Réactance (psychologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En psychologie sociale, la réactance est un mécanisme de défense psychologique mis en œuvre par un individu qui tente de maintenir sa liberté d'action lorsqu'il la croit ôtée ou menacée[1],[2],[3]. Effectuée de manière plus ou moins consciente, la réactance peut survenir quand l'individu a l'impression que quelqu'un ou quelque chose (une règle, une offre) limite les choix qui se présentent à lui normalement et a des composantes affectives, cognitives et motivationnelles[4]. La réactance est d'autant plus importante lorsque l'individu se sent poussé à croire ou faire quelque chose. La réactance psychologique est un résultat possible dans les appels à la peur, comme dans le modèle étendu des processus parallèles (en) de Kim Witte.

Historique[modifier | modifier le code]

Mise en évidence[modifier | modifier le code]

Le phénomène de réactance a été mis en évidence par Jack W. et Sharon S. Brehm en 1966 à travers une expérience sur un groupe d'enfants[5].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Psychologie inversée[modifier | modifier le code]

Le phénomène de réactance peut faire naître chez l'individu une attitude ou une croyance opposée à celle qui lui est suggérée.

La théorie de la réactance psychologique au contexte du confinement des populations suite par exemple à la pandémie de Covid-19, s'applique à cette psychologie inversée. Face à la menace perçue de restriction de liberté, les individus adoptent un comportement dont les effets dépendent de la proportionnalité de la menace, de la source de la menace, de la durée de la privation et de l'aspect coercitif de la demande[6],[7].
L'action de ce facteur de réactance expliquerait ainsi la résistance aux messages de persuasion (résistance renforcée lors de l'imposition de règlements, d'interdictions et de messages donneurs d'ordres, résistance atténuée par des messages moins coercitifs, plus empathiques[8] ou émanant d'experts s'appuyant sur des discours à base de faits et de preuves[9]), voire même les effets boomerang : « les messages contrattitudinaux devraient créer plus de réactance que des messages pro attitudinaux[10] ».

L’inoculation psychologique utilise la réactance pour solidifier la résistance aux messages de persuasion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Steindl, C., Jonas, E., Sittenthaler, S., Traut-Mattausch, E., & Greenberg, J. (2015). Understanding psychological reactance. Zeitschrift für Psychologie, 223(4), 205–214. doi:10.1027/2151-2604/a000222 PMC:4675534 PMID 27453805
  2. (en) Brehm, J. W. (1966). A theory of psychological reactance. Academic Press.
  3. (en) Brehm, S. S., & Brehm, J. W. (1981). Psychological Reactance: A Theory of Freedom and Control. Academic Press.
  4. (en) Christina Steindl, Eva Jonas, Sandra Sittenthaler, Eva Traut-Mattausch & Jeff Greenberg, « Understanding Psychological Reactance. New Developments and Findings », Zeitschrift Fur Psychologie, vol. 223, no 4,‎ , p. 205–214 (DOI 10.1027/2151-2604/a000222)
  5. (en) Sharon S. Brehm (1981), « Psychological reactance and the attractiveness of unobtainable objects: Sex differences in children's responses to an elimination of freedom », Sex Roles, volume 7, no 9, p. 937-949
  6. « Psycho : comment le confinement peut provoquer le contraire de l'effet voulu! », sur The Conversation,
  7. (en) Chadee, D. (2011). Toward freedom: Reactance theory revisited. In D. Chadee (Ed.), Theories in social psychology (p. 13–43). Wiley Blackwell
  8. (en) Tobias Reynolds-Tylus, « Psychological Reactance and Persuasive Health Communication: A Review of the Literature », Front. Commun., vol. 4, no 1,‎ , p. 56 (DOI 10.3389/fcomm.2019.00056)
  9. (en) S. A. Rains & M. M. Turner, « Psychological Reactance and Persuasive Health Communication: A Test and Extension of the Intertwined Model », Human Communication Research, vol. 33, no 2,‎ , p. 241–269 (DOI 10.1111/j.1468-2958.2007.00298.x)
  10. Fabien Girandola, Psychologie de la persuasion et de l'engagement, Presses universitaires de Franche-Comté, , p. 166

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) S. A. Rains, « The nature of psychological reactance revisited: A meta‐analytic review », Human Communication Research, vol. 39, no 1,‎ , p. 47–73 (DOI 10.1111/j.1468-2958.2012.01443.x)
  • (en) Andy H. Ng, Mohammad S. Kermani & Richard N. Lalonde, « Cultural differences in psychological reactance: Responding to social media censorship », Current Psychology,‎ (DOI 10.1007/s12144-019-00213-0)

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Les chemins de la censure, long-métrage de vulgarisation sur la réactance réalisé par la chaîne Youtube Horizon Gull (2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]