Récepteur sensoriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les neurosciences
Cet article est une ébauche concernant les neurosciences.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Dans un système sensoriel, un récepteur sensoriel est une structure capable d'être activée par un stimulus dans l'environnement interne ou externe d'un organisme vivant. En réponse à ce stimulus, le récepteur peut amorcer une transduction par potentiel électrochimique ou potentiel d'action sur la même cellule ou sur une cellule adjacente.

Classification[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs méthodes pour classifier les récepteurs sensoriels, par stimuli, par emplacement ou par morphologie.

Classification par stimulus[modifier | modifier le code]

Les récepteurs sensoriels peuvent être classés selon le type de stimulus auxquels ils répondent :

  • les chimiorécepteurs répondent aux stimuli chimiques (goût, odorat, variations PaO2-PaCO2 dans le milieu intérieur)
  • les mécanorécepteurs répondent aux déformations mécaniques (sensibilité tactile[1] des dents)
  • les thermorécepteurs répondent aux variations de température
  • les photorécepteurs répondent aux changements de luminosité (vue)
  • les barorécepteurs répondent à la pression (pression arterielle)
  • les osmorécepteurs répondent à l'osmolalité d'un fluide
  • les propriorécepteurs fournissent le sens de la position, indispensables pour l'équilibre statique (gravité terrestre) et évaluer la position réciproque de chaque segment du corps
  • les nocicepteurs répondent à la sensation de douleur
  • les hydrorécepteurs répondant au changements d'humidité
  • les tonorécepteurs répondent aux vibrations quelconques.

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Trulsson M, Francis ST, Bowtell R, McGlone F, Brain activations in response to vibrotactile tooth stimulation: a psychophysical and FMRI study, J. Neurophysiol. 2010 Oct;104(4):2257-65