Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? est un court roman de l'écrivain français Georges Perec, paru en 1966.

Résumé[modifier | modifier le code]

Un groupe de copains du dénommé Henri Pollack, présentement sous les drapeaux depuis quatorze mois au Fort Vieux de Vincennes tente avec beaucoup de mal d'aider un autre appelé du contingent, Kara quelque chose dont le nom est décliné sous soixante douze formes différentes tout au long du roman[1] de se faire réformer pour lui éviter d'avoir à servir en Algérie pendant la guerre d'indépendance. De multiples stratagèmes sont échafaudés au cours d'un récit aux allures de pochade potache.

Dans un style très libre et joyeusement spontané, de nombreux néologismes savoureux alternent avec de subtiles citations savantes ou déguisées et les passages au ton précieux et affecté se mélangent avec les expressions populaires parfois teintées de vulgarité. L'ouvrage se termine par un index, non achevé, de toutes les figures de style appelées "fleurs et ornements" de la rhétorique classique repérées par l'auteur à posteriori.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Bien que demeurant le moins commenté des romans de Georges Perec, ce texte a inspiré plusieurs adaptations par de petites compagnies théâtrales[2] parmi lesquelles la mise en scène jubilatoire de Jean-Jacques Mateu pour la Cie toulousaine Petit Bois pour trois comédiens.

En août 2016 la compagnie Pirate a donné au théâtre l'intégralité du texte simplement distribué entre un comédien et une comédienne, Yann Garnier et Marie de Basquiat dans une mise en scène très perecquienne de Jean François Le Garrec.

Éditions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste de Karamanlis (à guidon chromé) », sur Écholalie.
  2. Oeuvres de Georges Perec, Bibliothèque de la Pleiade, Editions Gallimard 2017, tome 1, page 947.