Punaise de Google Maps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La punaise au siège de Google, à côté d'une voiture Street View.

La punaise de Google Maps[1] est une icône en forme de goutte à l’envers qui marque les emplacements dans Google Maps. L’icône est protégée par un brevet de dessin américain en tant qu’« icône ombrée en forme de larme »[2],[3]. Google a réutilisé cette punaise sur différentes images et jeux, ainsi que sur du matériel promotionnel.

La punaise, parfois appelé « le marqueur »[4], a été largement réutilisée par d'autres entreprises, organisations et particuliers, pour leurs actions artistiques, illustrer leur revendications ou faire leur propre promotion commerciale. Sa reproduction physique ou numérique est souvent utilisée comme symbole d’un logiciel cartographique ou des technologies de l’information et de la communication dans leur ensemble.

La punaise Google Maps a été qualifiée de « produit purement fonctionnel devenu phénomène culturel »[5] et  de « réponse à un problème technique qui aurait acquis une vie propre, se révélant suffisamment identifiable pour pénétrer l’art et le stylisme d’autres projets »[6]. « Semblable à une montgolfière en vol, cette icône a conquis notre culture visuelle »[7].

En 2014, le MoMA a acquis une représentation plastique de la punaise Google Maps pour sa collection permanente[8],[9].

Historique[modifier | modifier le code]

Jens Eilstrup Rasmussen a conçu le style des punaises avant le lancement de Google Maps en 2005. Il voulait que l’icône marque avec précision un point sur une carte sans en occulter l'emplacement. Le corps principal du marqueur est circulaire dans sa partie supérieure, mais se rétrécit en pointe à son extrémité inférieure, figurant une goutte à l’envers. Une ombre s'étend de la pointe inférieure, conférant au marqueur une représentation tridimensionnelle.

Dans la version initiale de Google Maps, la punaise était étiquetée des lettres A à J quand il y avait plus d’un résultat de recherche[10]. Dans ses versions ultérieures, elle était présentée avec un point noir enchâssé pour marquer un unique emplacement[11] En 2011, Google a publié une refonte mineure de l’icône : sa bordure noire est devenue rouge foncé pour en adoucir l'aspect[12].

Utilisation par Google[modifier | modifier le code]

Google a utilisé sa punaise en ligne et sur support papier pour ses campagnes commerciales. Elle est au premier plan de l'icône de l'application mobile Google Maps, au dessus d’une carte stylisée contentant la lettre G pour Google.

Matériel promotionnel[modifier | modifier le code]

La punaise a été utilisée sur des objets promotionnels comme des verres à bière, des autocollants et des manchons isolants de tasse à café dans diverses campagnes commerciales[13] Google a également conçu et vendu des T-shirts qui affichent la punaise Google Maps accompagné de la légende « Je suis ici »[14].

Adresses préférées[modifier | modifier le code]

Utilisation par d'autres organisations[modifier | modifier le code]

L'API Google Maps permet aux développeurs de créer des cartes personnalisées avec leurs propres marqueurs[15].

Inclusion dans des logos[modifier | modifier le code]

Bien que protégé un brevet de dessin américain, d'autres organisations utilisent la punaise Google Maps comme élément constitutif de leur propre logo[16],[17].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La punaise Google Maps a dépassé son dessein initial pour devenir quasi-emblématique dans la culture populaire. Rob Walker la cite comme un exemple de matérialisation, « un objet numérique devenu objet matériel.»

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Marqueurs  |  Google Maps JavaScript API  |  Google Developers », sur Google Developers (consulté le 20 mars 2018) : « Dans les cas les plus basiques, une icône peut simplement indiquer une image à utiliser à la place de l'icône de punaise par défaut de Google Maps. »
  2. http://pdfpiw.uspto.gov/50/209/D06/1.pdf
  3. http://pimg-fpiw.uspto.gov/fdd/13/214/D06/0.pdf
  4. « Customizing Google Maps: Custom Markers », Google Developers, sur Google Developers, (consulté le 11 décembre 2014)
  5. Hilary Greenbaum, « Who Made Google's Map Pin? », The New York Times' 6th Floor Blog, sur The New York Times' 6th Floor Blog, (consulté le 11 décembre 2014)
  6. Rob Walker, « Stealth Iconography: The Google Maps Pin », Design Observer, sur Design Observer, (consulté le 11 décembre 2014)
  7. Steve Gordon, « Well-Dressed Map Marker | Cartagram | Madison, Alabama », cartagram.com, sur cartagram.com, (consulté le 11 décembre 2014)
  8. « Jens Eilstrup Rasmussen. Google Maps Pin (2005) », MoMA.org, sur MoMA.org (consulté le 11 décembre 2014)
  9. Jacob Kastrenakes, « The art arcade: MoMA collects 40 years of innovative design », The Verge, sur The Verge, (consulté le 11 décembre 2014)
  10. Aram Bartholl, « The era 'A' at Aram Bartholl – Blog », datenform.de, sur datenform.de, (consulté le 12 décembre 2014)
  11. http://pdfpiw.uspto.gov/04/617/D06/1.pdf
  12. Lucian Parfeni, « The Google Maps Pin Gets Modernized, Maps Sports a Fresh New Look », softpedia, sur softpedia, (consulté le 11 décembre 2014)
  13. David Mihm, « Mihmorandum | Google Brings Portland Hotpot Campaign to a Rolling Boil | Google », davidmihm.com, sur davidmihm.com, (consulté le 12 décembre 2014)
  14. « Google Map T-Shirt », googlemerchandisestore.com, sur googlemerchandisestore.com (consulté le 12 décembre 2014)
  15. « Customizing Google Maps: Custom Markers », Google Developers, sur Google Developers, (consulté le 13 décembre 2014)
  16. (de) « Aktuelle Mittagstisch-Angebote in Deiner Umgebung » (consulté le 13 décembre 2014) : « Denis Campbell IT Services »
  17. « PizzaPerto.com - Encontre as pizzarias próximas de você! Cardápios, fotos, vídeos, opiniões, promoções, pedido online... », pizzaperto.com, sur pizzaperto.com (consulté le 13 décembre 2014)