Référendum constitutionnel de 2005 en République démocratique du Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le référendum constitutionnel de 2005 est un référendum qui s'est tenu les 18 et permettant à la population de la République démocratique du Congo de voter sur la proposition de constitution de la Troisième République. Le résultat a été un oui à la majorité.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'organisation de cette consultation a lieu après de longue années de troubles dans le pays consécutives à la chute de Mobutu Sese Seko en 1997. Après la présidence de Laurent-Désiré Kabila puis sa succession par son fils Joseph Kabila, un gouvernement de transition est mis en place à partir de 2003.

Résultats[modifier | modifier le code]

Sur les près de 23 004 301 d’électeurs inscrits, 13 257 489 votent, soit un taux de participation de 57,63 % selon la CEI. Les taux de participation les plus élevés de 77 % sont enregistrés aux Nord-Kivu et Sud-Kivu, et de 76 % au Maniema. Le taux le plus bas de 30 % est enregistré au Kasaï-Oriental[1].

Publication officielle sur le site de la Commission électorale indépendante

  • Nombre total des inscrits  : 25 021 703
  • Votants  : 15 505 810
  • Taux de participation  : 61,97 %
  • Taux d’abstention  : 38,03 %
  • Bulletins nuls  : 725 735
  • Suffrages exprimés  : 14 780 075
  • Pour le Oui  : 12 461 001 ; soit 84,31 %
  • Pour le Non  : 2 319 074 ; soit 15,69 %

Le oui est déclaré gagnant au référendum constitutionnel.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Ceci permet à la nouvelle constitution d'être promulguée le par le président de la République, Joseph Kabila. Elle remplace la Constitution de transition du . Sa mise en vigueur est complétée par les élections législatives et présidentielle, définies dans la constitution provisoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]