Pyrèthre d'Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anacyclus pyrethrum

image illustrant les Asteraceae (les Composées)
Cet article est une ébauche concernant les Asteraceae (les Composées).

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet botanique.

Le pyrèthre d'Afrique (Anacyclus pyrethrum) est une plante herbacée vivace de la famille des Astéracées.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le rhizome du pyrèthre d'Afrique est utilisé en gargarisme pour soulager les rages de dent et les maux de gorge. On le récolte à l'automne et on le fait sécher. Son odeur rappelle la racine de réglisse. En bouche, elle fait ressentir qu'elle contient des huiles essentielles par une sensation de picotement sur la langue et a la particularité de faire saliver, d'où son autre nom de "Salivaire".

Sainte Hildegarde dit du pyrèthre d'Afrique: « La camomille pyrèthre réduit les toxines qui vicient le sang, accroît le sang pur et rend l'esprit clair. Elle redonne de nouvelles forces à quiconque est affaibli voire défaillant, et ne laisse rien quitter l'organisme qui n'ait été préalablement digéré, mais lui assure au contraire une bonne digestion. La « salivaire » ou « œil de bouc » est un remède universel pour les bien portants comme pour les malades, car elle préserve la santé et chasse la maladie ». Le Dr Wighard Strehlow préconise d'en ajouter de petites quantité à l'alimentation. Deux à trois pincées à mêler à la nourriture pendant ou après la cuisson suffisent[1]. Le pyrèthre aurait donc, selon Hildegarde, des vertus dépuratives, digestives et psychotoniques.

La plante aurait aussi une activité antidiabétique ('’extrait aqueux de la racine est hypoglycémiant) et l'extrait aqueux de chaque partie de la plante pourrait avoir des vertus contre la corrosion de certains métaux (aciers doux, testés en en milieu acidifié par l'acide sulfurique 0.5M) en formant un film protecteur sur le métal, par chimisorption[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wighard Strehlow, Adieu tristesse ou comment échapper à la déprime, Ed Résiac
  2. Selles, Chaouki (2012) [1]Valorisation d’une plante médicinale à activité antidiabétique de la région de Tlemcen : Anacyclus pyrethrum L. Application de l’extrait aqueux à l’inhibition de corrosion d’un acier doux dans H2SO4 0.5M] ; 30 juin 2012 (Doctorat Classique en chimie), PDF, 3,8 MB

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wighard Strehlow, Adieu tristesse ou comment échapper à la déprime, Ed Résiac.

Liens externes[modifier | modifier le code]