Récit initiatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le récit initiatique est un type de récit où l'on suit l'évolution du personnage, qui peut être positive ou négative, vers la compréhension du monde ou de lui-même. Ils se rencontrent le plus fréquemment dans les contes, mais aussi en roman (avec le roman d'apprentissage) et dans les mangas, cela se retrouve aussi dans les Poèmes comme La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France de Blaise Cendrars.

Tout récit initiatique met en œuvre un passage. Il ne peut être analysé sans le mettre en danger : l'énonciation, censée être le niveau réel, risque de rejeter ce passage à un niveau fictif, et ainsi détruire le processus d'initiation. Cette situation est encore plus nette dans le cas de récit écrit qui fixe un procédé : en quoi le narrateur reste-t-il vraiment concerné ?[1]

Origine[modifier | modifier le code]

Les récits initiatiques, soit opèrent des initiations, qui forment « un ensemble de rites et d'enseignements oraux qui a pour but la modification radicale du statut religieux et social de la personne initiée »[2], la personne initiée étant le lecteur, soit décrivent l'initiation d'un personnage extérieur. La seconde forme a en général pour but de détruire la première forme, car elle provoque une distance entre le lecteur et sa participation à l'initiation[1].

Dans un récit initiatique, non seulement il y a une transformation de celui qui écoute et qui est le sujet du processus d'initiation, mais il y a une transformation du monde autour de lui aussi. Les événements de cette transformation du monde forment la dynamique de la trajectoire de l'écoutant. Il participe à un processus d'individuation. Pour cette raison le récit initiatique ne propose pas de personnage central pleinement constitué, mais seulement un être en cours de personnification. Il est comme le personnage des jeux vidéo, qui n'a pas besoin d'être parfaitement dessiné, mais est souvent une simple silhouette qui parcourt l'écran[1].

Ces initiations sont notamment symbolisées par les rites de passage établis par un certain nombre de sociétés anciennes, et abondamment étudiés par Arnold van Gennep. Le rite de passage possède une dimension symbolique et met souvent en scène un passeur (Merlin, et par exemple Gandalf dans la littérature) mais le héros peut jouer lui-même le rôle du passeur. Le récit initiatique peut également être mis en relation avec l'alchimie, qui met en scène la transformation de soi à travers la parabole de la purification des métaux.

Description[modifier | modifier le code]

L'une des grandes caractéristiques du récit initiatique est de présenter un certain nombre d'épreuves et d'obstacles qui se déroule sur un temps assez long, et implique souvent des epreuves , des souffrances et dont le personnage doit triompher et sortir « grandi ». Le personnage en sort toujours transformé dans sa façon de penser et/ou d'agir, positivement ou négativement. En effet, les personnages « méchants ou mauvais » peuvent également avoir suivi des initiations qui les ont conduit à penser et agir d'une certaine façon.

Types de récits initiatiques[modifier | modifier le code]

Conte initiatique[modifier | modifier le code]

Un conte initiatique est un conte dans lequel le personnage, au départ ignorant voire naïf, apprend des choses et fait ses preuves tout au long de l'histoire. Un excellent exemple de conte initiatique est "Le Vaillant petit Tailleur" des frères Grimm.

Roman d'apprentissage[modifier | modifier le code]

Le roman d'apprentissage, roman de formation ou roman initiatique est un genre littéraire romanesque né en Allemagne au XVIIIe siècle (à ne pas confondre avec le roman de jeunesse). En allemand, le roman de formation est nommé Bildungsroman. Ce terme est dû au philologue allemand Johann Carl Simon Morgenstern qui voyait dans le Bildungsroman « l'essence du roman par opposition au récit épique ». Un roman d'apprentissage a pour thème le cheminement évolutif d'un héros, souvent jeune, jusqu'à ce qu'il atteigne l'idéal de l'homme accompli et cultivé. Le héros découvre en général un domaine particulier dans lequel il fait ses armes. En réalité, c'est une conception de la vie en elle-même qu'il se forge progressivement. En effet, derrière l'apprentissage d'un domaine, le jeune héros découvre les grands événements de l'existence (la mort, l'amour, la haine, l'altérité, pour prendre quelques exemples). Ainsi, dans L'Éducation sentimentale (Flaubert, 1869), le jeune Frédéric connaît les premiers émois de l'amour : et réfléchissant sur les sentiments qu'il porte pour Mme Arnoux, Frédéric se construit une idée de l'existence. Le roman d'apprentissage est un roman qui décrit la maturation du héros. Il part naïf, crédule et traverse des obstacles ou épreuves, afin de mûrir et d'en tirer une leçon. Un exemple burlesque de cette approche est Zazie dans le métro, de Raymond Queneau, où Zazie, une jeune berrichonne, est impatiente de découvrir le métro parisien.

Article détaillé : Roman d'apprentissage.

Manga[modifier | modifier le code]

Ce même parcours se retrouve aussi dans les mangas, notamment dans les shōnen mangas. On y retrouve en effet le héros souvent naïf ou inexpérimenté, qui au fil de l'histoire et d'épreuves, va mûrir et devenir adulte. Il s'entoure ainsi d'amis qui vont l'aider dans la quête qu'il cherchera à atteindre durant le reste de ses aventures. Dans One Piece de Eiichiro Oda, le héros (Luffy) veut devenir le roi des pirates, dans Naruto de Masashi Kishimoto, le héros éponyme veut devenir Hokage, etc.

Ce canevas est très présent dans de nombreux autres mangas, et illustre ainsi les préoccupations de leurs lecteurs, jeunes adolescents en phase de devenir adultes. Ils évoluent parfois au même rythme que leurs héros : Son Goku, dans Dragon Ball de Akira Toriyama, grandit au fil des publications. Les mangas de sport ou de jeu sont aussi caractéristiques de cette trame : le héros est inexpérimenté dans un sport (ou jeu) ou bien non reconnu, et devient doué et reconnu après des matchs et autres épreuves. Par exemple, c'est le cas dans Hikaru no go de Takeshi Obata et Yumi Hotta, ou encore Captain Tsubasa de Yôichi Takahashi[réf. souhaitée].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Film au récit initiatique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Garnier Xavier, « A quoi reconnaît-on un récit initiatique ? », Poétique, 2004/4 (n° 140), p. 443-454. DOI : 10.3917/poeti.140.0443.
  2. « Fiche technique: Écrire un récit initiatique », sur http://www.espacefrancais.com/ (consulté le 8 avril 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Cellier, Parcours initiatiques, vol. Volume 71 de Langages, Neuchâtel, La Baconnière, , 309 p. (ISBN 978-2-7061-0112-0)