Quai Tilsitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quai Tilsitt
Image illustrative de l’article Quai Tilsitt
Le quai et la grande synagogue de Lyon, vue depuis le pont Bonaparte.
Situation
Coordonnées 45° 45′ 26″ nord, 4° 49′ 40″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) Bellecour (2e arr.)
Début quai Maréchal Joffre
Fin quai des Célestins
Morphologie
Type Quai
Histoire
Anciens noms quai des Chaînes (sud) quai de l'Arsenal (nord)
Monuments grande synagogue de Lyon
Géolocalisation sur la carte : Lyon
(Voir situation sur carte : Lyon)
Quai Tilsitt

Le quai Tilsitt se trouve sur la rive gauche de la Saône à Lyon, entre le quai des Célestins et le quai Joffre. Borné par la rue Chambonnet, il débute au nord par le pont Tilsitt, rebaptisé Bonaparte, et se termine au sud au niveau de place Janmot et du pont d'Ainay, qui a disparu. Du quai il y a une vue complète sur la Saône, le quai Fulchiron, le quartier et l'église de Saint Georges, ainsi que sur la colline de Fourvière[1].

L'arsenal[modifier | modifier le code]

Le quai était anciennement connu comme quai de l'Arsenal, parce que l'arsenal de Lyon, construit sous François Premier en 1536 et puis reconstruit au XVIIIe siècle, était situé vers l'emplacement de la synagogue à l'angle du quai Tilsitt, de la rue du Plat (ancienne rue de l'Arsenal), et de la rue Sala. Pillé le 7 février 1790, il fut détruit par une explosion au moment du siège de Lyon en 1793[2].

Le nom[modifier | modifier le code]

Le nom actuel commémore la paix signée à Tilsitt (aujourd'hui Sovetsk) sur le Niémen entre le Tsar de Russie Alexandre premier et Napoléon en 1807, le 7 juillet et deux jours après avec la Prusse, juste à la date à laquelle le pont, lui aussi nommé Tilsitt prenait appui au nord du quai. Tilsitt est orthographié avec deux t.

Bas-port[modifier | modifier le code]

Le quai est bordé d'un bas-port planté d'arbres en ras de Saône: à partir du XVIIIe siècle et jusqu’au milieu du XXe siècle de nombreuses bêches, sortes de bateaux à fond plat, permettaient aux Lyonnais de se baigner tout au long des quais de Saône[3].

Lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

Monuments historiques du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Entre rue du Plat et le quai, deux maisons de la deuxième moitié du XVIIIe siècle sont monuments historiques.

Au 9, la Fédération européenne des écoles[modifier | modifier le code]

La Fédération européenne des écoles, (en anglais, Federation for Education in Europe) ou FEDE, possède son siège au numéro 9 depuis 2001. Cette organisation internationale non gouvernementale est une institution supranationale, créée en 1963, basée à Genève et dotée du statut participatif auprès du Conseil de l’Europe[4]

Au 13, la grande synagogue[modifier | modifier le code]

La grande synagogue de Lyon, inaugurée en 1864, est située au 13, quai Tilsitt.

Au 19, l’œuvre des Insignes du Sacré-Cœur[modifier | modifier le code]

Le siège de l’œuvre des Insignes du Sacré-Cœur était au 19.

Depuis la peste de Marseille la coutume s’était établie de recourir au Sacré-Cœur aux heures difficiles de la vie individuelle, sociale, ou nationale. Pour cette raison dès août 1914 l’œuvre envoie gratuitement aux soldats qui en font la demande directement des insigne fabriqués à Lyon. Le "Pèlerin" du 1er novembre 1914 certifie la distribution de trois millions de carrés d’étoffe blanche avec Sacré-Cœur imprimé en rouge en deux mois; au cours de la Première Guerre mondiale l’œuvre distribua douze millions d’insignes, 1.529.000 fanions, 375.000 Sacré-Cœur scapulaires et 32.425 drapeaux[5].

Rues et voies adjacentes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Denizot, Le Sacré-Cœur et la Grande Guerre, Nouvelles Éditions Latines, , 282 p. (présentation en ligne)