Réchauffement climatique dans l'Arctique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


L'image ci-dessus montre où la moyenne des températures de l'air (octobre 2010–septembre 2011) ont été jusqu'à 2 degrés Celsius au-dessus (en rouge) ou en dessous (en bleu) la moyenne à long terme (1981-2010).
Les cartes ci-dessus compare les glaces de l'Arctique minimum extensions à partir de 2012 (en haut) et 1984 (en bas). En 1984, l'étendue des glaces de mer a été à peu près la moyenne de la durée minimale de la période de 1979 à 2000, et a donc été une année typique. Le minimum de l'étendue des glaces de mer en 2012 était d'environ la moitié de cette moyenne.

Parmi les effets du réchauffement climatique dans l'Arctique, on trouve notamment :

Le relargage du méthane de l'Arctique, en particulier par le dégel du pergélisol et par le relargage d'hydrate de méthane, est également sujet de préoccupation. En raison de la réponse amplifiée de l'Arctique au réchauffement climatique, il est souvent considéré comme un indicateur avancé du réchauffement de la planète. La fonte de la banquise du Groenland est liée à l'amplification polaire[4],[5].

La hausse des températures[modifier | modifier le code]

Selon le Groupe intergouvernemental d'experts sur le changement climatique, « le réchauffement dans l'Arctique, comme indiqué par les températures maximales et minimales quotidiennes, a été aussi important que dans toute autre partie du monde. »[6]. La période de 1995 à 2005 a été la décennie la plus chaude dans l'Arctique au moins depuis le 17ème siècle, avec des températures de 2°C au-dessus de la moyenne enregistrée entre 1951 et 1990[7]. Certaines régions de l'Arctique ont connu une augmentation encore plus rapidement : en Alaska et dans l'Ouest du Canada, la température s'est ainsi élevée de 3 à 4°C[8] . Ce réchauffement a été causé non seulement par la hausse des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi par le dépôt de la suie sur les glaces de l'Arctique[9]. Un article publié en 2013 dans la revue Geophysical Research Letters a montré que les températures dans la région n'ont jamais été aussi élevées qu'elles le sont actuellement depuis au moins 44 000 ans et peut-être même aussi longtemps que 120 000 ans. Les auteurs concluent que « les gaz à effet de serre anthropique ont causé un augmentation régionale de la température sans précédent »[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joanna M. Foster, « From 2 Satellites, the Big Picture on Ice Melt », sur The New York Times - Green, (consulté le 30 juillet 2017).
  2. (en) Kelly Slivka, « Rare Burst of Melting Seen in Greenland’s Ice Sheet », sur The New York Times, (consulté le 30 juillet 2017).
  3. (en) Suzanne Goldenberg, « Greenland ice sheet melted at unprecedented rate during July », sur The Guardian, (consulté le 30 juillet 2017).
  4. (en) Jessica Luton, « Study links 2015 melting Greenland ice to faster Arctic warming », sur UGA Today, University of Georgia, (consulté le 30 juillet 2017).
  5. (en) M. Tedesco, T. Mote et al., « Arctic cut-off high drives the poleward shift of a new Greenland melting record », Nature Communications, vol. 7,‎ , p. 11723 (DOI 10.1038/ncomms11723).
  6. (en) James J. McCarthy et al., Climate Change 2001:Impacts, Adaptation, and Vulnerability, Cambridge University Press, (présentation en ligne).
  7. (en) Rajmund Przybylak, « Recent air-temperature changes in the Arctic », Annals of Glaciology, vol. 46,‎ , p. 316–324 (DOI 10.3189/172756407782871666, lire en ligne [PDF])
  8. Arctic Climate Impact Assessment (2004): Arctic Climate Impact Assessment (en).
  9. (en) P.K. Quinn, T. S. Bates, E. Baum et al., « Short-lived pollutants in the Arctic: their climate impact and possible mitigation strategies », Atmospheric Chemistry and Physics, vol. 7,‎ , p. 15669–15692 (lire en ligne).
  10. (en) Douglas Main, « Arctic Temperatures Highest in at Least 44,000 Years », sur Livescience, .
  11. (en) G. H. Miller, S. J. Lehman, K. A. Refsnider, J. R. Southon et Y. Zhong, « Unprecedented recent summer warmth in Arctic Canada », Geophysical Research Letters, vol. 40, no 21,‎ , p. 5745–5751 (DOI 10.1002/2013GL057188).