Réseau routier du Puy-de-Dôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article présente l’histoire, les caractéristiques et les événements significatifs ayant marqué le réseau routier du département du Puy-de-Dôme en France.

Au , la longueur totale du réseau routier du département du Puy-de-Dôme est de 20 042 kilomètres, se répartissant en 217 kilomètres d'autoroutes, 1 kilomètre de routes nationales, 7 265 kilomètres de routes départementales et 12 559 kilomètres de voies communales.

Il occupe ainsi le 2e rang au niveau national sur les 96 départements métropolitains quant à sa longueur et le 16e quant à sa densité avec 2,5 kilomètres par km2 de territoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte Levasseur du département du Puy-de-Dôme (1852).

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

De 1750 à 1784, l’ensemble du réseau routier est pour la première fois cartographié à grande échelle (au 1/86 400e) et de manière complète par Cassini de Thury, à la demande de Louis XV. Ces cartes sont d’une grande richesse toponymique, mais d’une grande pauvreté quant à la figuration du relief et de l’altimétrie. De même les chemins secondaires sont rarement représentés, du fait d’une part de leur état médiocre, d’autre part de leur faible importance économique[1],[2].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L’Atlas national illustré réalisé par Victor Levasseur est un précieux témoignage du XIXe siècle, les cartes coloriées à la main sont entourées de gravures indiquant statistiques, notes historiques et illustrations caractéristiques des départements. Sur ces cartes sont représentées les routes, voies ferrées et voies d'eaux. Par ailleurs, les départements sont divisés en arrondissements, cantons et communes.

En 1834, dans un ouvrage de Benoît Gonod[3], le réseau routier du département était structuré en sept routes royales totalisant 447,072 km, les numéros correspondant aux routes nationales :

Routes royales[3]
No de la route Destinations Longueur
R.R. 9 « de Paris à Perpignan et à l'Espagne par Aigueperse, Le Cheix, Riom, Clermont-Ferrand, Veyre, Coudes, Issoire, Saint-Germain-Lembron » 88,780 km
R.R. 81 « de Roanne à Clermont par Saint-Just, Chabreloche » 4,770 km
R.R. 89 « de Lyon à Bordeaux par Chabreloche, Thiers, Lezoux, Pont-du-Château, Clermont, Rochefort, la Queille, Bourg-Lastic » 114,410 km
R.R. 106 « de Nîmes à Moulins, par Le Puy, […] par Arlanc, Marsac, Ambert, Olliergue, Courpière, Thiers, Puy-Guillaume, Ris » 102,744 km
R.R. 122 « de Clermont à Toulouse [s'embranchant] à la route no 89, au bourg de la Queuille, par Tauves et le Pont-de-Poste » 30,850 km
R.R. 141 « de Clermont à Saintes, par Limoges, [s'embranchant] à la route no 89, au-lieu-dit la Baraque, par Pontgibaud, Pontaumur, Saint-Avit » 49,686 km
R.R. 143 « de Clermont à Tours, par Châteauroux, [s'embranchant] à la route no 9, à Riom, […] par Saint-Bonnet, Combronde, Menat, Montaigut » 55,832 km

N.B. : la valeur annoncée dans la source (14,410 km) pour la route royale 89 est incorrecte en raison de l'oubli probable d'un chiffre par l'éditeur.

ainsi que dix routes départementales (sans rapport avec celles que l'on connaît actuellement), les huit premières totalisant 306,762 km :

Routes départementales en 1834[3]
No de la route Destinations Longueur
R.D. 1 « de Clermont à Montbrison, s'embranchant à la route royale no 89, à Chiniat (lieu-dit de Vertaizon), Billom, Mauzun, Saint-Dier, Saint-Amant, Ambert et Saint-Anthème » 85,360 km
R.D. 2 « de Clermont aux Bains du Mont-Dore, [s'embranchant] sur la route royale no 122 » 11,590 km
R.D. 3 « d'Issoire à la Chaise-Dieu, par Parentignat, Le Vernet, Saint-Germain-l'Herm » 45,084 km
R.D. 4 « de Clermont à Besse, par Plauzat, Champeix, Montaigut-le-Blanc » 32,976 km
R.D. 5 « de Riom à Pontgibaud, par Volvic et Saint-Ours » 21,582 km
R.D. 6 « de Marignue à Courpière par Lezoux » 32,100 km
R.D. 7 « de Maringue à Thiers » 14,870 km
R.D. 8 « des Martres à Manglieu, Montboissier et Auzelles » 63,200 km
R.D. 9 « d'Issoire à Besse par Champeix » (en projet) 12 km
R.D. 10 « de Maringue à Saint-Pardoux, passant par Randan, Aigueperse, Saint-Agoulin et Champs » (en projet) 40 km

Une autre route départementale reliant Tauves à Montaigut était en projet[3].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Réforme de 1930[modifier | modifier le code]

Devant l’état très dégradé du réseau routier au lendemain de la Première Guerre mondiale et l’explosion de l’industrie automobile, l’État, constatant l’incapacité des collectivités territoriales pour remettre en état le réseau routier pour répondre aux attentes des usagers, décide d’en prendre en charge une partie. L’article 146 de la loi de finances du prévoit ainsi le classement d’une longueur de l’ordre de 40 000 kilomètres de routes départementales dans le domaine public routier national[G 1].

En ce qui concerne le département du Puy-de-Dôme, ce classement devient effectif à la suite du décret du [S 1].

Réforme de 1972[modifier | modifier le code]

En 1972, un mouvement inverse est décidé par l’État. La loi de finances du prévoit le transfert dans la voirie départementale de près de 53 000 kilomètres de routes nationales[G 2]. Le but poursuivi est[G 3] :

  • d’obtenir une meilleure responsabilité entre l’État et les collectivités locales en fonction de l’intérêt économique des différents réseaux,
  • de permettre à l’État de concentrer ses efforts sur les principales liaisons d’intérêt national,
  • d’accroître les responsabilités des assemblées départementales dans le sens de la décentralisation souhaitée par le gouvernement,
  • d’assurer une meilleure gestion et une meilleure programmation de l’ensemble des voies.

Le transfert s’est opéré par vagues et par l’intermédiaire de plusieurs décrets publiés au Journal officiel. Après concertation, la très grande majorité des départements a accepté le transfert qui s’est opéré dès 1972. En ce qui concerne le département du Puy-de-Dôme, le transfert est acté avec un arrêté interministériel publié au journal officiel le [S 2].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Réforme de 2005[modifier | modifier le code]

Une nouvelle vague de transferts de routes nationales vers les départements intervient avec la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, un des actes législatifs entrant dans le cadre des actes II de la décentralisation où un grand nombre de compétences de l’État ont été transférées aux collectivités locales. Dans le domaine des transports, certaines parties des routes nationales sont transférées aux départements et, pour une infime partie, aux communes (les routes n'assurant des liaisons d’intérêt départemental)[G 4].

Le décret en Conseil d’État définissant le domaine routier national[G 5] prévoit ainsi que l’État conserve la propriété de 8 000 kilomètres d’autoroutes concédées et de 11 800 kilomètres de routes nationales et autoroutes non concédées et qu’il cède aux départements un réseau de 18 000 kilomètres[G 6].

Dans le département du Puy-de-Dôme, le transfert est décidé par arrêté préfectoral signé le [S 3]. 224 kilomètres de routes nationales sont déclassées. La longueur du réseau routier national dans le département passe ainsi de 225 kilomètres en 2004 à 8 en 2006 pendant que celle du réseau départemental s’accroît de 6 991 à 7 162 kilomètres.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Consistance du réseau[modifier | modifier le code]

Le réseau routier comprend six catégories de voies : les autoroutes et routes nationales appartenant au domaine public routier national et gérées par l’État[G 7], les routes départementales appartenant au domaine public routier départemental et gérées par le Conseil général du Puy-de-Dôme[G 8], les routes métropolitaines appartenant au domaine public routier métropolitain et gérées par le conseil métropolitain de Clermont Auvergne Métropole et les voies communales[G 9] et chemins ruraux[G 10] appartenant respectivement aux domaines public et privé des communes et gérées par les municipalités. Le linéaire de routes par catégories peut évoluer avec la création de routes nouvelles ou par transferts de domanialité entre catégories par classement ou déclassement, lorsque les fonctionnalités de la route ne correspondent plus à celles attendues d’une route de la catégorie dans laquelle elle est classée. Ces transferts peuvent aussi résulter d’une démarche globale de transfert de compétences d’une collectivité vers une autre.

Au , la longueur totale du réseau routier du département du Puy-de-Dôme est de 20 042 kilomètres, se répartissant en 217 kilomètres d'autoroutes, 1 kilomètre de routes nationales, 7 265 kilomètres de routes départementales et 12 559 kilomètres de voies communales.

Il occupe ainsi le 2e rang au niveau national sur les 96 départements métropolitains quant à sa longueur et le 16e quant à sa densité avec 2,5 kilomètres par km2 de territoire[G 11].

Trois grandes réformes ont contribué à faire évoluer notablement cette répartition : 1930, 1972 et 2005.

L'évolution du réseau routier entre 2002 et 2011 est donnée dans le tableau ci-après[G 11].

Évolution du réseau routier entre 2002 et 2011
Catégorie de route 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Autoroutes 164 164 165 164 216 217 217 217 217 217
Routes nationales 224 224 225 17 8 7 1 1 1 1
Routes départementales 6 991 6 991 6 991 6 967 7 162 7 163 7 258 7 258 7 266 7 265
Voies communales 11 773 11 843 11 959 12 070 12 155 12 316 12 326 12 411 12 559 12 559
TOTAL 19 152 19 222 19 340 19 218 19 541 19 703 19 802 19 887 20 043 20 042

En 2018, Clermont Auvergne Métropole gère 1 200 km de routes situées sur son territoire auxquelles s'ajouteront 240 km en 2019[4].

Nomenclature des routes[modifier | modifier le code]

Routes départementales[modifier | modifier le code]

Les chemins de grande communication (Gc) sont devenus des routes départementales dont leur numéro est majoré de 200[Quand ?], sauf celles qui ont été classées dans le domaine routier national. Par exemple, le Gc 12 reliant Clermont-Ferrand à Peschadoires par Billom est devenu la RD 212[5] mais le Gc 28 de Maringues à Pont-du-Château est classé en RN 493 dans les années 1930 pour être déclassé RD 1093[6].

Les chemins d'intérêt commun (Ic) sont devenus des routes départementales dont leur numéro est reproduit à l'identique[6],[5].

Dans les années 1980[réf. nécessaire], de nombreuses routes départementales ont vu leur numéro modifié. À l'origine des embranchements de routes départementales, ils prennent un numéro différent dépendant du secteur :

  • 25x et 26x pour le Livradois ;
  • 30x, 31x, 32x, 33x et 34x pour le nord-est du département, à l'exception de la RD 300 issue de la renumérotation de la RD 999A, une ancienne route nationale déclassée ;
  • 40x, 41x, 42x, 43x, 44x et 45x pour le nord du département, à l'exception de la RD 400 issue de la renumérotation de la RD 906A, traversant Thiers ;
  • 50x, 51x, 52x, 53x, 55x, 56x, 57x et 58x pour le nord-ouest et l'ouest du département (Combrailles) ;
  • 60x, 61x, 62x, 63x et 64x pour le sud-ouest (Sancy et Artense) ;
  • 70x, 71x et 72x pour le sud (Cézallier et environs d'Issoire) ;
  • 75x, 76x, 77x, 78x, 79x et 80x pour le centre du département (agglomération clermontoise).

Routes déclassées[modifier | modifier le code]

Les routes nationales déclassées en routes départementales à l'issue de la réforme de 1972 ont un numéro composé des deux derniers chiffres de la route nationale, précédés du chiffre 9. Par exemple, la RN 141 est devenue la RD 941 et la RN 496 est devenue la RD 996. Il existe toutefois quelques exceptions :

  • les routes nationales 493 et 689 sont déclassées respectivement en routes départementales 1093 et 1089, le département voisin de l'Allier ayant réservé les numéros 993 et 989 aux déclassements des routes nationales 693 et 489.

Les routes nationales déclassées à l'issue de la réforme de 2005 ont un numéro composé des trois derniers chiffres de la route nationale, précédés du chiffre 2 : la route nationale 9 est devenue la route départementale 2009[Note 1], la RN 89 devient la RD 2089, la RN 144 devient la RD 2144. En revanche :

  • la RN 119 est devenue la RD 69 ;
  • la RN 189 est devenue la RD 2089 ;
  • la RN 389, correspondant au boulevard Jacques-Bingen à Clermont-Ferrand, est devenue la RD 771.

Modifications de numéros de routes en 2006[modifier | modifier le code]

Parfois, pour rationaliser un itinéraire, des numéros de routes sont modifiés[réf. souhaitée] :

  • RD 21 (traversée Est de Clermont-Ferrand) → RD 2009[7] ;
  • RD 447 (contournement Est de Riom) → RD 2009[7] ;
  • RD 448 (contournement d'Aigueperse) → RD 2009[7] ;
  • RD 799 (déviation de Beaumont) → RD 2089 ;
  • RD 941 (de Clermont-Ferrand à Pontgibaud par Le Cratère) → RD 943 ;
  • RD 941A (de Clermont-Ferrand aux Quatre Routes de Nébouzat) → RD 941 jusqu'à La Baraque puis RD 942 au-delà ;
  • RD 941B (de La Baraque à Pontgibaud) → RD 941 ;
  • RD 941C (de Durtol à Ceyrat) → RD 944 ;
  • RD 906A → RD 400 ;
  • RD 999A → RD 300.

Réalisations ou événements récents[modifier | modifier le code]

Furent créées dans les années 1980-1990 les déviations d'Ennezat, de Maringues, de Riom, de Beaumont et de Ceyrat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À l'exception des traversées de villes : RD 2019 à Aigueperse, RD 2029 à Riom, RD 2099 à la sortie sud-est de Clermont-Ferrand.

Références générales[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Borredon, Code de la voirie routière et textes annexes - explicitations et commentaires, Éditions du Papyrus, , 645 p. (ISBN 2-87603-160-4, lire en ligne), p. 22-23-87.
  2. « Projet de loi relatif aux libertés et aux responsabilités locales - Chapitre 1 - la voirie », Sénat (consulté le 11 février 2012).
  3. Rapport sur le transfert du réseau de la voirie nationale secondaire dans la voirie départementale, Conseil général du Loiret, séance du 6 décembre 1972.
  4. « La décentralisation : acte II », sur vie-publique.fr, (consulté le 11 février 2012)
  5. Décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national.
  6. « Rapport d’information sur la mise en application de la loi no 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales » [PDF], Assemblée nationale, (consulté le 11 février 2012), p. 42.
  7. Art. 123-1 du Code de la voirie routière.
  8. Art. 131-1 du Code de la voirie routière.
  9. Art. 141-1 du Code de la voirie routière.
  10. Art. 161-1 du Code de la voirie routière.
  11. a et b « Mémento de statistiques des transports, Chapitre 3 : Transports urbains et routiers, 1re partie : 3.3 Réseaux », sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr, Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire / Économie et statistiques (consulté le 31 octobre 2012).

Références spécifiques au département[modifier | modifier le code]

  1. Fac-simile du décret signé par le Président de la République Gaston Doumergue, publié au Journal officiel en date du , classant une partie du réseau routier national dans le domaine public routier départemental, sur le site de Wikisara [PDF].
  2. Fac-simile de l'arrêté interministériel publié au Journal officiel en date du , déclassant une partie du réseau routier national dans le domaine public routier départemental, sur le site de Wikisara [PDF].
  3. Fac-simile de l’arrêté préfectoral signé le , déclassant une partie du réseau routier national dans le domaine public routier départemental, sur le site du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire [zip].

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Carte de Cassini pour la zone de Clermont-Ferrand.
  2. Carte de Cassini pour la zone d’Issoire.
  3. a, b, c et d Benoît Gonod, Puy-de-Dôme, voir dans la bibliographie
  4. http://www.clermontmetropole.eu/fileadmin/user_upload/Publications/magazine/n6_fev2018/index.html#page/12-13
  5. a et b Carte Michelin 1910 no 32 (voir sources)
  6. a et b Carte Michelin 1910 no 28 (voir sources)
  7. a, b et c « Route départementale française D2009 (63) », sur WikiSara.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cartes de Cassini : site de Gallica
  • Carte Michelin 1910 no 28 Clermont-Ferrand - Lyon, Centre-France et Michelin, (ISBN 978-2-06-715455-1), compilation avec les cartes nos 522-523 édition 2010
  • Carte Michelin 1910 no 32 Issoire - Saint-Étienne, Centre-France et Michelin, (ISBN 978-2-06-715457-5), compilation avec les cartes nos 522-524 édition 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benoît Gonod, La France : description géographique, statistique et topographique — Puy-de-Dôme, Paris, Chez Verdière libraire-éditeur, , 170 p. (lire en ligne), p. 134-135

Articles connexes[modifier | modifier le code]