Quokka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Setonix brachyurus

Le quokka (Setonix brachyurus) est un petit marsupial de la famille des macropodidés (les plus connus étant les kangourous). C'est le seul membre du genre Setonix et l'un des rares marsupiaux à posséder, comme les primates, une vision trichromatique[1].

Description[modifier | modifier le code]

Peu connu en Europe et dans le reste du monde, le quokka est un animal aussi mystérieux qu'attirant. Son visage à traits sympatiques attire le regard et provoque l'intérêt de plusieurs chercheurs animaliers. Avec son sourire naturel et ses airs de rongeur domestique, cet animal fait fureur en Australie, seul et unique lieu d'habitation. Au niveau de sa corpulence, le quokka pèse de 2,5 à 5 kg et mesure de 40 à 54 cm de long. Avec une queue relativement courte pour un marsupial, d’une longueur de 25 à 30 cm. Sa fourrure, au poil grossier, est d'un brun gris sur le dos virant au chamois sous le ventre, c'est un animal trapu, avec des oreilles rondes, une tête courte et large et la bouche dont les extrémités forment naturellement une sorte de sourire. Il se déplace soit en sautant sur ses pattes arrière, soit en marchant sur ses quatre membres étant donné que ses pattes arrière sont moins puissantes que celles des autres marsupiaux. Il peut grimper dans les petits arbres et les arbustes. Ils vivent en groupes d'une centaine d'individus et sont essentiellement nocturnes. Ces animaux sociables[réf. nécessaire], amusants, intelligents et curieux n'hésitent pas à approcher les humains. Le Quokka (Gwaga chez les aborigènes) affiche un petit rictus, ce qui lui vaut le titre d'animal le plus souriant du monde. Le fait que cet animal soit très sociable et n'entre jamais en conflit avec ses congénères le rend aussi vulnérable face à ses prédateurs. Puisque beaucoup d'espèces invasives ont rejoint le territoire australien, la population du quokka est en baisse.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Un quokka

Il vit uniquement dans l’État d’Australie-Occidentale, principalement sur deux îles sans prédateurs introduits par les Européens : l’île de Rottnest près de Perth et l'île de Bald, près d'Albany. On le trouve aussi dans les environs de Perth, sur le continent. Il vit principalement en groupe dans les zones herbeuses et les fourrés marécageux. En 2008, il est classé parmi les espèces animales dites « vulnérables » dans la liste rouge de l'UICN en raison de la forte diminution de sa population suite à l'introduction de prédateurs non-naturels comme le renard ou le chat sauvage[2].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le quokka est un animal herbivore: il se nourrit de plantes, de fruits, de légumes, de feuilles, mais également de graminées et de racines qu'il peut déterrer avec ses griffes. Alors qu'il est un animal plutôt terrestre, le quokka peut également grimper aux arbres pour atteindre sa nourriture. Au niveau de son besoin hydratant, le quokka est un animal qui nécessite une grande quantité d'eau. Pour combler ce besoin, la majorité de ses aliments contiennent de l'eau, lui évitant ainsi d'en boire. Ainsi, il peut de ce fait passer de grandes périodes sans boire une seule goutte puisque ses aliments retiennent tout ce dont il a besoin.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

C'est un animal nocturne qui sort à la tombée de la nuit de son abri dans les broussailles où il a passé la journée à dormir. Il se regroupe en bandes de plus de cent individus pour se nourrir. Il retournera dans son abri au lever du jour. Malgré son attitude agréable auprès des êtres humains, le quokka reste un animal sauvage non domesticable. Le pays interdit ainsi la possession d'un tel animal comme animal domestique de compagnie. Il s'agit d'une espèce protégée qui, comme le dragon de komodo, réside dans une seule partie du monde. Sa présence limitée fait du quokka un des animaux les plus préservés de l'espèce animale.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les accouplements ont lieu en hiver et la gestation dure 28 jours. Les quokkas peuvent se reproduire dès l'âge de 18 mois et peuvent donner naissance à des petits deux fois dans l'année. À sa naissance le petit ne pèse que 600 grammes. Il rampe alors jusqu’à la poche marsupiale où il s’accroche à une tétine. Il commence à quitter la poche marsupiale à l’âge de 6 mois mais il s’y réfugie encore jusqu’à 10 mois. Le lait maternel reste son apport nutritif jusqu'à ses 8 mois. Ensuite, il suivra sa mère dans l'apprentissage des bons et mauvais aliments qu'il peut trouver dans son environnement.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Proceedings of the Royal Society B, 2005, DOI:10.1098/rspb.2004.3009., cité dans : Matt Walker, Moths That Drink Elephants' Tears and Other Zoological Curiosities, Portrait, Londres, 2006, (ISBN 0-7499-5128-1)
  2. « Setonix brachyurus (Quokka) », sur www.iucnredlist.org (consulté le 19 avril 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :