République constitutionnelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une république constitutionnelle est un État dans lequel le chef d'État et d'autres fonctionnaires sont les représentants du peuple et doivent gouverner selon un droit constitutionnel établi qui délimite les pouvoirs du gouvernement sur l'ensemble des citoyens.

Le fait qu'une constitution fixe les devoirs et les pouvoirs du gouvernement fait l'état de droit. Le fait que le chef d'État et d'autres représentants du peuple soient choisis par élection à l'exclusion de toute autre forme d'investiture, et que leurs décisions soient sujettes à révision par une autorité judiciaire fait l'état d'une république.

Dans une république constitutionnelle, les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires sont séparés en trois branches distinctes[1]. Aucune personne morale ou physique ne peut exercer à la fois les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires. Ces pouvoirs bien séparés font office de contrôle et de régulation les uns sur les autres. Dans une république constitutionnelle, «aucune personne ou groupe ne peut accéder au pouvoir absolu».

Bien qu'une république constitutionnelle ne soit pas l'équivalent d'une démocratie pure, elle comporte nécessairement des éléments démocratiques essentiels, tels que la capacité du peuple à élire un président.

Certaines Nations où le chef d'État n'est pas élu peuvent disposer d'un parlement constitué de représentants élus qui gouvernent conformément à une loi constitutionnelle protectrice des droits individuels. On y trouve notamment les monarchies constitutionnelles, démocratiques. Elles font aussi figure de démocraties libérales parce qu'elles protègent les libertés individuelles et intègrent les principaux éléments d'une démocratie.

Contraire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]