royaume-Uni, principalement dans la Banque d'Angleterre. La motivation de ce rapatriement est un souci de sécurité face à la crise économique mondiale[18].

Pologne & Chine[modifier | modifier le code]

Plus récemment en 2019, La Banque Nationale de Pologne déclare avoir acheté 100 tonnes d'or pour le seul mois de juin doublant ses réserves pour le métal jaune. Tandis que la Banque Populaire de Chine a elle aussi déclaré avoir acheté 100 tonnes d'or mais cette fois-ci sur l'année, la Chine, en plein développement n'est encore que la 6ème nation en termes de réserve d'or[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Jullien, « Les Secrets de l'or », sur lemonde.fr,
  2. https://www.goldreporter.de/wp-content/uploads/2020/03/Weltweite-Goldreserven-03-2020.pdf
  3. a et b Moneyweek, article intitulé "Is the world’s biggest gold vault empty?", juin 2014
  4. https://fr.tradingeconomics.com/country-list/gold-reserves
  5. Patrick Saint-Paul, « L'Allemagne lève le secret sur ses 3 396 tonnes d'or », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Precious Metal Abroad : Why Germany Wants to See its US Gold - Sven Böll et Anne Seith, Der Spiegel, 30 octobre 2012
  7. « L'Allemagne a rapatrié toutes ses réserves d'or de Paris », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2017)
  8. (en) German Gold Stays in New York in Rebuff to Euro Doubters - Birgit Jennen, Bloomberg, 23 juin 2014
  9. (en) No ‘gold rush’: Germany keeps reserves in the US - Russia Today, juillet 2014
  10. « bundesbank.de/Redaktion/EN/Top… »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  11. a et b Communiqué de presse de la Banque de France du 19 novembre 2004 [PDF] (voir archive)
  12. a b c d et e Le rapport public annuel 2012 de la Cour des comptes, Première partie « Les finances publiques », chapitre IV intitulé « Une institution financière », La Banque de France, 8 février 2012
  13. a et b Cour des comptes : quand Sarkozy liquidait un cinquième du stock d'or de la France - Le Point, 8 février 2012
  14. La vente de 20 % du stock d'or français épinglée par la Cour des Comptes - 20 minutes, 8 février 2012
  15. Quand Nicolas Sarkozy vendait l'or français pour une poignée de cacahuètes - Nathalie Balsan-Duverneuil, Le Midi libre, 8 février 2012
  16. Questions au gouvernement, question du député Jean-Louis Gagnaire du 7 avril 2009 - Assemblée nationale
  17. « Rappel historique sur les fonds en déshérence dans les banques suisses », Fondation Genève Place Financière (voir archive)
  18. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/international/201108/19/01-4427356-rapatriement-au-venezuela-des-reserves-dor-un-processus-couteux.php
  19. Christopher, « Pourquoi j'ai encore acheté de l'or », sur lesformationstrading.fr (consulté le 26 novembre 2019)