Puy d'Issolud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puy d'Issolud
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 44° 57′ nord, 1° 41′ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Puy d'Issolud
Puy d'Issolud

Le Puy d'Issolud est un lieu-dit situé sur la commune de Vayrac dans le Lot, près de ce village et de Saint-Denis-lès-Martel (France). Les recherches archéologiques y ont mis au jour un oppidum gaulois correspondant à Uxellodunum, le théâtre de la dernière grande bataille de la guerre des Gaules.

Le Puy d'Issolud et Uxellodunum[modifier | modifier le code]

La localisation du siège d'Uxellodunum a longtemps été controversée : si le Puy d'Issolud était souvent cité, plusieurs érudits contestaient cette hypothèse. Ainsi les frères Champollion placèrent Uxellodunum à Capdenac[1]. Pour autant, certains auteurs tels que le géographe Robert Brunet, avancent que le l'Uxellodunum évoquée par César dans son œuvre Commentarii de Bello Gallico, correspondrait vraisemblablement à l'actuel lieu-dit de Puy d'Issolud ou en tous les cas, se présente comme étant l'hypothèse la plus recevable[2]. En outre, le toponyme -"Issolud", probablement dérivé du nom latin Uxellodunum se révèle être issu du terme gaulois d'« Uxello » ou « Uxo », signifiant « élevé » ou « noble »[2],[3], et du suffixe dunum, mot qui fait référence à la notion d'« enceinte fortifiée »[4].

Des fouilles autorisées par le Service régional de l'archéologie ont été entreprises sur le site du Puy d'Issolud à partir de 1997 et pendant 9 années consécutives à la Fontaine-de-Loulié sous la direction de Jean-Pierre Girault, archéologue bénévole. Ces fouilles ont confirmé les découvertes du XIXe siècle[5] et des années 1920 et 1930. Elles ont permis de dégager un nombre considérable d'armes romaines et de matériels typiques de la période de la guerre des Gaules (traits de catapultes, flèches à barbelures, clous de sandales)[6] ainsi qu'une couche scellée bien datée du Ier siècle avant notre ère.

Ce matériel archéologique sert désormais de référence[7] et les résultats des fouilles de J.-P. Girault ont été présentés et validés dans des colloques internationaux[8] mais aussi diffusés dans la presse de vulgarisation scientifique[9].

Le 26 avril 2001, une commission du Ministère de la Culture a officiellement identifié le site du Puy d'Issolud comme le site historique d'Uxellodunum. Une conférence de presse tenue à Toulouse par Michel Vaginay (Conservateur au Service régional de l'archéologie de Midi-Pyrénées à Toulouse) et Christian Goudineau (professeur au Collège de France) ont assuré que ce site était bien celui du dernier siège de la résistance des Gaulois aux armées de Jules César. Cette place forte appartenait aux Cadurques. Sa prise marqua la fin de la Guerre des Gaules en 51 av. J.-C.. Certains particuliers et association contestent toutefois toujours cette identification.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nouvelles recherches sur la ville gauloise d'Uxellodunum, Paris 1820
  2. a et b Roger Brunet, « Se situer », dans Roger Brunet, Trésor du terroir. Les noms de lieux de la France : Les noms de lieux de la France, CNRS Editions, , 656 p. (lire en ligne), pages 99 et 100.
  3. Ernest Nègre, « Noms de peuples gaulois 2421 2546 », dans Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, , 708 p. (lire en ligne), page 162.
  4. Xavier Delamarre, « Dictionnaire : dunon. », dans Xavier Delamarre et Pierre-Yves Lambert (préface), Dictionnaire de la langue gauloise : Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris 4e, éditions Errance, coll. « Collection des Hespérides », (ISBN 978-2-87772-237-7, ISSN 0982-2720), page 154.
  5. Girault, J.-P., 1999 - « Mémoire rédigé par Jean-Baptiste Cessac en 1872 à la suite de sa révocation », Bulletin de la Société des études du Lot, avril-juin 1999.
  6. Girault, J.-P., 1998 - « Fouilles archéologiques au Puy-D'Issolud (Fontaine de Loulié) », Bulletin de la Société des études du Lot, juillet-septembre 1998.
  7. G. Renoux, J.-M. Pailler, F. Dabosi, « Première étude paléométallurgique des armes en fer du Puy d’Issolud (Lot) », La revue de Métallurgie, CIT, décembre 2001.
  8. J.-P. Girault, « Recherches à la Fontaine de Loulié (Saint-Denis-lès-Martel, Lot). Nouveaux éléments sur la bataille d’Uxellodunum », Aquitania, Suppl. 14/1 : Les âges du fer dans le sud-ouest de la France, Actes du colloque des 20-23 mai 2004, 2007
  9. « Uxellodunum le dernier combat », L'Archéologue, 660, 2002, pp. 22-26.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Uxellodunum le dernier combat », L'Archéologue, 660, 2002, p. 22-26.
  • Jean-Pierre Girault, « Recherches à la Fontaine de Loulié (Saint-Denis-lès-Martel, Lot). Nouveaux éléments sur la bataille d’Uxellodunum », Aquitania, Suppl. 14/1 : Les Âges du fer dans le sud-ouest de la France, Actes du colloque des 20-23 mai 2004, 2007.
  • Jean-Pierre Girault et Jean Gasco, La Fontaine de Loulié au puy d'Issolud et la vallée de la Dordogne, Racines-Éditions "Les Monédières", 2e trimestre 2012.
  • Jean-Pierre Girault, La Fontaine de Loulié au puy d'Issolud : le dossier archéologique du siège d'Uxellodunum, préface de Michel Reddé (coll. « Bibracte », n° 23), Éd. Bibracte, 2013, 176 p. ill.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]