Régimes complémentaires de retraite en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En France, les régimes de retraite sont organisés en trois niveaux[1],[2] :

- le premier niveau comprend les régimes obligatoires de Sécurité sociale ou « régimes de base » : le régime général des salariés du secteur privé, qui gère également depuis le 1er janvier 2020 la retraite des artisans, commerçants et industriels, la Mutualité sociale agricole (MSA) pour les salariés et exploitants agricoles, le régime des professions libérales et les régimes spéciaux des salariés du secteur public ;

- le deuxième niveau correspond aux régimes complémentaires obligatoires : l’Agirc-Arrco pour l’ensemble des salariés du privé, l’Ircantec pour les agents non-titulaires de la Fonction publique et parapublique, le RAFP les agents titulaires de la Fonction publique et parapublique, la CRPN pour le personnel navigant de l’aéronautique civile, l’Ircec pour les artistes auteurs rémunérés en droits d’auteur, et les régimes des professions indépendantes et libérales ;

- le troisième niveau correspond aux assurances retraites supplémentaires et facultatives.


Comme les régimes de base, les régimes de retraite complémentaire français fonctionnent en répartition.


En 2019, les pensions de retraite servies par les régimes complémentaires représentent 92,7 milliards d’euros soit 28% de l’ensemble des prestations vieillesse servies par les régimes obligatoires (331,4 milliards d’euros) [3] parmi lesquels :

- Agirc-Arrco : 24,4 %,

- autres régimes complémentaires de salariés : 1,2 %,

- régimes complémentaires des non-salariés : 2,4 %.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1947 : Création par les partenaires sociaux du régime complémentaire pour les salariés cadres de l’industrie et du commerce (Agirc)[4],[5].
  • 1949 : Création des retraites complémentaires pour les cadres non titulaires de l’État[6],[7].
  • 1959 : Création des retraites complémentaires pour les non cadres non titulaires de l’État[8],[7].
  • 1961 : Création par les partenaires sociaux du régime complémentaire pour les salariés non cadres de l’industrie et du commerce (Arrco)[9],[5].
  • 1970 : Fusion des régimes complémentaires pour les non titulaires de l’État[10],[7].
  • 1979 : Création du régime vieillesse complémentaire obligatoire des artisans.
  • 1999 : L’Arrco passe d’une organisation en 44 régimes à un régime unique ; mise en œuvre d’une réglementation unique et d’une seule valeur du point.
  • 2004 : Création du régime vieillesse complémentaire obligatoire des industriels et des commerçants.
  • 2013 : Fusion des régimes complémentaires des indépendants.
  • 2019 : Fusion des régimes complémentaires des salariés de l’agriculture, du commerce, de l’industrie et des services[11],[5].

Liste des régimes[modifier | modifier le code]

Principaux régimes de base et régimes complémentaires obligatoires en 2018[3].
Population concernée Régime de base Régime complémentaire Cotisants Bénéficiaires
salariés de l’industrie, du commerce et des services Régime général de la sécurité sociale : Caisse nationale d'assurance vieillesse Agirc-Arrco 18 908 227 14 848 239
salariés de l'agriculture Mutualité sociale agricole
salariés non titulaires du secteur public et para-public Régime général Ircantec 2 940 500 2 189 440
Artisans, commerçants et industriels Régime général Régime vieillesse complémentaire des artisans et commerçants 2 147 150 1 358 802
Professions libérales Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales régimes de retraite complémentaire des professions libérales 696 380 360 579
non-salariés de l'agriculture Mutualité sociale agricole 469 616 693 983

Les régimes spéciaux de retraite garantissent des taux de remplacement élevés et n’ont donc pas de complémentaires[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie générale des régimes en France », Conseil d'orientation des retraites, cor-retraites.fr, 28 janvier 2009 [PDF].
  2. Agirc-Arrco, « La Retraite en France : répartition, solidarité des générations et des professions », sur agirc-arrco.fr, (consulté le 26 avril 2021)
  3. a b et c Commission des comptes de la sécurité sociale, Les comptes de la Sécurité sociale : Résultats 2018 et résultats 2019, (présentation en ligne), « 8. Les régimes complémentaires obligatoires »
  4. Convention collective nationale de retraite et de prévoyance des cadres du 14 mars 1947
  5. a b et c « Retraite : les dates clés », sur www.agirc-arrco.fr
  6. Décret no 49-1224 du 28 août 1949 portant règlement de retraites applicables à certaines catégories d'agents de l'Etat
  7. a b et c « Notre institution de retraite complémentaire », sur www.ircantec.retraites.fr
  8. Décret no 59-1569 du 31 décembre 1959 portant création d'un régime de retraites complémentaire des assurances sociales pour certaines catégories d'agents de l'Etat non titulaires
  9. Accord national interprofessionnel de retraite complémentaire du 8 décembre 1961
  10. Décret no 70-1277 du 23 décembre 1970 portant création d'un régime de retraites complémentaire des assurances sociales en faveur des agents non titulaires de l'Etat et des collectivités publiques
  11. Accords nationaux interprofessionnels du 30 octobre 2015 et du 17 novembre 2017

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]