Règle fondamentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En psychanalyse, la règle fondamentale (die Grundregel) invite le patient (ou l' « analysant ») à dire au cours de la cure tout ce qui lui vient à l'esprit (méthode de l'association libre). Implicitement et corrélativement, il est imparti à l'analyste un mode d'écoute impliquant la neutralité de son « attention en libre ou égal suspens » (dite plus traditionnellement en français « attention flottante »).

Définition[modifier | modifier le code]

Dans la « situation psychanalytique »[1] (c'est à dire la cure), le patient est invité à « dire ce qui lui vient à l'esprit, même si cela lui apparaît futile, absurde ou déplaisant »[2]. Selon Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, la règle de « libre association » n'est apparue à Freud « comme fondamentale » que progressivement[1]. Jean-Luc Donnet précise que c'est « corrélativement, mais implicitement » qu'elle « impartit à l'analyste un mode d'écoute (“attention également flottante”) auquel l'a préparé » son expérience personnelle de la situation analytique[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Règle fondamentale », in Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse [1967], Puf, 1984, coll. « Quadrige », 2004, p. 398-400.
  2. a et b Jean-Luc Donnet, « Règle fondamentale », in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, p. 1420-1422 ; Hachette Littératures, 2005, p. 1493-1495.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]