Réactance (psychologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réactance.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

La réactance est un mécanisme de défense psychologique mis en œuvre par un individu qui tente de maintenir sa liberté d'action lorsqu'il la croit ôtée ou menacée. Effectuée de manière plus ou moins consciente, la réactance peut survenir quand l'individu a l'impression que quelqu'un ou quelque chose (une règle, une offre) limite les choix qui se présentent à lui normalement. La réactance est d'autant plus importante lorsque l'individu se sent poussé à croire ou faire quelque chose.

Historique[modifier | modifier le code]

Mise en évidence[modifier | modifier le code]

Le phénomène de réactance a été mis en évidence par Brehm en 1966 à travers une expérience sur un groupe d'enfants[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Psychologie inversée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychologie inversée.

Le phénomène de réactance peut faire naître chez l'individu une attitude ou une croyance opposée à celle qui lui est suggérée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sharon S. Brehm (1981), « Psychological reactance and the attractiveness of unobtainable objects: Sex differences in children's responses to an elimination of freedom »,mef Sex Roles, volume 7, no 9,937-949