Quai de la Goffe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liege enseigne droite.svg
Blason liege.svg
LIÈGE
Quai de la Goffe
Image illustrative de l’article Quai de la Goffe
Le Quai de la Goffe en 1929 avec la Maison Havart à gauche.
Situation
Coordonnées 50° 38′ 45″ nord, 5° 34′ 52″ est
Section Liège
Quartier administratif Centre
Début Rue de la Cité et quai de la Ribuée
Fin La Batte
Morphologie
Type Rue et quai
Longueur 110 m
Largeur Entre 25 et 55 m
Histoire
Création XVIe siècle
Anciens noms Au goulfre
Lieux d'intérêt Maison Havart (1594)

Le quai de la Goffe est un quai de la Meuse dans la ville de Liège. C'est un des quais où se déroule le marché dominical de la Batte.

Odonymie[modifier | modifier le code]

Goffe en wallon signifie « gouffre ». Dans le monde des bateliers et des pêcheurs, il indique un endroit plus profond dans un cours d'eau. Cette plus grande profondeur d'eau est naturelle car l'endroit est une rive concave du fleuve.

Architecture[modifier | modifier le code]

Outre la maison Havart sise au no 41 et datant du XVIe siècle, le quai comporte l'immeuble situé au no 7 dite maison du Canon d'or et celui situé au no 9 dite maison Aux 3 cygnes 1690 datant du XVIIe siècle[1]. Au no 13, entre la rue de la Boucherie et le quai de la Goffe se situe la halle aux viandes, longtemps considéré comme le plus vieil édifice public de la ville[2].

En 1888 fut installée une fontaine Montefiore au carrefour avec la rue de la Goffe. À dater de 1954, elle avait été déplacée de quelques mètres vers la rue de la Cité et remplacée par celle de la place de la Vieille Montagne après avoir été détruite par un camion[3],[4].

Voiries adjacentes[modifier | modifier le code]

De la rue de la Cité et du quai de la Ribuée vers la Batte :

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Ruwet et Albert Cariaux, Liège éternelle : Les traces d'antan dans les rues d'aujourd'hui, Tempus, coll. « Mémoire en images », , 128 p., p. 49
  2. Anne Barnich, « Restauration de la Halle aux viandes », Chroniques d'archéologie et d'histoire du pays de Liège, Liège, Institut archéologique liégeois, no 3,‎ , p. 18-25 (lire en ligne)
  3. « Les areines ou araines liégeoises », sur Province de Liège (consulté le ).
  4. Charles Bury, « Fontaines-abreuvoirs liégeoises », Bulletin du Vieux-Liège ASBL, no 106,‎ , p. 388-389.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]