Régiment d'Artois (1673)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Régiment d’Artois
Image illustrative de l'article Régiment d'Artois (1673)
Drapeau d’Ordonnance du régiment d’Artois

Création 1610
Dissolution 1794
Pays France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne
Guerres guerre de Trente Ans
La Fronde
guerre de Dévolution
Succession d’Espagne
guerre de Sept Ans

Le régiment d’Artois est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1610. Un bataillon du régiment d’Artois ainsi que cinq autres bataillons d'infanterie régulière française sont partis pour le Canada en 1755. Il fut posté à Louisbourg.

Lignage[modifier | modifier le code]

  • 24 avril 1610 : création du régiment de Beaumont
  • 15 novembre 1628 : incorporation du régiment de Chastellier-Barlot et renommé régiment de Chastellier-Barlot
  • 3 juillet 1634 : renommé régiment de Bellenave
  • novembre 1638 : renommé régiment de Villandry
  • 4 février 1645 : renommé régiment de Navailles
  • 1652 : renommé régiment d’Herbouville
  • 1666 : renommé régiment de Saint-Vallier
  • 1671 : renommé régiment de Châteauneuf
  • 1673 : renommé régiment d’Artois, au nom de cette province
  • 1er janvier 1791 : renommé 48e régiment d’infanterie de ligne
  • 26 juin 1794 : son 1er bataillon est réformé par incorporation à la 95e demi-brigade de bataille lors de la formation de cette demi-brigade
  •  ? : réformé, son 2e bataillon étant incorporé à un régiment colonial

Équipement[modifier | modifier le code]

Drapeaux[modifier | modifier le code]

3 drapeaux, dont un blanc Colonel, et 2 d’Ordonnance, « jaunes & bleux par opposition, & croix blanches »[1].

Habillement[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Colonels et mestres de camp[modifier | modifier le code]

  • 24 avril 1610 : Charles Le Normand, comte de Beaumont
  • 15 novembre 1628 : Léon de Chastelier-Barlot
  • 3 juillet 1634 : Claude Le Loup de Beauvoir, marquis de Bellenave
  • novembre 1638 : Balthazar Le Breton, marquis de Villandry
  • 1642 : Louis, baron puis vicomte de Poudenx, maréchal de camp le 4 mai 1651[2], mort au service du roi
  • 4 février 1645 : Philippe de Montaut-Besnac, marquis puis duc de Navailles, né en 1619, maréchal de camp le 1er août 1647, lieutenant général des armées du roi le 20 septembre 1650, maréchal de France le 30 juillet 1675, † 5 février 1684
  • juillet 1652 : N., comte d’Herbouville
  • 1666 : Pierre Félix de La Croix de Chevrières, comte de Saint-Vallier
  • 1671 : N. de Phelippeaux de Châteauneuf
  • 28 février 1673 : Henri d’Anglure, marquis de Bourlemont, brigadier le 24 février 1676, † mars 1677
  • 29 août 1675 : N. d’Anglure, chevalier de Bourlemont
  • 28 décembre 1675 : François Gaston de L’Hotel, marquis d’Escots, brigadier le 24 août 1688, † avril 1690
  • avril 1690 : N., marquis d’Escots
  • 8 septembre 1692 : Nicolas Simon Arnault, marquis de Pomponne, brigadier le 30 mars 1693, † 9 avril 1737
  • 1697 : Philippe d’Orléans, marquis de Rothelin
  • 9 mai 1703 : Claude Guillaume Testu, marquis de Balincourt, né le 18 mars 1680, brigadier le 29 mars 1710, maréchal de camp le 1er février 1719, lieutenant général des armées du roi le 1er août 1734, maréchal de France le 19 octobre 1746, † 12 mai 1770
  • 6 mars 1719 : Louis Pierre, comte d’Houdetot
  • 10 mars 1734 : Louis de Villars-Brancas, comte puis duc de Lauraguais en juillet 1731 puis duc de Brancas le 29 février 1760, né le 5 mai 1714, brigadier le 20 février 1743, déclaré maréchal de camp en novembre 1745 par brevet du 1er mai, déclaré lieutenant général des armées du roi en décembre 1748 par pouvoir du 10 mai, † 1794
  • 6 mars 1743 : Claude Gustave Chrétien, marquis des Salles, né le 8 juillet 1706, déclaré brigadier en novembre 1745 par brevet du 1er mai, déclaré maréchal de camp en décembre 1748 par brevet du 10 mai, lieutenant général des armées du roi le 17 décembre 1759
  • 1er décembre 1745 : N. de Loménie, marquis de Brienne
  • 7 août 1747 : Athanase Louis Marie de Loménie, chevalier puis comte de Brienne, né le 20 avril 1730, brigadier le 10 février 1759, déclaré maréchal de camp en décembre 1762 par brevet expédié dès le 25 juillet, † 10 mai 1794
  • 1er décembre 1762 : Louis François de Rosières, marquis de Sorans
  • 14 juin 1778 : Claude Antoine de La Forest, comte de Divonne
  • 11 novembre 1782 : Anne Louis de Régnier, marquis de Guerchy
  • 25 juillet 1791 : Joseph Alexandre de Villeneuve-Tourette
  • 21 octobre 1791 : Paul Louis Dargiot de La Ferrière, † 1er novembre 1817
  • 8 février 1793 : Edme Étienne Borne Desfourneaux, † 22 février 1849

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Le régiment est formé en 1610 par le comte de Beaumont Saint-Vallier. Sous Louis XIV en 1670, il fait partie du régiment Royal. En 1671, il fut appelé le régiment Châteauneuf, et en 1673, il prend le nom de la province d'Artois. Le roi voulait perpétuer le titre du régiment d'Artois en lui donnant le privilège d'être un régiment royal sous la couronne française.

Le 3 mai 1755, le second bataillon des régiments d’Artois et de La Reine embarquèrent à La Rochelle pour le Canada, avec comme gouverneur militaire Jean-Armand Dieskau. Après la capitulation de Québec le 17 septembre 1759, le régiment retourna en France, où il demeura jusqu'à la fin de l'ancien régime[3].

Quartiers[modifier | modifier le code]

Stationné à Rennes en février 1789, le régiment d'Artois prend part aux événements de la Révolution française dans la capitale bretonne[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cinquième abrégé général du militaire de France, sur terre et sur mer, Lemau de la Jaisse, Paris, 1739
  2. Pinard, Chronologie historique-militaire, tome 6, p. 297 ; ce grade est attribué à son frère Étienne dans le Dictionnaire de la noblesse.
  3. Jean-Claude Germain, Nous étions le Nouveau Monde, Hurtibise, p. 145, 2009
  4. Jean Meyer (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Éditions Privat, , 492 p. (ISBN 978-2-7089-4750-4, LCCN 73301104), p. 298

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Pinard, Chronologie historique-militaire, tomes 3, 5, 6, 7 et 8, Paris, Claude Herissant, 1761, 1762, 1763, 1764 et 1778

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]