Réseau transeuropéen de transport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le réseau transeuropéen de transport (RTE-T) est un programme de développement des infrastructures de transport de l'Union européenne arrêté par le Parlement et le Conseil européen. Il a pour ambitions de faciliter le développement des échanges, en particulier par l'interopérabilité complète des différents réseaux constitutifs, et permettre ainsi la création d'un véritable marché unique, d'augmenter la part modale des modes de transport les plus respectueux de l'environnement, et d'accélérer l'intégration des nouveaux pays membres.

Les premières orientations du programme ont été adoptées en 1996, puis ont été révisées à plusieurs reprises, notamment en 2001 et 2004 ; le RTE-T est un élément de la politique commune des transports.

En , une liste de 30 projets prioritaires a été arrêtée. Ces projets représentent un investissement global de 225 milliards d'euros à l'horizon 2020. Ils peuvent bénéficier de financements européens à hauteur maximum de 20 %.

Les projets du programme RTE-T sont techniquement et financièrement gérés par l'agence exécutive du réseau transeuropéen de transport (TEN-T EA), qui a été créée précisément pour cette fin par la Commission européenne en octobre 2006. En 2004, pour l'UE25, pour 73 000 km de réseau commun, il existe 17 800 km spécifique au réseau RTE-T, et 14 400 km au réseau de route européenne « E »[1].

Éléments du réseau transeuropéen de transport[modifier | modifier le code]

Réseau ferré européen à grande vitesse 2017 :
  •      310-320 km/h
  •      270-300 km/h
  •      240-260 km/h
  •      200-230 km/h
  •      En construction (pointillés)
  •      Moins de 200 km/h

Le RTE-T comprend d'une part les infrastructures de transport, d'autre part les services nécessaires à leur bon fonctionnement. ces éléments sont les suivants[2] :

Réseau routier transeuropéen[modifier | modifier le code]

Le réseau routier transeuropéen est la partie la plus importante du RTE, la route est le premier moyen de transport des personnes et de marchandises sur le continent européen et les objectifs fixés par l'UE visent autant à moderniser le réseau routier qu'à accroitre les possibilités de substituer la route par le rail ou les voies navigables , la question de la sureté routière est notamment abordée au travers de la notion de White Roads EU PROJECT.

Les routes du réseau transeuropéen n'ont pas d'homogénéité au niveau européen : dans certains pays, elles sont sujettes à être traversées par des piétons, alors que dans d'autres non ; dans certains pays le bas côté est bitumé alors que dans d'autres non.

Les trente projets prioritaires à l'horizon 2020[modifier | modifier le code]

Des projets moteurs et essentiels ont été définis afin de structurer le développement futur des réseaux de transport de personnes et de marchandises au niveau de l'UE ; les fonds de l'UE destinés entre autres à ces infrastructure de transport est de 26 milliards d'euros la période 2014-2020 (Mécanisme pour l'interconnexion en Europe). La Commission européenne estime que le projet total coûtera 250 milliards d'euros cofinancé par les fonds européens, ceux des États membres et le secteur privé[2].

Le réseau global couvrira l'ensemble de l'UE et permettra notamment de rapprocher les périphéries du centre de l'Europe, il sera accessible depuis toutes les régions, reliera 94 ports européens aux réseaux ferroviaires et routiers et 38 aéroports majeurs aux grandes villes par liaisons ferroviaires. Quelques 15 000 kilomètres de lignes ferroviaires seront aménagées pour la grande vitesse[2].

En avril 2004, une liste de 30 projets prioritaires a été arrêtée, ils peuvent bénéficier de financements européens à hauteur maximum de 20 % et doivent répondre à des intérêts communs:

  • résorber un goulet d'étranglement ou à compléter un chaînon manquant sur un axe majeur du réseau transeuropéen
  • être d'une dimension telle qu'une planification à long terme au niveau européen apporte une valeur ajoutée importante
  • présenter des avantages socio-économiques potentiels
  • améliorer de manière significative la mobilité des personnes et des marchandises entre les pays de l'UE
  • contribuer à la cohésion territoriale de l'Union en intégrant les réseaux des nouveaux pays de l'UE
  • contribuer au développement durable des transports
Chantier Statut Début Fin théorique
Axe ferroviaire Berlin-Bâle-Vérone-Milan-Bologne-Naples-Messine, incluant les nouvelles lignes ferroviaires à travers les Alpes
Axe ferroviaire Paris-Bruxelles-Cologne-Amsterdam (Thalys) Fait 2000 2007
Axe ferroviaire du sud-ouest de l'Europe[3] (dont les LGV Paris-Bordeaux, Bordeaux-Espagne, l'Y basque, la ligne de Perpignan à Figueras (Renfe-SNCF en Coopération) et les LGV Madrid-Figueras, Saragosse-Huesca et Madrid-Lisbonne (projet))
Axe ferroviaire LGV Est européenne (Paris-Reims-Strasbourg) Fait 2002 2016
Axe ferroviaire de la Betuwe (Rotterdam et frontière allemande) Fait 1998 2007
Axe ferroviaire Lyon-Trieste-Divača-Koper-Ljubljana-Budapest-frontière ukrainienne, incluant la liaison ferroviaire transalpine Lyon - Turin
Axe autoroutier Igoumenítsa/Patras-Athènes-Sofia-Budapest
Axe multimodal Portugal-Espagne et reste de l'Europe
Axe ferroviaire Cork-Dublin-Belfast-Stranraer
Aéroport de Milan Malpensa Fait 1995 2001
Pont de l'Öresund (Malmö-Copenhague) Fait 1996 2000
Axes ferroviaire et routier du triangle nordique (Stockholm, Oslo, Turku, Helsinki et la frontière finno-russe)
Axe routier Irlande-Royaume-Uni-Benelux
Axe ferroviaire de la côte ouest du Royaume-Uni (Londres-Glasgow) Fait 2004 2008
Système de navigation par satellite Galileo 2005 2025
Axe ferroviaire fret à travers les Pyrénées (Sines-Algésiras-Madrid-Paris)
Axe ferroviaire Paris-Stuttgart-Vienne-Bratislava appelé Magistrale européenne
Axe fluvial Rhin-Meuse-Main-Danube
Interopérabilité du réseau ferroviaire à grande vitesse de la péninsule Ibérique
Tunnel sous-marin du Fehmarn Belt (Allemagne-Danemark) 2018 2028
Les autoroutes de la mer (mer Baltique, arc atlantique, Europe du Sud-Est, Méditerranée occidentale)
Axe ferroviaire Athènes-Sofia-Budapest-Vienne-Prague-Nuremberg-Dresde
Axe ferroviaire Gdańsk-Varsovie-Brno-Bratislava-Vienne
Axe ferroviaire (Lyon-Genève)/(Gênes-Milan)-Bâle-Duisbourg-Rotterdam-Anvers
Axe autoroutier Gdańsk-Brno-Bratislava-Vienne
Axe ferroviaire et routier Irlande-Royaume-Uni-Europe continentale
Axe ferroviaire Rail Baltica (Varsovie-Kaunas-Riga-Tallinn-Helsinki) 2019 2030
Axe ferroviaire Eurocaprail (Bruxelles-Luxembourg-Strasbourg)
Axe ferroviaire du corridor intermodal mer Ionienne-Adriatique
Liaison fluviale Seine-Nord Europe (Compiègne-Dunkerque) 2017 2024

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conférence européenne des directeurs des routes, « Futur réseau routier européen » [PDF] (consulté le 12 mars 2017).
  2. a, b et c « Tout comprendre du futur réseau de transports européen », sur BFM Business (consulté le 12 mars 2017)
  3. Axe ferroviaire à grande vitesse du sud-ouest de l'Europe

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]