Quai de Valongo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valongo (homonymie).

Site archéologique du quai de Valongo *
Cais do Valongo e da Imperatriz.jpg
Coordonnées 22° 53′ 50″ sud, 43° 11′ 15″ ouest
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Subdivision 41 981 ha
Type Culturel
Critères (vi)
Superficie 0,3895 ha
Numéro
d’identification
1548
Année d’inscription 2017 (41e session)

Géolocalisation sur la carte : Brésil

(Voir situation sur carte : Brésil)
Site archéologique du quai de Valongo

Géolocalisation sur la carte : Rio de Janeiro

(Voir situation sur carte : Rio de Janeiro)
Site archéologique du quai de Valongo
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le quai de Valongo (en portugais : Cais do Valongo), ou parfois quai du Valongo[1], est un ancien débarcadère situé dans la zone portuaire de Rio de Janeiro, au Brésil.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construit en 1811[1], ce fut le lieu de débarquement et de vente des esclaves africains jusque officiellement l'interdiction du trafic transatlantique en 1831. Pendant ces vingt années de fonctionnement, entre 500 000[1] et un million d'esclaves ont débarqué sur ce quai. Ce lieu a été choisi pour éviter que le débarquement soit fait devant le palais impérial de Rio de Janeiro comme il en était l'usage avant 1831[1].

En 1843, le quai de Valongo a été rénové pour le débarquement de la princesse Thérèse-Christine de Bourbon-Siciles pour son mariage avec l'empereur Pierre II[1]. À cette occasion, le quai a été appelé quai de l'Impératrice (Cais da Imperatriz)[1].

Protection[modifier | modifier le code]

Le site, qui couvre une surface d'approximativement 2 000 m2[1], a été inscrit au patrimoine mondial sous le nom de site archéologique du quai de Valongo lors de la 41e session du Comité du patrimoine mondial[2]. Il englobe l'intégralité de la place du Jornal do Comércio la jouxtant.

Des fouilles ont eu lieu sur le site, notamment dans le cadre de travaux liés aux Jeux olympiques d'été de 2016[1].

Le quai de Valongo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h « "Un antidote contre ces oublis délibérés" », sur Le Monde, (consulté le 17 juillet 2017)
  2. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Site archéologique du quai de Valongo », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le 16 juillet 2017)