Régiment des uhlans britanniques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le régiment des uhlans britanniques était un corps de cavalerie de l'armée des émigrés, constitué sous la Révolution française en 1793, par le général français Louis de Bouillé.

Uhlans Britanniques
Image illustrative de l’article Régiment des uhlans britanniques
Le marquis de Bouillé, (1769-1850) colonel propriétaire du régiment de uhlans britanniques

Création 1793
Dissolution 1796
Allégeance Flag of Great Britain (1707–1800).svg Grande-Bretagne
Flag of Royalist France.svg Royaume de France
Armée des princes
Armée britannique
Branche Cavalerie
Type Uhlan
Guerres Guerres de la première Coalition
Guerres de la Révolution française
Batailles Campagne de Belgique et Hollande 1793-1794
Expédition de l'île d'Yeu
Colonel du régiment Louis de Bouillé

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce corps est levé par Louis de Bouillé[1]'[2], officier français sous l'ancien régime, sa capitulation est signée du 2 novembre 1793, à la solde et au service de l'armée britannique.

D'après le comte de Bouillé, le prince Lubomirski obtint, le 8 juin 1793 par l'entremise du comte de Coëtloury, en faveur près du Stahouder de Hollande, et du lieutenant général marquis de Bouillé, une capitulation du gouvernement britannique pour lever un corps de mille uhlans polonais recrutés en Pologne et en Allemagne. Le prince n'ayant pu remplir ses engagements, le comte de Bouillé fut nommé le 12 juin 1793, colonel commandant du régiment de uhlans britanniques[3] avant d'en devenir le colonel propriétaire[4] le 2 novembre.

Le lieutenant colonel était le baron de Malsen, le major le vicomte de Contades[5] frère puiné du marquis de Contades, jusqu'à la fin de 1794, puis il est remplacé par le frère du colonel propriétaire, le chevalier de Bouillé qui fut chevalier de Malte[6], qui passera lieutenant colonel au départ du baron de Malsen le 24 avril 1796.

Le corps est destiné à servir aux avant-postes et est composé de 4 compagnies de 302 uhlans groupés en 2 escadrons. Le régiment est soumis au même règlement que les dragons légers anglais pour l'entretien, l'administration et la solde.

La troupe est composée en majorité de déserteurs français et de quelques soldats, qui avec le général Dumouriez s'étaient ralliés à l'armée des émigrés en avril 1793, ainsi que des allemands et suisses en petit nombre[7]. Les officiers sont tous des émigrés français, beaucoup de sous-officiers ou caporaux sont des gentilshommes ou d'anciens officiers[8].

Campagne de Belgique et Hollande[modifier | modifier le code]

Le corps est constitué en juillet 1793 à Tirlemont, sous les ordres du major-général Ralph Dundas (en) puis en 1794 sous les généraux Hammerstein et Walmoden à l'avant-garde de l'armée anglo-hanovrienne et participe à la campagne de Belgique et de Hollande contre les troupes de la Convention. D'après des rapports du général anglais Harcourt confirmé par les "mémoires secrets" d'Allonville[9], les uhlans britanniques se sont battus courageusement pendant la retraite de Hollande, mais auraient aussi commis de nombreux actes de pillages, d'outrages aux populations et même des meurtres.

En mars 1795, le régiment est cantonné à Celle dans la province du Hanovre puis au camp de Schwarme près de Hoya avec les hussards de Rohan, de Choiseul, de Hompesch et de Salm sous le commandement du général Lord Cathcart, où il est passé en revue le 15 juillet par le duc d'Angoulême et le comte d'Artois.

L'affaire de l'île d'Yeu[modifier | modifier le code]

Le régiment est embarqués en août 1795 pour Portsmouth pour participer à l'expédition de l'île d'Yeu[10], son effectif est de 24 officiers et 347 hommes, 89 chevaux d'officiers et 347 de troupe. Dans l'affaire infructueuse de l'île d'Yeu, les hommes et surtout les chevaux[11] souffrent beaucoup de la maladie et de la disette de vivres et d'eau.

Antilles et Saint-Domingue[modifier | modifier le code]

En janvier 1796, le régiment est à Newport dans l'île de Wight devant faire partie d'une expédition anglaise aux Antilles, et doit rester en garnison à la Martinique

L'effectif de 453 hommes est embarqué le 18 mars à Southampton avec leur nouveau lieutenant-colonel, le chevalier de Bouillé (une centaine de hussards de Rohan sont incorporés) .

À Sainte-Lucie les uhlans britanniques sont employés à pied avec des fusils, ils prennent l'île en mai-juin 1796 mais se conduisent fort mal, se mutinent et désertent; 7 doivent être fusillés à bord des bâtiments par le corps lui-même, 26 ont déserté. Le corps est ré-embarqué pour Spithead fin juillet, le lieutenant-colonel de Bouillé, l'aumônier, le chirurgien et 8 officiers restent aux īles.

Le 18 août 1796 le corps est licencié par ordre du colonel Nesbitt, inspecteur des troupes étrangères, 4 compagnies des anciens uhlans britanniques et quelques officiers rejoignent la légion de Saint Domingue ou de Montalembert.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Grouvel (vicomte), Régiment de Uhlans Britanniques 1793-1796, Les corps de troupe de l’émigration, 3 volumes, La Sabretache, Paris, 1961-1965.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

François-Guillaume-Antoine de Bouillé du Chariol, né le 8 mai 1770, dit chevalier de Bouillé, chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis et de celui de Saint-Jean de Jérusalem, était le frère cadet du comte Louis de Bouillé (puis marquis, après la mort de son père en 1800) [4]'[12]'[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ulysse Rouchon, « A propos d'un retour au pays natal », Journal des débats politiques et littéraires,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  2. Biographie nouvelle des contemporains [1787-1820], Ledentu et Dufour, (lire en ligne), p. 350, 351
  3. a et b Biographie des hommes vivants: ou, Histoire par orde alphabétique ..., Volume 1 - Bouillé du Chariol (Louis-Joseph-Amour) marquis de, L.G Michaud, (lire en ligne), p. 430
  4. a et b M. de Saint-Allais (Nicolas Viton), Nobiliaire universel de France: ou Recueil général des généalogies ..., Volume 7 - De Bouillé du Charriol XVII. 1, chez l'auteur, (lire en ligne), p. 268
  5. Chevalier de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des ..., Volume 6, (lire en ligne), p. 197
  6. Société de gens de lettres, Dictionnaire biographique et historique des hommes marquans de la fin du dix-huitième siècle, Londres, (lire en ligne), p. 197
  7. Jean Tulard, Émigrés et ultras [Vicomte Robert Grouvel : Les Corps de troupe de l'émigration française. 1789-1815. T. I : Services de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas., J.-J. Oechslin : Le Mouvement ultra-royaliste sous la Restauration. Son idéologie et son action politique (1814-1830) - Journal des savants - Volume 3 Numéro 1 pp. 245-249, (lire en ligne), p. 247
  8. Société d'études de la province de Cambrai, Bulletin : histoire et archéologie Flandre, Tournaisis, Cambrésis, Hainaut, Artois, Impr. Lefebvre-Ducrocq (Lille), , p. 258
  9. Armand François d' Allonville (comte.), Mémoires secrets de 1770 à 1830, Volume 1, (lire en ligne), p. 337
  10. Bittard Des Portes, René (1854-1910)., 1793-1796. Charette et la guerre de Vendée, d'après les archives de l'Etat et de la ville de Nantes, des mémoires inédits de chefs vendéens, E. Paul (Paris), (lire en ligne)
  11. Villeneuve-Laroche-Barnaud, Louis Gabriel de; Bocous, Joseph, Mémoires sur l'expédition de Quiberon; précédés d'une notice sur l'émigration de 1791, et sur les trois campagnes des années, 1792, 1793, 1794, (lire en ligne), p. 346
  12. Borel d'Hauterive, Annuaire de la pairie et de la noblesse de France et des maisons souveraines, (lire en ligne), p. 216