République catalane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne les États proclamés de 1641 à 1934. Pour l'État déclaré symboliquement en 2017, voir Déclaration d'indépendance de la Catalogne.
République catalane/État catalan
República Catalana/Estat Català (ca)

1641, 1873, 1931 et 1934

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries

Hymne : Els Segadors

Description de cette image, également commentée ci-après
Territoire revendiqué en 2017 par les indépendantistes catalans (en vert clair) au sein de l'Espagne (en gris foncé) et en Europe (en gris clair).
Informations générales
Statut République proclamée, mais non établie
Capitale Barcelone
Langue Catalan
Monnaie Croat, Lliura, Sou, Pesseta, Euro
Histoire et événements
1641 Établissement de l'État et intégration au royaume de France
1873 Proclamation de la république par les Députations catalanes
1931 Proclamation de l'État et transformation en Généralité
1934 Révolution d'Octobre, abolition de l'État par l'armée
2017 Déclaration d'indépendance par 70 députés du Parlement de Catalogne
Dirigeants
1641 Pau Claris
1873 Baldomer Lostau (ca)
1931 Francesc Macià
1934 Lluís Companys

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République catalane (en catalan : República Catalana) ou État catalan (Estat Català), est un régime politique proclamé à quatre occasions en Catalogne : au XVIIe siècle (1641) par Pau Claris, au XIXe siècle (1873) par Baldomer Lostau (ca), au XXe siècle une première fois en 1931 par Francesc Macià et une seconde fois en 1934 par Lluís Companys. Au XXIe siècle, la République catalane a aussi fait l'objet en 2017 d'une déclaration d'indépendance symbolique de la part de Carles Puigdemont.

Proclamation de Pau Claris en 1641[modifier | modifier le code]

Le est proclamée pour la première fois la République catalane par Pau Claris. À la suite de l'intervention du roi d'Espagne, Philippe IV, qui envahit la Catalogne avec son armée pour mater une révolte, Pau Claris fait appel le au roi de France, Louis XIII, et le reconnaît comme « comte de Barcelone » (le titre ayant été transmis à son héritier Louis XIV jusqu'en 1652). La principauté de Catalogne est placée sous souveraineté française.

Le , à l'issue de la bataille de Montjuïc, l'armée de Philippe IV est vaincue et doit se retirer. Pau Claris meurt un mois plus tard. Finalement, la destitution du comte-duc d'Olivares, les ravages causés par la famine et la peste, ainsi que l'engagement pris par Philippe IV de respecter les institutions catalanes, mettent fin à la guerre en 1652.

Au traité de Westphalie, en 1648, l'Espagne perd une grande partie de ses possessions en Europe centrale, et le conflit avec la France subsiste, notamment au sujet des territoires catalans situés au nord des Pyrénées. En 1659, au traité des Pyrénées, Philippe IV cède à la France les territoires relevant du comté de Roussillon et la partie nord de la Cerdagne, ce qui va à l'encontre des délimitations fixées par les Constitutions catalanes.

Pacte de Tortosa et proclamation de 1873[modifier | modifier le code]

Le , les représentants des comités républicains fédéraux d'Aragon, de Catalogne, de Valence et des Baléares signent le Pacte fédéral de Tortosa (ca) pour restaurer la Confédération catalano-aragonaise dans le cadre de l'État républicain espagnol.

En février 1873, Estanislao Figueras est élu président de la Première République espagnole, et occupe cette charge juste à la fin du mois de juin. À cette date, la crise économique, les divisions de son propre parti et la proclamation de l'État catalan, sur laquelle il ne peut revenir sans dissoudre les troupes présentes en Catalogne, l'amènent à démissionner au profit de Francisco Pi i Margall. Figueras part ensuite en France, d'où il tente sans succès de revenir à la fin de l'année pour reconstituer le Parti fédéral.

Proclamation de Francesc Macià en avril 1931[modifier | modifier le code]

Portrait de Francesc Macià.
Portrait de Lluís Companys.

Par l'accord de Saint-Sébastien, le , les partis républicains espagnols s'accordent à préparer un changement de régime en cas de victoire aux élections suivantes. Dans ce projet, il est prévu l'autonomie politique de la Catalogne, à l'intérieur de la République espagnole. Le , à la suite des élections municipales qui ont donné la majorité à la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), Francesc Macià, une heure avant la proclamation de la République espagnole, depuis le balcon de l'actuelle Généralité, proclame « la République catalane, dans l'attente que les autres peuples d'Espagne se constituent comme républiques, afin de former la Confédération ibérique »[1].

Cette proclamation préoccupe le gouvernement provisoire de la République. Le 17 avril, les ministres Fernando de los Ríos, Marcelino Domingo Sanjuán (es) et Lluís Nicolau d'Olwer arrivent à Barcelone par avion. Après plusieurs heures de tractation, ils tombent sur un accord avec l'ERC. Le conseil provisoire formé à Barcelone est reconnu comme gouvernement autonome de la Généralité de Catalogne. Cela suppose la recréation d'une entité historique disparue depuis les décrets de Nueva Planta, au XVIIIe siècle, la Députation générale (Diputació del General). Cette décision ouvre également la voie à une nouvelle forme d'autonomie de la Catalogne.

Cependant, quelques mois plus tard, lorsque le projet de république fédérale est mis en échec à l'Assemblée constituante, Macià est forcé d'abaisser ses conditions. Il accepte l'institution d'un statut spécifique à la Catalogne et dirige la Généralité jusqu'à sa mort, en 1933.

Proclamation de Lluís Companys en octobre 1934[modifier | modifier le code]

Le , au même moment que la révolution asturienne (5-18 octobre), le président ERC de la Généralité, Lluís Companys, proclame unilatéralement l'État catalan. La tentative est rapidement mise en échec par le gouvernement espagnol, Companys arrêté et le gouvernement autonome de la Généralité suspendu.

À la fin de la guerre d'Espagne, en 1939, le gouvernement de la Généralité part en exil. La dictature franquiste suspend les institutions catalanes héritées de la république. Le président Companys, défenseur de la légalité constitutionnelle républicaine, est arrêté en France, où il a fui, par la Gestapo. Il est abandonné aux forces franquistes, jugé en conseil de guerre et condamné à mort. Il est fusillé au château de Montjuïc en 1940.

Déclaration d'indépendance symbolique de 2017 par Carles Puigdemont[modifier | modifier le code]

Le , le président de la Généralité, Carles Puigdemont, suivant le référendum du , annonce que le peuple a décidé que la Catalogne devrait devenir un État indépendant sous la forme d’une république[2] et signe à Barcelone une déclaration d'indépendance de la République catalane, mais, sur la proposition du président, cette indépendance est immédiatement suspendue par le parlement catalan, dans un geste envers Madrid pour l'ouverture de négociations[3].

Le de la même année, le Parlement de Catalogne vote pour une motion déclarant que la région devient un « État indépendant prenant la forme d’une république » avec 70 votes pour, 10 contre, 2 blancs et 53 abstentions sur 135 députés. Le même jour, le gouvernement espagnol présidé par Mariano Rajoy prononce la dissolution du Parlement et la destitution du Président de la Généralité de Catalogne[4]. Le quotidien Público publie le lendemain une analyse juridique selon laquelle le vote des députés ne concernait pas la proclamation de la République catalane, et que le texte voté n'a qu'une valeur politique et non juridique[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Texte intégral du discours de la proclamation de la République catalane par Francesc Macià, le .
  2. (en) « Official Statement by the President on the political situation in Catalonia », sur Government of Catalonia (consulté en octobre 2017).
  3. « La signature (très symbolique) de l'indépendance », sur Euronews (consulté en octobre 2017).
  4. « Indépendance de la Catalogne : les temps forts d'une journée cruciale », sur L'Obs, (consulté en octobre 2017).
  5. (es) Julia Pérez, « ¿Realmente aprobó el Parlament el viernes la independencia de Catalunya? », sur Público, (consulté le 29 octobre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]