Rémi Tremblay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tremblay.
Rémi Tremblay
Rémi Tremblay.jpg
Rémi Tremblay vers 1926
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Enfant
Jules Tremblay (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Rémi Tremblay (1847-1926) est un écrivain canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rémi Tremblay, fils de François-Xavier Tremblay et Sophie Vandandaigue dite Gadbois, est né le à Saint-Barnabé-Sud, dans le comté de Saint-Hyacinthe, au Québec, Canada. Ses parents vont s'établir aux États-Unis à Bremen (Massachusetts). En 1861, ils reviennent s'établir au Canada. Rémi, alors âgé de 16 ans, retourne aux États-Unis avec un faux certificat de naissance, puisqu'il est mineur, l'âge de la majorité étant de 21 ans.

Il entre dans le 14e régiment et participe à la guerre de Sécession. À la fin de la guerre, il est fait prisonnier.

Ensuite, il se réfugie à Stoke dans les cantons de l'Est, au Canada. En 1885, il fonde le journal L'Indépendant à Fall River (Massachusetts), aux États-Unis. Il est très influencé par la pendaison de Louis Riel. Il écrit Aux chevaliers du nœud coulant. Il travaille comme traducteur à la Chambre des communes à Ottawa. Il fonde la Ligue des patriotes. Il écrit les paroles de la chanson Restons français. En 1912, il fait un long voyage.

Il meurt à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Chansonnier politique du Canard, 1879
  • Caprices poétiques et chansons satiriques, Montréal, A. Filiatreault & Cie, 1883
  • Un revenant, épisode de la Guerre de Sécession aux États-Unis, Montréal, Typographie de la Patrie, 1884
    Traduction anglaise : (en) Rémi Tremblay (trad. Margaret S. Langford), One Came Back (Un Revenant) : A Franco-American Civil War Novel, Images from the Past, (ISBN 9781884592096).
  • Aux chevaliers du nœud coulant, poème écrit à Stoke Centre (Cantons-de-l’Est, Québec), publié dans plusieurs journaux, 1887
  • Coups d’ailes et coups de bec, Montréal, Imprimerie Gerhardt Berthiaume, 1888
  • Boutades et rêveries, Fall River (MA, É.-U.), Société de Publication de l’Indépendant, 1893
  • Vers l’idéal, Ottawa, Compagnie d’imprimerie commerciale, 1912
  • Pierre qui roule, Montréal, Librairie Beauchemin, 1923
  • Mon dernier voyage à travers l’Europe, Montréal, Éditions Édouard Garand, 1925

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]