Rébecca Dautremer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rébecca Dautremer
Rebecca Dautremer en dédicace, Café du Commerce, Paris 2012.jpg
Rebecca Dautremer en dédicace au Café du commerce à Paris, en 2012.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
GapVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Site web

Rébecca Dautremer (née le à Gap) est une illustratrice jeunesse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est fille aînée d'un père travaillant dans une charpenterie, et d'une mère bibliothècaire [1].

Passionnée par la photographie, elle se tourne d'abord vers le design et le graphisme en suivant des cours dans les années 1990 en atelier préparatoire, puis à l'École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD) de Paris où elle entame des études de design[1].

C'est pendant ses études que Rébecca Dautremer commence à travailler en tant qu'illustratrice pour la maison d'édition Gautier-Languereau, où elle effectue de petits travaux tels que la création de coloriages ou de décalcomanies. Dès sa sortie de l'école, en 1995, la maison d'édition Gautier-Languereau lui confie l'illustration d'un premier album, puis d'un second. Les commandes se multiplient[1]. En parallèle, Rebecca Dautremer commence à travailler pour d'autres éditeurs, et gagne peu à peu en notoriété.

Son album jeunesse L'Amoureux, publié en 2003, est « très remarqué[2] », et remporte le Prix Sorcières 2004[3] dans la catégorie Album. La même année elle illustre Babayaga, sur un texte de son mari[2], Taï-Marc Le Thanh, avec qui elle travaille régulièrement[3]. Leur collaboration continue avec, en 2006, l'album Cyrano[2], raconté par Taï-Marc Le Thanh, qu'elle illustre, d'après Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand. Selon le journal La Libre Belgique : « Aisément reconnaissable avec son trait aiguisé, ciselé, détaillé et anguleux, elle pousse également volontiers le ton japonisant pour orientaliser des gouaches aquarellées jouant sur les transparences[2]. »

En 2009, elle illustre et anime le film d'animation Kérity, la maison des contes[4],[3], réalisé par Dominique Monféry. L'album jeunesse du film sort la même année.

En 2009 toujours, paraît l'album Princesses oubliées ou inconnues, écrit par Philippe Lechermeier, qui connaît « un immense succès commercial[4],[1] ». De nombreux objets dérivés sont lancés[4]. Deux autres tomes paraissent en 2010 puis 2012.

Elle expose plus de dix années de travail[3] dans son ouvrage Artbook de 2009, qualifié de « sublime[3] » par le journal Le Monde.

Inspiration, technique et réalisation[modifier | modifier le code]

S'inspirant beaucoup de la photographie, du cadrage, des couleurs et de la lumière, Rébecca Dautremer travaille comme une photographe, en réfléchissant à la composition, à la profondeur de champs, au flou… et essaye de proposer dans ses illustrations plusieurs degrés de lecture, afin de toucher petits et grands.

Rébecca Dautremer travaille essentiellement au crayon et à la gouache[3],[5] à grande échelle (110 ou 120 %), sur du papier aquarelle. On retrouve également dans ses illustrations, des collages et des textures photographiques.

Autres activités[modifier | modifier le code]

En plus de l'illustration jeunesse, Rébecca Dautremer travaille ponctuellement pour de la publicité (parfum Kenzo[3]), et a récemment illustré la pochette d'album du groupe Milca, parue le . En 2015, Romain Humeau la sollicite pour illustrer la pochette de Vendredi ou les limbes du Pacifique (album), adaptation musicale du roman de Michel Tournier[6].

De plus, certains de ses albums, adaptés en pièces de théâtre, l'ont amenée à concevoir les costumes et la scénographie d'autres spectacles (Seule dans ma peau d’âne, mise en scène d'Estelle Savasta).

Elle a également enseigné à l'École Émile-Cohl, à Lyon et a assuré la direction artistique d'un long métrage d'animation : Kérity, la maison des contes, réalisé par Dominique Monféry et sorti le en 2009.

Certains de ses originaux sont visibles à la galerie Jeanne Robillard[7] et à la Galerie 9e Art[8], toutes deux situées à Paris.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1995 : L'Enfant espion d'Alphonse Daudet, Deux Coqs d'Or
  • 1996 : La Chèvre aux loups de Maurice Genevoix, Gautier-Languereau
  • 1997 : Au clair de la terre, Gautier-Languereau
  • 2000 : Tant espéré, tant attendu de Diane Cadieux, Gautier-Languereau
  • 2000 : Le ciel n'en fait qu'à sa tête, Gautier-Languereau
  • 2001 : Les Fables de La Fontaine, Magnard jeunesse
  • 2001 : Les Deux Mamans de Petirou de Jean-Vital de Monléon, Gautier-Languereau
  • 2001 : Le Géant aux oiseaux de Ghislaine Biondi, Gautier-Languereau
  • 2002 : Une lettre pour Lily la licorne de Christian Pochon, Gautier-Languereau
  • 2003 : Le Livre qui vole de Pierre Laury, Bilboquet
  • 2003 : Je suis petite, mais… mon arbre est grand ! de Christine Beigel, Magnard jeunesse
  • 2003 : L'Amoureux, texte et illustrations de Rebecca Dautremer, avec la collaboration de Mona Le Thanh, Gautier-Languereau
    Prix Sorcières 2004 dans la catégorie Album
  • 2003 : Babayaga, texte de Taï-Marc Le Thanh, illustrations de Rébecca Dautremer, Gautier-Languereau
  • 2004 : Lili la libellule de Florence Jenner Metz, Bilboquet, Coll. Comptines, fables et poésie
  • 2005 : Sentimento de Carl Norac, Bilboquet
  • 2005 : Nasreddine, textes Odile Weulersse, Père Castor Flammarion
  • 2005 : Cyrano[2], raconté par Taï-Marc Le Thanh, illustré par Rébecca Dautremer ; d'après Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, Gautier-Languereau
  • 2006 : Le Grand Courant d’air de Taï-Marc Le Thanh, Gautier-Languereau
  • 2006 : La tortue géante des Galapagos, tragédie en cinq actes pour une coccinelle, un moustique et 8 animaux de ferme, Gautier-Languereau
  • 2007 : Nasreddine et Nasreddine et son âne d'Odile Weulersse, Père Castor Flammarion
  • 2007 : Séraphin Mouton, série d'albums de Taï-Marc Le Thanh, Gautier-Languereau
    • Tome 1 : Gros cochon : Ou un joli bouquet de papiers gras
    • Tome 2 : Le berger. Ou à quoi pensent les petits moutons avant de s'endormir...
    • Tome 3 : Qui ? Ou un petit vent de folie
    • Tome 4 : La petite sœur carnivore : Ou la maladie du mouton fou
    • Tome 5 : Le jour des gonflés : Ou un gros vent de folie
  • 2008 : Le Loup de la 135e, Seuil Jeunesse
  • 2008 : Elvis, Taï-Marc Le Thanh, Gautier-Languereau
  • 2009 : Art Book, monographie/carnet de route annoté par Rébecca Dautremer, Éditions du Chêne
  • 2009 : Swing café, un conte musical de Carl Norac raconté par Jeanne Balibar ; Carmen Miranda, chant ; Duke Ellington, p ; The Mills Brothers, groupe voc. et instr., Didier jeunesse (livre-disque)
  • 2009 : Kerity, la maison des contes : l'album du film, texte de Anik Le Ray ; création graphique originale de Rébecca Dautremer, Flammarion
  • 2009 : Journal secret du Petit Poucet, de Philippe Lechermeier, Gautier-Languereau
  • Princesses oubliées ou inconnues[4], texte de Philippe Lechermeier, illustrations de Rébecca Dautremer, Gautier-Languereau
    • tome 1, 2009
    • tome 2, 2010
    • tome 3, 2012
  • 2010 : Alice au pays des merveilles, texte adapté par Sophie Koechlin, d'après Lewis Carroll, Gautier-Languereau
  • 2012 : Soie, d'après Alessandro Baricco
  • 2014 : Une bible, de Philippe Lechermeier, Gautier-Languereau
  • 2015 : Vendredi ou les limbes du Pacifique, adaptation musicale de Romain Humeau en collaboration avec France Culture (d'après l'œuvre de Michel Tournier, 1967)
  • 2016 : Le Bois dormait, Éditions Sarbacane.
  • 2017 : Cavale[9], texte de Stéphane Servant, Didier Jeunesse

Filmographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Adaptation de son œuvre[modifier | modifier le code]

Au théâtre[modifier | modifier le code]

  • L'Amoureux, mise en scène et scénographie Philippe Saumont ; pièce d'après l'album de Rebecca Dautremer ; musique Yann Honoré ; marionnettes Petr Rézacovi et Katarina Rézacovi ; production Théâtre des Tarabates ; avec Sandrine Decourtit et Philippe Saumont ; Espace culturel René Prigent ; 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Alice Develey, « Au pays fantastique de Rébecca Dautremer », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d et e Laurence Bertels, « Le Cyrano de Rébecca », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  3. a b c d e f g et h « Les univers multiples de Rebecca Dautremer », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a b c et d « Entretien avec Rébecca Dautremer », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  5. Entretien, sur le site ricochet-jeunes.org, du 9 décembre 2014.
  6. « Romain Humeau | Pias », sur www.mediapias.fr (consulté le 13 novembre 2016)
  7. Site de la gallerie Jeanne Robillard.
  8. Site de la Gallerie 9e Art.
  9. Cécile Pellerin, « Cavale : éloge de la lenteur », Actualitte,‎ (lire en ligne)
  10. Lauréats 2010, site officiel.
  11. Claude Combet, « Rébecca Dautremer remporte le Grand prix de l’illustration 2019 », sur livreshebdo.fr, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Lesné, « Rébecca Dautremer », dans 250 Illustres : 1767-2017 - Dictionnaire, Dijon, Ar/Dé - École nationale supérieure des arts décoratifs, (ISBN 9782905710987), p. 99-100

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Rebecca Dautremer, in Rebecca Dautremer ; François Place, film documentaire réalisé par Thierry Mercadal, On Stage, Lyon, Cap Canal, 2008, 26 min (DVD)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :