Pygargue vocifer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Haliaeetus vocifer

Haliaeetus vocifer
Description de cette image, également commentée ci-après
Pygargue vocifer.
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Accipitriformes
Famille Accipitridae
Genre Haliaeetus

Espèce

Haliaeetus vocifer
(Daudin, 1800)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 12/06/2013

Le Pygargue vocifer ou Pygargue vocifère (Haliaeetus vocifer), aussi appelé Aigle pêcheur d'Afrique, est une espèce de rapaces de la famille des Accipitridae. Cette espèce est monotypique.

Elle est répandue à travers l'Afrique subsaharienne exceptée à Madagascar.

Description et comportement[modifier | modifier le code]

Grand oiseau noir, posé sur une branche ou un tronc coupé. Tête blanche, fort bec jaune, crâne plat.
Pygargue vocifer près du lac Ziway (Éthiopie).

Le pygargue vocifère est grand. Son corps et ses ailes sont foncés, contrastant avec le blanc de la tête et de la queue. L’abdomen et les couvertures supérieures sont noisette. Les ailes et le dos sont noirs. En vol, le dessous des ailes apparaît noisette, et les rémiges sont noires. La queue est courte, carrée et blanche. La tête est blanche aussi. Les yeux sont couleur noisette à brun clair. Le bec est noir et jaune. Les pattes et les doigts sont jaunes.

Les oiseaux juvéniles sont de couleur brune / noire, le mâle étant souvent plus foncé que la femelle. Possédant une bande pectorale blanche ainsi que des stries sur le manteau et les ailes. La cire et les pattes des juvéniles sont grises[1].

Pygargue vocifer en vol.

Le cri du pygargue vocifère est bien connu sur les lieux où il vit, et il est souvent reconnu comme étant « la voix de l’Afrique ».  Il possède un cri typique, un perçant « jappement » qui porte loin, « whii-oh-hyo-hyo-hyo », lancé fréquemment, et ressemblant un peu au cri des goélands. Il crie souvent en vol, mais il est plus bruyant au moment de l’aurore. Près du nid, il émet un doux « quock ». La femelle est moins bavarde que le mâle.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le pygargue vocifère consomme essentiellement du poisson, mais aussi des charognes, les poussins et les œufs des échassiers, quelques oiseaux aquatiques (plus grands que les flamants), plus rarement des singes, lézards, grenouilles, tortues de mer ou insectes.

Pygargue vocifer dans le parc national de Chobe.

Physionomie[modifier | modifier le code]

Taille : 63 - 84 centimètres

Envergure : 175 - 240 centimètres

Poids : 2250 - 3400 grammes

Reproduction[modifier | modifier le code]

Œuf d'Haliaeetus vocifer au muséum de Toulouse.

Le nid du pygargue vocifère est énorme, fait de branchettes. Il peut atteindre 120 à 180 cm de diamètre, et 30 à 60 cm d’épaisseur, quelquefois 120 cm quand le nid a beaucoup servi. Il est tapissé d’herbes et de feuilles vertes, et de racines. Il est situé entre 4 et 22 mètres au-dessus du sol, dans la fourche d’un arbre, près de l’eau. On en trouve plus rarement sur les falaises ou dans les buissons sur les zones escarpées. La femelle dépose deux œufs blancs. L’incubation dure de 42 à 45 jours, assurée par les deux parents. Les oisillons restent au nid pendant environ 65 jours. Au bout de 70 à 75 jours, ils peuvent voler, mais sont encore élevés par la femelle (le mâle nourrit uniquement les poussins). Ils dépendent encore de leurs parents pendant deux mois après leur premier vol.

Sytématique[modifier | modifier le code]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Aigle Pêcheur
  • Aigle Pêcheur d'Afrique
  • Pygargue vocifer
  • Ankoay (nom malgache)
  • ñkuñ (nom Fang/Ekang)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pygargue Vocifere », sur oiseauxdeproie.webh.ovh (consulté le 3 avril 2019)
  2. François Marie Daudin - Traite élémentaire et complet d'Ornithologie 2, 1800, p.65

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :