Réjane Sénac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sénac.
Réjane Sénac
Rejane-Senac-Mars-2017.jpg
Réjane Sénac au Printemps des Fameuses, le 17 mars 2017 à Nantes.
Fonction
Directrice de recherche au CNRS
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeurs de thèse
Janine Mossuz-Lavau, Marc Sadoun (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Réjane Sénac (née en 1975) est une politologue française, spécialiste de l'égalité, de la discrimination et de la diversité. Elle est directrice de recherche CNRS au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Science Po). Elle a été présidente de la commission parité du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, instance nationale consultative indépendante placée auprès du Premier ministre, de janvier 2013 à janvier 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Réjane Sénac est docteure en science politique, diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris en 2004[1], elle est également titulaire d'un diplôme de troisième cycle de droit et d'une maîtrise de philosophie de l'université Panthéon-Sorbonne[2].

Directrice de recherches CNRS au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Science Po) et membre du comité de pilotage de PRESAGE (Programme de recherche et d'enseignement des savoirs sur le genre), elle s'intéresse à la devise républicaine « Liberté, égalité, fraternité » et plus particulièrement aux dilemmes, voire aux butoirs[3], qui la caractérisent. Elle a pour cela analysé les justifications publiques de la promotion de la parité et de la diversité ainsi qu'à leur articulation avec les appels à faire fraternité[4].

Travaux et prises de position[modifier | modifier le code]

Dans son essai, l’Egalité sous conditions (Sciences-Po, 2015), elle soutient que les femmes ont été incluses dans le pacte républicain (via la parité notamment) au nom de leurs différences, en tant qu’êtres complémentaires et non semblables[5]. Dans Non-Frères au pays de l’égalité (2017), elle crée la notion de « non-frères » de la République qui sont ceux qui n'auraient pas fait partie de la citoyenneté originelle : les femmes, les non-Blancs qu'elle dénomme « racialisés », les non-hétérosexuels et intersexe qu'elle dénomme « les non-binaires ». La citoyenneté politique qui découle de la Révolution française se serait établie en écartant les femmes du contrat social. L'acceptation progressive des non-frères se serait fait au nom de la « complémentarité » ce qui montre, selon elle, que derrière l’objectif affiché de l’égalité pour tous, la France républicaine est encore une société profondément inégalitaire[5].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Réjane Sénac, L'ordre sexué : la perception des inégalités femmes-hommes, Paris, PUF, .
  • Réjane Sénac, La parité, Paris, PUF, .
  • Réjane Sénac, Pierre Muller et al., Genre et action publique : la frontière publique-privé en questions, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques politiques. Droit, justice, sciences politiques », .
  • Réjane Sénac, L'invention de la diversité, Paris, PUF, coll. « Le lien social », .
  • Sandrine Dauphin, Réjane Sénac (dir.), Femmes-hommes : penser l’égalité, Paris, La Documentation française, coll. « Études de la Documentation française », 2012.
  • Carmen Dominguez Alcon, Maxime Forest, Réjane Sénac, Qué Políticas para qué igualdad : debates sobre el género en las políticas públicas en Europa, Valencia, Tirant Humanidades, 2013.
  • Réjane Sénac, L'égalité sous conditions : genre, parité, diversité, Paris, Les Presses de Science-Po,
  • Réjane Sénac, Les non-frères au pays de l'égalité, Paris, Les Presses de Science-Po, .
  • Bronwyn Winter, Maxime Forest, Réjane Sénac (dir.), Global Perspectives on Same-Sex Marriage, A neo-Institutional Approach, Basingstoke, Palgrave MacMillan, Global Queer Politics, 2018.
  • Réjane Sénac, L'égalité sans condition. Osons nous imaginer et être semblables, Paris, Editions Rue de l'échiquier, 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SUDOC 096970278
  2. « Réjane Sénac Science Po », sur http://www.cevipof.com
  3. « Tribune "Ne nous libérez pas, l'égalité va s'en charger" », sur https://www.nouveau-magazine-litteraire.com, (consulté le 17 avril 2018)
  4. Maud Navarre, « Réjane Sénac, Marianne de l'égalité », sur Sciences Humaines, (consulté le 11 octobre 2017)
  5. a et b Cécile Daumas, « Une fraternité très masculine », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]