Punerot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Punerot
Punerot
Église de Punerot, vue de côté
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest Vosgien
Maire
Mandat
Agathe Tisseron-Chognot
2020-2026
Code postal 88630
Code commune 88363
Démographie
Gentilé Gaudinots
Population
municipale
156 hab. (2019 en diminution de 9,83 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 57″ nord, 5° 48′ 33″ est
Altitude 293 m
Min. 283 m
Max. 361 m
Superficie 13,77 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Neufchâteau
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Punerot
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Punerot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Punerot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Punerot

Punerot est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé aux confins nord-ouest du département, voisin de Mont-l'Étroit et d'Autreville, à une altitude moyenne de 295 mètres. Deux petits ruisseaux le traversent, le Lindreville et le Rampré, qui se rejoignent pour se diriger vers Ruppes et former la Ruppe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Entrée du village.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Punerot est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (77,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (42,8 %), prairies (33,9 %), forêts (20,2 %), zones urbanisées (3,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence de vestiges d’habitations romaines laisse penser que les premières maisons furent construites le long de la Voie Romaine, bien avant les invasions barbares. Le Moyen Âge a laissé quelques traces avec le réemploi de linteaux de fenêtres ou de portes de cette époque dans certaines maisons.

En 1390, le chevalier Pierre de Graux fait construire une chapelle sous l’invocation de saint Nicolas. L’entrée renaissance de l’église date probablement de sa construction au début du XVIe siècle.

Le hameau de Graux fait partie de la paroisse de Punerot jusqu’à la Révolution. En 1790, Punerot est inclus dans le canton de Ruppes ; il rejoindra en 1801 celui de Coussey.

Le Second Empire voit la réalisation de nombreux travaux : adduction d’eau, caniveaux, cimetière, cloches, etc. Plusieurs grosses maisons de culture sont construites aussi à cette époque. Le travail de la terre nécessite une main-d’œuvre nombreuse et le village connaît alors son maximum de population.

En 1870, le village est pillé par les troupes prussiennes qui arrivent de Favières et d'Harmonville. Guillaume II, prince héritier de Prusse, y loge avec son régiment de cavalerie.

Le projet de chemin de fer débute en 1885 et se réalisera dans les années suivantes. Une laiterie s’installe et fabrique un fromage appelé le « Punerot ».

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Brice[8],[9].
  • La Croix Marchal[10], par Olivier Petit, 2012.
  • Le monument aux morts[11]s.
Le calvaire de Saint-Elophe qui porte sur son socle l'inscription: "CET CROIX A ETE POSE PAR FRANCOIS MARCHAL (1751)".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

Église de Punerot, le porche.

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[12] :

  • total des produits de fonctionnement : 170 000 , soit 847  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 86 000 , soit 426  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 251 000 , soit 1 250  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 226 000 , soit 1 125  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 6,73 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 5,19 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 1,12 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Martial Dumontet    
mars 2001 En cours
(au 18 février 2015)
Dominique Bouton SE[13]  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2019, la commune comptait 156 habitants[Note 2], en diminution de 9,83 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,86 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
459477511517550556550540477
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
458449426420467415404402387
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
353302350284259229226214189
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019
163156112136154159187162156
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La gare de Punerot en 1910 située sur la ligne de Culmont - Chalindrey à Toul.
Ancienne gare de Punerot aujourd'hui désaffectée située sur la ligne de Culmont - Chalindrey à Toul.
  • Charles Nicolas Antoine d’Hennezel de Valleroy[18] : les Hennezel étaient seigneurs de Punerot. Officier d’artillerie, capitaine puis général de brigade, il accompagne Bonaparte en Égypte.
  • Auguste Hippolyte Martin, lieutenant-colonel[19].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Historique du village et de l'église
  9. Église médiévale Saint-Brice
  10. La Croix Marchal (1751)
  11. Monument aux Morts
  12. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive).
  13. Selon l'Annuaire des Mairies des Vosges (88) Par EIP/ Les Éditions Céline
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. D'Hennezel de Valleroy, Charles Nicolas Antoine, Promotion du 19 Frimaire An XII (11 décembre 1803)
  19. « Biographie de Auguste Hippolyte Martin », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le ).