Pulchérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pulchérie (homonymie).
Monnaie d'Aelia Puchéria.

Pulchérie (Aelia Pulchéria), née à Constantinople le 19 janvier 399, morte le 11 novembre 453, est une sainte des Églises chrétiennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Impératrice d'Orient, Pulchérie est la fille d'Arcadius et d'Eudoxie et la sœur de Théodose II. Elle a deux ans de plus que son frère, et en 414 est nommée Augusta et tutrice de Théodose II pour remplacer le patrice et préfet du prétoire Anthémius qui gouvernait depuis la mort d'Arcadius (408).

D'un caractère profondément dévot, Pulchérie fait régner à la cour une ferveur quasi-monacale et profitant du caractère faible de son frère assume l'essentiel du pouvoir. Proche de l'orthodoxie et hostile au monophysisme elle fait condamner Nestorius. En 421 elle arrange le mariage de Théodose avec la fille d'un rhéteur d'Athènes, prénommée elle aussi Eudoxie. Son influence décline alors rapidement jusqu'en 433 lorsque l'exil d'Eudoxie, sur des accusations mensongères d'adultère, lui permet de reprendre toute sa place à la cour même si son frère est en fait sous l'influence des eunuques impériaux en particulier de Chrysaphius.

À la mort accidentelle de Théodose, d'une chute de cheval, Pulchérie monte sur le trône sans rencontrer d'opposition et épouse, afin d'avoir un appui militaire, un vieil officier thrace appelé Marcien qui règne avec elle. Pulchérie meurt le 11 novembre 453.

Elle avait fondé le monastère de la Panaghia Hodigitria à Constantinople. Elle est, avec son mari, reconnue comme sainte par l'Église orthodoxe et l'Église catholique. Elle est fêtée le 10 septembre[1].

Œuvres inspirées par la vie de Pulchérie[modifier | modifier le code]

En 1672, Corneille écrivit Pulchérie , comédie-héroïque s'inspirant de la fin de la vie de l'impératrice et de son mariage avec Marcien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Omer Englebert, La fleur des saints, Paris, Albin Michel,‎ 1998, 469 p. (ISBN 9782226095428), p. 296

Article connexe[modifier | modifier le code]