Répulseur du dipôle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Répulseur du dipôle (en anglais Dipole Repeller) est une zone très peu dense du cosmos dont s'éloignent les galaxies situées à proximité, jouant un rôle sur les flux de vitesse à l'opposé de l'attracteur Shapley[1],[2],[3].

Il n'est à l'origine d'aucune force de répulsion à proprement parler, mais sa présence contribue à faire apparaître une force résultante orientée vers l'extérieur de cette zone.

Sa découverte a été annoncée le , par une équipe composée de scientifiques du Commissariat à l'énergie atomique, de l'Université Claude-Bernard-Lyon-I et du Centre national de la recherche scientifique. Il se révèle être l'influence dominante expliquant la direction et la vitesse de 630 km/s du Groupe local.

Une autre zone à l'opposé (du point de vue de la Voie lactée), l'attracteur Shapley, crée une force attractive sur le mouvement des galaxies. Cette attraction localisée, complétée par la position du Répulseur du dipôle, sont les principaux contributeurs de l'anisotropie dipolaire du fond diffus cosmologique.

Le Répulseur du dipôle se positionne à une distance de 220 mégaparsecs (220 Mpc) de la Voie lactée, et coïncide avec un vide de densité galactique.

Cet ensemble, de l'Attracteur Shapley au Répulseur du dipôle, couvre près de 1,7 milliards d'années-lumière et constitue en 2017 la plus vaste zone cartographiée de l'Univers observable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yehuda Hoffman, Daniel Pomarède, R. Brent Tully et Hélène M. Courtois, « The dipole repeller », Nature Astronomy, no 1,‎ (DOI 10.1038/s41550-016-0036, lire en ligne)
  2. « Poussée par un vide, notre galaxie surfe à plus de 2 millions de km/h », sur cnrs.fr, (consulté le 31 janvier 2017)
  3. CEA, « Poussée par un vide, notre galaxie surfe à plus de 2 millions de km/h », sur CEA/Le fil Science & Techno, (consulté le 31 janvier 2017)