Réacteur à neutrons rapides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir RNR.

Un réacteur à neutrons rapides (RNR, en anglais Fast-neutron reactor) est un réacteur nucléaire qui utilise des neutrons rapides qui ne sont pas modérés, par opposition aux neutrons thermiques qui peuvent être modérés par du graphite, de l'eau lourde ou de l'eau légère.

Jusqu'à présent, tous les réacteurs rapides commerciaux en démantèlement, construits ou en projet sont refroidis au sodium, mais d'autres technologies de réacteurs rapides ont été étudiées. Les réacteurs à neutrons rapides sont à nouveau à l'étude depuis l'an 2001 dans le cadre du Forum international Génération IV.

À ce jour (février 2020), trois réacteurs à neutrons rapides alimentent un réseau électrique : les réacteurs russes Beloyarsk-3 (BN-600) et Beloyarsk-4 (BN-800) et le CEFR chinois. Un réacteur s'approche de la phase opérationnelle, le (Prototype Fast Breeder Reactor (en)) à Kalpakkam, en Inde, et un autre est en construction en Chine, le CFR-600. Huit sont à l'arrêt définitif.

Conception[modifier | modifier le code]

Stratégies d'utilisation des neutrons rapides[modifier | modifier le code]

Les neutrons émis lors de la fission d'un actinide ont initialement une vitesse élevée qui limite la probabilité qu'ils interagissent avec la matière fissile et conduisent à une réaction en chaîne[1].

Une première solution est de les ralentir (« thermaliser ») par un modérateur (eau, graphite ou eau lourde) qui leur fait perdre leur énergie par chocs successifs. Ils sont alors appelés neutrons thermiques, « permettant une réaction en chaîne efficace et donc un meilleur rendement du réacteur pour l’uranium 235 dont la probabilité de fission par neutrons thermiques est élevée »[2]. C'est cette solution qui est utilisée dans les réacteurs actuels (types REP, REB...).

L'autre solution est de choisir délibérément de ne pas incorporer de modérateur. On a alors des neutrons rapides, dont l'énergie cinétique est élevée. Ces neutrons rapides ont l'avantage de faire fissionner tous les noyaux lourds et non les seuls matériaux fissiles. L'utilisation de neutrons rapides limite également les captures stériles (c'est-à-dire les captures ne donnant pas lieu à une nouvelle fission), ce qui tend à améliorer l'efficacité du réacteur.

En revanche, le taux de fuite des neutrons hors du cœur (neutrons qui sont donc perdus pour le réacteur) est plus élevé, et la probabilité de fission par neutrons rapides plus faible que dans un réacteur à neutrons thermiques. Il est donc nécessaire d'avoir un cœur plus enrichi en matériau fissile.

Par ailleurs, des matériaux fertiles peuvent être disposés en périphérie du cœur (on parle de couverture fertile) de manière à utiliser les neutrons de fuite. C'est le principe de la surgénération : récupérer les neutrons sortants pour transmuter un matériau a priori inutilisable (fertile mais non fissile) en matériau fissile. Les RNR correspondent à trois des six types de réacteurs nucléaires de génération IV.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les réacteurs à métal liquide peuvent être de type piscine ou de type boucle. L'architecture piscine permet de maintenir en permanence le caloporteur du circuit primaire au sein de la cuve principale (les pompes primaires et les échangeurs intermédiaires sont plongés dans la cuve principale), alors que les réacteurs à boucles utilisent des pompes primaires et des tuyauteries à l'extérieur de la cuve et des échangeurs externes.

En 2007, tous les RNR en fonctionnement sont conçus avec un circuit de refroidissement par du sodium liquide. C'est la filière des réacteurs nucléaires à neutrons rapides et à caloporteur sodium. Bien qu'inflammable au contact de l'air, corrosif[3] et réagissant violemment au contact de l'eau, le sodium est privilégié pour les raisons suivantes :

  • à la différence de l'eau, il freine peu les neutrons et les capture peu. La masse atomique du sodium est de 23,
    • supérieure à celle de l'oxygène du combustible oxyde (=16) et de l'eau,
    • très supérieure à celle de l'hydrogène de l'eau (=1)
  • capacité calorifique massique importante 1 230 J/(kg⋅K) contre 4 180 J/(kg⋅K) pour l'eau
  • conductivité thermique élevée = 141 W/(m⋅K) contre 0,6 W/(m⋅K) pour l'eau
  • point de fusion bas (97,80 °C).

D'autres caloporteurs métalliques sont étudiés, par exemple l'alliage Pb-Bi ou le plomb[réf. nécessaire].

Risque Sodium dans les neutrons rapides à caloporteur sodium (RNR-Na)[modifier | modifier le code]

Dans les réacteurs rapides RNR-Na, le sodium liquide peut s'enflammer au contact de l'air, désagréger le béton et engendrer une explosion au contact de l'eau. C'est ce qui s'est produit lors de l'incendie qui est survenu dans le réacteur de Monju (Japon) en décembre 1995[4].

Pour éviter le risque de réaction sodium / eau, on adopte plusieurs précautions :

  • adjonction d'un circuit de refroidissement supplémentaire, appelé circuit secondaire ou intermédiaire, destiné à éliminer la possibilité de contact entre le sodium primaire, radioactif, et l'eau du circuit eau/vapeur ;
  • mesures en sortie des générateurs de vapeur d'éventuelles traces de dihydrogène dans le sodium, produit par la réaction entre le sodium et l'eau qui aurait traversé les tubes du générateur de vapeur.

Pour limiter les conséquences d'inflammation au contact de l'air :

  • surveillance systématique des risques de fissures sur les canalisations du circuit secondaire ;
  • détection de présence de sodium fuyard au contact des tuyauteries ;
  • inertage des locaux dans lesquels circulent les tuyauteries avec de l'azote.

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Point de vue des États et des scientifiques[modifier | modifier le code]

La filière s'est développée à l'origine dans le but de réduire le coût de production du combustible utilisé dans les centrales, en évitant l'étape de l'enrichissement de l'uranium, et parce qu'on craignait dans les années 1960, une pénurie des réserves d'uranium. La justification économique du réacteur à neutrons rapides vient surtout de sa capacité à générer du plutonium en plus de l'énergie produite, ce plutonium pouvant ensuite être en partie recyclé dans du combustible MOX.

Cependant la rentabilité de la filière MOX issue de la surgénération a, par exemple, été contestée par l'académie des sciences des États-Unis. Elle a en effet estimé, en 1995[5], que celle-ci n'était pas rentable au prix du marché de l'uranium. Depuis 2001 la surgénération a d'ailleurs été arrêtée aux États-Unis[6],[7]. La filière MOX issue du traitement du combustible nucléaire usé des centrales classiques est par contre en développement dans le même pays puisqu'un centre de production doit ouvrir en 2016 à Savannah River[8]. Une commission d'enquête du parlement français, sur les coûts du nucléaire a conclu en 2014, qu'elle avait une grande difficulté à évaluer l'intérêt économique du Mox par rapport au simple stockage des déchets, mais que dans le meilleur des cas « il ne revenait pas plus cher de stocker directement le combustible usé que de le retraiter »[9], la filière MOX impliquant des risques supérieurs[10].

En France, le réacteur à neutrons rapides a été conçu dans l'optique de développer une filière MOX, pour alimenter, d'une part certains réacteurs de la filière REP française qui ont été adaptés afin de pouvoir utiliser ce type de combustible (22 réacteurs sur 58 réacteurs en 2013)[11], ainsi que les centrales les plus récentes comme l'EPR qui par conception pourra aussi fonctionner potentiellement uniquement avec du combustible MOX[12].

Point de vue des militants anti-nucléaires[modifier | modifier le code]

Les opposants aux surgénérateurs soulignent qu'il faut environ 20-30 ans pour arriver à doubler la quantité de plutonium initialement apportée à un réacteur à neutrons rapides (temps de doublement[13]). Compte tenu de la décroissance des réserves d'uranium à partir de 2025, en l'état actuel des gisements connus[14], il faudrait remplacer progressivement le parc de réacteurs à eau pressurisée par un parc de surgénérateurs, pour disposer d'assez de combustible plutonium. En effet, seulement dix tonnes de plutonium sont produites chaque année par les centrales françaises de la filière traditionnelle[15]. La rentabilité à long terme apparaît incertaine, en particulier à cause d'une technicité importante liée à la gestion de risques plus significatifs, que pour la filière traditionnelle. Ainsi, à titre d'exemple, le démantèlement de Superphénix est prévu à ce jour pour durer 31 ans[16], tandis que pour le démantèlement d'une centrale ordinaire, les travaux principaux prennent une vingtaine d'années, alors que tous les déchets ne peuvent pas être démontés avant au moins une cinquantaine d'années[réf. nécessaire][17].

Expérimentations mondiales[modifier | modifier le code]

À ce jour (février 2020), trois réacteurs à neutrons rapides alimentent un réseau électrique[18] : les réacteurs russes Beloyarsk-3 (BN-600, de 560 MWe)[19] et Beloyarsk-4 (BN-800, de 820 MWe)[20],[21] et le CEFR chinois (20 MWe), près de Pékin[22].

Deux RNR sont en construction, en février 2020. L'un s'approche de la phase opérationnelle[23], le Prototype Fast Breeder Reactor (en) indien (470 MWe) à Kalpakkam[24],[25],[26]. L'autre est construit par la Chine, démonstrateur de type CFR-600[21].

Huit autres réacteurs rapides sont à l'arrêt définitif[27], aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, au Kazakhstan[21] et au Japon[28].

Ce type de réacteur nucléaire fait partie des filières examinées par le Forum international Generation IV dans le but de concevoir les réacteurs nucléaires futurs.

Belgique[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Kazakhstan[modifier | modifier le code]

Bâtiment réacteur du BN-350
Unité de dessalement associée

Le réacteur BN-350 est situé à Aktaou (auparavant Shevchenko de 1964 à 1992), Kazakhstan, sur les rives de la mer Caspienne. Ce réacteur rapide surrégénérateur est mis en service en 1973 et arrêté en 1999. En plus de produire de l'électricité pour la ville voisine (150 MW), il produisait du plutonium (surgénération du combustible) et de l'eau potable par dessalement (120 000 m3/jour).

Russie[modifier | modifier le code]

En Russie, le réacteur de 600 MWe BN-600 fonctionne depuis 1980 à la centrale nucléaire de Beloïarsk. Le réacteur BN-800, reprenant la même technologie mais de 800 MWe, fonctionne depuis 2016[29].

  • BOR 60, refroidi au sodium, dont la durée de fonctionnement doit être prolongée jusqu’en 2015[30]
  • BN-600, RNR à caloporteur sodium de puissance (600 MWe), en fonctionnement à la centrale nucléaire de Beloïarsk depuis 1980.
  • BN-800, RNR à caloporteur sodium de puissance (800 MWe), sur le site de la centrale nucléaire de Beloïarsk, en opération commerciale depuis 2016[31],[30].
  • BN-1200 reactor (en), projet d'un RNR à caloporteur sodium de grande puissance, dont les projets de construction, en février 2020, ne sont pas concrétisés[32],[33].
  • Brest-300, projet d'un RNR à caloporteur plomb de grande puissance.

France[modifier | modifier le code]

Superphénix.

La France a construit trois réacteurs à neutrons rapides dans la filière des réacteurs rapides à caloporteur sodium :

  • Rapsodie, réacteur expérimental, en phase de démantèlement ;
  • Phénix, réacteur de démonstration. La production d'électricité a été arrêtée en septembre 2009, il a ensuite servi de laboratoire expérimental d'avril 2009 à janvier 2010, jusqu'à son arrêt définitif le  ;
  • Superphénix, réacteur tête de série, arrêté définitivement en 1996 sur décision politique. Depuis, le réacteur est en cours de démantèlement.

ASTRID est un projet français de nouveau prototype de réacteur rapide à caloporteur sodium de 4e génération. Ce projet piloté par le CEA, d'une puissance de 600 MWe et dont la mise en service devait débuter en 2020 ; il est suspendu en 2019, au moins jusqu'à la « deuxième moitié du siècle »[34].

Japon[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

En Allemagne, un RNR fut construit en 1973 à Kalkar en Basse-Rhénanie. Après de nombreuses protestations, il ne fut pas mis en service comme prévu en 1987.

Italie[modifier | modifier le code]

  • PEC (Prove Esperimenti Combustibile), à Brasimone, abandonné en cours de construction (1972-1987)[36],[37].

Inde[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le site de Dounreay à l'extrême nord de l'Écosse a abrité deux prototypes de réacteurs à neutrons rapides :

  • DFR (Dounreay Fast Reactor) qui a divergé juste après en 1959. D'une puissance électrique de 14 MWe, ce réacteur a cessé de fonctionner en 1977. Il était refroidi par un alliage de sodium et de potassium liquide.
  • PFR (Prototype Fast Reactor) qui a divergé près de vingt ans plus tard en 1974 et fonctionné jusqu'en 1994. Ce réacteur était refroidi au sodium liquide et alimenté en combustible MOX

Le site de Dounreay appartient depuis 2004 au NDA. Son démantèlement est opéré par Dounreay Site Restauration Limited sous le contrôle de l'autorité de l'énergie atomique du Royaume-Uni (UKAEA). Son démantèlement fait partie de la priorité numéro deux du NDA, après le site de Sellafield.

Sur ce site se trouve également le DMTR (Dounreay Materials Test Reactor), un réacteur de recherche du type DIDO (en), qui a divergé pour la première fois en 1958. Son objectif premier était de faire des tests de comportement des matériaux sous haut flux d'irradiation neutronique. Il a été arrêté en 1969.

Chine[modifier | modifier le code]

Le réacteur à neutrons rapides expérimental chinois (CEFR), prototype chinois de RNR, a été construit par les russes OKBM Afrikantov, OKB Gidopress, Nikiet et l'Institut Kurchatov près de Pékin. Ce premier réacteur expérimental chinois à neutrons rapides de quatrième génération fournit une puissance électrique de 20 MWe (65 MWth)[22]. Il a effectué sa première divergence le [40] et a été couplé au réseau le [41],[42].

Deux réacteurs de type BN-800 russe devaient être construits par la Russie dans la ville de Sanming[21],[43], dans le cadre d'un partenariat conclu en 2009[44], et mis en service après 2020[32]. Des désaccords sur les coûts et transferts de technologie ont finalement décidé la Chine à capitaliser sur l'expérience du CEFR pour concevoir et construire son propre modèle de RNR[45],[46].

Ainsi, la CNNC a annoncé fin le début de la construction d'un démonstrateur de 600 MWe conçu par l'Institut chinois de l'énergie atomique, le CFR-600, à Xiapu, dans la province de Fujian[47]. Pourraient suivre un second exemplaire, un troisième à très haute température, et quatre autres à neutrons thermiques[48].

Un modèle commercial de puissance encore supérieure, le CFR-1000, est en phase de conception et pourrait voir un premier chantier débuter en 2028, pour produire 1 000 à 1 200 MWe en 2034[45],[49]. Enfin, le modèle CFR-1200 est envisagé dans le cadre du forum international Génération IV[50].

CNNC a également annoncé en octobre 2017 la création d'une coentreprise avec l'américain TerraPower, entreprise créée en 2006 et financée par Bill Gates, qui projette de commercialiser une technologie de réacteur à onde progressive (TWR, travelling wave reactor)[47],[49].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. OPECST 2011, p. 119.
  2. OPECST 2011, p. 120.
  3. [1]
  4. La Gazette nucléaire, n°157/158, mai 1997.
  5. Institute for Energy and Environmental Research: le Plutonium
  6. "Nuklear Forum 2001"
  7. "Journal, La Recherche 2002"
  8. "Le Figaro 2011, La Filière Mox"
  9. [PDF] "Commission enquête, Assemblée nationale, juin 2014, pages:152/495"
  10. "Commission enquête, Assemblée nationale, juin 2014, p:154/495"
  11. "Journal le Monde, 30-05-2013"
  12. "Site du Sénat: Epr"
  13. "Introduction au génie nucléaire, p 222"
  14. "Site Futura24 : plutonium et pénurie d'uranium"
  15. Un combustible nucléaire redécouvert : le thorium, SFEN.
  16. La déconstruction de Superphenix, EDF [PDF]
  17. "Centrales nucléaires : Démantèlement impossible ?", sur YouTube, 8 min 30 s
  18. (en) « Operational & Long-Term Shutdown Reactors », sur Power Reactor Information System (PRIS), Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 5 février 2020).
  19. (en) « Beloyarsk-3 », sur Power Reactor Information System (PRIS), Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 5 février 2020).
  20. (en) « Beloyarsk-4 », sur Power Reactor Information System (PRIS), Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 5 février 2020).
  21. a b c et d (en) Nuclear power reactors in the World, AIEA (no 2), , 86 p. (lire en ligne [PDF]), p. 33, 42, 26.
  22. a et b (en) « CEFR (China Experimental Fast Reactor) », sur Power Reactor Information System (PRIS), Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 5 février 2020).
  23. (en) « Under Construction Reactors », sur Power Reactor Information System (PRIS), Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 5 février 2020).
  24. (en) « PFBR (Prototype Fast Breeder Reactor) », sur Power Reactor Information System (PRIS), Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 5 février 2020).
  25. (en) « Kalpakkam breeder reactor to go on stream », The Hindu,‎ (ISSN 0971-751X, lire en ligne, consulté le 11 août 2015)
  26. (en) Recherche des réacteurs de type FBR, Reactor Database, Association nucléaire mondiale.
  27. (en) « Permanent Shutdown Reactors », sur Power Reactor Information System (PRIS), Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 5 février 2020).
  28. (en) « Monju », sur Power Reactor Information System (PRIS), Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 5 février 2020).
  29. OPECST 2011, p. 126.
  30. a et b OPECST 2011, p. 89, chap. A. La centrale de Beloyarsk.
  31. (en) « Russia's BN-800 unit brought to minimum controlled power », sur www.world-nuclear-news.org (consulté le 11 août 2015)
  32. a et b (en-US) Brian Wang, « Russia’s fast neutron 789MWe reactor commercially operating and several countries are building 14 new fast reactor designs by 2028 », sur www.nextbigfuture.com, (consulté le 5 février 2020).
  33. OPECST 2011, p. 65.
  34. « Nucléaire : la France abandonne la quatrième génération de réacteurs », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2019).
  35. (en) H. Hayafune, M. Konomura, Y. Tsujita, T. Nakamura, T. Iitsuka, N. Sawa, « Status of development of an integrated IHX/Pump Component », Proceedings of GLOBAL 2005 in Tsukuba, Japan, Oct 9-13, 2005
  36. (en) Angelo Baracca, Giorgio Ferrari et Roberto Renzetti, « The "go-stop-go" of Italian civil nuclear programs, beset by lack of strategic planning, exploitation for personal gain and unscrupulous political conspiracies: 1946-1987 », arXiv,‎ , p. 16 (arXiv 1709.05195, résumé, lire en ligne [PDF], consulté le 5 février 2020).
  37. (en) C. Artioli, « FBR Italian position : The PEC reactor and its control rods system », International Working Group on Fast Reactors, ENEA,‎ , p. 39-47 (présentation en ligne, lire en ligne [PDF], consulté le 5 février 2020), archivé par le Système international d'information nucléaire.
  38. A creditable performance at Kalpakkam - 19/10/2005
  39. Nuclear Power in India, WNA, août 2011.
  40. (en) Criticality for China’s first fast reactor, Nuclear Engineering, 21 juillet 2010.
  41. La Chine met en service un réacteur de quatrième génération, Le Point, 22 juillet 2011.
  42. Le premier réacteur expérimental à neutrons rapides de la Chine commence à produire de l'énergie, Chine Nouvelle (Xinhua), 21 juillet 2011.
  43. OPECST 2011, p. 92, 93, 217.
  44. (en) « Joint venture launched for Chinese fast reactor » [« Joint venture lancée pour un réacteur rapide chinois »], sur World Nuclear News, .
  45. a et b (en) « China begins building pilot fast reactor », sur World Nuclear News, (consulté le 6 février 2020).
  46. (en) « CFR-600 » [PDF], sur Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 6 février 2020).
  47. a et b Moscou et Pékin se montrent très ambitieux sur les nouveaux types de réacteur, Les Échos, 30 janvier 2018.
  48. (en) « CCCC-FHDI wins bid for feasibility study of offshore engineering of 600MW fast reactor nuclear power demonstration project in Xiapu », sur www.fhdigz.com, (consulté le 6 février 2020).
  49. a et b (en) « Fast Neutron Reactors - FBR », sur Association nucléaire mondiale, (consulté le 6 février 2020).
  50. (en) Hiroki Hayafune et al., « Current status of GIF collaborations on sodium-cooled fast reactor system », International Conference on Fast Reactors and Related Fuel Cycles: Next Generation Nuclear Systems for Sustainable Development (FR17), Iekaterinbourg, Agence internationale de l'énergie atomique,‎ 26-29 juin 2017 (résumé, lire en ligne [PDF], consulté le 6 février 2020).