Qin Jiushao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un mathématicien
Cet article est une ébauche concernant un mathématicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Qin Jiushao (c. trad. : 秦九韶 ; c. simpl. : 秦九劭 ; pinyin : Qín Jiǔshào ; Wade-Giles : Ch’in Chiu-Shao, v. 1202–1261) est un mathématicien chinois connu pour avoir publié, en 1247, le Shùshū Jiǔzhāng (« Traité mathématique en neuf chapitres (en) »), inspiré de l'ouvrage Les Neuf Chapitres sur l'art mathématique [1]. Cet ouvrage contient en particulier une version du théorème des restes chinois (dont la première écriture est attribuée à Sun Zi). Il donne même une méthode pour résoudre un système de congruences linéaires dans le cas où les moduli ne sont pas premiers entre eux deux à deux, ce qu'Euler ne fera pas[2]. George Sarton le considère comme l'un des plus grands mathématiciens de tous les temps[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ChronoMath, une chronologie des mathématiques, Chine ancienne, section sur Chin Chiu-Shao.
  2. a et b (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Qin Jiushao », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  3. (en) Xu Wenwen et Yu Ning, « Bridge named after the mathematician who discovered the Chinese remainder theorem », AMS Notices, vol. 60, no 5,‎ , p. 596-597 (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Joseph Dauben (en), « Chinese Mathematics », dans Victor J. Katz, The Mathematics of Egypt, Mesopotamia, China, India, and Islam: A Sourcebook, Princeton University Press, , p. 187-384, en particulier p. 309 et suivantes