Réseau des landes de la Gironde et du Blayais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Réseau de la Gironde)
Aller à : navigation, rechercher
Gare de Lacanau-Ocean avec des voitures voyageurs à essieux et portières latérales.
Gare de Saint-Médard-en-Jalles et une locomotive de la série 3001 à 3023.
Gare de Sainte-Hélène.
La gare de Bruges avec un batiment typique de la SE.
Autorail De Dion du type M, ayant circulé sur le réseau.
Ancienne gare de Cabanac-et-Villagrains

Le Réseau des landes de la Gironde et du Blayais est construit par la Société générale des chemins de fer économiques (SE), pour desservir les régions rurales[1] du département de la Gironde. Toutes les lignes sont construites à voie normale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La concession d'un réseau de deux lignes est attribuée à Mr Perrond, le 4 octobre 1877[2]. Le réseau comprend une ligne, de Lesparre à Saint-Symphorien et deux embranchements de Lacanau à Bordeaux et de Hostens à Beautiran.

La concession du réseau est ensuite retrocédée à Compagnie du chemin de fer des Landes de la Gironde puis à la Société générale des chemins de fer économiques[3]

Réseau[modifier | modifier le code]

Les lignes[modifier | modifier le code]

Ancienne Gare de Saint-Médard-en-Jalles avec une locomotive monument.
  • Ligne de Lesparre à Saint-Symphorien , (141 km), ouverture 1884
  • Ligne de Bruges (Bordeaux) à Lacanau-Océan, (59 km), ouverture 1885/1905,
  • Ligne de Hostens à Beautiran (34 km), ouverture 1886,
  • Ligne de Saint-André-de-Cubzac à Saint-Ciers-sur-Gironde, (52 km), ouverture 1889,
  • Ligne de Bordeaux à Camarsac, (16 km), ouverture 1900, (ligne de tramway sur route)

En 1886, est intégrée au réseau, la ligne de la Compagnie du chemin de fer d'intéret local de Nizan à Saint Symphorien

En 1913, la ligne de tramway de Bordeaux à Camarsac est rétrocédée à la compagnie des tramways de Bordeaux

Les Ateliers et dépôts se trouvaient à Blaye, Lacanau et Saint Symphorien (monument historique).

Gares de jonction[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

N° 2901, type 120t, livrée par Fives-Lille en 1867,
N° 2902 à 2905, type 120t, livrées par Fives-Lille en 1875,
N° 3001 à 3017, type 030t, livrées par la SACM à Belfort en 1884-85 (n°3445 à 3460),
N° 3020 à 3023, type 030t, livrées par la SACM à Belfort en 1890 (n°4211 à 4214),
N° 3025 et 3026, type 030t, livrées par la SACM à Grafenstaden en 1925 (n°7095 et 7096),
N° 3027, type 030t, livrée par la SACM à Grafenstaden en 1927 (n°7450),

Voitures[modifier | modifier le code]

Voitures à voyageurs[4]

  • voitures de 1re et 2e classe à portières latérales à 2 essieux, 6 unités
  • voitures de 1re 2e et 3e classe à portières latérales à 2 essieux, 12 unités
  • voitures de 3e classe à portières latérales à 2 essieux, 26 unités

Wagons de marchandises

  • fourgons à bagages, série DF 800 à 2 essieux, 14 unités
  • wagons couverts, série K 1000 et Kf 1500 à 2 essieux, 96 unités
  • wagons tombereaux, série U 2000 et Uf 2500 à 2 essieux, 190 unités
  • wagons plats à 2 essieux, série H 3000 et Hf 3500 , 164 unités
  • wagons plats à traverse mobile à 2 essieux, 34 unités

Wagons spéciaux

  • 2 wagons grues

Autorails[modifier | modifier le code]

  • M1 à M4, type TE, ,livrés en 1931 par Renault
  • M5 et M6, type MY ,livrés en 1934 par De Dion-Bouton
  • M7 et M8, type MY ,livrés en 1935 par De Dion-Bouton
  • M9 et M10, type MY2 ,livrés en 1935 par De Dion-Bouton
  • M11, type PC ,livré en 1940 par De Dion-Bouton
  • M12, type MY2 ,livré en 1952 par De Dion-Bouton
Remorque pour autorail
  • R1 type NP ,livrée en 1935 par De Dion-Bouton

Locomotives diésel[modifier | modifier le code]

  • 4027 à 4038, type BB (GE 75 ton), diesel électriques, livrés en 1947 par Général-Electric, (n° de construction : 27528 à 27537)construites en 1944.
  • D 1, Type B, livré en 1957 par Valermi, 30t, moteur Willème de 180 CV, transmission électrique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.trains-fr.org/facs/lig33.htm
  2. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k210072s/f1.image.r=Bulletin%20des%20lois.langFR.swf voir page 1037
  3. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5817999m/f62.item.zoom
  4. http://www.passion-metrique.net/forums/download/file.php?id=30639&mode=view/SAM_5882A.jpg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Doniol (Préfet de la Gironde), « Rapport de M. le Préfet », dans Rapports et délibérations / Gironde, Conseil général (publication en série imprimée), Bordeaux, Impr. A. Levieux, (lire en ligne [PDF]), p. 378-402
  • Salaün (ingénieur), « Contrôle de l'exploitation, de l'entretien et des travaux neufs : Réseau des landes de la Gironde et du Blayais », dans Rapports et délibérations / Gironde, Conseil général (publication en série imprimée), Bordeaux, Impr. A. Levieux, (lire en ligne [PDF]), p. 233-259
  • « Dans les Landes de Gironde : un réseau à 3 branches : la ligne du Nizan à Saint-Symphorien et Sore, la ligne des Landes de Gironde, la ligne du Blayais », La Vie du rail, no 1978,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]