Quechuas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quechua (homonymie).
Femme quechua, Alausí, Équateur.

Les Quechuas[1], Quichuas, Kichuas, Kichwas ou Kechuas, (prononcé en français : /ket.ʃwa/[2],[3], /ket.ʃu.wa/[4] ou /kit.ʃwa/[2],[4]) sont un groupe de peuples d'Amérique du Sud qui forment la plus nombreuse des familles ethnolinguistiques amérindiennes : le groupe de langues quechua.

Origine[modifier | modifier le code]

Les Quechuas sont les dépositaires de la civilisation inca qui s'étendait à son apogée sur la partie occidentale de l'Amérique du Sud, le long de l'Océan Pacifique et à cheval sur la Cordillère des Andes, sur un territoire de plus de 3 millions de km² s'étirant sur 4 000 km depuis l'actuelle Colombie au nord, jusqu'à l'actuel Chili au sud. La capitale était Cuzco, située au Pérou.

La civilisation inca se développe du XIe au XVIe siècle. L'empire inca, qui s'auto-désignait comme tawantinsuyu, fut, du XVe au XVIe siècle, le plus vaste état de l'Amérique précolombienne. Dans cet état, le mot inca ne désigne pas les tous les Quechuas mais seulement l'aristocratie, dont le règne s'achève avec l'exécution d'Atahualpa, lors de la conquête espagnole en 1533. La mort d'Atahualpa et l'effondrement du pouvoir inca ne signifie pas la disparition du peuple ni de la langue quechua qui fut utilisée comme langue d'évangélisation et prit le pas sur d'autres langues autochtones. De ce fait, de nombreuses populations, très diverses culturellement, se revendiquent aujourd'hui de la nation Quechua. À l'heure actuelle, la langue quechua est bien vivante, on la retrouve principalement dans les provinces d'altitude du Pérou (Sierra et Altiplano), de Bolivie (Chuquisaco, Cochabamba, Potosi) et d'Équateur.

Principalement localisés dans les régions andines du Pérou, de la Bolivie, et de l'Équateur, les Quechuas ou Kichwas se rencontrent aussi au sud de la Colombie (où ils sont appelés Ingas), ainsi qu'au nord de l'Argentine et du Chili, ce qui correspond à l'aire d'extension maximale de l'empire inca, dont le quechua était la langue véhiculaire.

Le mot « quechua » désigne à l’origine des groupes tribaux qui, après avoir commencé par dominer les populations voisines, ont fondé vers le XIIe siècle le royaume de Cusco. Vers le XIIIe siècle, apparaît la dynastie Inca qui de royaume, devient un empire conquérant, unifiant des peuples aux cultures diverses, en imposant leur langue alors appelée runa simi (« langue des hommes » ou « langage du monde »), et pratiquant une politique colonisatrice : transferts de populations et envoi de savants et d’artisans afin d’échanger et d’uniformiser connaissances et techniques. Ce n’est qu’à l’époque de la colonisation espagnole, que la langue a pris le nom de quechua. Les missionnaires espagnols qui ont adopté le quechua comme langue de communication et d'évangélisation, ont achevé de propager cette langue sur de vastes territoires au détriment de langues plus anciennes.

En Équateur, les Quechuas constituent l'une des treize nationalités indigènes reconnues, elle-même composée de treize peuples distincts : Karambi, Natabuela, Otavalo, Kayambi, Kitu Kara, Panzaleo, Chibuleo, Salasaka, Waranka, Puruhá, Kañari, Saragura et Kichwa de l’Amazonie (voir Peuples indigènes d'Équateur).

Personnalités quechua[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Ileana Almeida, Historia del pueblo kechua, Abya-Yala, Quito, 2005, 312 p. (ISBN 9978-22-537-4)
  • (es) Julio Calvo Pérez, Introducción a la lengua y cultura quechuas, Universitat de València, Departament de teoria dels llenguatges, València, 1995, 82 p. (ISBN 84-370-1961-3)
  • (es) Rodrigo Montoya Rojas, Porvenir de la cultura quechua en Perú : desde Lima, Villa El Salvador y Puquio, Coordinadora Andina de Organizaciones Indígenas : Confederación Nacional de Comunidades del Perú Afectadas por la Minería, Fondo Editorial de la Universidad Nacional Mayor de San Marcos, Lima, Oxfam América, Programa Democracia y Transformación Global, 2010, 635 p. (ISBN 9786124566738)
  • Mario Turpo Choquehuanca,, Chroniques Quechua : une quête des origines (trad. Bernadette Naudou), Maisonneuve & Larose, 2001, 118 p. (ISBN 978-2706815140)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Mama Julia, film de Juan Pablo Quichua Baldeon, Wapikoni, Montréal, 2014, 7 min 11 s (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le mot peut aussi s'écrire avec un accent aigu en français : Quéchuas.
  2. a et b TLFi
  3. Orthographe et prononciation en français, Léon Warnant, Louis Chalon
  4. a et b Dictionnaire Larousse
  5. « Nina Pacari, une Indienne ministre en Equateur », Marianne2,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2016)
  6. Q'Orianka Kilcher, une enfant au paradis Pocahontas, c'est elle : la révélation du quatrième film de Terrence Malick.
  7. Courrier international, hors-série Fiers d'être indiens (juin-juillet-août 2007), p. 112