Référentiel des identités et de l'organisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RIO.

Le référentiel des identités et de l'organisation (RIO) est l'ensemble des matricules de sept chiffres qui identifient individuellement les agents de la Police nationale française et de la Gendarmerie nationale. Depuis le , les agents en tenue doivent le porter apparent sur leur uniforme ; les agents en civil doivent le porter sur le brassard « police ». Sont exemptés de cette obligation :

  • les personnels chargés de la sécurité des sites de la direction générale de la sécurité intérieure ;
  • les personnels chargés de la sécurité des bâtiments des représentations diplomatiques françaises à l'étranger ;
  • les personnels appelés à revêtir leur tenue d'honneur lors de cérémonies ou commémorations.

Cette obligation résulte de l'article R434-15 du Code de la sécurité intérieure[1] qui indique que

« Sauf exception justifiée par le service auquel il appartient ou la nature des missions qui lui sont confiées, [le policier ou le gendarme exerçant ses fonctions en uniforme] se conforme aux prescriptions relatives à son identification individuelle. »

Cet article fait partie du chapitre « Déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale », section « Relation avec la population et respect des libertés ».

Les conditions et modalités de port du numéro d'identification individuel sont fixées par l'arrêté du .

Le RIO a été mis en place sur la demande d'associations de citoyens pour lutter contre les phénomènes de contrôles au faciès et les possibles abus de pouvoir.

Mise en application[modifier | modifier le code]

Les syndicats de policiers dénoncent cette mesure qu'ils trouvent « stigmatisante »[2]. Par ailleurs, ils indiquent que le matériel n'est pas adapté, en particulier, il n'y a pas d'emplacement sur le gilet tactique ou sur les coques de protection de la tenue anti-émeute[3].

De nombreuses sources ont indiqué que le RIO n'était pas visible sur les tenue des policiers participant au maintien de l'ordre lors des manifestations contre la Loi Travail du printemps 2016[4].

Certains policiers demandent que le RIO soit utilisé en lieu et place de leur nom sur les procès-verbaux, afin de protéger les agents des mesures de vengeance ou des actes terroristes[5],[4]. Il s'agirait alors d'une extension à tous les agents de l'article 706-24 du Code de procédure pénale, qui indique que

« Les officiers et agents de police judiciaire, affectés dans les services de police judiciaire spécialement chargés de la lutte contre le terrorisme, peuvent être nominativement autorisés [à s'identifier] par leur numéro d'immatriculation administrative. Ils peuvent être autorisés à déposer ou à comparaître comme témoins sous ce même numéro. »

Cette revendication d'extension a été acceptée partiellement par une note d'information en date du [6], « dans le cadre de la mise en œuvre des mesures de l’état d’urgence et notamment des assignations à résidence et des perquisitions administratives » ; en revanche, « les actes de police judiciaire établis de manière incidente à l’occasion d’une perquisition administrative […] doivent continuer à comporter le nom et le prénom » des agents.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Textes législatifs et réglementaires
Articles de journaux
  • [Alonso 2016a] Pierre Alonso, « Hollande soigne des policiers sous le choc », Libération,‎ (lire en ligne)
  • [Alonso 2016b] Pierre Alonso, « Matricules des policiers : y a rien à voir », Libération,‎ (lire en ligne)
  • [Alonso 2016c] Pierre Alonso, « Les policiers obtiennent l'anonymat pour les mesures de l'état d'urgence », Libération,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]