Quatorzième gouvernement de Nouvelle-Calédonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le quatorzième gouvernement de la Nouvelle-Calédonie formé depuis les Accords de Nouméa, dit premier gouvernement Germain ou gouvernement Germain I, est élu par le Congrès le mais n'est opérationnel qu'à partir du , date de l'élection de son président et de son vice-président. Il est le deuxième formé à la suite des élections provinciales du , le précédent exécutif présidé par Cynthia Ligeard du Front pour l'unité (FPU) ayant chuté le du fait de la démission collective des membres issus de Calédonie ensemble et de leurs suivants de liste. Ceux-ci estiment alors que le « Contrat de gouvernance solidaire » qui liait depuis le scrutin de les trois principales formations non-indépendantistes n'a pas été respecté par le FPU, ce groupe ayant la veille voté contre trois projets de lois du pays (néanmoins adoptés grâce à des voix indépendantistes) visant à augmenter les recettes fiscales par la création d'une contribution additionnelle à l’impôt sur les sociétés (CAIS) et d'une contribution calédonienne de solidarité (CCS, équivalent local de la CSG) ou encore l'augmentation de l’impôt sur le revenu des valeurs immobilières (IRVM, taxant les dividendes)[1],[2]. Le 22 décembre, le Congrès a fixé, par délibération, le nombre de membres du nouveau gouvernement à former à 11, soit le maximum prévu par la loi organique, et la date de l'élection est finalement fixée au 31 décembre[3].

Le gouvernement Ligeard ainsi démissionnaire continue néanmoins par la suite à gérer les affaires courante jusqu'à l'élection du président du nouvel exécutif, ce qui n'a lieu que le , Calédonie ensemble et le Front pour l'unité se disputant le poste[4]. En effet, après des moins d'incertitude politique, les dirigeants des quatre composantes du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) indépendantiste déclarent dans un communiqué daté du vouloir trancher en faveur de l'un des candidats non-indépendantistes afin « sans aucune contrepartie, de prendre l'initiative de mettre en place un gouvernement opérationnel » pour, selon eux, « finaliser les transferts de compétences », « adopter une stratégie minière et industrielle commune », « engager les réformes économiques, sociales, environnementales et culturelles nécessaires au développement du pays » et « préparer le référendum de sortie prévu par l'accord de Nouméa »[5]. Par conséquent, le Haut-commissaire de la République convoque une réunion du gouvernement le qui, en l'absence de trois de ses membres (Bernard Deladrière du FPU, Sonia Backès de l'Union pour la Calédonie dans la France et Gilbert Tyuienon du FLNKS-Union calédonienne), procède à l'élection de Philippe Germain de Calédonie ensemble à la présidence, avec 6 voix sur 11 (les 3 de Calédonie ensemble, les 2 du FLNKS-Union nationale pour l'indépendance-Parti de libération kanak et 1 des 3 de l'Union calédonienne, à savoir celle de Jean-Louis d'Anglebermes), contre 1 pour Cynthia Ligeard du FPU (sa propre voix), 1 vote blanc (celui d'Anthony Lecren de l'Union calédonienne) et 3 absents. Le même jour, Jean-Louis d'Anglebermes est élu vice-président par 7 voix sur 11 (les 3 de Calédonie ensemble, les 2 du FLNKS-Union nationale pour l'indépendance-Parti de libération kanak et les 2 membres présents de l'Union calédonienne) et un vote blanc (celui de Cynthia Ligeard)[6]. La répartition de l'animation et du contrôle des secteurs entre les membres du gouvernement a lieu le .

Après les élections législatives de , l'un des membres du gouvernement, Philippe Dunoyer, est élu député et ne peut plus exercer de fonctions au sein du gouvernement en raison de la loi sur les cumuls des mandats. Son dernier suivant de liste disponible, Philippe Gomès, ayant lui-même été réélu député, il ne peut être remplacé et l'exécutif ne peut qu'être démissionnaire de plein droit. Ceci est officiellement fait le [7]. Le 14e gouvernement reste toutefois en fonction pour gérer les affaires courantes tant que son successeur, élu le , ne s'est pas mis d'accord sur le nom de son président, c'est-à-dire jusqu'au .

Gouvernement précédent[modifier | modifier le code]

Gouvernement Ligeard

Gouvernement suivant[modifier | modifier le code]

Gouvernement Germain II

Candidatures et élection[modifier | modifier le code]

Listes[modifier | modifier le code]

Les candidats indiqués en gras sont ceux membres du Congrès, élus ou siégeant dans l'institution depuis 2014.

Résultat[modifier | modifier le code]

Résultat de l'élection du gouvernement du 10 juin 2011 - 54 membres du Congrès - 54 Votants (100 %) - 54 Suffrages exprimés (100 %)
Liste Votes % Sièges
au Gouvernement
Détail du vote
Calédonie ensemble 15 27,78 3 Les 15 du groupe Calédonie ensemble
UC-FLNKS et Nationaliste 15 27,78 3 Les 15 du groupe UC-FLNKS et Nationaliste (11 UC, 2 Travaillistes, 1 DUS, 1 UC Renouveau)
UNI 10 18,52 2 Les 9 du groupe UNI (8 Palika, 1 UPM) et 1 LKS (Basile Citré)
FPU-EPN 9 16,67 2 Les 8 du groupe du Front pour l'unité-Entente provinciale Nord (6 Rassemblement-UMP, 2 L'Avenir ensemble), 1 des 6 UCF
UCF 5 9,26 1 5 des 6 du groupe de l'Union pour la Calédonie dans la France (3 MPC, 2 RPC, 1 MRC)
Total 54 100 11 -

Présidence et Vice-présidence[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Issus de la liste du groupe Calédonie ensemble[modifier | modifier le code]

Les trois élus de cette liste sont membres de Calédonie ensemble.

Personnalité Secteurs de compétence Autres fonctions Profession Commune - Province
Philippe Germain Président
Économie - Droit commercial - Fiscalité - Douanes
Commerce extérieur
Protection judiciaire de l'enfance et de la jeunesse (jusqu'au 15/07/2015, coordination ensuite)
Sécurité civile
Agriculture, Élevage, Pêche p. 15/07/2015)
Consultant industriel, Chef d'entreprise Nouméa et Farino, Province Sud
Thierry Cornaille (démissionne le ) Porte-parole
Budget - Logement - Énergie - Développement numérique
Questions liées à la Communication audiovisuelle
Suivi des Questions monétaires - Crédit
Relations avec le Congrès
Haut-fonctionnaire
Gérant de société
Nouméa, Province Sud
Philippe Dunoyer (à p. du ) 3e adjoint au maire de Nouméa Fonctionnaire territorial
Ancien directeur de cabinet de Philippe Gomès
Nouméa, Province Sud
André-Jean Léopold (démissionne le ) Enseignement
Questions relatives à l'Enseignement supérieur - Recherche
Mise en place du Service civique
Cadre de l'enseignement privé catholique Nouméa, Province Sud
Hélène Iekawé (à p. du ) Conseillère municipale d'opposition de Dumbéa Professeur en langues kanak Dumbéa, Province Sud
Lifou, Îles Loyauté

Issus de la liste du groupe UC-FLNKS et Nationaliste[modifier | modifier le code]

Les trois élus de cette liste sont membres du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) et de l'Union calédonienne (UC).

Personnalité Secteurs de compétence Autres fonctions Profession Commune - Province
Jean-Louis d'Anglebermes Vice-président
Travail et emploi - Dialogue social - Formation professionnelle
Relations avec le CESE
Professeur Mont-Dore et Païta, Province Sud
Gilbert Tyuienon Infrastructures publiques
Transports aérien domestique et international, terrestre et maritime
Suivi du Schéma d'aménagement et de développement « NC 2025 »
Maire de Canala Fonctionnaire territorial Canala, Province Nord
Anthony Lecren Aménagement foncier - Affaires coutumières
Écologie - Développement durable
Gestion et conservation des Ressources naturelles, biologiques et non biologiques de la ZEE
Suivi des ZODEP - Relations avec le Sénat coutumier et les Conseils coutumiers
Chargé d'affaires Mont-Dore, Province Sud

Issue de la liste du groupe UNI[modifier | modifier le code]

Les deux élues de cette liste sont membres du FLNKS et du Parti de libération kanak (Palika).

Personnalité Secteurs de compétence Autres fonctions Profession Commune - Province
Déwé Gorodey Culture - Condition féminine - Citoyenneté Professeur, conteuse en langues kanak
Écrivain
Ponerihouen, Province Nord
Valentine Eurisouké Santé - Jeunesse - Sports Ancienne maire de Houaïlou (2008-2014) Fonctionnaire territorial
Ancienne responsable de la Mission de la femme du Nord
Houaïlou, Province Nord

Issus de la liste du groupe Front pour l'unité - Entente provinciale Nord[modifier | modifier le code]

Les deux élus de cette liste sont membres du Rassemblement-UMP.

Personnalité Secteurs de compétence Autres fonctions Profession Commune - Province
Cynthia Ligeard Fonction publique - Sécurité routière Ancienne présidente du gouvernement (2014-2015)
Ancienne présidente de la Province Sud (2012-2014)
Employée municipale Nouméa et Bouloupari, Province Sud
Bernard Deladrière Droit civil, des assurances et de l'urbanisme
Suivi des Transferts de compétences
Simplification administrative
Modernisation de l'administration
- Francophonie
Construction du Médipôle de Koutio
Relations avec les Provinces et communes
3e adjoint au maire du Mont-Dore Diplomate, magistrat
Fonctionnaire territorial
Mont-Dore, Province Sud

Issue de la liste du groupe Union pour la Calédonie dans la France[modifier | modifier le code]

L'unique élue de cette liste est membre du Mouvement populaire calédonien (MPC).

Personnalité Secteurs de compétence Autres fonctions Profession Commune - Province
Sonia Backès (démissionne le ) Protection sociale - Solidarité - Handicap
Agriculture, Élevage, Pêche (jusqu'au 10/07/2015)
Politique de la famille
Protection judiciaire de l'enfance et de la jeunesse p. 15/07/2015)
Conseillère municipale d'opposition de Nouméa Informaticienne
Fonctionnaire territorial
Dirigeante syndicale
Nouméa, Province Sud
Isabelle Champmoreau (à p. du ) Conseillère municipale d'opposition de Nouméa Institutrice Nouméa, Province Sud

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]