Réseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Réseaux)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

En premier ressort, un réseau désigne au sens concret « un ensemble de lignes entrelacées » et, au figuré « un ensemble de relations »
Par extension, il désigne un ensemble interconnecté — fait de composants et de leurs inter-relations — autorisant la circulation en mode continu ou discontinu de flux (eau, air, huile…) ou d'éléments finis (marchandises, informations, personnes…).
Le réseau peut être « matériel » (comme le réseau sanguin), « semi-matériel » (comme le réseau lymphatique), « immatériel » (comme le réseau social), « abstrait, symbolique ou normalisé » (comme le Réseau Pert).

Voir aussi la page Réseau (homonymie) Page d'aide sur l'homonymie pour une liste de pages (peut-être incomplète, mais avec des pages non listées ci-dessous) commençant par réseau.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du mot remonte au latin « retiolus » diminutif de retis qui signifie « filet ». Le terme proche de « reticulum » signifiant « petit filet» a donné le substantif «réticule» et les adjectifs «réticulé» et «réticulaire», caractérisant les objets structurés en forme de «filet», comme le sont notamment les réseaux.

La « rétistique ou science des réseaux » est un néologisme créé par Gabriel Dupuy en 1991 [1] pour développer une vision réticulaire de l'espace et son aménagement ( voir rubrique ci-dessous : Géographie et Urbanisme)

Intérêt du concept[modifier | modifier le code]

Fondamentalement l'étude des réseaux et de ses concepts sont décrits par une science : la rétistique. L'ensemble des notions caractérisant le concept de réseaux, peuvent être déclinées selon différentes représentations :

  • Représentation dans l'espace-temps d'une réalité logique : Le réseau est une forme ou structure particulièrement pertinente pour décrire à la fois la structure et le fonctionnement d'un ensemble où règne une division et/ou une répartition des tâches et des rôles . Ainsi l'organisation du vivant ou celle des organismes où les composants-organes ou acteurs coopèrent au service d'une finalité.
  • Représentation du caractère systémique : L'emploi d'une description sous forme logique facilite la compréhension des interactions réciproques unissant les composants concernés. La causalité, la hiérarchie et la fréquence des relations constatées dans et par le réseau donnent la mesure de sa cohérence et de sa consistance.
  • Émergence et compréhension de fonctions spécifiques au réseau : Le fait d'être en réseau peut induire une fonction que ses sous-parties ne possèdent pas. On qualifie d'émergence le processus d'apparition de cette fonction . Ainsi la conscience -par exemple- serait l'émergence du réseau neuronal.

Domaines d'utilisation[modifier | modifier le code]

Sciences Humaines[modifier | modifier le code]

  • un réseau social est un ensemble d'entités (personnes, groupes ou institutions ) qui échangent entre eux par des liens forts ou faibles créés et vécus lors des interactions sociales. Il se manifeste par des relations entre personnes dans le cadre :
de relations de proximité, d'amitié, de collaboration professionnelle ou scientifique, réseau des acteurs apparaissant dans un même film, etc.
de relations accessibles et mises en œuvre via Internet, souvent qualifiées de Réseautage social.

Économie et Gestion[modifier | modifier le code]

En organisation d'entreprise, le Réseau peut désigner :

  • L'organisation en réseaux : Elle caractérise le mode de traitement de l'information (collecte et de circulation), le mode de travail, ou le mode gestion de l'intelligence économique selon des modalités de partage plus ou moins réciproques et/ou partagées.
  • L'effet de réseau : Il décrit l'avantage économique résultant de l'existence et du fonctionnement de relations fortes entre un agent et ses distributeurs et/ou utilisateurs. Le fait d'être organisé et de fonctionner en réseau peut en effet :
procurer un avantage par rapport à une action purement individuelle
constituer un facteur de résistance vis-à-vis de réseaux concurrents ou adverses.
entretenir une image de marque forte ( meilleure crédibilité et visibilité) autorisant un niveau plus élevé de fidélisation.

Informatique et Télécommunications[modifier | modifier le code]

Réseau informatique.

Les équipements d’interconnexion d'un réseau informatique[modifier | modifier le code]

L’interconnexion des réseaux c’est la possibilité de faire dialoguer plusieurs sous réseau initialement isolés, par l’intermédiaire de périphériques spécifiques (récepteur, concentrateur, pont, routeur, modem), ils servent aussi à interconnecté les ordinateurs d’une organisation, d’un campus, d’un établissement scolaire, d’une entreprise. Il est donc parfois indispensable de le relier entre eux.

Dans ce cas les équipements spécifiques sont nécessaires. Lorsqu’il s’agit de deux réseaux de même type, il suffit de faire passé les trames de l’un sur l’autre. Dans le cas de deux réseaux qu’utilisent les protocoles différents, il est nécessaire de procéder à une conversion de protocole avant de transformer les trames (paquet des données).

  • Répéteur

C‘est un équipement électronique simple permettant d’amplifier un signal et d’étendre la distance de câblage d’un réseau. Il n’est pas un organe intelligent capable d’apporter des fonctionnalités supplémentaires, il ne fait qu’augmenter la longueur du support physique. Il travail uniquement au niveau physique du modèle OSI[3].

  • Concentrateur (Hub)

Il permet de concentrer le trafic réseau provenant de plusieurs hôtes, il agit au niveau de la couche physique du modèle OSI. Ils sont en général dotés d'un port spécial appelé "uplink" .Il possède 4 ports, 8 ports, 16 ports, 32 ports et le choix de port dépend au nombre de réseau[3].

  • Ponts (bridges)

les ponts sont des équipements permettant de relier les réseaux travaillant avec le même protocole. Il travaille au niveau logique c'est-à-dire au niveau de la couche 2 du modèle OSI[3].

  • Commutateur (Switch)

C’est un pont multiport c'est-à-dire qu’il s’agit d’un élément actif agissant au niveau de la couche 2 du modèle OSI[3].

  • Passerelle (Gateway)

C’est un système matériel et logiciel permettant de faire la liaison entre deux réseaux afin de faire l’interface entre le Protocole du réseau différent. C’est aussi un interprète [3]

  • Routeur

C’est un dispositif d’interconnexion de réseaux informatiques permettant d’assurer le routage des paquets entre deux réseaux ou plus afin de déterminer le chemin qu’un paquet des données va emprunter. Ils sont plus puissants: ils sont capables d'interconnecter plusieurs réseaux utilisant le même protocole entre eux[3].

  • Vsat

Les réseaux de communications par satellite utilisent une station relais dans l’espace (le satellite) servant à relier (au moins) deux émetteurs/récepteurs hertziens au sol, communément appelés stations terriennes ou stations au sol. Les petites stations terriennes équipées d’antennes dont la taille est comprise en général entre 0,96 m et 2,4 m de diamètre sont appelées « terminaux à très petite ouverture » ou VSAT[4].

Sciences[modifier | modifier le code]

En mathématiques, un réseau désigne une forme de groupe discret. Pour la plupart des mathématiciens qui s'occupent de la « théorie des graphes », un réseau désigne un « graphe » dont les arêtes ont des valeurs numériques attribuées[5].

Médecine et Sciences Naturelles[modifier | modifier le code]

Géographie et Urbanisme[modifier | modifier le code]

  • En cartographie et en géodésie, un réseau est un système de coordonnées (le Réseau géodésique français par exemple).
  • En géographie des territoires, c'est avant tout une organisation réticulaire qui permet l'interconnexion entre objets et acteurs sociaux (le réseau urbain multipolaire)
  • En géologie, dans le bâtiment…), un réseau peut désigner une figure géométrique ou un maillage.
  • La « rétistique ou science des réseaux » est un néologisme créé par Gabriel Dupuy en 1991 pour développer une vision réticulaire de l'espace et son aménagement [6] . Cette «pensée-réseau» met en avant l'idée du réseau « comme concept et non comme objet » rendant compte d'une nouvelle organisation de l'espace loin d'être surfacique et statique, mais plutôt interconnectée et interdépendante.

Logistique, Transport et Réseaux de ressources[modifier | modifier le code]

Réseau de transport du métro de Paris.

Divers[modifier | modifier le code]

En modélisme ferroviaire, par mimétisme avec les flux réels, le réseau est le nom donné à la maquette de présentation décorée sur laquelle circulent les trains.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Ville de la connaissance et terreau numérique : Le cas de Montpellier » in NETCOM studies, vol 26, 2012, no 3-4, p. 275-306
  2. Pierre Musso, "Télécommunications et philosophie des réseaux. La postérité paradoxale de Saint-Simon", PUF, 1998.
  3. a, b, c, d, e et f José DORDOIGNE, les réseaux : notions fondamentale
  4. PUJOLLE. G, les réseaux 6e Ed. Eyrolles, Paris, septembre 2007
  5. Pour en savoir plus, mettre à profit Claude Berge, mathématicien français auteur d'un livre classique, Théorie des Graphes et ses applications, publié par Dunod Éditeur, Paris (deuxième édition en 1963)
  6. « Ville de la connaissance et terreau numérique, le cas de Montpellier » in Networks and communication studies, 2012, Vol 26, no 3-4, p. 275-306

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Synthèse d'un article célèbre sur les organisations en réseau comparées aux marchés et aux hiérarchies (Walter W. POWELL 90)