Réseau des Landes, de la Gironde et du Blayais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Réseau de la Gironde)

Le Réseau des Landes, de la Gironde et du Blayais est construit par la Société générale des chemins de fer économiques (SE), pour desservir les régions rurales[1] du département de la Gironde. Toutes les lignes sont construites à voie normale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La concession d'un réseau de deux lignes est attribuée à M. Perrond, le [2]. Le réseau comprend une ligne, de Lesparre à Saint-Symphorien et deux embranchements de Lacanau à Bordeaux et de Hostens à Beautiran.

La concession du réseau est ensuite rétrocédée à Compagnie du chemin de fer des Landes de la Gironde puis à la Société générale des chemins de fer économiques[3]

Réseau[modifier | modifier le code]

Les lignes[modifier | modifier le code]

  • Ligne de Lesparre à Saint-Symphorien , (141 km), ouverture 1884
  • Ligne de Bruges (Bordeaux) à Lacanau-Océan, (59 km), ouverture 1885/1905,
  • Ligne de Hostens à Beautiran (34 km), ouverture 1886,
  • Ligne de Saint-André-de-Cubzac à Saint-Ciers-sur-Gironde, (52 km), ouverture 1889,
  • Ligne de Bordeaux à Camarsac, (16 km), ouverture 1900, (ligne de tramway sur route)

En 1886, est intégrée au réseau, la ligne de la Compagnie du chemin de fer d’intérêt local de Nizan à Saint-Symphorien

En 1913, la ligne de tramway de Bordeaux à Camarsac est rétrocédée à la compagnie des tramways de Bordeaux

Les Ateliers et dépôts se trouvaient à Blaye, Lacanau et Saint-Symphorien (monument historique).

Gares de jonction[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

N° 2901, type 120t, livrée par Fives-Lille en 1867, acquise en 1903 auprès des chemins de fer du Nord;
N° 2902 à 2905, type 120t, livrées par Fives-Lille en 1875, acquises en 1903 auprès des chemins de fer du Nord;
N° 3001 à 3016, type 030t, livrées par la SACM à Belfort en 1884-85 (n°3445 à 3460),
N° 3017 à 3019, type 030t, livrées par Graffenstaden en 1872 (n°698,2801,3366) au chemin de fer Nizan Saint-Symphorien et acquises en 1887.
N° 3020 à 3023, type 030t, livrées par la SACM à Belfort en 1890 (n°4211 à 4214),
N° 3025 et 3026, type 030t, livrées par la SACM à Graffenstaden en 1925 (n°7095 et 7096),
N° 3027, type 030t, livrée par la SACM à Grafenstaden en 1927 (n°7450),
N° 3041 à 3043, type 030T, construite par Corpet-Louvet en 1898, acquises en 1900 auprès du tramway de Bordeaux à Camarsac.
N° 3051, type 030T construite par Schneider, acquise en 1921[4]
N° 3052, type 030t, construite par Cail, acquise en 1921
N° 3053, type 030t, construite par la Métallurgique à Tubize en 1872 (n°151) et acquise en 1923 auprès des chemins de fer de l’État ex-30 923[5].
N° 3054, type 030t, construite par la Métallurgique à Tubize en 1872 (n°191) et acquise en 1923 auprès des chemins de fer de l’État ex 30-925.

Voitures[modifier | modifier le code]

Autorail type TE livré par Renault, dans la forêt de Lacanau.
Autorail De Dion du type M, ayant circulé sur le réseau.

Voitures à voyageurs[6]

  • voitures de 1re et 2e classe à portières latérales à 2 essieux, 6 unités
  • voitures de 1re 2e et 3e classe à portières latérales à 2 essieux, 12 unités
  • voitures de 3e classe à portières latérales à 2 essieux, 26 unités

Wagons de marchandises

  • fourgons à bagages, série DF 800 à 2 essieux, 14 unités
  • wagons couverts, série K 1000 et Kf 1500 à 2 essieux, 96 unités
  • wagons tombereaux, série U 2000 et Uf 2500 à 2 essieux, 190 unités
  • wagons plats à 2 essieux, série H 3000 et Hf 3500 , 164 unités
  • wagons plats à traverse mobile à 2 essieux, 34 unités

Wagons spéciaux

  • 2 wagons grues

Autorails[modifier | modifier le code]

  • M1 à M4, type TE, livrés en 1931 par Renault
  • M5 et M6, type MY, livrés en 1934 par De Dion-Bouton
  • M7 et M8, type MY livrés en 1935 par De Dion-Bouton
  • M9 et M10, type MY2, livrés en 1935 par De Dion-Bouton
  • M11, type PC, livré en 1940 par De Dion-Bouton, équipé à l'origine d'un gazogène [7]
  • M12, type MY2, livré en 1952 par De Dion-Bouton
Remorque pour autorail
  • R1 type NP, livrée en 1935 par De Dion-Bouton

Matériel acquis en seconde main

  • M21 à M30, ex État livrés par Renault, N°23 921 à 23 930, réceptionnés en 1939

Locomotives diésel[modifier | modifier le code]

  • 4027 à 4038, type BB (GE 75 ton), livrées en 1947 par Général-Electric, (n° de construction : 27528 à 27537), construites en 1944, diesel électriques.
  • D 1, Type B, livrée en 1957 par Valermi, 30t, moteur Willème de 180 CV, transmission électrique

Vestiges[modifier | modifier le code]

Il subsiste aujourd'hui la plateforme et de nombreuses gares restaurées par les communes ou transformées en habitation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Doniol (Préfet de la Gironde), « Rapport de M. le Préfet », dans Rapports et délibérations / Gironde, Conseil général (publication en série imprimée), Bordeaux, Impr. A. Levieux, (lire en ligne [PDF]), p. 378-402
  • Salaün (ingénieur), « Contrôle de l'exploitation, de l'entretien et des travaux neufs : Réseau des landes de la Gironde et du Blayais », dans Rapports et délibérations / Gironde, Conseil général (publication en série imprimée), Bordeaux, Impr. A. Levieux, (lire en ligne [PDF]), p. 233-259
  • « Dans les Landes de Gironde : un réseau à 3 branches : la ligne du Nizan à Saint-Symphorien et Sore, la ligne des Landes de Gironde, la ligne du Blayais », La Vie du rail, no 1978,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]