Rémy Heitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heitz.
Rémy Heitz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Procureur de la République
Tribunal de grande instance de Paris
depuis le
Directeur des affaires criminelles et des grâces
-
Robert Gelli (d)
Catherine Pignon (d)
Délégué interministériel à la sécurité routière
-
Cécile Petit (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Distinctions

Rémy Heitz est un magistrat français, né le à Nancy, occupant le poste de procureur de la République de Paris depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un premier poste de substitut du procureur à Pontoise, il rejoint la direction des affaires criminelles et des grâces en 1992, avant de devenir chef de cabinet de Pascal Clément[1], alors ministre délégué aux relations avec l’Assemblée nationale. De 1995 à 1999, il revient à la DACG comme chef du bureau de l’action publique.

Il est nommé procureur de la République près le tribunal de grande instance de Saint-Malo[2] entre 1999 et 2001 lorsqu’éclate l’affaire Godard.

Il devient vice-procureur de la République à Paris en 2001[3].

Il a également été procureur à Metz et est passé au siège[4].

En 2002, il intègre le cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin en qualité de conseiller technique pour la justice[5] avant de devenir délégué interministériel à la sécurité routière entre 2003 et 2006.

En 2006, il rejoint le ministère de la Justice comme directeur l’administration de l’administration générale et de l’équipement (2006-2008)[6].

Après avoir occupé le poste de procureur de la République à Metz[7], il est nommé président du TGI de Bobigny en décembre 2010[8].

Depuis septembre 2015, Rémy Heitz était Premier président de la cour d’appel de Colmar[9].

Après l’élection présidentielle de 2017, il est nommé le 9 août 2017 directeur des affaires criminelles et des grâces au ministère de la Justice, en remplacement de Robert Gelli, actuel procureur général près la cour d’appel d’Aix en Provence[10],[11].

Le , il est nommé procureur de la République de Paris[12] où il succède à François Molins.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Rémy Heitz est chevalier de la Légion d’honneur[13] et officier de l’ordre national du Mérite[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 14 avril 1994 portant nomination au cabinet du ministre (lire en ligne)
  2. Décret du 31 juillet 2001 portant nomination de magistrats (lire en ligne)
  3. Décret du 21 décembre 2001 portant nomination (magistrature) (lire en ligne)
  4. Mathieu Delahousse, « 10 choses à savoir sur Rémy Heitz, le futur procureur de Paris »,
  5. Arrêté du 12 juillet 2002 relatif à la composition du cabinet du Premier ministre (lire en ligne)
  6. Décret du 23 novembre 2006 portant nomination d'un directeur à l'administration centrale - M. Heitz (Rémy) (lire en ligne)
  7. Décret du 14 mai 2008 portant nomination d'un avocat général près la cour d'appel de Metz pour exercer les fonctions de procureur de la République près le tribunal de grande instance de Metz - M. Heitz (Rémy) (lire en ligne)
  8. Décret du 16 décembre 2010 portant nomination (magistrature) (lire en ligne)
  9. Décret du 8 juillet 2015 portant nomination (magistrature) (lire en ligne)
  10. « Rémy Heitz, futur remplaçant de François Molins comme procureur de Paris ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. Julia Pascual, « Rémy Heitz, un nouveau directeur des affaires criminelles et des grâces », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. Décret du 8 novembre 2018 portant nomination (magistrature) - M. HEITZ (Rémy)
  13. Décret du 14 avril 2006 portant nomination à titre exceptionnel (lire en ligne)
  14. Décret du 13 novembre 2014 portant promotion et nomination (lire en ligne)