Rédha Kouninef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rédha Kouninef
Naissance (49 ans)
Saint-Gall (Suisse)
Nationalité Drapeau de l'Algérie Algérienne
Drapeau de la Suisse Suisse
Pays de résidence Algérie
Profession
Activité principale

Rédha Kouninef, né le à Saint-Gall en Suisse, est un homme d'affaires et un dirigeant d'entreprise algérien. Il est le président-directeur général du groupe KouGC depuis 2004[1].

Il est arrêté le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le cadet des quatre enfants d'Ahmed Kouninef et Rose Marie Lislote Horler[2].

Après des études au lycée Pasteur à Oran, il part en 1989 en Suisse pour poursuivre ses études, il décroche la maturité et suit des études de commerce et décroche son diplôme. Il revient en Algérie afin de reprendre les chantiers de KouGC à Hassi Messaoud[3].

Rédha Kouninef est surtout connu pour sa proximité avec Saïd Bouteflika, le frère et conseiller de l’ex-président algérien déchu Abdelaziz Bouteflika[4].

En 2018, l'opérateur algérien des télécoms Algérie Télécom a été condamné par le tribunal d'El Harrach à payer 2,7 milliards de dinars de dédommagement à Rédha Kouninef dans le différend commercial opposant sa société Mobilink au groupe Algérie Télécom[5].

Le 27 mai 2021, la cour suprême le Condamne à 16 ans pour « trafic d’influence », « blanchiment d’argent », « perception d’indus avantages » et « financement occulte de la campagne électorale ».[6].

Arrestation[modifier | modifier le code]

Il est arrêté le en compagnie de ses frères Abdelkader-Karim et Noah-Tarek par la Section de recherche de la Gendarmerie nationale (SRGN), dans le contexte des manifestations de 2019 en Algérie[7]. Rédha et ses frères sont suspectés de non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics, trafic d'influence avec des fonctionnaires publics pour l'obtention de privilèges et détournement de fonciers et de concessions[8], déférés devant le procureur de la République du tribunal de Sidi M'Hamed à Alger. Auditionnés par un juge d'instruction toute la nuit, ils sont placés sous mandat de dépôt et transférés le lendemain matin à la prison d'El-Harrach. Par la suite, les comptes de ses entreprises sont gelés[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]