Pygmalion (opéra-ballet)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pygmalion.
Pygmalion, 1748

Pygmalion (ou Pigmalion conformément à la graphie du XVIIIe siècle) est un acte de ballet composé par Jean-Philippe Rameau sur un livret de Ballot de Sauvot.

Cette œuvre a été créée le à l'Académie royale de musique (Opéra de Paris)[1]. Elle est généralement considérée comme le meilleur acte de ballet de Rameau (et de loin, selon Cuthbert Girdlestone). Pygmalion et la tragédie lyrique Castor et Pollux, furent les œuvres lyriques de Rameau le plus souvent représentées pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle. La première reprise moderne eut lieu en 1913 ; une autre représentation eut lieu en 1952 au château de Grammont et depuis lors, Pygmalion est régulièrement revenu dans le répertoire des compagnies lyriques.

Ballot de Sauvot s'inspira, pour son livret, d'un livret d'Antoine Houdar de la Motte (Le Triomphe des Arts) mis en musique par Michel de la Barre en 1700.

L'intrigue est directement tirée de la légende de Pygmalion telle que rapportée par Ovide dans Les Métamorphoses : celle du sculpteur (Pygmalion) qui délaisse son amante (Céphise) et tombe amoureux de son œuvre ; la statue se change en une très belle femme qui prend vie progressivement, déclare sa flamme au héros, et tout se termine — comme le veut le genre — par des danses célébrant le triomphe de l'Amour.

Pygmalion brille tout particulièrement par son ouverture, évoquant de façon très suggestive, les coups de ciseau du sculpteur façonnant la statue, ainsi que par plusieurs airs et chœurs (« L'Amour triomphe, annoncez sa victoire ... ») ou ariettes (« Règne, Amour, ... »).

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Couraud/Collart/Esposito/Selig/Marion (Archiv, enregistré 1962)
  • La Petite Bande, Leonhardt, avec Yakar, van der Sluis, Vanhecke et Elwes (Pro-Arte / Deutsche Harmonia Mundi, 1981)
  • English Bach Festival Singers and Orchestra, Nicholas McGegan, avec Rodde, Hill Smith (deux rôles) et Goldthorpe (Erato, 1983)
  • Les Arts Florissants, William Christie, avec Piau, Mellon, Michel-Dansac et Crook (Harmonia Mundi, 1991, avec Nélée et Myrthis)
  • Le Concert Spirituel, Hervé Niquet, avec de G. de Reyghere, N. Fournié, S. Piau et J.-P. Fouchécourt (Fnac Music, 1992, réédition : Virgin Veritas x2, 2008)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Journal de l'Opéra », sur Gallica,‎ (consulté le 26 octobre 2016)