Réalités (revue mensuelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Réalités (France))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réalités.
Réalités
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuel
Prix au numéro 11 F en 1964
Diffusion 160 000 ex.
Fondateur Humbert Frèrejean, Didier Rémon
Date de fondation février 1946
Date du dernier numéro 1978
Ville d’édition Paris

Directeur de la rédaction Alfred Max

Réalités est un mensuel français de l'après Seconde Guerre mondiale paraissant de février 1946 à 1978[1]. De tendance libérale, il préfigure des titres plus contemporains comme le Figaro Magazine : chroniques économiques et politiques voisinent avec des reportages touristiques et culturels. C'est le titre phare d'un groupe de presse[Lequel ?] fédérant Réalités, Connaissance des Arts, Entreprise, etc.

Ses bureaux étaient installés dans l'immeuble de L'Illustration, qui existe toujours dans le 9e arrondissement de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée par Humbert Frèrejean et Didier-W Rémon, avec pour rédacteur en chef Alfred Max et premier directeur artistique Albert Gilou, puis Jacques Dumons et Pierre Boutillier, Réalités est la revue illustrée la plus influente et lue entre les années 1950 et 1970, témoin d'un modèle journalistique aujourd'hui disparu, remplacé par la télévision[réf. souhaitée].

Dos carré, impression en quadrichromie, d'un prix élevé (590 francs en 1956), elle accorde une large place à la photographie et une grande importance au choix des couvertures.

Parmi ses photographes titulaires, Édouard Boubat, Jean-Philippe Charbonnier, Michel Desjardins, Jean-Louis Swiners.

Un des photographes de l’équipe, Jean-Louis Swiners.

Exemples d'articles  :

Une double-page de Jean-Louis Swiners illustrant l’article Le cheval de course (fév. 1959, p. 44-45).
Couverture du numéro de novembre 1961 : Une vie de chien par Pierre Marchand et Jean-Louis Swiners.
  • Février 1959 - Un signe extérieur de richesse beaucoup plus répandu qu'autrefois : le cheval de course.
  • no 190, novembre 1961, Couverture et pp. 108-115. Une vie de chien. La naissance, les plaisirs, les amours, la mort.
  • Novembre 1962, p. 58 sq. - Le grand désarroi du peuple cubain tel qu'un « fidéliste » des premières heures vient de le confier à notre envoyé spécial Michel del Castillo.
  • no 216, janvier 1964, Un jeu qui débouche sur l'art ? Les inventions de Yaacov Agam, maître du tableau qui bouge.
  • Avril 1964, p. 70-75, Muriel fait de de la sémantique générale. La gymnastique intellectuelle à la mode.
  • no 222, juillet 1964 , p. 70-75, George Jouve, Paris qui grogne.
  • no 226, novembre 1964, p. 34-39, Muriel inaugure le tourisme dans le réduit albanais.
  • no 231, avril 1965 - À l'ombre de Stravinsky, Boulez bouleverse la musique.
  • no 233, juin 1965 - Déifier l'or - ou briser la vieille idole ?.
  • no 242, mars 1966 - URSS : l'agriculture, point faible du régime.
  • no 257, juin 1967 - Horizon 70 : la grande percée des autoroutes européennes.
  • no 258, juillet 1967 - Les inventions de Paco Rabanne, architecte des nouveaux matériaux de la couture
  • no 356, septembre 1975 - Le clou de la réussite : travailler de ses mains.

Les Études économiques[modifier | modifier le code]

Les « Études économiques » (ou « BPS ») était un département très important qui chapeautait l'ensemble des activités « oubli-promotionnelles », commercialisant des abonnements spéciaux comportant des publireportages de 4 pages consacrés aux entreprises qui souscrivaient des abonnements pour une quantité donnée (mille ou plus) de leurs bons clients ou prospects.

Les articles étaient réalisés par les rédacteurs et les photographes de l'édition normale qui jouissaient d'une très grande liberté. Par exemple, l'entreprise de travaux publics Jean Lefebvre avait approuvé un reportage sur Paris vu au ras du sol par « les yeux d'un chien ».

La direction artistique en était assurée par Pierre Boutillier.

Édition en anglais[modifier | modifier le code]

En 1950, lancement d'une édition adaptée aux États-Unis, Réalités, avec des bureaux installés au 301 Madison Avenue, New York. Directeur du bureaux : Axel Tourmente. Rédacteur en chef : Gareth Windsor, basé à Londres.

Africa[modifier | modifier le code]

En janvier 1960, un projet de version adaptée à l'Afrique avec, par exemple un reportage de Gérard de Villiers illustré par Jean-Louis Swiners sur Mamady, routier d'Afrique. L'épopée d'un camionneur.

Fabrication d'un numéro zéro, mais le projet sera abandonné faute d'un marché publicitaire suffisant.

Connaissance des Arts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Connaissance des arts.

Fondé en 1952 par Hubert Frèrejean et Didier Rémond.

Entreprise[modifier | modifier le code]

Bimensuel économique lancé en 1953 et vite devenu hebdomadaire dont Jean-Paul Pigasse sera rédacteur en chef de 1966 à 1975. Il disparaitra en 1975 pour devenir Le Nouvel Économiste.

Top[modifier | modifier le code]

En 1958, Top, hebdomadaire de petit format pour la jeunesse qui a donné son nom à l'agence de presse qui a un temps géré les archives photos du groupe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dix ans de Réalités, dans Réalités, n° 122, mars 1956, p. 42-47.
  • Anne de Mondenard/Michel Guerrin, Réalités. Un mensuel français illustré (1946-1978), éditions Actes Sud, 2008 (ISBN 978-2-7427-7221-6)
Livre accompagnant l'exposition présentée à la Maison européenne de la photographie janvier-mars 2008.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Réalités. Un mensuel français illustré (1946-1978), p. 14.