QQOQCCP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

QQOQCCP, pour « Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Pourquoi ? », est un sigle résumant une méthode empirique de questionnement. Toute démarche d'analyse implique en effet une phase préalable de « questionnement systématique et exhaustif » dont la qualité conditionne celle de l'analyse proprement dite, en vue de collecter les données nécessaires et suffisantes pour dresser l'état des lieux et rendre compte d'une situation, d'un problème, d'un processus. Sa simplicité, son caractère logique et systématique font que beaucoup l'utilisent aussi pour structurer la restitution des résultats de leurs analyses.

Ce concept est notamment utilisé en journalisme. En anglais, cette méthode est abrégée en Five W's (« cinq W », pour « Who, What, Where, When, Why ? »). Les cinq W sont particulièrement utilisés en agence de presse, qui exige que les réponses aux cinq questions soient données dès le début de la dépêche, ce qui permet un découpage de l'information par priorité.

La méthode des cinq W oblige le journaliste à une hiérarchisation de l'information sous la forme de la description d'un événement. Elle le contraint à faire un choix. Elle peut se révéler réductrice dans les cas d'une réalité plus diffuse ou plus complexe. Il est dans ce cas prévu d'apporter des développements dans les paragraphes suivants. Le cinquième W, qui répond à la question "pourquoi", s'inscrit à la charnière du récit de l'événement lui-même et des éléments de contexte qui suivent. Cette charnière permet d'expliquer, de comprendre, et de savoir en quoi cet événement modifie la donne, apporte quelque chose de nouveau[1]. Lorsque l'événement est d'une importance relative, une dépêche d'agence de presse doit pouvoir être coupée après le 1er paragraphe, pour faire l'object d'une "brève" de quelques lignes dans un journal quotidien ou un journal radio.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

Du latin : « Quis, Quid, Ubi, Quibus auxiliis, Cur, Quomodo, Quando » qui sont les 7 questions qui définissent les « circonstances » d'une situation (en latin : « circum-stare » désigne « ce qui se tient autour de »). Plusieurs origines sont évoquées :

  • les « circonstances » définies par le rhéteur grec Hermagoras de Temnos et transmises par saint Augustin : Quis, quid, quando, ubi, cur, quem ad modum, quibus adminiculis.[2]. Elles sont parfois faussement attribuées à Cicéron ;
  • l'hexamètre dit de Quintilien, in De institutione oratoria, pose les « circonstances » suivantes : la personne ; le fait ; le lieu ; les moyens ; les motifs ; la manière ; le temps ;
  • Boèce introduit l'usage des « circonstances » dans l'instruction criminelle : quel est le coupable ? quel est le crime ? où l'a-t-on commis ? par quels moyens ou avec quels complices ? pourquoi ? de quelle manière ? à quel moment ?.

Les cinq W sont assimilés aux "règles fondamentales du reportage", à partir du "journalisme américain du XXe siècle". Elle est mise en évidence pour témoigner de l'apparition d'un style journalistique bien différent du style littéraire, à une époque où la professionnalisation des journalistes s'accentue[3].

La règle des "Cinq w du journalisme" était en particulier exigée par Roy W. Howard[1], rédacteur en chef et président, de 1912 à 1923, de l'United Press[4], la seconde agence de presse américaine et mondiale[5].

En 1917, cette méthode d'écriture, consistant à inclure les cinq W dans le premier paragraphe d'une dépêche, est enseignée dans les plus prestigieuses écoles de journalisme [6].

Utilisation de la méthode[modifier | modifier le code]

« Faire le tour » d'une question conduit à se poser et à répondre à une foule de questions, telles que : « Que fait-on ? Avec quoi le fait-on ? Qui est concerné ? Qui le fait ? Et pourquoi cette personne ? Où le fait-on ? Quand le fait-on ? Avec quelle quantité ? Combien ça coûte ? Comment le fait-on ? Pourquoi ? Pourquoi y a-t-il ce problème ? Pourquoi agit-on ainsi ? Pourquoi est-ce important ? Pourquoi est-ce situé ici ou là ? », etc.

D'où l'idée de résumer et d'ordonner ce questionnement – au premier abord désordonné parce que foisonnant en tous sens – en une liste méthodique et mnémotechnique :

Lettre Question Sous-questions Exemples
Q Qui ? De qui, Avec qui, Pour le compte de qui… Responsable, acteur, sujet, cible…
Q Quoi ? Quoi, Avec quoi, en relation avec quoi… Outil, objet, résultat, objectif…
O Où ? Où, par où, vers où… Lieu, service…
Q Quand ? à partir de quand, jusqu'à quand, dans quel délai,… Dates, périodicité, durée…
C Comment ? de quelle façon, dans quelles conditions, par quel procédé… Procédure, technique, action, moyens matériel…
C Combien ? Dans quelle mesure, valeurs en cause, à quelle dose… Quantités, budget…
P Pourquoi ? Cause, facteur déclenchant Justification par les causes qui ont amené à… (la « raison » d'être, la croyance)
Pour quoi ? Motif, finalité, objectif Justification par le souhait, l'ambition, la prévision…

Une variante d'utilisation structure le questionnement non plus sous forme de liste, mais sous forme de tableau. En colonne, la réponse aux 4 questions est complétée par la réponse aux 3 modalités : Comment ? Combien ? et Pourquoi ? [réf. nécessaire]

Comment ? Combien ? Pourquoi ?
Qui ?
Quoi ?
Où ?
Quand ?

Exemples d'application[modifier | modifier le code]

  • Utilisation dans le cadre des activités de prospection des clients : avant de proposer des produits ou services, il s'agit de « découvrir » et de comprendre l'activité, le besoin du client. L'analyse QQOQCCP peut ainsi être appliquée aussi bien à la cible visée qu'à ses concurrents (et si cela est possible, présenter les résultats sous forme comparative benchmarking) ;
  • Utilisation en gestion de la qualité, en qualité totale (en anglais, TQM, Total Quality Management) : combinée avec les étapes de la roue de Deming, (méthode PDCA, Plan, Do, Check, Act) elle contribue à préparer un plan de qualité… qualitatif ;
  • Utilisation en animation de réunion : ainsi, au début d'une session de formation la méthode peut servir de plan d'exposé pour la phase d'accueil. L'accueil doit en effet répondre aux interrogations des participants : qui est qui ? qu'allons nous faire ? où sommes nous ? quel est l'horaire prévu ? etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Information et persuasion : écrire", par Thomas Gergely, page 14 [1]
  2. D. W. Robertson, Jr., A Note on the Classical Origin of 'Circumstances' in the Medieval Confessional, Studies in Philology 43:1:6-14 (January 1946). at JSTOR
  3. "Le journalisme expliqué aux non-initiés", par Maggy De Coster - Page 17 [2]
  4. Thomas Gergely, Information et persuasion : écrire, De Boeck Université, , 3e éd. (ISBN 978-2-8041-5700-5, ISSN 0779-4614, présentation en ligne), p. 14
  5. "Nature et transformation du journalisme: théorie et recherches empiriques", par Colette Brin, Jean Charron et Jean de Bonville, page 42 [3]
  6. "Newspaper Writing in High Schools, Containing an Outline for the Use of Teachers", par Leon Nelson Flint, , University of Kansas, 1917, p. 47

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :