Quartier Saint-Jacques (Perpignan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quartier Saint-Jacques
Quartier Saint-Jacques (Perpignan)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Ville Perpignan
Géographie
Coordonnées 42° 41′ 55″ nord, 2° 54′ 03″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Quartier Saint-Jacques
Géolocalisation sur la carte : Perpignan
Voir sur la carte administrative de Perpignan-Canet
City locator 14.svg
Quartier Saint-Jacques

Le quartier Saint-Jacques est un des quartiers médiévaux du centre historique de Perpignan.

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé sur une des hauteurs de Perpignan (la colline du Puig Sant Jaume), le quartier est historiquement délimité par l'église Saint-Jacques, la Place Cassanyes, la rue Llucia, la rue Fontaine-Neuve, la rue de l'Université, la rue du Ruisseau, la Place de la Révolution française, la rue du Bastion-Saint-Dominique, la rue François Rabelais, la rue Louis-Bausil et la Place Puig. On y adjoint aujourd'hui le quartier situé entre le couvent des Carmes (Arsenal) et la rue Llucia ainsi que le quartier attenant au collège Jean-Moulin[1].

Plan du quartier Saint-Jacques
Quartiers limitrophes de Saint-Jacques
Saint-Jean Les Platanes
Saint-Jacques
La Réal Saint-Gaudérique

Histoire[modifier | modifier le code]

Le quartier Saint-Jacques a été loti au milieu du XIIIe siècle entre l'église Saint-Jacques et le couvent des Dominicains au moment où Perpignan connaît une spectaculaire croissance urbaine et démographique sous l'impulsion de Jacques 1er d'Aragon[2]. De 1243 à 1493, il abrita le quartier juif (Call en catalan) de la ville qui se situait autour de l'emplacement de l'actuel Couvent des Minimes[3]. Il ne subsiste à l'heure actuelle rien de cette présence juive au Moyen Age à part une "citerne" (non visitable) du Couvent des Minimes qui serait selon certains archéologues l'ancien mikvé ou bain rituel des Juifs[4]. Le quartier est riche d'un patrimoine architectural important (couvent des Minimes de Perpignan, couvent des Dominicains, église Saint-Jacques, ancienne université) et d'un parcellaire médiéval au tracé bien conservé. Il est inscrit au Secteur sauvegardé de Perpignan depuis 1995[5]. À l'origine, c'est un quartier peuplé d'artisans (potiers), de commerçants (tisserands) et de jardiniers (hortolans en catalan) des jardins Saint-Jacques. Aujourd'hui, le quartier Saint-Jacques est connu pour abriter une des rares communautés gitanes de centre-ville en France[6].

Monuments[modifier | modifier le code]

Places et rues[modifier | modifier le code]

Places
  • Place Cassanyes
  • Place de la Révolution française
  • Place Fontaine-Neuve
  • Place Puig
  • Place Berton
  • Place Carola
  • Place Miguel de Giginta
Rues
  • Rue de l'Anguille (Pujada dels Predicadors, Costa dels Teixidors, Carrer d'en Palanca, Carrer d'en Guilla, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Saint-François-de-Paule (Carrer dels Juheus, Carrer dels Minims, Carrer del Monastir de la Victoria, Carrer de Sant Francisco, Carrer nou de Sant Jaume, Carrer del Sant Sagrament, nom actuel depuis 1830)
  • Rue des Farines (Carrer d'en Opol, Carrer d'en Benta Farines, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Fontaine-Neuve (Carrer dels Fabres, Carrer de la Font Nova, Carrer del Pelican, nom actuel depuis 1830)
  • Rue François Rabelais
  • Rue Llucia (Carrer gran de Sant Jaume, Carrer gran dels Farrers, Carrer del Jesus d'en Boadella, Rue des Maréchaux, rue Grande Saint-Jacques, nom actuel depuis 1888)
  • Rue du Ruisseau (Correc dels Predicators, La Regadora, nom actuel depuis 1790)
  • Rue du Paradis (Lo primer carrer que pujant la costa d'en Calsa va al portal de Canet, Rue Foresta, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Joseph-Denis (Carrer de l'Atzavara, Rue de l'Aloès, nom actuel depuis 1939)
  • Rue des Quinze-Degrés (Carrer d'en Carles Aliot, Carrer de na Tuixana, Carrer dels Quinze graons, nom actuel depuis 1830)
  • Rue du Four-Saint-Jacques
  • Rue d'En-Calce (Carrer ou Costa d'en Calsa, nom actuel depuis 1830)
  • Rue François-Villon (appellation apparue en 1926)
  • Rue Joseph-Bertrand (Costa dels Forns de Sant Jaume, Costa dels Forns, nom actuel depuis 1937)
  • Rue des Cuirassiers (Carrer dels Benaventurats, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Joseph-Anglada (Carrer de les Olles, Rue des Cruches, nom actuel depuis 1912)
  • Rue des Mercadiers (Carrer dels Mercaders, forme française depuis 1830)
  • Rue Marengo (Carrer d'en Faba, Rue aux Fèves, Rue Amiel, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Tracy (Carrer de la panna, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Jean-Bailly (Carrer dels falsos testimonis, Rue des Faux Témoins, nom actuel depuis 1830)
  • Rue du Sentier (Carrer del Jesus d'en Bodella, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Eglise-Saint-Jacques (Carrer de la iglesia de Sant Jaume, version française depuis le début du XIXe siècle)
  • Rue de la Porte de Canet (Carrer del Puig, Carrer de la Mare de Deu de la Salut, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Jeu de Paume (dénomination datant de la Révolution française)
  • Rue des Bohémiens (partie de la rue Bailly jusqu'en 1830 puis nom actuel)
  • Rue des Potiers (Carrer dels Ollers puis version française en 1830)
  • Rue de la Savonnerie (Carrer de la Caserna d'Elna, nom actuel depuis 1760)
  • Rue des Carmes (Carrer del Portal d'Elna ou Carrer d'Elna, Carrer del Carme ou de la Font del Carme, Carrer de la caserna d'Elna, nom actuel depuis 1830)
  • Rue Michel Carola (Carrer del Pou de Santa Clara, Carrer dels Pous dels Ollers, Rue Pompe des Potiers, nom actuel depuis 1946)
  • Rue Emile-Zola (Carrer de Sant Salvador ou de les Monges riques, Carrer dels Fabres, Rue de la Charrue, Rue Saint-Sauveur, nom actuel depuis 1902)
  • Impasse Emile-Zola (Impasse Saint-Sauveur, Emile Zola depuis 1902)

Urbanisation[modifier | modifier le code]

Le quartier Saint-Jacques a été édifié au Moyen Âge et représente un exemple de quartier de lotissement médiéval. Le quartier s'est développé sur la pente du Puig au niveau de la rue du Ruisseau à la fin du XIIIe siècle. Au XIIIe siècle les Dominicains s'implantent près de la rue de l'Anguille, l'église Saint-Jacques est fondée en 1244 et une communauté juive s'installe sur les pentes (entre la place du Puig, le couvent des Dominicains et la rue Saint-François de Paule) et décline après 1360 (conversions, émigration). Le quartier est également occupé par des artisans (tisserands surtout) et des prostituées. C'est un quartier populaire et modeste qui perdure de nos jours.

Le quartier Saint-Jacques recèle des constructions primitives en terre (bauge et pisé) entre la rue de l'Anguille et la rue Joseph Denis édifiées dans la seconde moitié du XIIIe siècle[11]. Quelques immeubles ont conservé des plafonds en bois comme au no 4 de la rue de l'Anguille. Un autre plafond existait dans l'immeuble situé au coin de la rue des 15 Degrés et de la rue du Sommeil[8].

Personnalités du quartier[modifier | modifier le code]

Représentations dans la littérature et l'art[modifier | modifier le code]

  • Claude Simon, Le Vent (roman), Éditions de Minuit, 1957.
  • Claude Simon, Photographies, Maeght Éditeur, 1992.
  • Caroline Roe, Vengeance pour un mort, 10/18, 2003.
  • Fuzi, Quartiers gitans de Perpignan, CetJ Publications, 2015[18].
  • Albert Bausil, Pel-Mouchi, Publications de l'Olivier, 2006.
  • R-Can : le clip "Toujours vif" est tourné Place Puig, Place Cassanyes, rue Llucia et Place Deloncle[19].
  • Nemir : le clip "Regard" a été tourné dans les rues du quartier Saint-Jacques[20]
  • Etienne Rouziès (poèmes) et Olivier Savoyat (linogravures), Quartier des éprouvés, Voix éditions, 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Passarrius, Olivier, et Catafau, Aymat,, Un palais dans la ville (ISBN 9782849741917, OCLC 921311622)
  3. a et b Colloque "Perpignan, l'histoire des Juifs dans la Ville (XIIe - XXe Siècles)" (2000.06.19-21 Perpignan), Perpignan, l'histoire des Juifs dans la ville : XIIe - XXe siècles : recueil des communications du colloque, Agence Canibals, (ISBN 2-909444-05-6 (édité erroné), OCLC 255083390)
  4. « Ruta jueva [Texte imprimé] = Route juive : de Narbonne à Girona = Jewish route : de Narbonne à Girona / Martine Berthelot ; Cal.ligrafies Lalou - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le 12 mars 2018)
  5. « Plan de sauvegarde et de mise en valeur de la ville de Perpignan »
  6. Sala, Raymond. et Ros, Michelle., Perpignan une et plurielle, Trabucaire, (ISBN 2849740136, OCLC 58985803)
  7. Roland Serres-Bria, Saint-Mathieu : quartier historique de Perpignan, Toulouse, Éditions de l'Ixcéa, (ISBN 2-8491-8034-3), p. 63
  8. a et b Olivier Bru, « Inventaire des plafonds peints médiévaux de Perpignan », Quaderns del Museu Episcopal de Vic, vol. 6, no 0,‎ , p. 165–173 (ISSN 2013-7400, lire en ligne, consulté le 12 mars 2017)
  9. Céline Sala, « L’espace maçonnique entre circulation fraternelle et frontières profanes », Cahiers de la Méditerranée, no 73,‎ , p. 47–64 (ISSN 0395-9317, lire en ligne, consulté le 16 mars 2017)
  10. « Les Francs-maçons en terres catalanes entre Lumières et Restauration [Texte imprimé] : l'art royal de Perpignan à Barcelone, 1740-1830 / Céline Sala - Sudoc », sur www.sudoc.fr (consulté le 28 février 2017)
  11. François Guyonnet. Les maisons en terre de la rue de l'Anguille à Perpignan. Du lotissement médiéval au secteur sauvegardé. In Roches ornées, roches dressées : aux sources des arts et des mythes : les hommes et leur terre en Pyrénées de l'est : actes du colloque en hommage à Jean Abélane. Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, Association archéologique des Pyrénées-Orientales, 2005, p. 497-512. (ISBN 2-914518-61-7)
  12. Haddad, Philippe., Le Méiri : le rabbin catalan de la tolérance, 1249-1316, Mare nostrum, (ISBN 2908476266, OCLC 48674157)
  13. François-Xavier Gomez, « Babel tzigane. Tekameli, groupe de Perpignan, dimanche à La Villette. », Libération,‎ (lire en ligne)
  14. « Joseph Saadna », sur Discogs (consulté le 9 février 2018)
  15. « Marcel Ville, peintre gitan de ST Jacques interview par Nicolas Caudeville - L'archipel contre-attaque ! », L'archipel contre-attaque !,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2017)
  16. « Documentation exposition de Marcel Ville Gitan à Perpignan », sur www.cultures-tsiganes.org (consulté le 27 février 2017)
  17. Fabien Palem, « En vadrouille avec Jérôme Espinas », L'Indépendant,‎ (lire en ligne)
  18. (en-US) « Quartiers Gitans de Perpignan – Ignorant People by FUZI », Ignorant People by FUZI,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2017)
  19. « Clip "Toujours vif" sur Youtube »
  20. « Clip "Regard" sur Youtube »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]