Qualité de service

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La qualité de service (QDS) ou quality of service (QoS) est la capacité à véhiculer dans de bonnes conditions un type de trafic donné, en termes de disponibilité, débit, délais de transmission, gigue, taux de perte de paquets…

La qualité de service est un concept de gestion qui a pour but d’optimiser les ressources d'un réseau (en management du système d'information) ou d'un processus (en logistique) et de garantir de bonnes performances aux applications critiques pour l'organisation. La qualité de service permet d’offrir aux utilisateurs des débits et des temps de réponse différenciés par applications (ou activités) suivant les protocoles mis en œuvre au niveau de la structure.

Elle permet ainsi aux fournisseurs de services (départements réseaux des entreprises, opérateurs…) de s’engager formellement auprès de leurs clients sur les caractéristiques de transport des données applicatives sur leurs infrastructures IP.

Enjeux[modifier | modifier le code]

La qualité d'un service est une notion subjective. Selon le type de service envisagé, la qualité pourra résider dans le débit (téléchargement ou diffusion vidéo), le délai (pour les applications interactives ou la téléphonie), la disponibilité (accès à un service partagé) ou encore le taux de pertes de paquets (pertes sans influence pour de la voix ou de la vidéo, mais critiques pour le téléchargement). La qualité de service propre au domaine de la gestion de la qualité est un concept utile en urbanisation du système d'information gérant les flux immatériels et à la logistique qui gère les flux matériels. L'objet est de créer les synergies (ou flexibilités) nécessaires à l'organisation. Ceci passe par une amélioration de la standardisation des formats, et la mutualisation et ré-utilisation des ressources dans le cadre de l'intégration des flux.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Dans un réseau, les informations sont transmises sous la forme de paquets, petits éléments de transmission transmis de routeur en routeur jusqu'à la destination. Tous les traitements vont donc s'opérer sur ces paquets.

La mise en place de la qualité de service nécessite en premier lieu la reconnaissance des différents services. Celle-ci peut-se faire sur la base de nombreux critères :

  • La source et la destination du paquet.
  • Le protocole utilisé (UDP/TCP/ICMP/etc.).
  • Les ports source et de destination dans le cas des protocoles TCP et UDP.
  • La date et l'heure.
  • La congestion des réseaux.
  • La validité du routage (gestion des pannes dans un routage en cas de routes multiples par exemple).
  • La bande passante consommée.
  • Les temps de latence.

En fonction de ces critères, différentes stratégies peuvent ensuite être appliquées pour assurer une bonne qualité de service.

Choix des routes[modifier | modifier le code]

Lorsque plusieurs routes vers une destination sont disponibles, le choix d'une des routes peut se faire pour garantir la qualité de service. Par exemple, une route proposant un délai faible sur un débit faible sera utilisée pour les applications interactives, tandis qu'une route acceptant un meilleur débit au prix d'un délai plus long sera préférée pour les applications moins sensibles au délai (Streaming, téléchargement, etc.).

Mise en forme du trafic[modifier | modifier le code]

Mettre en forme un trafic (Traffic shaping) signifie prendre des dispositions pour s'assurer que le trafic ne dépasse jamais certaines valeurs prédéterminées. Pratiquement, cette contrainte s'applique en délayant certains paquets pour forcer un certain trafic, selon divers algorithmes.

Le contrôle du trafic peut-être utile pour limiter l'engorgement et assurer une latence correcte. Par ailleurs, des limitations de débits séparément aux trafics permettent en contrepartie de leur assurer en permanence un débit minimum, ce qui peut être particulièrement intéressant pour un fournisseur d'accès par exemple, souhaitant garantir une certaine valeur du débit à ses clients.

Les deux algorithmes les plus utilisés sont :

Ordonnancement[modifier | modifier le code]

La méthode par défaut gérant l'ordre de départ des paquets est définie selon le principe de "Premier arrivé, premier servi" ( "First In, First Out" (FIFO) ). Celle-ci n'appose aucune priorité sur les paquets, et ceux-ci sont transmis dans l'ordre où ils sont reçus. D'un point de vue technique, cette méthode est toujours utilisée par défaut sur les interfaces dont le débit est supérieur à 2 Mb/s. Sur les produits Cisco, il est possible de la configurer via la commande d'interface tx-ring-limit.

L'ordonnancement désigne l'ensemble des méthodes visant à modifier cet ordre, en remplacement de la règle précédente.

Une de ses applications les plus courantes, le priority queuing (en), consistera ainsi à donner priorité à certains types de trafic, de façon sommaire en ne laissant passer du trafic de faible priorité que s'il n'y a plus de trafic de forte priorité, ou de façon plus fine avec des algorithmes de Round-Robin pondérés (devenant alors du custom queuing (en)), visant à faire passer des paquets des différentes connexions tour à tour, en laissant plus de temps aux paquets prioritaires.

Une autre application, le fair queuing (en) consiste à séparer nettement les connexions, et à leur attribuer successivement et équitablement une possibilité de faire passer leurs paquets : cela permet de s'assurer qu'aucune application, même très demandeuse de débit, n'en écrasera d'autres. Une version générale de cette application existe, le weighted queuing (en). Cette généralisation est effectuée en multipliant la taille du paquet concerné par l'inverse du poids de la file dans laquelle il se trouve (le FQ en est un cas spécial dans le sens où les files ont toutes le même poids). Une dernière version existe, le class based queuing (en) (autrement appelée Class-Based Queuing) qui utilisera des classes configurées selon différents critères (priorité, interface, application d'origine, ...) en lieu et place des connexions du Fair Queuing. Chacune de ces classes se voit ainsi allouée une partie de la bande passante en fonction de leur priorité globale.

Une dernière application, appelée le Low Latency Queuing (en) concentre son action sur le trafic sensible au délai. Il prend comme base le CBWFQ en rendant les priorités plus strictes. Cette méthode est particulièrement adaptée à l'usage de VOIP et de visiophonie.

Le matériel[modifier | modifier le code]

La qualité de service se réalise au niveau de la couche 3 du modèle OSI. Elle doit donc être configurée sur les routeurs ou la passerelle reliée à Internet.

Outils[modifier | modifier le code]

Plusieurs outils existent sur le marché pour surveiller la qualité de service en ligne de certaines applications.

  • NetScout : outil de type client-serveur de métrologie utilisé pour surveiller les réseaux de grande envergure.
  • Ipanema Technologies : Plate-forme permettant de surveiller, de prioriser et d'optimiser les flux sur tout type de réseau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]